Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 janvier 2014 2 07 /01 /janvier /2014 11:45

Atiya Achakulwisut, rédactrice en chef adjointe au Bangkok Post, a écrit un bon article dans l'ensemble malgré quelques méchantes remarques contre la " tyrannie de la majorité parlementaire" qui rappellent qu'Atiya supportait Abhisit lors de la répression des Chemises rouges en avril/mai 2010...

Liens:

http://www.bangkokpost.com/opinion/opinion/388284/mr-suthep-the-road-ahead-is-empty-for-you

traduit par

https://www.facebook.com/photo.php?fbid=420711151393582&set=a.320056538125711.1073741828.319726414825390&type=1&theater

Photo ci-dessous: Suthep Thaugsuban

Suthep
Monsieur Suthep Thaugsuban,
Est-ce que je me rends compte de ce qui se passe parce que je ne suis pas dans le système ? Ou bien parce que je n'appartiens pas au cercle des vétérans immergés dans les trahisons de la politique thaïlandaise, comme vous l'êtes?
Quelque soit la raison, il m'apparaît évident qu'il n'y aura pas de place pour vous après le blocus de Bangkok. Même si vous réussissez à empêcher l'accès à certaines routes et carrefours stratégiques lundi - paralyser la capitale en faisant supporter à de nombreuses personnes de graves inconvénients, empêcher certains de se rendre chez un médecin, signer des contrats importants ou prendre un avion - que pouvez-vous espérer à l'avenir, vous et votre mouvement ?
Si mon sentiment est exact, vous espérez provoquer le chaos avec votre soulèvement - qui ne représente ni la majorité, ni une masse critique suffisante - transformer la rue en lieu de protestation, et paralyser ainsi les entreprises et les activités touristiques de la ville prospère de Bangkok. Vous pensez que ce fardeau trop lourd à porter fragilisera le gouvernement de transition, en particulier la Première ministre par intérim, Yingluck Shinawatra.
La paralysie peut entraîner des violences de la part de ceux qui s'opposent au blocus, et obliger le gouvernement à intervenir. Vous espérez que la réaction soit excessive et la situation devienne incontrôlable, comme cela était le cas lors des affrontements meurtriers de Ramkhamhaeng et autour du Thai-Japanese Stadium de Din Daeng.
Vous pourrez alors envisagez une autre pause ou donner un coup de pouce à votre mouvement.
Vous espérez sans doute qu'une telle confusion, si cela se produit, pourrait servir de prétexte à l'armée pour intervenir. En fin de compte, vous voulez que l'armée s'empare du pouvoir détenu par le gouvernement de transition. Appelez ça un coup d'Etat, une opération de maintien de l'ordre, un coup de main en faveur de la "révolution du peuple" qui lui permette de réformer le pays, si vous le souhaitez. Vous voulez que l'armée s'empare du pouvoir de ce gouvernement de transition, même temporairement, pour vous laissez faire ce que vous voulez.
Est-ce que je me rends compte de tout cela par ce que je le vois de l'extérieur ?
Il n'y aura pas de coup d'Etat, parce que l'armée ne vas pas prendre le risque de déclencher une guerre civile. Malgré sa puissance, l'armée ne serait pas en mesure de contrôler la réaction qu'elle pourrait provoquer en se mêlant des affaires politiques, comme cela a été le cas lors du coup d'Etat de 2006. Les Chemises rouges se soulèveraient dans tout le pays. Certains soldats peuvent même se rebeller. La route de coup d'Etat est mortelle et sans issue.
Il semble tout aussi impossible que vous puissiez mettre en place un gouvernement réformiste et votre "conseil du peuple". Alors que de nombreuses personnes approuvent vos idées de réforme, très peu d'entre elles souhaitent que vous et votre "People's Democratic Reform Committee" puissent bénéficier de pouvoirs étendus pour diriger le pays pendant un an et demi. Je vous ai approuvé à l'origine de votre mouvement, quand il a fallu s'opposer au projet de loi d'amnistie. Je suis également d'accord avec la plupart de vos propositions de réformes, comme celles qui concernent la décentralisation de la police et l'élection des gouverneurs provinciaux. Mais je ne peux pas approuver la mise en place de votre conseil de personnes nommées, et si vous pouviez y parvenir, je me joindrais à ceux qui s'y opposent.
Alors, comme quelqu'un de l'extérieur, je me rends compte que vous ne disposez d'aucun moyen pour agir, même si vous paralysez Bangkok, et causez de grands dommages à la ville.
Monsieur Suthep, vous n'irez pas plus loin. Vous avez accompli un travail admirable en terme de leadership en rassemblant des personnes désespérées, victimes de la tyrannie de la majorité parlementaire qui a adopté une loi d'amnistie aussi inique.
Le mouvement de réforme doit maintenant être dirigé par quelqu'un d'autre, dans le cadre d'un processus qui ne soit pas monopolisé par vous et votre mouvement.
Il y a une grande scène dans le film 1995. Le chef de la politique intérieure Lewis Rothschild, joué par Michael J Fox, dit au président américain, joué par Michael Douglas, que les gens veulent du leadership. "En l'absence d'un véritable leadership, ils vont écouter tous ceux qui s'avanceront vers le micro. Ils veulent du leadership. Ils ont tellement soif de cela qu'ils vont ramper à travers le désert vers un mirage, et quand ils découvriront qu'il n'y a pas l'eau, ils boiront le sable". Le président répondra alors que les gens ne boiront pas le sable car ils auront soif, mais parce qu'ils ne sauront pas faire la différence.
Le pays et les Thaïlandais ont soif de la réforme que vous avez contribué à promouvoir. Monsieur Suthep, il est temps pour vous d'arrêter le mouvement de protestation et de commencer à parler.
Il est temps de faire la différence.

Partager cet article

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article

commentaires