Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 septembre 2012 7 30 /09 /septembre /2012 09:07

Le Nation rapporte que 20 adversaires de la loi de lèse-majesté ont organisé, le 19 septembre 2012, une veillée de 112 minutes devant la cour pour protester contre l'article 112 du code pénal (la loi de lèse-majesté). Ils portaient des masques noirs avec écrit dessus "libérer les prisonniers politiques" ainsi qu'une banderole qui disait "Une justice différée est une justice refusée".

Ces manifestants sont des opposants à la loi lèse-majesté et au système judiciaire thaïlandais qui traite Somyot comme un coupable depuis son arrestation le 30 avril 2011. On lui a refusé la liberté sous caution une dizaine de fois, il a été traîné enchainé à travers le pays et a vu son procès reporté à plusieurs reprises.

Le timing de l'événement coïncidait avec le deuxième jour du procès pour lèse-majesté de Surapak Phuchaisaeng, le premier prisonnier poursuivi et jugé durant le gouvernement de Yingluck Shinawatra.
Surapak a dit au journal Nation que c'était "dégoûtant" d'être enchainé et de porter l'uniforme des prisonniers car aucune preuve concrète n'a été produite pour le lier à la page Facebook, qui est encore active alors qu'il est en prison. Sa demande de liberté sous caution a été refusée une demi-douzaine de fois.
"Pensez-y. C'est la Thaïlande! Le processus de justice ne protège que l'élite, pas les gens ordinaires", affirme Surapak. Ce dernier explique aussi que le témoin à charge, le Major de Police Niti Inthurak de l'unité Computer Crimes, a déclaré à la cour que ce n'était pas le rôle des forces de police de rechercher l'adresse IP du suspect.
Surapak a dit qu'il avait perdu beaucoup de possibilités d'emploi en prison, ajoutant que les procureurs ne seraient jamais en mesure de prouver s'il était lié au compte Facebook ou non.
Non seulement n'y a-t-il aucune protection dans ce système judiciaire corrompu, mais les tribunaux sont actifs à pervertir le cours de la justice.
Et comme pour prouver ce point, le Nation rapporte également que le dirigeant de l'Alliance du Peuple pour la Démocratie (PAD) Sondhi Limthongkul, reconnu coupable de diffamation contre l'avocat de Thaksin Shinawatra, Noppadon Pattama, avait vu sa peine réduite par la Cour d'appel. Apparemment, la "vieillesse" de Sondhi aurait été un motif de clémence. Bien sûr, Sondhi a été immédiatement libéré sous caution, une maigre caution de100.000 baht pour lui permettre de faire de nouveau appel.
"La vieillesse"? Sondhi est âgé de 64 ans. Il n'y a pas de clémence de tribunal pour Ampol Tangnopakul, 62 ans, condamné pour lèse-majesté, pas même lorsqu'il était malade. Il n'y a eu aucune considération de la vieillesse dans le cas du condamné pour lèse-majesté Surachai Danwattananusorn, maintenant âgé de 70 ans. Le tribunal semble célébrer ses doubles standards.

Partager cet article

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article

commentaires