Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 juin 2013 7 16 /06 /juin /2013 15:35

La journaliste thaïlandaise Thaweporn Kummetha explique pourquoi elle a décidée de lutter contre la loi de lèse-majesté. Voici sa déclaration:


Je me perçois moi-même comme une "journaliste-militante". Certaines personnes peuvent désapprouver cela, en prétendant qu'un journaliste doit rester neutre à l'égard de l'actualité et ne pas prendre parti. Cependant, je crois que la Thaïlande a besoin de journalistes qui écrivent pour dire ce qui se passe vraiment ici.
"Nous ne pouvons jamais être sûrs que l'opinion que nous nous efforçons d'étouffer soit une fausse opinion, et même si nous en étions sûrs, ce serait un mal de l'étouffer. Premièrement: l'opinion que l'on cherche à supprimer de force peut être vraie. Ceux qui veulent la supprimer veulent bien sûr nier sa vérité, mais ils ne sont pas infaillibles. Ils n'ont pas le pouvoir de trancher la question pour toute l'humanité, et excluent ainsi toute autre personne de la possibilité de juger par elle-même. Refuser le droit à une opinion de s'exprimer parce qu'on est sûrs que cette dernière est fausse, c'est supposer que sa propre certitude est une vérité absolue. Supprimer toute discussion suppose l'infaillibilité."
Le paragraphe ci-dessus est tiré du livre "On Liberty" (John Straut Mill, On Liberty, The Pennsylvanie State University. 1998) écrit par le philosophe anglais John S. Mill. Ce livre a été publié en 1859 et propose des principes pour éviter ce mal. Selon lui, les actions des individus ne devraient être limitées que pour prévenir des dommages à d'autres personnes. Du principe du préjudice, il a développé l'idée de défendre la liberté d'expression.
J'ai lu ce livre lors de mes études de philosophie au cours de ma deuxième année à l'université. Il m'a profondément touché et a énormément influencé ma vie. Il m'a transformé en une personne qui se bat pour la liberté d'expression. Je suis devenue une personne qui s'engage à supporter tous les types de discours, même s'ils sont indignes et provoquent la haine. "Les discours ne causent aucun dommage mais l'homme si" est devenu la devise de ma vie. Même si les controversés "Fighting Words", ce qui signifie "discours pour convaincre de tuer", sont considérés comme "nuisibles", je préfère encore d'autres approches que la censure qui conduit à plus de censure.
Revenons au "pays du sourire" comme les Thaïlandais aiment à l'appeler, où la liberté d'expression est une notion plutôt aliénante pour la société thaïlandaise. Les Thaïlandais ne sont pas encouragés à parler franchement, surtout avec les personnes qui ont un statut élevé dans la société. Le "bon comportement", que la plupart des Thaïlandais adoptent, est d'être doux, humble et obéissant. Quand il s'agit de politique, c'est plus compliqué car, vis-à-vis de la puissance intouchable, nous devons nous taire.
En 2009, Chiranuch Premchaiporn, la directrice du journal en ligne Prachatai.com a été arrêté. Elle a été confrontée à une peine de prison de cinquante ans. Elle a été accusée, non pas parce qu'elle avait écrit quelque chose, mais pour les commentaires anti-monarchie d'un lecteur qui avait été postés sur son site internet.
Cette information m'a vraiment dérangée. A partir de là, j'ai appris qu'il y avait des dizaines de personnes arrêtées pour des charges liées à la lèse-majesté, une loi qui interdit tout discours contre le roi. Je n'ai aucune idée sur la raison pour laquelle les Thaïlandais continuent à appeler leur pays "le pays du sourire" alors que nous avons une loi si sévère. Cela doit être un faux sourire ou un sourire ignorant, je pense.
Conformément à la loi lèse-majesté ou l'article 112 du Code pénal de Thaïlande, la durée maximale de la peine pour crime de critique vis-à-vis de la monarchie est de 15 ans [...]

Les médias traditionnels thaïlandais pratiquent l'autocensure sur les faits liés à la monarchie qui ne correspondent pas à la version officielle. La situation a été aggravée après 2006, lorsque la Loi sur les crimes informatiques (une version en ligne de la loi de lèse- majesté) a été promulguée. Cette loi est censée avoir un effet dissuasif pour les internautes thaïlandais.
Il est de plus en plus évident pour moi que la Thaïlande est démocratique seulement en surface. Il est triste que beaucoup de journalistes de ce pays se couchent devant cette loi anti-démocratique. Il n'y a aucune excuse pour les journalistes qui ne protestent pas contre cette loi qui réprime la liberté d'expression. Ce sont eux qui sont censés exercer le droit à la liberté d'expression de tous les jours.
J'ai décidé d'essayer de changer cela.
Thaweporn Kummetha

Lien:

http://www.4m.cfi.fr/4mleblog/young-thai-journalists-fight-against-lese-majeste-in-the-land-of-smile/

 

Photo ci-dessous: la journaliste thaïlandaise Thaweporn Kummetha

Taweporn.jpg

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article

commentaires