Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 juin 2013 5 14 /06 /juin /2013 15:46

Un article de Pravit Rojanaphruk

Lien de l'article en anglais:

http://www.nationmultimedia.com/politics/Want-the-truth-about-Thailand-Look-abroad-30208124.html


Alors que les choses semblent calme en surface, un fait révélateur à propos du débat en cours sur le rôle de la monarchie a refait surface la semaine dernière quand le journal en ligne Prachatai.com a rapporté que l'Unité spéciale 45 Ranger Task Force de l'Armée s'était engagée dans une cyber "guerre".
L'article raconte que l'Unité spéciale 45 se vantait d'être l'unité de l'armée la plus prolifique pour poster des messages en ligne faisant l'éloge de la monarchie et menacer de représailles ceux qui sont considérés comme diffamant l'institution.

L'unité, basée dans la province de Narathiwat, a déclaré sur son site Web qu'elle avait publiée 1,69 million de messages dans un délai de quatre mois entre Juin et Septembre de l'année dernière. C'est une moyenne de 13 927 messages par jour. La plupart des messages ont été envoyés sous différents alias pour apparaître comme s'ils faisaient partie d'une intervention coordonnée et systématique - et ce n'était pas la seule unité de l'armée faisant cela.

Les faits suggèrent que sous la surface calme de consensus et d'acceptation du statu quo (où la loi draconienne de lèse-majesté est en place) la supposé réalité présentée dans la réalité virtuelle ne pouvait pas être plus différente.

Dans un autre rappel brutal, la semaine dernière, lundi, deux "interventions" étrangères sur la question de la loi de lèse-majesté ont eu lieu. A Genève, le représentant de l'Allemagne auprès de l'ONU a exprimé des préoccupations au sujet du refus répété de la libération sous caution pour un certain nombre de détenus lèse-majesté et de personnes accusées de diffamation envers la monarchie. La question a été soulevée le 3 Juin au cours d'un dialogue interactif avec le Rapporteur spécial de l'ONU sur la liberté d'expression. Cela a conduit à un déni de toute irrégularité de la part de son homologue thaïlandais.

"L'Allemagne note le déni systématique de libération sous caution pour un certain nombre de personnes accusées en vertu de l'article 112 en Thaïlande et souligne que ce droit fondamental est garanti par la Constitution de la Thaïlande. Nous soulignons que tout en comprenant que le droit à la liberté sous caution peut avoir certaines limites dans certains circonstances, le refus systématique de la libération sous caution pour les personnes accusées en vertu de la loi de lèse-majesté ne semble pas raisonnable ni justifiable. Nous exhortons la Thaïlande à remédier à la situation", a déclaré le représentant de l'Allemagne lors de la session 23 du Conseil des droits de l'homme.

Thani Thongpakdi, ambassadeur thaïlandais et représentant permanent auprès de l'ONU à Genève a rapidement répondu en disant: "ceux qui sont inculpés [de lèse-majesté] voient leurs droits respectés conformément à l'application régulière de la loi."

Le même jour, la semaine dernière, ici à Bangkok, le président de l'Association mondiale des journaux (WAN-IFRA) Jacob Matthew, a passé quelques minutes lors de son discours à l'ouverture du Congrès mondial des journaux (qui a attiré quelque 1500 personnes de 66 pays différents) à rappeler que la loi de lèse-majesté thaïlandaise était mal utilisé et créait un climat de peur.

Pourtant, la plupart des journaux en langue thaï ont simplement ignorés le point soulevé par Matthew.

La vérité est que, parfois, nous pouvons mesurer la réalité de ce que nous ne pouvons pas ou ne dirons pas en Thaïlande tandis que les étrangers s'expriment à ce sujet. Parfois, ce qui se passe sur Facebook, Twitter et l'Internet nous en dit plus sur l'anxiété et les désaccords dans la société thaïlandaise concernant le rôle de l'institution de la monarchie et la loi de lèse-majesté que la plupart des médias traditionnels voudrait nous le faire croire.

Il y a quelque chose de mal dans une société où les étrangers sont plus libres de parler des problèmes de cette société que les gens du pays et où les débats et les arguments sur la réalité virtuelle nous en disent plus sur la vérité de cette société.

Dans le cas de la loi controversée de lèse-majesté, et le débat sur le rôle de la monarchie, la triste réalité est qu'il est plus facile et plus sûr pour les étrangers de critiquer. Si vous êtes un citoyen thaïlandais, votre seule option est de médire ou de poster des messages sur la monarchie et la loi, en utilisant un alias et discuter avec d'autres personnes qui peuvent être des cyber-guerriers de l'Unité spéciale 45 Ranger qui utilisent peut-être aussi de fausses identités.

 

DSC09951 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article

commentaires