Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 juin 2015 5 26 /06 /juin /2015 09:39

Déclaration de l'Organisation des Thaïlandais libres pour les droits de l'homme et la démocratie à l'occasion du premier anniversaire de sa création

Lien:

https://www.facebook.com/permalink.php?story_fbid=998124726887173&id=560398830659767

 

"La Thaïlande risque de devenir un État défaillant

Depuis que la crise politique en Thaïlande a surgi autour de l'an 2005, avec le réseau antidémocratique de la Thaïlande cherchant délibérément à détruire notre jeune démocratisation en attaquant sur plusieurs fronts, et notamment la prise de contrôle militaire auto-légitimé le 22 mai 2014, la Thaïlande, en tant qu'État membre de l'Organisation des Nations Unies, se détériore politiquement, économiquement et socialement. Les piliers de la démocratisation ont été sapés. Les droits des personnes ont été violés et maltraités. Les visions à long terme du pays ont cessé d'exister, remplacées par la myopie politique et la petite vengeance. En bref, la Thaïlande risque de devenir un État défaillant au milieu des défis mondiaux et régionaux qui mettaient la Thaïlande dans un état de leadership ou au moins de joueur important. La politique de liaison, ou l'état des déterminants internes ont de graves répercussions sur les politiques étrangères et ces éléments anti-démocratiques tirent la Thaïlande vers le bas. Il est incroyablement injuste pour nos citoyens, dont la granularité et la détermination à s'engager dans le monde restera forte, d'avoir un régime de dictature bloquant leur opportunité. Ainsi, l'Organisation des Thaïlandais libres pour les droits de l'homme et la démocratie a été fondée il y a exactement un an, le 24 juin 2014, en déclarant que nous, le peuple thaïlandais, ne prenons pas cette situation passivement ou pour acquis.

Nous considérons que le risque de devenir un État défaillant est une crise majeure pour la Thaïlande. Peu importe quel groupe idéologique gagne. Peu importe quelle couleur a l'avantage. L'échec de l'état de la Thaïlande sera la fin du jeu ultime pour tous les Thaïlandais en Thaïlande et à l'extérieur. Nous annonçons donc que la principale stratégie pour empêcher ce statut d'État défaillant est l'élimination totale du réseau de la dictature en Thaïlande. Notre lutte passée contre la dictature a confirmé que nous le peuple avions échoué de peu à transformer nos quelques victoires passées dans la restructuration de l'État en Thaïlande pour nous débarrasser de ces éléments dictatoriaux. Le réseau de la dictature en Thaïlande se cache toujours derrière la façade de la démocratie, avec un effort continuel pour reprendre la main. La bataille pour la démocratie en Thaïlande doit toujours nous ramener à la révolution de 1932 alors que le réseau de la dictature en Thaïlande a saisi cette occasion depuis lors pour batailler contre le peuple jusqu'à présent.

Notre organisation réalise à quel point cette tâche est gigantesque, et combien nous devons chercher toutes sortes de ressources pour en faire une réalité. Cependant, nous devons lui donner un démarrage maintenant, avec les trois objectifs immédiats suivants à l'esprit:

1 - Abolir le Conseil privé. Dans les 10 dernières années, la plupart des Thaïlandais ont pu voir de leurs propres yeux cette énorme influence politique et d'ingérence subséquente de la part du président du Conseil privé et de certains de ses membres qui a été visiblement exposé, comme pour montrer que le Conseil privé était le gouvernement de facto de la Thaïlande et non pas le parlement ni le gouvernement élu. La crise politique en cours en Thaïlande provient de l'existence et du rôle négatif et antidémocratique du Conseil privé depuis le début. Le Conseil privé ne doit pas être admis plus longtemps comme alternative à la lutte pour le pouvoir.

2 - Les forces armées de la Thaïlande doivent se retirer du rôle d'armée personnelle du réseau de la dictature en Thaïlande et considérer tous les citoyens thaïlandais comme des êtres humains égaux. L'état réel des forces armées de Thaïlande comme État dans l'État les réduis à rester au service de la classe privilégiée de Thaïlande, qui est en fait la minorité qui bénéficie du plus grand pouvoir dans la société thaïlandaise. Nous comprenons que la plupart des membres des forces armées ne sont pas d'accord pour ne servir qu'une famille ou quelques groupes privilégiés, mais qu'ils sont forcés de le faire par la rigueur des disciplines militaires. Nous nous engageons à travailler avec les cellules démocratiques des forces armées pour transformer ces dernières en celles du peuple. Les positions militaires cruciales doivent être étroitement surveillées, de même que doit l'être l'utilisation des personnels militaires et de l'armement. La gestion des autres ressources, aussi bien celles du budget que celles des zones militaires "prohibées", doivent être surveillées administrativement. Le tribunal militaire ne doit pas excéder les pouvoirs de la magistrature, sauf en temps de guerre. Toutes ces mesures ne sont que le début. En temps voulu, le peuple thaïlandais doit participer au processus de démocratisation des forces armées de la Thaïlande.

3 - La magistrature de la Thaïlande doit être au-delà de l'ingérence politique et de l'influence du réseau de la dictature. Il n'y a pas beaucoup de Thaïlandais qui croient aujourd'hui que la justice puisse être accordée par l'état actuel de la magistrature, en particulier en tant que fournisseur de solution de la crise politique en cours. Un certain nombre de juges ont des liens étroits avec le réseau de la dictature, et sont fermement sous leur patronage. En 2007, lors d'un rassemblement démocratique à Sanam Luang à Bangkok, un clip audio montrant certains juges et un fonctionnaire du gouvernement planifiant leur stratégie politique a été divulgué. Comme dans le cas des forces armées de Thaïlande, la plupart des juges, des juges associés, et fonctionnaires des tribunaux souhaitent une vraie et complète démocratie, ce qui signifie que le pouvoir judiciaire devrait être considéré comme libre et incontestablement honorable. Nous tenons également à travailler avec eux à un moment approprié.

Aujourd'hui, à l'occasion de son premier anniversaire, l'Organisation des Thaïlandais libres pour les droits de l'homme et la démocratie promet de poursuivre l'effort dans la lutte pour la démocratisation de la Thaïlande. A propos de nos opérations sur le terrain, nous avons élargi notre réseau à 51 provinces de Thaïlande et à 18 autres pays à travers le monde, et nous allons faire plus en temps voulu, y compris mettre en place un bureau de coordination publique. Notre organisation a l'intention de faire ce qui est juste et pas toujours ce qui est temporairement populaire. Le sort de la Thaïlande afin qu'elle ne devienne pas un État défaillant est la question la plus grave, ainsi que l'état de la démocratie dans le monde entier. Cette mission nécessite une gravité absolue et de la prudence tout au long.

Mercredi 24 juin 2015

Charupong Ruengsuwan

Secrétaire Général de l'Organisation des Thaïlandais libres pour les droits de l'homme et la démocratie"

Charupong Ruengsuwan

Charupong Ruengsuwan

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
25 juin 2015 4 25 /06 /juin /2015 12:45

Une déclaration du mouvement des Thaïlandais libres pour les droits de l'homme et de la démocratie

Lien:

http://www.prachatai.com/english/node/5181

 

Ce 24 juin, cela fait 83 années que la monarchie absolue a été abolie par une révolution démocratique en Thaïlande. Toutefois, pendant les 83 dernières années, la démocratie n'a pas été autorisé à s'établir pleinement et les institutions gouvernementales à se développer en raison de coups d'Etat militaire réguliers, environ 12 qui ont réussis à ce jour. Ceci, couplé avec les 19 constitutions qui ont été, la plupart du temps, imposées au peuple thaïlandais ont affaibli le développement politique et restreint les progrès vers une démocratie mature en Thaïlande

Même si les Thaïlandais, en particulier les étudiants universitaires, sont peu à peu devenus plus conscients de ces problèmes de base et ont pu observer comment les constantes interventions militaires ont restreint la croissance de la Thaïlande vers une démocratie mature, des centaines d'entre eux ont été tués par l'armée royale thaïlandaise chaque fois qu'ils ont tenté de protester pour leurs droits démocratiques fondamentaux. Le 14 octobre 1973, le 6 octobre 1976, ainsi qu'en mai 1992 et mai 2010 des manifestations pacifiques ont été réprimées par la force militaire brutale et les manifestants pacifiques ont été massacrés par l'armée à la demande de l'établissement royaliste conservateur.

Nous tenons à souligner que, lors de ces 10 dernières années, la crise est politiquement devenue plus grave car le pays s'est divisé en deux camps. D'un côté, la majorité qui est pro-démocratie et soutient ses représentants élus tandis que de l'autre côté se trouve le groupe anti-démocratie minoritaire soutenu par l'armée, l'ancien établissement d'élite royaliste, le pouvoir judiciaire conservateur et d'autres institutions soi-disant indépendantes mais en fait sous leur contrôle.

Au cours des 10 dernières années 4 gouvernements démocratiquement élus ont été renversés par des coups d'état militaires et judiciaires, ce qui a directement entraîné les divisions que nous constatons dans la société thaïlandaise d'aujourd'hui, avec la volonté de la majorité de la population thaïlandaise constamment contrecarrée par l'antidémocratique minorité (NDT: les gouvernements de Thaksin Shinawatra, Samak Sundaravej, Somchai Wongsawat et Yingluck Shinawatra).

Le mouvement anti-démocratie soutient pleinement le dernier coup d'Etat organisé par le soi-disant Conseil national pour la paix et l'ordre (NCPO) le 22 mai 2014. Le NCPO a établi une dictature sous le contrôle de l'armée et il a mis en place la loi martiale ainsi qu'une constitution provisoire lui donnant un pouvoir illimité et une amnistie pour tous les méfaits que les militaires ont commis. Pendant cette période, environ 1000 opposants à la dictature militaire ont été convoqués pour un "changement d'attitude" un euphémisme qui signifie en fait détention illégale et torture, où, pour pouvoir bénéficier d'une libération, les détenus étaient contraint de signer un document autorisant la confiscation de tous leurs biens s'ils s'opposaient à nouveau au régime militaire.

Un autre outil de l'oppression qui a été déployée avec une fréquence de plus en plus grande contre ceux qui s'opposent à la dictature militaire est la lèse-majesté. Cette loi permet à la junte militaire une conviction presque garantie d'une durée pouvant aller jusqu'à 15 ans cumulable pour chaque infraction présumée, par exemple, envoyer un message texto et être condamné à 15 années de prison, envoyer 2 messages texto et être condamné à 30 ans. Des centaines de personnes ont été incarcérés suite à l'application de cette loi archaïque et médiévale.

Le peuple thaïlandais continue à se battre pour la démocratie et plusieurs groupes qui n'acceptent pas le coup d'Etat et le gouvernement par la dictature militaire se sont formés, Seri Thai (l'Organisation des Thaïlandais libres pour les droits de l'homme et la démocratie, FT-HD) est l'un d'entre eux qui s'est formé le 24 juin 2014 afin de militer pour les droits humains et la démocratie.

Un an plus tard, Seri Thai continue de faire campagne pour le retour des droits de l'homme fondamentaux et de la démocratie en Thaïlande. Seri Thai vise en particulier à soutenir aussi bien les Thaïlandais qui ont été forcés de demander l'asile politique à l'étranger en raison de leurs opinions politiques pro-démocratiques que les étudiants en Thaïlande qui luttent contre la dictature militaire et tentent d'organiser des manifestations politiques pacifiques.

Pour marquer l'anniversaire des 83 ans de la démocratie thaïlandaise Seri Thai aimerait déclarer que:

1 - Nous sommes ensemble avec les étudiants thaïlandais, contre la dictature, et continuons à lutter avec tous les groupes pro-démocratie en exigeant la libération immédiate de tous les prisonniers politiques anti-dictature détenus, des étudiants et des professeurs pro-démocratie.

2 - Nous n'acceptons pas la constitution militaire mise en place par le NCPO et n'acceptons pas la proposition de référendum pour que le chef de la junte puisse étendre sa dictature pour 2 ans de plus.

3 - Nous demandons que la communauté internationale accorde une attention particulière aux violations des droits de l'homme se produisant en Thaïlande et demandons son soutien pour le retour à la démocratie en Thaïlande avec la règle de droit et les droits humains fondamentaux pour tous les citoyens. Nous demandons également que la communauté internationale nous aide à atteindre notre objectif d'un retour à la démocratie et des droits humains en Thaïlande.

 

Logo de Seri Thai

Logo de Seri Thai

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
24 juin 2015 3 24 /06 /juin /2015 09:26

A l'occasion du 83eme anniversaire de la Révolution thaïlandaise de 1932, Libérez-Somyot a décidé de republier cet extrait des mémoires du principal dirigeant de cette révolution, Pridi Banomyong.

Lien de la première publication:

http://liberez-somyot.over-blog.com/article-mon-adolescence-revolutionnaire-par-pridi-banomyong-109171714.html

 

Pridi, le plus connu des exilés politiques thaïlandais, a écrit le livre "Ma vie mouvementée et mes 21 Ans d'exil en Chine Populaire" en français (Pridi pouvait parler et écrire parfaitement le français) quand il était en exil à Paris (de 1970 à sa mort en 1982). Le chapitre 2 de ce livre retrace sa vie lorsqu’il était un jeune révolutionnaire dans les années 1910/1920. Malheureusement il n'y a pas de traduction ni en thaï ni en anglais du livre de Pridi.

Voici le deuxième chapitre de son livre:

Mon adolescence révolutionnaire

par Pridi Banomyong

A l'âge d'onze ans en 1911, j'ai observé un changement spectaculaire et soudain dans la coutume de Chinois d'outre-mer et de leurs enfants qui constituaient environ 25% de la population totale du Siam; presque tous les hommes avaient coupé leur longue queue nattée, coiffure qu'ils avaient adoptée depuis plusieurs siècles. Ils ont expliqué la raison de ce grand changement à la population locale: la monarchie absolue archaïque qui leur avait imposé cette honteuse mode de coiffure avait été renversé par la Révolution républicaine dirigée par le Docteur Sun Yat-sen, qui avait alors demandé à tous les Chinois d'adopter la mode des cheveux courts comme les Européens (à cette époque) afin que les Chinois ne soient plus ridiculisés par les étrangers à cause de "la queue de leur tête".

Mais à l'école "Toa-Yan d'Audhya (Ayuthaya)", où je faisais mes études secondaires, mon professeur d'Histoire et de Géographie m'expliqua la vraie raison de ce changement. Il me raconta que la plupart des pays indépendants dans le monde avait chacun un gouvernement installé avec le consentement du Parlement dont les membres étaient élus par le peuple, peu importait le statut de leur chef d'Etat respectif qui pouvait être le roi héréditaire ou un simple particulier devenu président de la République par l'élection du peuple pour un temps déterminé. Mon professeur ajouta que, puisque parmi les trois monarchies absolues retardataires (chinoise, russe et siamoise), celle des Chinois avait déjà été renversé, il ne restait plus que celle de la Russie et du Siam et on ne savait pas laquelle des deux disparaitrait la première.

Dès lors, je commençai à m'intéresser à la Révolution en Chine dirigée par Sun Yat-Sen, surtout aux batailles entre l'armée impériale et républicaine, comme tous les garçons de mon âge qui aiment aller au cinéma pour voir des films de combat ou de westerns. A cette époque, les journaux n'étaient pas répandues au Siam, surtout dans ma province natale; pour assouvir ma soif de nouvelles, mon père se procura quelques vieux journaux appartenant à l'un de mes cousin, officier de l'armée royale. C'est en lisant ces vieux journaux que j'ai pu, petit à petit prendre connaissance des méfaits du régime monarchique contre lequel les Chinois s'étaient révoltés et qu'ils avaient remplacé par un gouvernement républicain.

A peine un an après, c'est à dire en 1912, une grande nouvelle se propagea dans tout le pays: le gouvernement royal du Siam avait découvert un parti révolutionnaire clandestin qui voulait renverser la Monarchie absolue. A cet effet, plus d'une centaine de révolutionnaires avaient été arrêtés et condamnés par un tribunal spécial à la réclusion à perpétuité ou à la peine de mort. Mais le roi Rama VI fit preuve d'indulgence en commuant la peine de mort à la réclusion à perpétuité, puis réduisant celle-ci à vingt ans de prison; ceux qui avaient été condamnés dès le premier jugement à vingt ans de prison ont pu bénéficier du sursis.

Il est certain que le gouvernement n'a pas pu découvrir tous les membres du parti (par exemple parmi eux Boon Ek qui travaillait comme employé local à l'ambassade de France et qui s'était joint à ce parti sans en informer son ambassadeur, etc.).

L'instigateur de ce mouvement révolutionnaire, le sous-lieutenant Rial Srichan, âgé seulement de dix-huit ans, avait enrôlé son ami intime, le sous-lieutenant Charoon Satames, âgé de vingt-quatre ans, et le sous-lieutenant Netr Poonvivat, âgé de dix-huit ans (à qui avait été confié le secrétariat du parti).

Ces jeunes officiers continuèrent à enrôler d'autres officiers appartenant à diverses unités spécialement à la première division de la garde royale. Ensuite ils trouvèrent un docteur qui accepta d'être le chef du parti; ce dernier était le frère ainé de l'instigateur, le capitaine médecin Leng Srichan, qui était le médecin personnel du prince héritier; ainsi, tout comme le mouvement révolutionnaire chinois, ce parti avait pour chef un médecin. Le lieutenant Charoon na Banschang, gradé de l'Ecole de droit, se joignit à l'organisation; on lui attribua la fonction de commissaire politique. Certains étudiants en droit se joignirent également à cette organisation.

Au cours de la procédure devant le tribunal spécial, un juge reprocha à un sous-lieutenant du régiment de la garde royale d'avoir été infidèle au roi; l'accusé expliqua courageusement au juge qu'il aimait la nation plus que le roi lui-même et, étant donné qu'il était dans le régiment le plus proche du roi, il connaissait mieux ce qui se passait à la Cour royale que les autres soldats et civils. Il s'était alors rendu compte que les plaisirs et les extravagances de la Cour entrainaient la nation à la décadence; ceci avait contribué à sa prise de conscience et l'avait poussé à participer au mouvement révolutionnaire.

Une section de la jeunesse à qui j'appartenais avait de la sympathie pour ces condamnés politiques, à tel point que nous en avons parlé souvent à l'école secondaire et à l'école de droit de ministère de la Justice, où je m'inscrivis en 1917 (En témoignage de notre sympathie pour nos ainés révolutionnaires, après la révolution de 1932, notre gouvernement démocratique a redonné à ces condamnés leur grade respectif qu'on leur avait retiré lors de leur jugement) [...]

En 1918, la révolution bolchevique en Russie fut annoncée dans les journaux de Bangkok de diverses tendances. Mais ce qui m'intéressait, c'était l'abolition de la monarchie absolue du tsar. Cet événement me rappela ce dont mon professeur m'avait parlé à l'école secondaire. Entre le Siam et la Russie, lequel des deux abolirait le premier sa monarchie?

Comme celle de la Russie venait d'être abolie, j'espérais ardemment qu'il en serait de même pour le Siam.

Écrit par Pridi Banomyong en 1973

"Mon adolescence révolutionnaire" par Pridi Banomyong, un des dirigeant de la Révolution thaïlandaise de 1932
Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
23 juin 2015 2 23 /06 /juin /2015 14:38

Un article de Giles Ji Ungpakorn

Lien:

https://uglytruththailand.wordpress.com/2015/06/21/junta-busies-itself-with-multiple-fit-ups/

 

Ne se souciant jamais de la vérité ou de la justice, la junte de Prayut est occupée à incriminer faussement ses adversaires et diverses personnes "d'inconvenance".

Nuttatida Meewangpla ou "Wan" est une infirmière bénévole qui était à Wat Patum en mai 2010, lorsque des tireurs embusqués militaires ont délibérément abattus six civils qui cherchaient un refuge dans le temple ou essayaient d'apporter une aide médicale aux civils blessés.

Les morts du Wat patum

Les morts du Wat patum

Nuttatida a témoigné à l'enquête sur les meurtres des 6 civils comme quoi, dans la matinée du 19 mai 2010, elle et une autre infirmière bénévole, Kamonket, sont entrées dans le temple afin de prêter assistance à ceux qui s'y étaient réfugiés. Le temple avait été déclaré zone de "refuge sûr". Peu après 4 heures de l'après-midi, Nuttatida a observé des salves de coups de feu tirés dans le temple près de la première tente infirmerie par cinq soldats postés sur la ligne du métro aérien BTS. Un certain nombre de personnes ont été tuées par les tirs de ces snipers de l'armée à ce moment-là, y compris l'infirmière Kamonket. Nuttatida a affirmé qu'aucun coup de feu n'a été tiré à partir du temple.

Nuttatida

Nuttatida

La déclaration du témoin ci-dessus est la preuve la plus importante impliquant des soldats dans cet assassinat de sang-froid des civils au Wat Patum en 2010. Il implique aussi le général Prayut, qui était en charge des opérations militaires à l'époque.

Nuttatida arrêtée

Nuttatida arrêtée

Pas de surprise donc que Nuttatida ait été inculpée avec des accusations de "terrorisme" impliquant un petit engin explosif ayant explosé devant le tribunal pénal de Rajchada à Bangkok. Personne n'a été blessé par cette explosion. Il n'y a absolument aucune preuve reliant Nuttatida à cette dernière et les militaires ont nié l'avoir arrêté. En fait, dans les premiers jours de détention, elle a été soumise à la torture physique et mentale, et elle a maintenant été aussi inculpée de lèse-majesté. Elle est toujours en prison.

L'ensemble du processus est monté de toute pièce par la junte qui essaye de détruire la crédibilité d'un témoin clé des assassinats étatiques.

Le deuxième cas intéressant, ce sont les diverses accusations de lèse-majesté contre des proches de l'ex-épouse du prince héritier, dont il a récemment divorcé. Un certain nombre de policiers ainsi que d'autres personnes liées à "Sirat", ont été accusés de lèse-majesté pour s'être "réclamés de la légitimité royale" afin de favoriser leurs intérêts commerciaux.

Tout en ayant peu de sympathie pour ces gens, je dois souligner que cela peut difficilement être considéré comme un exemple de justice. Qui plus est, le général Prayut, et divers autres dictateurs, pourraient également être accusées d'avoir utilisé le roi pour justifier leurs coups d'Etat militaires et bâtir leurs propres nids. Mais ce qui est intéressant, c'est que la junte attaque ces personnes avec des accusations douteuses, afin de gagner la faveur du prince héritier, qui veut se débarrasser de son ancienne femme et de tous ses proches. Après cela, la junte estiment que le prince lui "sera redevable" et donc fera ce qu'elle lui dira de faire. Après tout, cet odieux prince sera bientôt le prochain roi.

Prayut et ses truands affirment constamment être "de bonnes personnes". Si c'est cela les bonnes personnes, il est temps pour le reste d'entre nous de devenir très très mauvais...

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
20 juin 2015 6 20 /06 /juin /2015 08:47

Déclaration de la Fédération Internationale des Journalistes (FIJ)

Lien:

http://www.ifj.org/nc/fr/news-single-view/backpid/250/article/lese-majeste-laws-used-to-stifle-press-freedom-in-thailand/

 

La Fédération Internationale des Journalistes (FIJ) exprime sa plus vive préoccupation suite à l'interdiction d'un événement au Club des correspondants étrangers en Thaïlande (FCCT) par la junte militaire de Thaïlande. La FIJ demande instamment à la junte militaire de mettre fin à sa position de plus en plus répressive envers la liberté de la presse et des médias en Thaïlande.

La semaine dernière, le jeudi 11 juin, la police au nom du Conseil national pour la paix et l'ordre (NCPO, le nom officiel de la junte) a envoyé une lettre au Club des correspondants étrangers en Thaïlande (FCCT) afin d'interdire un événement qui devait avoir lieu cette semaine le 17 juin au FCCT. La lettre dit que l'événement, "pourrait semer la désunion dans la société thaïlandaise ainsi qu'encourager les gens à enfreindre la loi et à causer des troubles." Après avoir reçu la lettre, le FCCT a d'abord affirmé qu'il allait ignorer l'ordre; toutefois, la police l'a alors informé que des soldats seraient déployés afin de fermer le bâtiment du FCCT.

La loi de lèse-majesté de Thaïlande, qui est définie comme l'article 112 du code pénal, interdit à quiconque de critiquer le roi, la reine, l'héritier ou le régent de la monarchie thaïlandaise. Si on est reconnu coupable, on peut faire face à 15 ans de prison.

La FIJ a déclaré: "Depuis le coup d'Etat de mai 2014, la liberté de la presse et la liberté d'expression en Thaïlande sont sous une menace constante. Les journalistes et les travailleurs des médias sont régulièrement intimidés, et ce récent incident, le second de ce mois, met en évidence la situation ils sont confrontés. Nous appelons la junte militaire à prendre des mesures immédiates pour assurer la liberté d'expression dans le pays".

Une journaliste thaïlandaise

Une journaliste thaïlandaise

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
18 juin 2015 4 18 /06 /juin /2015 09:21

Un article de Robert Amsterdam

Lien:

http://thailandaccountabilityproject.blogspot.com/2015/06/witness-statement-of-police-lt-col.html

 

Déclaration de témoignage du lieutenant-colonel de police Wipot Apornrat sur les décès de mai 2010 au Wat Patum

Ceci est la déclaration de témoignage du lieutenant-colonel de police Wipot Apornrat en ce qui concerne la répression de l'armée le 19 mai 2010. Elle est datée du 7 décembre 2011. L'allégation centrale est qu'une force disproportionnée a été utilisée contre la protestation en 2010. Le témoignage du lieutenant-colonel Wipot a été recueilli par nous-mêmes.

Le lieutenant- colonel Wipot Apornrat a été interdit de toute activité politique pendant cinq ans [à la fin de 2008] alors qu'il était un membre de l'exécutif du Parti du Pouvoir du Peuple (PPP).

Il a affirmé qu'il était un partisan de l'UDD et avait également rejoint la protestation.

Il a déclaré que lorsque le gouvernement a réprimé la [précédente] protestation de 2009 de l'UDD, les manifestants avaient bloqué l'intersection de Din Daeng et trouvé de nombreuses armes de guerre à l'intérieur de camions de l'armée. Cependant, chaque fois qu'ils ont trouvé des armes, ils les ont retournées à la police. Cela a démontré que l'UDD protestait pacifiquement - parce que même si elle avait saisi des armes de l'armée, elle n'avait pas l'intention de les utiliser contre cette dernière.

En 2010, les manifestants de l'UDD sont retournés dans les rues et ont exigé que le gouvernement dissolve le parlement et organise une élection législative - cette protestation était aussi pacifique.

Lorsqu'on lui a demandé s'il pensait que la répression de l'armée était, oui ou non, conforme aux normes internationales, le lieutenant- colonel Wipot Apornrat a déclaré qu'elle ne l'était pas parce qu'il n'y a pas eu de négociation et que même si des négociations avaient échoué, le gouvernement aurait alors dû donner un avertissement, puis utiliser des matraques, canon à eau et/ou des balles en caoutchouc pour disperser les manifestants - il n'y avait strictement aucun droit d'utiliser des balles "létales". Mais lors de la répression, le 19 mai, des munitions de guerre ont été utilisées. Ceci est soutenu par le document du CRES qui indique que pendant la répression d'avril/mai 2010, l'armée a utilisé 120,000 munitions létales et 2600 balles de tireurs embusqués qui ont tués 93 personnes et blessés plus de 2000 autres.

Déclaration témoignage du lieutenant- colonel Wipot Apornrat (1)

Déclaration témoignage du lieutenant- colonel Wipot Apornrat (1)

Déclaration témoignage du lieutenant- colonel Wipot Apornrat (2)

Déclaration témoignage du lieutenant- colonel Wipot Apornrat (2)

Déclaration témoignage du lieutenant- colonel Wipot Apornrat (3)

Déclaration témoignage du lieutenant- colonel Wipot Apornrat (3)

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
17 juin 2015 3 17 /06 /juin /2015 14:20

Un article de Chatwadee Rose Amornpat

Lien:

http://asiapacific.anu.edu.au/newmandala/2015/06/16/royal-resilience-thai-dictatorship/

 

Le cortège royal qui a emmené le couple royal thaïlandais de l'hôpital Siriraj à leur palais balnéaire de Hua Hin le 10 mai 2015 a donné aux Thaïlandais et au reste du monde un rare et puissant aperçu d'un état d'aggravation des affaires.

Les photos que la maison royale a publiées pour le public ne ressemblent pas à celles du roi et de la reine dont la plupart des Thaïlandais sont familiers. En particulier, beaucoup de gens sont intrigués par la photo de la reine, qui paraît plus jeune que sa dernière photo publiée connue. Il a été largement rapporté dans les médias "underground" que les photos venaient de vieux stocks récemment retouchés professionnellement. Si non, la supposée reine était-elle un double ou peut-être même un faux?

Au cours des trois dernières années, le couple royal, ou la soi-disant "âme de la nation" n'a pas prononcé un mot pour le public, et encore moins été montré ensemble discutant des questions d'intérêt commun. Le discours du Nouvel An coutumier du roi a été remplacé par une déclaration écrite, souvent lu par la princesse Sirindhorn, une héritière potentielle du trône qui s'occupe actuellement au jour le jour des affaires royales.

L'excuse habituelle pour l'absence du roi lors de son discours du Nouvel An est qu'il est trop faible. Mais nous ne savons pas vraiment si le roi et/ou la reine sont vivants ou morts, parce que la plupart des photos ou vidéo d'eux sont anciennes.

Les Thaïlandais progressifs sont perturbés par la diffusion de vieilles photos de la famille royale par les medias du pays qui prétendent qu’il s’agit d'événements récents. Qu'ont-ils à cacher? Pourquoi les royalistes ne peuvent-il pas être sincères vis-à-vis du peuple thaïlandais? Pourquoi la famille royale est-elle si secrète sur les questions de leur maladie ou de la mort? Après tout, les contribuables thaïlandais ont énormément dépensés durant des décennies pour le palais, y compris pour la nourriture et les gardes du corps.

Ces questions importantes méritent des réponses honnêtes.

Il y a quatre ans, le roi avait déclaré qu'il pourrait vivre jusqu'à 120 ans et qu'il était déterminé à le faire. Les médias thaïlandais ont rapporté cette nouvelle avec jubilation. A-t-elle été l'annonce d'un prélude à son immortalité? A cause des lois répressives de lèse-majesté en Thaïlande, sa prétention presque impossible à vivre 120 ans ne peut pas être traitée comme une blague. En tout cas, les médias étrangers ont échoué à diffuser les nouvelles de son incroyable longévité.

Mais, blague à part, la famille royale a de bonnes raisons de garder leur tête en vie aussi longtemps que possible. C'est un faiseur d'argent. Le roi est non seulement le plus ancien monarque du monde mais il est aussi le plus riche, et cela depuis longtemps.

Comme indiqué par le magazine Forbes, ses vastes exploitations sont gérées par le Bureau de Propriété de la Couronne (CPB), qui gère les investissements du palais et détient d'énormes quantités de terres à travers la Thaïlande, ainsi que des participations dans nombre des plus grandes entreprises de la nation, y compris Siam Cement et Siam Commercial Banque. Cela donne à la fortune du roi une valeur nette d'environ 30 milliards de dollars.

Mais il possèderait apparemment également beaucoup d'autres actifs, y compris de l'or et des bijoux. En 2014, le milliardaire Newswire a rapporté que le roi Bhumpibol aurait en sa possession quelque 9,000 tonnes d'or massif, d'une valeur qui tournerait autour de quelques 350,000,000,000 dollars.

La mort du roi pourrait certainement mettre en péril les milliards de dollars qui sont maintenant éparpillés dans le monde entier dans des formes de participations directes ou indirectes ou par procuration.

De nombreux royalistes fidèles qui gravitent autour de la monarchie seraient également en difficulté si le roi mourrait. Leurs droits et privilèges illimités, tels que le statut en franchise d'impôt, peu importe combien d'argent ils gagnent, ainsi que les millions et les millions venus de l'argent des contribuables, pourraient disparaître.

Ainsi, les conseillers privés et le cercle intérieur de la famille royale vont tout faire, y compris ce qui est contraire à l'éthique, pour tromper le peuple thaïlandais. L'armée est elle-aussi aussi complice dans ce processus.

La monarchie et l'armée ont agi de connivence lors de tous les 19 coups d'Etat qui ont eu lieu en Thaïlande au cours de ces 60 dernières années. Chaque fois, le roi graciait l'organisateur du coup d'Etat et approuvait une nouvelle constitution. Chaque constitution prévoyait plus de privilèges et plus de puissance pour la monarchie, ce qui permettait à cette dernière de prospérer. Suite au récent coup d'Etat, le général Prayuth Chan-ocha, a abrogé la constitution, sauf tous les articles relatifs à la monarchie ainsi que la loi de lèse-majesté.

La monarchie et l'armée partagent la richesse du budget national de la façon dont ils le désirent, parce que, après un coup d'Etat, la monarchie approuve toujours la déclaration de la loi martiale, qui donne un pouvoir illimité à l'armée.

En octobre dernier, les membres de la junte, soi-disant pour montrer leur bonne foi dans la mise en scène du coup d'Etat, ont déclarés leurs biens personnels. Le général Prayuth aurait un actif total de 128 millions de baht thaïlandais soit environ 4 millions de dollars US. Il a été officier de carrière dans l'armée toute sa vie. Son salaire comme général d'armée était seulement de 40,000 dollars par an.

Le général Prayuth apprécie le fait qu'en temps de paix ou de crise, les membres de la famille royale soient toujours à l'honneur dans la société thaïlandaise, agissant comme s'ils étaient gentils et attentionnés alors qu'en fait, ils n'ont pas fait grand-chose pour le peuple thaïlandais. Leurs tenues royales sont impeccables avec des épingles décoratives et des signes extérieurs comme pour montrer aux pauvres thaïlandais qu'ils sont venus du ciel.

Pour promouvoir leur bonne image, des nouvelles les concernant sont diffusées quotidiennement sur les stations de radio et de télévision appartenant au gouvernement. Ils ont aussi leur heure d'information exclusive. A 8 heures du soir, les nouvelles royales apparaissent sur toutes les chaînes de télévision.

Celui ou celle qui critique la famille royale fera l'objet d'une accusation de lèse-majesté - une plainte qui peut être déposée par toute personne et en tout lieu. La police sera obligée de lancer une enquête qui aboutira finalement à une hideuse inculpation par un procureur. Ne pas le faire peut être considérée comme un manquement au devoir et constitue aussi un délit de lèse-majesté.

Une telle loi barbare a séparé des familles et des proches en causant le chaos et le désespoir parmi eux.

À la lumière des sanctions imposées par de nombreuses nations civilisées contre les généraux thaïlandais qui ont organisé le dernier coup d'Etat, les nouvelles venues du pays sur le chômage, les assassinats et les suicides sont omniprésentes. Pourtant, l'armée et la monarchie s'en foutent complètement.

La Thaïlande est maintenant dans un cycle de dictature continue. La Thaïlande a cruellement besoin de l'aide des dirigeants internationaux et d'une pression soutenue pour sortir de ce cycle d'oppression et mettre fin d'urgence à la lèse-majesté.

Chatwadee Rose Amornpat

Chatwadee Rose Amornpat

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
15 juin 2015 1 15 /06 /juin /2015 07:05

Un article de Giles Ji Ungpakorn

Lien:

http://redthaisocialist.com/thailand-news-update-in-english/770-a-coup-for-the-rich-revisited.html

 

La junte du généralissime Prayut a annoncé qu'elle allait supprimer le salaire minimum national de 300 bahts par jour (environ 8 euros) qui avait été introduit par le gouvernement précédent de Yingluck. Au contraire, elle veut revenir au système "flottant" de salaire minimum favorisé par des fanatiques du marché libre comme Pridiyatorn Devakul. Ce soi-disant système "flottant" de salaire minimum permet aux hommes d'affaires et aux responsables gouvernementaux dans chaque province de fixer un salaire minimum local en fonction de leurs intérêts. Même si ces comités provinciaux sont censés avoir une représentation syndicale, en pratique, certains sont composés de syndicaux comparses des employeurs alors que d'autres n'ont pas de véritables représentants syndicalistes du tout. Cela permettra d'accroître l'inégalité dans tout le pays.

Le vice-Premier ministre pour les affaires économiques, Pridiyatorn Devakul, a affirmé que la baisse des exportations thaïlandaises au cours des 4 dernières années serait due à la politique salariale de 300 baht minimum. Il n'y a absolument aucune preuve de cela et le déclin dans les exportations et les importations a été expérimenté dans toutes les grandes économies émergentes (voir le graphique ci-dessous). La véritable cause est la crise économique mondiale.

Graphique économique

Graphique économique

La leçon de la crise économique thaïlandaise et asiatique de 1997 est que la faible rémunération ainsi que la faible stratégie d'exportation de la technologie, suivie par la plupart des gouvernements thaïlandais depuis des décennies, a rendu le pays non compétitif, car il a dû rivaliser avec de nouveaux arrivants de pays à bas salaires sur le marché de l'exportation comme le Vietnam, la Chine et le Bangladesh. Qui plus est, les politiques néo-libérales de libre marché des gouvernements militaires et civils précédents avaient permis à une bulle spéculative de croître en raison de la suppression des contrôles et de la baisse de la rentabilité des secteurs productifs de l'économie.

Ajouté à cela, les bas salaires des travailleurs thaïlandais ont prouvé que lorsque les exportations ont chuté en 1996, le pouvoir d'achat des citoyens du pays n'a pas été assez fort pour sauver les entreprises en difficulté par la substitution de la demande intérieure afin de remplacer la perte des exportations.

Aujourd'hui, alors que les exportations thaïlandaises sont en chute libre, réduire le pouvoir d'achat des travailleurs thaïlandais ne peut qu'aggraver les choses. Cela ne fait qu'exposer une "course à la stratégie du pire" poursuivie par les néolibéraux de la junte militaire. Cela n'est qu'un retour en arrière afin de faire de la Thaïlande un pays à bas salaire et à faible technologie, en bref, un pays sous-développé. La consommation intérieure sera sérieusement réduite à cause des bas salaires et ne pourra pas compenser la baisse des exportations, comme lors de la dernière récession.

Mais la question la plus importante est que les salaires actuels sont encore beaucoup trop faibles pour permettre aux travailleurs de profiter d'un bon niveau de vie. Trois cents bahts par jour ne sont pas suffisants pour beaucoup de gens. Le niveau d'inégalité économique en Thaïlande est inacceptable. Pourtant, les généraux et les fonctionnaires royalistes, qui n'ont jamais eu à vivre avec 300 bahts par jour, affirment constamment aux travailleurs que leurs salaires sont trop élevés. Depuis le coup d'Etat de l'année dernière, ces élites se sont offert d'énormes augmentations de salaire ainsi que d'autres avantages. Elles ont mis en place un budget militaire pléthorique et ont multiplié les problèmes économiques du pays du fait de l'incertitude due à la poursuite de l'oppression contre toutes les critiques de la junte et la militarisation de toutes les branches de l'administration.

Bien sûr, la junte et ses laquais affirment tous suivre l'économie de suffisance du Roi. Mais cette idéologie d'économie de suffisance n'est qu'une idéologie néolibérale qui vise à préserver les inégalités économiques, car il y est dit que les pauvres doivent s'adapter à leur pauvreté tandis que les riches peuvent rester riches. Cette idéologie réactionnaire a été constamment promue par les deux juntes militaires, celle du coup d'Etat de 2006 et celle du coup d'Etat de Prayut de l'année dernière. Ma critique envers l'idéologie d'économie de suffisance dans mon livre anti-dictature a été la principale raison pour laquelle j'ai été inculpé de lèse-majesté en 2008.

Après le coup d'Etat militaire de 2006, j'ai écrit dans mon livre, "Un coup d'État pour les riches", que le nouveau cabinet nommé par les militaires était bourré de néo-libéraux. "Le ministre des Finances, Pridiyatorn Devakul, était un homme qui croyait en la "discipline fiscale néo-libérale". Il était opposé à "trop de dépenses" pour la santé publique. Après le coup d'État, le bureau du Budget réduisit de 23% les dépenses pour le système de protection de la santé du Thai Rak Thai tandis qu'il augmentait de 30% celui de la Défense. Pridiyatorn menaça d'abandonner de nombreux projets de transports publics destinés à régler les problèmes de circulation de Bangkok..."

Aujourd'hui, Pridiyatorn est de retour au sein du gouvernement, désireux de pousser de l'avant avec des politiques encore plus néo-libérales, comme l'introduction de "co-paiements" pour le système de soins de santé actuellement en place. La junte a déjà privatisé encore plus d'universités, tout comme l'avait fait la junte précédente de 2006.

Prayut, le chef de la junte, a également fait certains commentaires racistes désagréables pour justifier son opposition à un salaire minimum national. Tout d'abord, il a débité le non-sens néo-libéral habituel à propos des soi-disant "hauts salaires" en Thaïlande qui effrayaient les investisseurs. Pire que cela, il a essayé de jouer la carte raciste en disant qu'il était "mal" que les travailleurs migrants étrangers aient été les principaux bénéficiaires du salaire minimum de 300 bahts. Ceci est un moyen politique classique pour tenter de détruire la solidarité à l'intérieur de la classe ouvrière. En réalité, la Thaïlande a une pénurie de main-d'œuvre et a besoin des travailleurs en provenance des pays voisins. De toute façon, ils sont généralement très mal traités et ne touchent jamais le salaire légal. En ce qui concerne les investisseurs, de nombreuses grandes entreprises étrangères, dans l'industrie automobile et la haute technologie de l'industrie de l'électronique, payent des salaires bien au-dessus du salaire minimum pour les travailleurs qualifiés. Ce ne sont que les ateliers domestiques, souvent clandestins, et qui ne disposent que de peu d'investissement, qui pourraient se plaindre du salaire 300 bahts.

Les syndicalistes thaïlandais doivent s'unir dans la solidarité entre les différentes nationalités et ils ont besoin de lutter pour un niveau de vie décent avec la liberté et la démocratie qui vont avec.

Vous pouvez télécharger la traduction française du livre "Un coup d'État pour les riches" à partir de ce site .....

http://redthaisocialist.com/download-/77-francais/671-un-coup-detat-pour-les-riches.html

"Un coup d'État pour les riches" revisité
Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
14 juin 2015 7 14 /06 /juin /2015 08:20

De la Méditerranée à l’Asie: les migrants victimes d’une société barbare

Un article de Valérie Fontaine

Lien:

http://www.lutte-ouvriere-journal.org/2015/06/03/de-la-mediterranee-lasie-les-migrants-victimes-dune-societe-barbare_37247.html

 

Après le naufrage meurtrier du 19 avril, au large de la Libye, qui a causé la noyade de plus de 800 personnes, pas une semaine ne se passe sans qu’éclate un nouveau drame impliquant des migrants, d’un bout à l’autre de la planète.

Les circonstances sont partout les mêmes. La pauvreté, la persécution, la guerre ou les exactions des bandes armées poussent de plus en plus de femmes et d’hommes à quitter leur pays et à chercher un travail et une vie meilleure dans un pays moins déshérité. Ils se heurtent partout à des frontières de plus en plus hermétiques et à des polices qui leur font la chasse. Pour parvenir à leurs fins, ces migrants n’ont d’autre choix que de s’en remettre à des passeurs sans scrupules qui les rackettent et les violentent, vont même parfois jusqu’à les emprisonner, les torturer ou les abandonner en mer, c’est-à-dire à la mort dans bien des cas.

Au cours du dernier week-end de mai, plus de 5 000 hommes, femmes et enfants partis de Libye sur des embarcations de fortune, ont été secourus au large de l’Italie. Ils s’ajoutent aux 220 000 personnes qui ont traversé la Méditerranée en 2014, aux 40 000 qui ont tenté le voyage depuis le début 2015. Les patrouilles qui les ont trouvés ont aussi découvert dix-sept nouveaux cadavres. Cela porte à près de 1 790 le nombre de migrants morts ou disparus en tentant de rejoindre les côtes européennes depuis le début de l’année, selon le dernier bilan de l’OIM (Organisation internationale pour les migrations).

À la mi-mai, les médias ont mis en avant un autre drame, celui des migrants de l’Asie du Sud-Est, piégés en mer depuis plusieurs semaines, dans des bateaux surchargés errant au large des côtes d’Indonésie, de Malaisie et de Thaïlande, empêchés d’accoster par ces différents pays. Il s’agissait cette fois de membres de la minorité Rohingya, persécutés dans leur pays, la Birmanie, ou d’habitants du Bangladesh fuyant la misère.

Une semaine plus tard, les médias ont révélé l’horreur de camps de transit installés dans la jungle de Thaïlande ou de Malaisie, où les passeurs gardent prisonniers ces mêmes migrants jusqu’à ce que leurs familles paient de fortes sommes pour leur permettre de continuer le voyage. Un membre de l’OIM affirme avoir observé dans ces camps «un niveau de traitement et de privation identique à celui des camps de concentration nazis», ce qui est corroboré par les dizaines de charniers retrouvés ces dernières semaines de part et d’autre de la frontière thaïlandaise.

Lors d’une conférence réunie en urgence à Bangkok, les représentants des pays impérialistes n’ont pas manqué de s’indigner de ces pratiques particulièrement atroces, et de reprocher leur passivité aux dirigeants des pays impliqués, la Thaïlande et la Birmanie en particulier. Quel culot et quelle hypocrisie ! Dans la région, c’est l’Australie qui, la première, a empêché les bateaux de migrants de pénétrer dans ses eaux territoriales.

Plus généralement, quel que soit leur pays d’origine, les migrants fuient des situations dont les dirigeants du monde capitaliste sont entièrement responsables. Ils fuient les conséquences des guerres impérialistes menées en Afrique et au Moyen-Orient. Ils fuient aussi le chômage de masse et le dénuement extrême dans des villes surpeuplées ou des campagnes abandonnées et l’exploitation féroce dans les nouveaux bagnes capitalistes qui permet aux multinationales de maintenir, voire d’augmenter leurs profits.

D’un bout à l’autre de la planète, les capitalistes mènent la guerre aux pauvres et la situation faite aux migrants n’en est qu’un aspect, particulièrement révoltant… Contre un tel système, travailleurs des différents pays et migrants candidats à le devenir ne peuvent être que des alliés.

Découverte de charniers dans les camps de réfugiés rohingyas

Découverte de charniers dans les camps de réfugiés rohingyas

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
10 juin 2015 3 10 /06 /juin /2015 11:01

Un article du site isranews.org

Lien en thaï:

http://isranews.org/isranews-scoop/item/39015-blacklist_8882392392.html?fb_action_ids=477572565733437&fb_action_types=og.shares

 

On y trouve notamment Chupong Tituan, Anek "San Francisco", Jaran Dittapichai, Tang Achiva, Suda Rangkupan, Kotee... et quelques autres.

L'un d'entre eux est un Espagnol (NDT: Emilio Esteban, un Espagnol de pure souche webmaster du blog "The Daily Skipper"), les autres sont des Thaïlandais exilés dont certains ont obtenus la nationalité du pays où ils vivent. 17 d'entre eux se trouveraient dans des pays voisins de la Thaïlande.

Le Colonel Paiboom Koomchaya, ministre de la justice de la junte, a déclaré, en tant que président du Conseil Intérieur de la Prévention et de la Résolution des Problèmes de Sécurité Nationale, qu'il ferait tout son possible pour les ramener au pays afin qu'ils y soient jugés.

Initialement, le directeur du DSI a fait état de trois sortes de gens passibles d’inculpations en vertu de la loi 112 (la loi de lèse-majesté):

1 - Ceux qui vivent à l'étranger et qui font l'objet d'un avis de recherche

2 - Ceux qui vivent dans le pays et font l'objet d'une surveillance des autorités

3 - Ceux qui sont suivis par les autorités et dont la conduite est surveillée

La liste qui suit indique les personnes qui se trouvent à l'étranger et qui sont inculpées de lèse-majesté:

Etats-Unis (5 personnes): 1 - Joe Gordon (qui est un citoyen américain d'origine thaïlandaise), 2 - Chupong Tituan (qui possède lui-aussi la nationalité américaine), 3 - Manoon Chaichana (connu sous le nom d'Anek "San Francisco"), 4 - Richard Saisamorn, 5 - Saney Tinsaen ou Piangdin

Australie (1 personne): Ongart Tanakamonnant

Japon (1 personne): Pavin Chachavalpongpun

France (1 personne): Jaran Dittapichai

Nouvelle-Zélande (1 personne): Ekapop Luaram

Espagne (1 personne): Emilio Esteban (la seule personne de cette liste qui ne soit ni d'ethnie thaïlandaise ni asiatique. Il s'agit d'un pur Espagnol)

Finlande (1 personne): Junya Yimprasert

Canada (1 personne): Colonel Nahatai Tanya

Cambodge (3 personnes): 1 - Pitsanu Promsorn, 2 - Jakrapob Penkair (selon certaines sources, il se trouverait aux Etats-Unis), 3 - Somsak Jeamteerasakul (qui vient d'obtenir l'asile politique en France ce qui prouve que la junte n'est pas vraiment bien informée)

Laos (14 personnes): 1 - Aum Neko (qui a, elle-aussi, obtenu l'asile politique en France ou elle se trouve depuis plusieurs mois), 2 - Surachai Sae Darn (il se trouve toujours en Thaïlande et ne sait même pas qu'il a été de nouveau inculpé après ses 3 ans de prisons suite à une condamnation pour lèse-majesté en 2011), 3 - Wat Wallangoon, 5 - Kotee (qui, selon certaines sources, se trouverait au Cambodge), 6 - Cheep Chuchai, 7 - Thantawut Thaweewarodomkul, 8 - Pipat Pansuwan, 9 - Nitiwat Wansiri, 10 - Taksu Yonoknakpan, 11 - Chaianat Paisiton, 12 - Trairong Sinseubwong, 13 - Suda Rangkupan (qui se trouve aux Etats-Unis après avoir transité par le Cambodge sans avoir mis les pieds au Laos), 14 - Wanchalern Satsaksit

Libérez-Somyot se demande pourquoi la junte thaïlandaise fait-elle une fixation sur le Laos alors que la plupart des gens cités ne s'y trouvent pas. L'armée thaïlandaise aurait-elle envie de prendre sa revanche contre ce pays après la raclée que lui a infligé les troupes laotiennes lors de la guerre d'agression de la Thaïlande en 1988? Quand l'économie va mal, une petite guerre...

Quelques-uns des inculpés de lèse-majesté en exil politique

Quelques-uns des inculpés de lèse-majesté en exil politique

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article