Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 novembre 2014 5 28 /11 /novembre /2014 07:49

L'universitaire Somsak Jeamteerasakul, le défenseur des droits de l'homme Jaran Dittapichai et l'activiste transsexuelle Aum Neko ont tous les trois un point commun. Ils sont réfugiés politiques en France

Aum Neko est l'un de ces militants qui refusent de tenir compte des ordres militaires. Elle n'avait pas beaucoup de choix. Aum Neko est une étudiante transsexuelle, âgée de 22 ans, qui a organisé une série de manifestations spectaculaires avec un maquillage de zombie, du faux sang, et des gestes obscènes, au cours des dernières années. Lors de la manifestation qui l'a transformée en une sensation des médias, elle a tiré le drapeau thaïlandais qui pendait à l'Université Thammsat et l'a remplacé par un drapeau noir.

Aum Neko a vécu en exil dans un pays d'Asie du Sud-Est durant les trois derniers mois, et l'a tout récemment quitté pour rejoindre Paris et la France afin d'y demander l'asile politique. Un animateur populaire de la télévision thaïlandaise avait auparavant signalé aux autorités qu'elle avait insultée la monarchie lors d'une interview pour son spectacle, provoquant une accusation de lèse-majesté. Aum Neko nie l'accusation, et explique que les militaires n'ont jamais montrés de preuves pour cette dernière. Elle affirme n'avoir aucun regret au sujet de sa décision de fuir après avoir été convoqué en mai dernier. Elle sait qu'elle n'aurait jamais eu un procès équitable, et aurait fait face à un grave danger si elle était restée au pays.

"Ils m'auraient probablement conduite à la prison des hommes, et depuis que je suis transgenre, cela aurait été une situation très dangereuse, car il n'y a pas de protection pour les transgenres", explique Aum Neko. "Il y a beaucoup de violence sexuelle contre les transgenres là-bas."

Aum Neko est excentrique, donne le vertige, et aime faire des bruits de chat (elle est obsédée par les chats, et son surnom "Neko" est en fait le mot japonais pour "chat"). Compte tenu de sa jeunesse, on se demande si elle n'est pas un peu naïve sur les conséquences potentielles à long terme de ses actions, ce qui pourrait l'amener à demeurer en exil pendant de nombreuses années à venir. Si elle est extradée, elle pourrait se retrouver dans une prison thaïlandaise pendant 15 ans en raison de ses critiques publiques sur les médias sociaux du rôle de la monarchie dans le coup d'Etat. Mais, comme ses compagnons d'exil, elle sait que son rôle primordial consiste à soutenir le mouvement anti-coup d'Etat en Thaïlande. De nombreux Thaïlandais ont capitulés par peur et par fatigue, ils acceptent leur sort comme faisant partie d'une culture axée sur les coups d'Etat, affirme-t-elle.

Lorsqu'on lui demande si elle espère retourner en Thaïlande, son ton passe du ludique au sérieux. Sa famille lui manque terriblement, et elle pense qu'elle devra attendre cinq à dix années avant de rentrer chez elle. D'ici là, dit-elle, elle espère que la monarchie aura pris fin et que la Thaïlande sera devenue une république.

Source:

http://www.foreignpolicy.com/articles/2014/11/25/home_away_from_home_thailand_exiles

Aum Neko devant l'Arc de Triomphe à Paris

Aum Neko devant l'Arc de Triomphe à Paris

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
27 novembre 2014 4 27 /11 /novembre /2014 07:59

Le Parti Socialiste de Malaisie ainsi que plusieurs organisations syndicales du pays appellent à manifester à Kuala Lumpur contre la visite de Prayuth en Malaisie

 

Lien de l'appel:

https://www.facebook.com/events/379181298918147/?ref_newsfeed_story_type=regular

 

Traduction:

Action de protestation suite à la visite de Prayuth en Malaisie

Nous demandons votre soutien et de vous joindre à l'action de protestation le lundi 1er décembre 2014, à 11 heures, en face de l'ambassade Royale de Thaïlande (206, Jalan Ampang, Kuala Lumpur 55000)

Plan Google Map:

https://www.google.com.my/maps/place/Royal+Thai+Embassy/@3.16052,101.72633,15z/data=!4m2!3m1!1s0x0:0xee4a36be5cf99224

 

Prayuth Chan-ocha est arrivé au pouvoir en mai dernier, après avoir organisé un coup d'Etat militaire contre un gouvernement démocratiquement élu. La loi martiale a été déclarée, des militants et dissidents ont été arrêtés et harcelés par l'appareil répressif du coup d'Etat, une constitution provisoire antidémocratique a été introduite, et Prayuth s'est nommé lui-même premier ministre de Thaïlande sans l'approbation populaire donnée par des élections démocratiques. La liberté d'expression a été supprimée par le répressif Conseil national pour la paix et l'Ordre (NCPO) dirigé par Prayuth.

Le coup d'Etat actuel n'a rien à voir avec l'amélioration de la démocratie et de la justice sociale en Thaïlande. Au lieu de cela il resserre l'emprise de la dictature et tente d'écraser toute institution démocratique existante.

Par conséquent, nous appelons tous les Malaisiens qui respectent les principes de la démocratie et de la justice sociale à exprimer leur opposition à la visite de Prayuth et sa réception par le gouvernement malaisien.

Affiche anti-Prayuth

Affiche anti-Prayuth

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
26 novembre 2014 3 26 /11 /novembre /2014 14:02

Trois responsables de la police thaïlandaise ont été accusés de lèse-majesté et d'être à la tête d'un réseau de corruption.

Arrêtés samedi dernier, le chef du Bureau central des investigations Pongpat Chayapun, son adjoint Kowit Vongrongrotet et un général, chef de la police maritime, ont été démis de leurs fonctions et placés en détention.

Quatre autres policiers et cinq civils ont également été arrêtés dans cette affaire. Trois autres officiers de police se sont mystérieusement "suicidés", l'un en se jetant du 24eme étage d'un bâtiment de l'armée, un autre en se jetant de la fenêtre d'un hôpital militaire, le troisième en se pendant.

Cette affaire a été rapportée par certain des grands médias mais ce que ces derniers ne vous disent pas, car même leurs correspondants vivent dans la peur d'une inculpation pour lèse-majesté (ils ne font pas leur boulot quand ils chient dans leurs frocs devant une junte oppressive), Libérez-Somyot va vous le dire.

Parmi toutes ces arrestations, il se trouve trois personnes affiliées à la famille de l'épouse du Prince Héritier.

Un des civils arrêté est une femme, c'est la propre sœur de la Princesse Srirat, l'épouse du Prince Héritier.

Un des policiers arrêté est son mari, donc le beau-frère du Prince Héritier.

La troisième personne arrêtée est l'un des policiers qui est aussi un cousin de la Princesse.

Beaucoup de choses sont en train de bouger au Royaume du Siam et le mois de décembre promet d'être riche en rebondissements.

Certains des policiers inculpés

Certains des policiers inculpés

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
26 novembre 2014 3 26 /11 /novembre /2014 10:13

Un article du journal The Guardian

Lien:

http://www.theguardian.com/world/2014/nov/24/thai-news-website-editor-jailed-defaming-king?CMP=share_btn_fb

 

Nut Rungwong, l'éditeur du site web Thai E-News, est tombé sous le coup de la loi de lèse-majesté et a été condamné à quatre ans et demi de prison

Un tribunal militaire en Thaïlande a condamné un éditeur de site web à quatre ans et demi de prison pour avoir publié un article il y a cinq ans prétendument diffamant vis-à-vis du roi de la nation.

Un responsable du département "Judge Advocate General" de l'armée a précisé que la sentence de Nut Rungwong avait été réduite de moitié car l'éditeur avait plaidé coupable lors du procès.

Nut Rungwong publiait le site Thai E-News, qui est maintenant bloqué par les censeurs.

L'article, publié en 2009, avait été écrit par Giles Ji Ungpakorn, un intellectuel thaïlandais radical et ancien universitaire en sciences politiques qui s'est réfugié en Grande-Bretagne cette même année.

La loi de lèse-majesté en Thaïlande est considérée comme la plus dure du monde, avec des condamnations à des peines de prison allant de trois à 15 ans.

Capture d'écran de la page du journal "The Guardian" en ligne

Capture d'écran de la page du journal "The Guardian" en ligne

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
25 novembre 2014 2 25 /11 /novembre /2014 11:12

Jakrapob Penkair et l'organisation Seri Thai (Thaïs libres) ont condamnés les arrestations d'étudiants

 

Lien:

https://www.facebook.com/permalink.php?story_fbid=878624952170485&id=560398830659767&fref=nf

 

Nous condamnons les arrestations "Hunger Games"

Nous condamnons les arrestations dictatoriales et embarrassantes de plusieurs étudiants et de citoyens ordinaires en Thaïlande qui avaient juste fait le signe à trois doigt du film "The Hunger Games". Cet acte idiot montre le niveau d'instabilité paranoïaque de la Thaïlande après la prise de contrôle du pays par les militaires armés et l'installation forcée d'une administration dirigée par le général Prayuth Chan-ocha, qui s'est finalement nommé lui-même premier ministre du pays.

Avant les multiples arrestations de "Hunger Games", ce même régime militaire avait arrêté plusieurs personnes vues en train de lire le roman de George Orwell "1984" ou simplement manger des sandwichs (après qu'un manifestant connu l'ait fait en public). Ceci souligne la gravité des violations des droits humains en Thaïlande, un pays qui se dirige aujourd'hui vers un avenir sombre.

La majorité des Thaïlandais sont contre ce régime et ses partisans cachés, dont le seul but est de mettre fin au processus de démocratisation en Thaïlande. Seuls les fusils et autres moyens de la force empêchent les gens de s'exprimer librement. Nous demandons au monde, qui assiste à cet incident, de le voir comme un exemple d'un problème plus vaste.

Vendredi 21 novembre 2014

Jakrapob Penkair

Secrétaire exécutif de l'Organisation des Thaïlandais libres pour les droits humains et la démocratie (FTHD)

Jakrapob Penkair

Jakrapob Penkair

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
24 novembre 2014 1 24 /11 /novembre /2014 07:01

Un article de Giles Ji Ungpakorn

Lien de l'article:

https://uglytruththailand.wordpress.com/2014/11/22/reality-is-less-titillating-than-gossip-about-the-palace/

 

Suite à l'excitation sur les différentes activités du Palais et la spéculation sur la succession royale, il est utile de revenir à la réalité et d'expliquer la raison pour laquelle le généralissime Prayut a organisé son coup d'Etat et ce que lui et ses sbires militaires essaient de faire pour la vie politique thaïlandaise.

Évidemment, nous pouvons rejeter les notions ridicules comme quoi l'armée a dû intervenir pour "rétablir la paix" ou "empêcher une guerre civile". Cela aurait pu être fait il y a des mois ou même des années si l'armée avait pris des mesures pour protéger la souveraineté du peuple ainsi que ses souhaits démocratiques contre les royalistes de la classe moyenne qui ont utilisé des manifestations de rue afin d'empêcher les élections et détruire la démocratie.

Nous pouvons également rejeter le conte de fées qui affirme que l'armée est intervenue pour "mettre fin à la corruption". L'armée thaïlandaise a une longue histoire, qui a commencé à la fin des années 1930, comme étant l'une des institutions publiques les plus corrompues, avec ses divers généraux amassant d'énormes richesses par des moyens malhonnêtes. La présente junte est en train de s'assurer que cette belle tradition se poursuive tandis que ses généraux se payent d'énormes et multiples salaires, bénéficient de fonds publics spéciaux pour les militaires ainsi que par les diverses affaires qui impliquent de toute évidence de graves conflits d'intérêt.

Non, les deux coups d'Etat militaires en 2006 et 2014 ont été conçus pour utiliser le pouvoir illégitime de l'armée afin de renverser le système démocratique. C'est tout le sujet de la crise politique.

Qu'est-ce que les élites conservatrices et militaires haïssent dans le système démocratique? Certes, ils pouvaient vivre avec des élections libres et équitables dans le passé tant qu'il n'y avait pas de domination du parlement par un parti et tant qu'aucune véritable politique n'était jamais proposée au moment des élections. C'est le genre de système avec lequel le Parti Démocrate était à l'aise. Les votes étaient obtenus à travers des réseaux patron-client et la plupart des dirigeants politiques de tous les partis pouvaient partager des postes ministériels ainsi qu'un espace d'alimentation pour se gaver. Mais dès qu'un politicien devenait trop puissant, et surtout quand il menaçait les privilèges de l'armée, comme le cas de Chartchai Choonhawan, il y avait la possibilité de les supprimer via des coups d'Etat militaires ou d'autres moyens.

Ce qui était inquiétant pour l'armée et les élites conservatrices depuis la montée du gouvernement Thai Rak Thai de Taksin Shinawat, c'était l'alliance construite entre l'électorat et un parti politique qui mettait en place une modernisation des politiques et de réels programmes pro-pauvres. L'armée et les élites détestaient l'idée que les gens ordinaires puissent exprimer ce qu'ils voulaient et être écoutés par un parti qui avait obtenu un énorme avantage électoral à la suite de cette alliance.

Soudain, les généraux et les bureaucrates non élus se sont retrouvés débordés. Le Parti Démocrate n'avait pas de moyens démocratiques pour faire concurrence au parti de Taksin parce qu'il s'opposait aux politiques qui bénéficiaient à la majorité. Les classes moyennes, qui avaient toujours jouies d'une vie meilleure que la plupart des gens, déploraient aussi les nouvelles politiques de dépenses de l'Etat qui amélioraient la vie des pauvres et bénéficiaient à la majorité de la population dans une société modernisée. Les néo-libéraux étaient également consternés par les dépenses sociales publiques pour les infrastructures et les soins de santé.

L'avis du roi sur tout cela, s’il en a même eu un, n'était pas pertinent. Ses richesses et son statut de "Dieu Vivant" n'ont jamais été menacés et Taksin était aussi désireux de l'utiliser et de le promouvoir comme l'avaient fait toutes les autres élites. Pumibon a juste suivit le flux. À un moment donné, la princesse héritière avait même laissé échapper de façon irritée que tous les royalistes chemises jaunes avaient eu raison d’utiliser la monarchie pour leurs propres fins. Le roi et la princesse héritière préfèrent être laissé seuls pour profiter de leur richesse et de leur statut. C'est la même chose dans le cas du prince héritier, qui n'a absolument aucun intérêt pour les choses intellectuelles ou politiques. Cependant, comme la crise se développait, certains des membres les plus stupides de la famille royale: la reine et une de ses filles forte en gueule ont sauté sur le wagon de la bande des royalistes. Pourtant, les élites conservatrices ont peu de respect pour ces deux personnages.

Au lieu d'avoir des orgasmes en faisant des commérages sur le palais ou la succession royale à venir, nous devons être sérieux et nous concentrer sur ce que l'armée et les conservateurs mettent au point dans tous leurs processus anti-réforme. Une étude rapide de ce qui est proposé révèle que cela n'a rien à voir avec le Palais ou la succession.

Les principaux plans de l'anti-réformes sont de réduire le pouvoir des futurs gouvernements élus en fragmentant le système politique et déplaçant le pouvoir vers des organismes conservateurs non élus comme les tribunaux, les sénateurs et les organismes non-indépendants profondément conservateurs (qui prétendent être indépendants) nommés. Cela va de pair avec des efforts pour instaurer de manière définitive un programme néo-libéral extrême impliquant un retour en arrière par rapport aux politiques en faveur des pauvres qui consiste à forcer les gens à payer pour les soins de santé et les dépenses publiques. Cet objectif serait atteint en imposant le néo-libéralisme dans la constitution et en utilisant divers organismes non élus ayant droit de veto vis-à-vis de certains types de dépenses du gouvernement. Naturellement les dépenses militaires et le budget pléthorique du Palais ne seront jamais touchés.

Ce processus a été lancé par le coup d'Etat militaire de 2006, mais ce dernier s'est avéré être trop faible pour faire les changements réactionnaires jugés nécessaires par les conservateurs. Cette fois ils utilisent une junte militaire vicieuse, la suppression de tous les droits humains et une charte compréhensive copiant le style birman de "démocratie guidée".

La conclusion de cette analyse est que la junte et ses viles réalisations devraient être contestés et combattus par une base politique et économique fondée sur des principes de gauche. Cela doit être une lutte de gauche parce qu'il s'agit d'élargir l'espace démocratique et d'améliorer la situation économique de la vaste majorité des Thaïlandais.

Pour ceux qui préfèrent les commérages sur la famille royale, je vous suggère de regarder Game of Thrones sur internet ou de lire le nouveau livre d'Andrew MacGregor Marshall. Mais n'oubliez pas de vous joindre à la vraie lutte pour la démocratie et la justice sociale une fois votre divertissement terminé.

Giles Ji Ungpakorn et son livre "Thailand's Crisis and the Fight for Democracy" qui est bien plus intéressant que celui d'Andrew MacGregor Marshall

Giles Ji Ungpakorn et son livre "Thailand's Crisis and the Fight for Democracy" qui est bien plus intéressant que celui d'Andrew MacGregor Marshall

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
23 novembre 2014 7 23 /11 /novembre /2014 13:14

Annonce du Groupe des étudiants pour la protection de la démocratie de l'Université Ramkhamhaeng

Lien en thaï:

https://www.facebook.com/pluk5506119725/photos/a.312666545562476.1073741827.312617612234036/385559741606489/?type=1&theater

 

Traduction de l'annonce:

Six mois de dictature

Le 22 mai 2014 dernier, le général Prayuth Chan-ocha, chef de la junte, avait annoncé prendre le pouvoir en chassant le gouvernement élu par les voix de l'ensemble de la nation selon la règle de la démocratie, sous prétexte de la situation anormale du pays.

Depuis ce jour, cela fait six mois que la junte, dirigée par le général Prayuth, a volé le pouvoir aux gens. La junte s'est transformée en un gouvernement qui prétend gérer le pays par la réforme et la réconciliation.

Mais, en observant l'ensemble de cette période, nous avons constaté qu'ils n'agissent pas comme ils prétendent le faire, mais qu'ils font en fait le contraire. Ce gouvernement rebelle qui a volé le pouvoir au peuple, abuse de son pouvoir délibérément, utilise l'injustice afin de maltraiter les gens et utilise avec discernement la règle du double standard pour d'autre groupe de personnes. Ils empêchent aussi les médias publics d'être libres de servir directement et correctement le public. Ils ont abusés des droits de l'homme, de la liberté et de la dignité qui sont des droits fondamentaux dont tout le monde devrait bénéficier. Nous, groupe des "étudiants qui protègent la démocratie", somment un groupe d'étudiants venus d'un institut soutenu par l'impôt des gens du peuple. Nous ne pouvons pas ignorer ni rester sans réactions quand nous voyons les gens faire face à toutes ces difficultés résultant de la crise actuelle et victimes de l'administration de ce gouvernement rebelle, que ce soit en économie, au niveau social ainsi que d'autres domaines.

Suite à notre discussion lors de notre dernière réunion, nous avons décidés d'être un groupe d'étudiants qui s'oppose à tous les aspects de ce système et le condamne car il est gouverné illégalement sans démocratie et n'est pas accepté par le peuple, ni par la communauté internationale,.

Groupe des étudiants pour la protection de la démocratie

Université Ramkhamhaeng

22 novembre 2014

Logo du Groupe des étudiants pour la protection de la démocratie de l'Université Ramkhamhaeng

Logo du Groupe des étudiants pour la protection de la démocratie de l'Université Ramkhamhaeng

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
22 novembre 2014 6 22 /11 /novembre /2014 16:22

L'universitaire thaïlandais renommé Somsak Jeamteerasakul, qui était passé dans la clandestinité et avait disparu peu après le coup d'Etat, a récemment rouvert son compte facebook et a remercié les nombreuses personnes qui l'avaient aidé à échapper aux griffes de la junte. Il a aussi publié son analyse de la situation actuelle et des causes du coup d'Etat.

Son analyse en thaï:

https://www.facebook.com/somsakjeam/posts/751895458197069

 

Traduction en français:

 

"Ratpraharn Sueb Chata" ou le Coup d'Etat pour prolonger une vie

Une analyse de Somsak Jeamteerasakul

 

Il y a quelques jours, je pensais avoir trouvé un nom approprié pour ce coup d'Etat. Je ne suis pas bon pour nommer mais je pense qu'il devrait être appelé "Ratpraharn Sueb Chata" (Coup d'Etat pour prolonger une vie).

Beaucoup de Thaïs connaissent une cérémonie rituelle du Nord qu'ils appellent "Sueb Chata" ou "Prolonger la vie".

Cette cérémonie comprend l'organisation de rite religieux, des donations, etc... et va jusqu'à faire semblant de mourir en se couchant dans un cercueil. L'idée est d'étendre sa vie.

Ce coup d'Etat a aussi pour cible ou but de prolonger la vie.

Question: Quelle vie?

Réponse: La durée de vie de la monarchie.

J'aimerais vous donner les raisons de mon analyse et de mon choix d'appeler ce coup d'Etat de cette façon. Les voici:

1) Les organismes gouvernementaux qui ont leur autorité au-dessus de l'enquête publique comme le conseil privé, les militaires, les procureurs jusqu'aux organisations comme le Bureau de la propriété de la Couronne ou de nombreuses organisations non officielles, comptent sur le pouvoir légal et l'existence de la monarchie, qui est le pouvoir suprême au-dessus de toute enquête publique.

(En fait, si nous parlons du point de vue plus large des "sciences sociales", nous pouvons analyser que les villes moyennes ont augmenté et sont devenue "le peuple de base" pour la monarchie depuis 1987. Ils s'appuient sur la monarchie comme "facteur idéologique" afin de devenir un leader reconnu dans la société, mais il y a des complications qui nécessitent plus d'explications).

2) Depuis 1987, il y a eu beaucoup de changements importants dans le système de la monarchie (ce phénomène que j'appelle "la monarchie de masse", a également besoin d'une longue explication. Si vous êtes intéressé, regardez s'il vous plaît mon interview donnée lors de la dernière exposition au mémorial du 14 octobre).

Un point important est la personnalisation de la monarchie au travers du roi actuel (c'est un phénomène plus récent que ce qu'affirment de nombreux universitaires. Par exemple, lors de la période entre le 14 octobre 1973 et le 6 octobre 1976 ainsi qu'avant et aussi durant quelques années après, l'image n'était pas la même qu’à présent.)

3) Les résultats de la personnification a aussi bien des points forts que des points faibles. Le point fort que nous connaissons tous, c'est que la classe moyenne des villes qui acclame la famille royale peut différencier ses sentiments pour le roi vis-à-vis de ceux pour d'autres membres de la famille, par exemple le prince héritier, et les actions d'autres membres de la famille ne pourront pas "toucher" leur sentiment de loyauté envers "l'institution de la monarchie" (parce que leur perception réelle est que "l'institution de la monarchie" = le roi).

Le plus important "point faible" et qui est directement lié à la crise et au coup d'Etat actuel est que tout le monde doit "naitre - vieillir - tomber malade - et mourir" définitivement. Tant que la personne que nous considérons comme "l'institution de la monarchie" est en bonne condition, il n'y aura pas de problème mais s'il se fait vieux et tombe malade?

4) De la façon dont la monarchie est sérieusement personnifiée depuis les deux derniers siècles et quand la situation se produit ou la personne se fait vieille et malade, la nouvelle science médicale moderne ne va "prolonger le temps" que pour quelques années.

Que peuvent-ils faire avec l'institution de la monarchie comme le "fondement" de leur pouvoir, s'ils n'ont pas la personne qui est personnifié comme étant "l'institution" elle-même? Ceci est le "cœur" de l'objectif suprême de ce coup d'Etat.

C'est quand ils ne peuvent utiliser la science médicale pour prolonger la vie de façon tout à fait illimité, qu'ils décident alors d'utiliser le "coup d'Etat" pour prolonger la vie à la place (si vous utilisez un dicton informel), en gros, s'ils ne peuvent pas utiliser la médecine pour prolonger la vie, ils utilisent des armes et des chars à la place.

Ils espèrent que ce contrôle strict et absolu contrôlé pourra résister au changement (qui est déclinant) de l'institution de la monarchie et de leur situation actuelle, même sans le roi qui est égalisé à l'institution de la monarchie. C'est "le maintien du statut de l'institution de la monarchie sans roi qui est personnifié comme l'institution de la monarchie".

5) En fait, des années avant ce putsch, j'avais discuté avec mes amis du scénario à l'origine de ce coup d'État. C'est la prise de pouvoir absolue afin de tout contrôler. Nous avons convenu que ce genre de prise de pouvoir se produirait quand il y aura un changement de roi. Ce que nous avons oublié d'analyser, c'est que nous ne nous attendions pas à ce que cela se produise si vite comme c'est arrivé il y a six mois (mon erreur sur ce point sera élaborée plus tard).

6) Si nous regardons les "cibles" de ce coup d'Etat, ce ne sont pas les anciens politiciens du gouvernement, mais ce sont les cas "112" qui ont été "mis de cotés et blanchis" du 112 pendant de nombreuses années. Ceci est passé et ce sont eux qui ont été vraiment attaqué ce qui signifie vraiment emprisonnés sans droits à la liberté sous caution (à proprement parler il y a un autre type de "cible" qui a été attaqué par ce putsch - Ceci est une autre question importante et je trouverai un bon timing pour l'élaborer. Juste pour aujourd'hui, je tiens à dire, qu'en bref, cette question implique aussi le maintien du statut de l'institution).

La première politique de ce "gouvernement" peut être expliqué en termes simples (différente de la langue officielle utilisée dans leur politique d'annonce) comme "éliminer ceux dont la bouche négligente cause des démangeaisons ou ceux ayant la mauvaise intention de secouer l'institution nationale principale".

Le véritable objectif suprême de ce coup est de "tourner l'horloge du temps en arrière" et de revenir à 2007/2008 (environ).

A cette époque, la question de l'établissement de la monarchie n'avait pas encore été mise en valeur publiquement.

7) Il y a des facteurs supplémentaires de cette analyse, mais je veux soulever un point:

Si cette analyse est correcte, il n'y a pas de chance que la junte relâche ses mains du pouvoir absolu. Il se poursuivra au moins jusqu'au changement de roi. Peu importe l'idée d'élection pour cette année ou l'année prochaine parce que leurs intentions est de garder le pouvoir absolu afin de garantir qu'ils conserveront le statut de la monarchie sans avoir le monarque qui a été personnifiée comme l'institution, ce qui risque de se produire bientôt.

Somsak Jeamteerasakul

Somsak Jeamteerasakul

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
21 novembre 2014 5 21 /11 /novembre /2014 13:57

Trois étudiants de l'université ont été arrêtés par la police à Bangkok pour organiser une visite de masse du dernier film "Hunger Games", qui est devenu associé à la dissidence contre le régime militaire de Thaïlande.

Un étudiant de quatrième année en économie Rattapon Supsopon a été interpellé par des agents en civil et emmené au poste de police. Peu de temps après, un deuxième étudiant a été arrêté pour possession d'une copie du roman de George Orwell 1984, un autre symbole anti-coup interdit par la junte militaire de Thaïlande.

Natcha Kong-Udom, une étudiante de première année à l'Université de Bangkok, a été arrêtée par la police après avoir fait le salut à trois doigts devant un cinéma à proximité du centre commercial Siam Paragon, devant un cinéma qui diffusait "The Hunger Games: Mockinjay 1ere Partie".

Natcha, qui ne s'était pas associée avec les autres militants, a déclaré aux journalistes à la station de police. "Je savais que le salut conduirait à mon arrestation, mais je pense que c'est la seule chose qu'une personne soit en mesure de faire." Elle a ensuite été emmenée par des soldats au siège de la 2eme division de cavalerie dans le district de Sanam Pao pour y être détenue.

Pendant ce temps en France, des membres de la diaspora thaïlandaise conduite par la célèbre étudiante transsexuelle Aum Neko, se sont réunis devant un cinéma à Paris qui jouait le film "Hunger Games" pour faire le salut à  trois doigts afin de montrer leur solidarité avec les personnes arrêtées et leur opposition au régime militaire thaïlandais.

Sources:

http://www.khaosodenglish.com/detail.php?newsid=1416476484

et

http://prachatai.org/english/node/4514

L'étudiante Natcha Kong-Udom faisant le signe des trois doigts à Bangkok

L'étudiante Natcha Kong-Udom faisant le signe des trois doigts à Bangkok

Aum Neko (4ème à partir de la droite) mène une protestation anti-coup en face d'un cinéma de Paris diffusant Hunger Games

Aum Neko (4ème à partir de la droite) mène une protestation anti-coup en face d'un cinéma de Paris diffusant Hunger Games

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
21 novembre 2014 5 21 /11 /novembre /2014 09:06

Vous voulez savoir si la junte de Thaïlande surveille votre ordinateur à votre insu, bonne nouvelle, Amnesty International vient de lancer un programme pour détecter des logiciels espions

Lien:

http://www.amnesty.fr/Nos-campagnes/Liberte-expression/Actualites/Detekt-un-programme-pour-savoir-si-votre-ordinateur-est-espionne-par-des-gouvernements-13312

 

Un programme pour savoir si votre ordinateur est espionné

Imaginez que vous n’êtes jamais seul. Que quelqu’un vous regarde par-dessus votre épaule, enregistre tous les mouvements sur votre ordinateur ; lit et écoute toutes vos conversations sur skype, utilise le microphone et la caméra de votre téléphone portable. Tout cela à votre insu. C’est ce qui arrive à des milliers de défenseurs des droits humains à travers le monde, surveillés par des logiciels espions installés par des gouvernements pour surveiller et réprimer les voix critiques.

En cause, des logiciels espions développés hors de tout cadre légal par des entreprises et utilisés par de nombreux gouvernements. Face à ces menaces, Amnesty International, avec une coalition d’organisations de défense des droits humains lance Detekt, un outil simple pour détecter des logiciels espions installés à votre insu par des gouvernements pour surveiller vos activités.

LE RÊVE DES RÉGIMES RÉPRESSIFS DEVENU RÉALITÉ

La surveillance numérique ciblée s’est considérablement développée ces dernières années, dans l’illégalité et l’opacité la plus totale. Désormais, les logiciels espions développés ne se contentent pas de collecter vos communications, mais entrent à l’intérieur des ordinateurs et en prennent le contrôle. 

DETEKT : UN OUTIL SIMPLE A PORTÉE DE TOUS

Le 20 novembre 2014, en collaboration avec d’autres organisations et experts, nous lançons DETEKT, un nouvel outil permettant aux journalistes et aux défenseurs des droits humains d'effectuer une analyse de leur ordinateur afin de trouver d'éventuels logiciels espions connus.

Detekt est le premier outil mis à la disposition du public qui puisse détecter, sur les ordinateurs et les appareils mobiles, les principaux logiciels de surveillance connus, dont certains sont utilisés par des gouvernements.

Detekt est un outil simple qui avertit les militants de ce type d'intrusion afin qu'ils puissent agir. Il permet de contre-attaquer face à des gouvernements qui utilisent certaines informations soutirées par le biais de la surveillance afin de soumettre défenseurs des droits humains et journalistes à des arrestations arbitraires, des détentions illégales, voire à la torture.

Conçu par Claudio Guarnieri, chercheur allemand spécialisé dans les questions de sécurité, Detekt est lancé en collaboration avec Amnesty International, Digitale Gesellschaft, l'Electronic Frontier Foundation et Privacy International.

Attention, l’outil s’utilise quand votre ordinateur est hors ligne et que vous exécutez en mode administrateur. Il s'agit d'une première version du logiciel et des bugs sont existants, notamment sur Windows 8.1.

Les sources sont disponibles et téléchargeables sur GitHub.

TELECHARGEZ DETEKT

Lien de téléchargement:

https://resistsurveillance.org/#waypoint2

 

UN COMMERCE DE LA SURVEILLANCE NUMÉRIQUE HORS DE TOUT CONTRÔLE

Le marché de la technologie de surveillance est hors de tout contrôle. Nous avons désespérément besoin d’une régulation légale stricte qui puisse ramener ce marché dans les normes des droits humains. Les conséquences négatives et dangers de ces technologies sont énormes et doivent être contrôlées.

L'utilisation et le commerce de technologies de surveillance des télécommunications se sont développés de manière exponentielle ces dernières années. La Coalition contre l'exportation illégale de technologies de surveillance, dont Amnesty International est membre, estime que le commerce mondial des technologies de surveillance représente 4 milliards d'euros par an, et qu'il est en expansion.

Selon Claudio Garnieri, l’une des personnes à l’origine du logiciel Detekt :

"Tellement de pays utilisent maintenant ces technologies qu’il serait en fait plus simple de penser à ceux qui ne le font pas. Si on met un point rouge sur chaque pays qui l’utilise sur une carte du monde, la vue est plutôt choquante. Parmi ces pays, notons le Bahrein, le Maroc, les Emirats Arabes Unis, Oman, l’Ethiopie, le Soudan, l’Ouzbekistan, le Kazakhstan, l’Azerbaïdjan, l’Angleterre, l’Allemagne, le Mexique, l’Australie, parmi bien d’autres."

LES DEFENSEURS DES DROITS HUMAINS EN PREMIERE LIGNE

Les défenseurs des droits humains, les opposants, les journalistes, et toute voix critique de manière générale peuvent aujourd’hui être surveillés dans leurs moindres mouvements. Ils ne l’apprennent généralement qu’une fois interrogés dans les prisons et centres de détention où ils sont conduits sur la base de ces informations.

Ahmed Mansoor a été libéré en 2011. Il avait été emprisonné après avoir signé une pétition appelant à la démocratie, et pour avoir administré un forum de discussion critique des autorités, et interdit par elles. Après sa libération, il s’aperçut que ses mouvements étaient surveillés : il a été passé à tabac à deux reprises. Il s’est ensuite rendu compte que son ordinateur avait été infecté par un logiciel espion qui donnait aux autorités accès à ses moindres mouvements. Son compte email et twitter avaient aussi été piratés.

Finspy, Gamma International, et la surveillance des activistes du Bahreïn, même en exil

L’entreprise allemande Finfisher, qui appartenait au groupe britannique Gamma International,  a développé le logiciel espion Finspy : celui-ci peut surveiller les conversations sur skype, extraire des fichiers du disque dur, enregistrer les emails et l’usage du microphone, et même prendre des captures d’écran et des photos à partir de l’appareil photo intégré. »

D’après des recherches menées par Citizenlab et des informations publiées sur Wikileaks, Finspy a été utilisé pour surveiller d’éminents défenseurs des droits humains du Bahreïn, dont certains vivant en exil à Londres.

Saeed Al-Shehabi est l’un des activistes surveillés par Finspy au Royaume-Uni :

"Nous savions que les autorités bahreïnies espionnaient les militants au Bahreïn, mais nous ne savions pas qu’il leur était aussi possible de le faire en Angleterre. J’ai peur, car on ne sait jamais la quantité d’informations qu’ils ont sur toi, comment ils peuvent l’arranger pour s’en servir contre toi. Tu te sens d’un coup très vulnérable. Detekt est un outil très utile. Cela a une valeur inestimable pour un militant comme moi."

En rouge: les gouvernements qui surveillent le plus internet. La Thaïlande fait bien sur partie du lot

En rouge: les gouvernements qui surveillent le plus internet. La Thaïlande fait bien sur partie du lot

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article