Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 mai 2014 4 29 /05 /mai /2014 11:41

Le chanteur du groupe Carabao, Yuenyong Opakul, est bien connu comme étant un sympathisant actif des Chemises jaunes d'extrême droite... et ce depuis que Thaksin a interdit la circulation des poulets en 2004 pour cause de grippe aviaire. Le chanteur, qui possède certains des plus beaux coqs de combats du Royaume, l'avait très mal pris. Depuis, il a supporté les manifestations du PAD en 2006, le coup d'état en septembre de cette même année et même le massacre des Chemises rouges en avril/mai 2010. Pire encore, Yuenyong Opakul vient de proclamer sur sa page facebook qu'il dédiait toutes ses chansons au général Prayuth et à la junte qui vient de prendre le pouvoir en Thaïlande et règne par la terreur.

 

 

Carabao dédie ses photos au général Prayuth, le chef de la junte

Carabao dédie ses photos au général Prayuth, le chef de la junte

Cet homme, qui a fait son beurre grace à des chansons pseudo-révolutionnaires, n'a plus aucune honte et s'est placé délibérément dans le camp des antidémocrates. Liberez-Somyot appelle au boycott de tous ses disques et de la boisson énergétique "Carabao Daeng" dont il est proprietaire.

Le chanteur du groupe Carabao, Yuenyong Opakul, décide de collaborer avec la junte militaire
Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
28 mai 2014 3 28 /05 /mai /2014 14:45

Un article de Peter Symonds

Lien de l'article en anglais:

http://www.wsws.org/en/articles/2014/05/26/pers-m26.html

 

La réponse américaine au coup d'Etat militaire de la semaine dernière en Thaïlande était totalement cynique. Apres avoir déclaré qu'il était "déçu par la décision de l'armée thaïlandaise de suspendre la constitution et prendre le contrôle du gouvernement", le secrétaire d'Etat John Kerry a demandé "un retour à la démocratie" et a averti que les programmes d'assistance militaire et d'autres seraient examinés.

La "déception" de Kerry n'avait rien à voir avec une quelconque préoccupation pour les droits démocratiques du peuple thaïlandais. Elle reflète plutôt que la préoccupation de l'administration Obama, tout au long de ces sept mois de troubles politiques à Bangkok, a été de préserver ses relations étroites et de longue date avec l'armée thaïlandaise dans le cadre de son vaste plan de "pivot asiatique" et de son escalade militaire contre la Chine dans la région.

La prise du pouvoir par l'armée, le 22 mai, est l'aboutissement de ce qui ne peut être décrit que comme un coup d'Etat rampant par les élites traditionnelles de Thaïlande qui gravitent autour de la monarchie et qui étaient amèrement hostiles au gouvernement élu du Parti Pua Thai et à son bailleur de fonds principal, l'ancien Premier ministre Thaksin Shinawatra. Des manifestations anti-gouvernementales, qui ont débuté en novembre dernier, exigeant l'éviction de la Première ministre Yingluck Shinawatra, la soeur de Thaksin, ont été accompagnées par des décisions judiciaires partisanes qui ont resserré l'étau autour du gouvernement.

L'administration Obama n'a rien dit en mars dernier lorsque la Cour constitutionnelle a annulé les résultats de l'élection du 2 février qui avait été perturbée par des manifestations anti-gouvernementales ainsi qu'un boycott du Parti Démocrate d'opposition. La décision du tribunal a laissé le gouvernement dans les limbes du pouvoir avec un statut de gouvernement intérimaire aux pouvoirs limités. Washington n'a pas non plus critiqué la décision de la Cour constitutionnelle du 7 mai de cette année, qui a renversé Yingluck et neuf ministres sur de fausses accusations, ce qui équivalait à un coup d'Etat judiciaire. Le 20 mai dernier, le Département d'État des États-Unis a approuvé l'imposition de la loi martiale par l'armée et a accepté la parole du général en chef de l'armée Prayuth Chan-ocha comme quoi ce n'était "pas un coup d'Etat."

Kerry a seulement exprimé sa déception deux jours plus tard après que Prayuth ait dissous le gouvernement intérimaire, arrêté des dirigeants politiques, imposé une censure totale, interdit les rassemblements publics et ait pris le pouvoir en tant que Premier ministre lui-même. Il n'était plus possible pour les États-Unis de prétendre qu'un coup d'Etat militaire n'avait pas eu lieu et cela a mis l'administration Obama dans une position où elle était légalement tenue d'agir. En vertu de la Loi sur l'Aide étrangère des USA, la Maison Blanche doit nécessairement couper l'aide aux pays dans lesquels un "chef de gouvernement élu est renversé par un coup d'État militaire."

Les États-Unis ont depuis annoncé une suspension symbolique de 3,5 millions de dollars d'aide militaire à la Thaïlande, mis fin à un exercice naval conjoint qui était en cours depuis la semaine dernière, et annulé un programme de formation de la police et deux échanges de haut niveau. Il ne fait aucun doute, cependant, que dans les coulisses, l'étroite collaboration du Pentagone avec les militaires se poursuivra sans relâche jusqu'à une reprise des relations complètes le plus tôt possible.

Tout cela a été élaboré à l'avance entre l'administration Obama et les chefs militaires thaïlandais. Le secrétaire d'Etat adjoint américain, Daniel Russel, était à Bangkok le mois dernier pour rencontrer "un éventail de dirigeants ainsi que les parties prenantes." Il a fait appel au public pour un compromis entre le gouvernement et ses opposants royalistes exigeant un "Comité Populaire " non élu pour diriger le pays. Dans les coulisses, cependant, les responsables américains ont sans doute été informés par les chefs militaires.

Le coup de la semaine dernière suit le même schéma que l'éviction de Thaksin par l'armée en 2006. WikiLeaks a révélé plus tard que l'ambassadeur américain Ralph Boyce avait été informé du coup d'Etat militaire plusieurs semaines à l'avance et avait donné son approbation. Les deux parties avaient convenus qu'il y aurait une réduction de l'aide des États-Unis en façade. Cependant, le financement des États-Unis a continué pour les programmes de non-prolifération et de lutte contre le terrorisme. La Thaïlande a gardé son traitement préférentiel comme un allié majeur non-OTAN et les exercices militaires annuels conjoints Cobra Gold, l'une des plus grande manœuvre militaire du monde, se sont déroulés comme prévu en 2007 alors que la junte était au pouvoir. L'administration Obama a sans doute donné le feu vert pour ce dernier coup d'Etat comme l'administration Bush l'avait fait en 2006.

Les actions de l'armée ne visent pas principalement la faction pro-Thaksin de la classe dirigeante, mais la classe ouvrière et les pauvres du monde rural. La peur dans les cercles dirigeants thaïlandais, et aussi à Washington, c'est que les luttes intestines prolongées entre factions puissent ouvrir la porte à un mouvement de travailleurs et de paysans suite à des conditions de croissance économique négative, une montée des tensions sociales et des exigences des entreprises pour l'austérité .

Tout en donnant un soutien tacite au coup d'État, les États-Unis cherchent aussi à minimiser l'impact de ​​leurs relations avec l'armée. La Thaïlande est un allié militaire principal et a envoyé des troupes pour combattre dans les guerres américaines néocoloniale en Corée, au Vietnam, en Afghanistan et en Irak. Pendant la guerre du Vietnam, 50 000 soldats américains étaient basés en Thaïlande et des bombardiers américains en mission au Vietnam décollaient des bases aériennes thaïlandaises.

L'importance de la Thaïlande aux plans de guerre du Pentagone a été soulignée par un câble WikiLeaks datant de 2009 et écrit par l'ambassadeur américain Eric John qui a noté que "nos militaires accèdent tranquillement à la base aérienne d'Utapao plus de 1000 fois par an pour des vols en vue d'appuyer les opérations américaines, y compris pour les missions en Afghanistan et en Irak." Il a également noté que l'armée américaine a utilisée la même base aérienne "pour des vols contre des cibles qui présentaient un intérêt pour l'intelligence (NDT: la CIA), et nous avons reçu l'autorisation de ces opérations comme une question de routine, sans avoir à répondre à des questions à la fin de ces vols. Il est difficile d'imaginer un autre pays en Asie qui puisse si facilement permettre ces opérations. Alors que nous évitons de faire connaître notre utilisation d'Utapao pour éviter les sensibilités thaïlandaises concernant la perception de l'implication étrangère dans leur pays, Utapao et les ports maritimes thaïlandais demeurent vitaux pour nos objectifs de projection de nos forces en Asie du Sud-Est".

Le soutien implicite de Washington pour le coup d'Etat militaire de la semaine dernière en Thaïlande est un avertissement à la classe ouvrière en Asie et à l'étranger. Loin d'être un champion de la démocratie, l'impérialisme américain soutient de plus en plus les régimes d'ultra-droite, comme le gouvernement japonais de Shinzo Abe et la présidente de Corée du Sud, Parc Geun-hye, fille de l'ancien dictateur soutenu par les États-Unis, Parc Chun-hee, car il cherche à réaffirmer l'hégémonie des États-Unis à travers le "pivot asiatique" en vue de se préparer à la guerre contre la Chine. La junte thaïlandaise est le dernier domino du "pivot".

La lutte politique pour les droits démocratiques et contre l'austérité est nécessairement liée à la lutte contre la politique va-t-en-guerre des États-Unis. Les travailleurs de Thaïlande ne pourront défendre leurs intérêts de classe et leurs droits fondamentaux qu'en se tournant vers la classe ouvrière de toute la région et surtout en participant à une lutte commune contre les États-Unis dans une perspective socialiste et internationaliste.

Peter Symonds

Lors des manœuvres conjointes Thaïlande/USA Cobra Gold, un instructeur militaire américain explique à des soldats thaïlandais comment lutter en milieu urbain

Lors des manœuvres conjointes Thaïlande/USA Cobra Gold, un instructeur militaire américain explique à des soldats thaïlandais comment lutter en milieu urbain

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
28 mai 2014 3 28 /05 /mai /2014 10:14

Un article de Supalak Ganjanakhundee

Lien:

http://www.nationmultimedia.com/politics/Coups-are-only-helping-boost-Thaksins-image-30234779.html

 

(NDTR: Supalak Ganjanakhundee est un journaliste du "Nation". Il n'est pas pro-Thaksin ni pro-Chemises rouges et a même été auparavant plutôt sympathisant des Chemises jaunes. Mais son dernier article soulève d'intéressantes questions, d'ou publication par Libérez-Somyot. Cependant, certaines affirmations à lire avec du recul sont signalée par la Rédaction)

Le coup d'Etat militaire du 22 mai 2014 n'est pas nécessairement le dernier dans l'histoire politique thaïlandaise et il ne faut pas  s'attendre à ce qu'il mette fin aux conflits.

BANGKOK : - Tout d’abord, l'armée n'est pas vraiment connue pour sa capacité à réparer les divisions politiques, et cette intervention ne semble n'avoir contribué qu'à aider l'élite, le Parti Démocrate et ses alliés du Comite pour la Reforme Démocratique Populaire (PDRC) à atteindre leur objectif qui était de renverser le gouvernement de Yingluck Shinawatra .

Ce coup d'Etat, comme celui de 2006, semble être devenu l'outil de l'élite conservatrice pour se débarrasser de ce qui a été surnommé le "régime Thaksin".

Le coup de 2006 n'a pas réussi à débarrasser le pays de l'influence de l'ancien Premier ministre Thaksin Shinawatra. Est-ce une autre tentative pour terminer le travail?

L'élit , les Démocrates , le "PDRC" et leurs alliés dans les branches judiciaires et législatives avaient commencé à essayer de détruire les composants du gouvernement Thaksin pièce par pièce, il y a déjà six mois.

A cause ou grâce aux allégations de corruption et d'inconduite (NDLR: non prouvée et souvent falsifiée), Yingluck et d'autres membres du Parti Pheu Thai vont très certainement être interdits de politique pendant au moins cinq ans.

Mais est-ce que ce sera la fin ? Le coup de 2006 a déjà prouve que l'intervention militaire n'est pas vraiment la solution.

Evincer Thaksin par un coup d'Etat militaire l'a laisse en position forte sur le podium de la démocratie, entouré de ses partisans des chemises rouges.

Les deux interventions militaires qui ont eu lieu en moins d'une décennie ont plutôt laissé Thaksin - qui n'a pas une bonne réputation en matière de démocratie et de Droits de l'Homme (NDLR: l'article a été écrit par un journaliste plutôt sympathique vis-à-vis des Chemises jaunes) - a être maintenant  considéré comme un croisé des principes démocratiques.

Pendant ce temps, l'armée n'a plus que le choix de continuer à utiliser la force pour réprimer les gens qu'ils considèrent comme des sympathisants du régime Thaksin (NDLR: L’armée n’a pas que ce choix, elle en a aussi un autre qui consisterait à rendre le pouvoir au peuple).

Malheureusement, cela ne peut se faire qu'au détriment de la démocratie, des droits humains et de la primauté du droit.

Beaucoup de ceux considérés comme anti-putschistes sont des gens ordinaires qui essaient de se battre pour leurs droits démocratiques et n'ont absolument rien a voir avec Thaksin.

Cependant, les officiels ont été amenés à croire que tous les manifestants avaient ete payé  pour protester dans les rues contre le Coup (NDLR: en prétendant dénoncer cette croyance, l'auteur de l'article tente de faire suggérer malicieusement que ce n'est le cas que pour certains manifestants, ce qui est complètement faux. Par contre, c'est vrai pour beaucoup de manifestants chemises jaunes du PDRC).

Des études ont indiqué que le mouvement des Chemises rouges a été créé pour protester contre de criants griefs dont l'inégalité, pas nécessairement par l'argent de Thaksin (NDLR: toujours cette obsession sur l'argent de Thaksin de la part de gens qui ne parlent jamais de tous ces milliardaires, dont certains beaucoup plus riches que Thaksin, qui soutiennent financièrement le PDRC).

Par conséquent, pour eux, une élection n'est pas seulement un symbole de la démocratie, mais un moyen efficace d'accéder à des ressources nationales et à un meilleur niveau de vie.

Thaksin est devenu populaire parce qu'il a su distribuer une partie de cette richesse nationale aux pauvres.

Malheureusement, l'élite intellectuelle a mis cela sur le compte d'un "populisme de dépendance", mais, pour les électeurs ordinaires, ce populisme se traduit par de la nourriture sur la table.

Toutefois, la dernière intervention a une fois de plus coupé l'accès des pauvres à la richesse nationale et risque d'approfondir encore plus la division entre riches et pauvres.

Manifestation contre le coup d'Etat

Manifestation contre le coup d'Etat

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
27 mai 2014 2 27 /05 /mai /2014 17:45

Un rapport de Prachatai révèle que la junte travaille dur dans les provinces. Il se réfère à des tentatives de limiter et étouffer la critique dans les universités. Il affirme que les professeurs et autres membres du personnel dans les universités de Chiang Mai, Mahasarakham, Ubon Ratchathani, et les provinces de Phitsanulok "ont été convoqués par l'armée après le coup militaire le 22 mai. Ils sont surveillés, signalés et se sont vu interdire les activités politiques qu'ils pensaient organiser" A Chiang Mai, le "commandant de l'armée de la région nord a convoqué les représentants des écoles primaires, des écoles secondaires et des universités pour clarifier les questions sur le contrôle de la paix et de l'ordre". Chiang Mai est surveillé de très près par l'armée.
À l'Université de Mahasarakham, l'Université d'Ubon Ratchathani et l'Université Naresuan à Phitsanulok, "des dizaines de conférenciers ont été convoqués par le commandements des opérations régionales de sécurité interne."
À Chiang Mai, "neuf manifestants anti-putschistes auraient été arrêtés dimanche" et "sept autres manifestants anti-putschistes ont été arrêtés samedi ...".
Les manifestants ont été prudents, et les rapports de la répression militaire sont monnaie courante. Les dirigeants des chemises rouges et les dirigeants politiques pro-Thaksin ont été placés en détention militaire.
L'armée a également "perquisitionné les stations de radio communautaires et arrêté les leaders rouges."
Au moins "neuf dirigeants chemises rouges locaux ont été arrêtés par l'armée après que l'armée ait occupé les bureaux des stations de radio communautaires des chemises rouges. Le premier raid a été signalé le 22 mai durant la nuit. Leurs allées et venues sont encore inconnues. En outre, à "Chiang Rai, ASTV-Manager en ligne a rapporté qu'au moins cinq dirigeants des chemises rouges locaux ont été convoqués par l'armée. Les stations de radio communautaires chemises rouges ont également été perquisitionnés. Ce sont des exemples de la forte répression contre les Chemises rouges qui sévit dans le nord et le nord-est, où la junte militaire craint une rébellion.

Source:

https://thaipoliticalprisoners.wordpress.com/2014/05/26/cracking-down-in-the-provinces/

Un policier thaïlandais anonyme proteste contre le coup d'Etat

Un policier thaïlandais anonyme proteste contre le coup d'Etat

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
26 mai 2014 1 26 /05 /mai /2014 17:16

24 mai 2014 - Londres - Plus de 150 citoyens thaïlandais qui ont été arrêtés par les militaires sont dans l'incapacité de communiquer avec leurs avocats, ce qui représente une violation du droit international des droits de l'homme, a expliqué l'avocat des Chemises rouges Robert Amsterdam.

 

"Nous ne savons pas où ils sont détenus, nous ne savons pas s'ils sont maltraités et nous n'avons pas été autorisés à communiquer avec eux", a déclaré Amsterdam pour le compte d'un groupe d'avocats représentant les dirigeants chemises rouges détenus. "Après près de 72 heures, le fait que, suite au coup d'Etat, le général Prayuth tient en otage des gens, sans aucuns droits, et les maintient au-delà de la portée de leurs avocats, est un geste clair d'intimidation. Cela représente une violation du droit thaï et international".

 

Il y a également eu des cas de harcèlement d'avocats représentant les détenus, dont celui de M. Titippong Srisaen , qui a été détenu pendant cinq heures avant d'être libéré. Les autres membres du parlement et du gouvernement élu ont également été arrêtés tandis que les putschistes dissolvaient le Sénat et prenaient en charge tous les pouvoirs de l'Etat.

 

Amsterdam a déclaré que son équipe juridique travaillait en contact étroit avec tous les organismes internationaux compétents en Thaïlande dont les Nations Unies pour tenter de protéger les citoyens et les détenus. L'intolérable et constante conduite de l'armée, qui inclue des raids nocturnes contre des maisons privées et traque des personnes déjà pardonnées pour des procès de lèse-majesté, a créé un climat de peur au sein de la société thaïlandaise, a expliqué Amsterdam.

 

"Compte tenu de la vitesse de cette répression, Prayuth semble n'avoir aucun intérêt dans le maintien de la paix, mais suit le chemin de son triste prédécesseur, le maréchal Sarit Thanarat ", a déclaré Amsterdam . "Son soutien est en train de s'éroder rapidement et nous sommes profondément préoccupés concernant la sécurité publique."

 

Cette semaine, Amsterdam a annoncé que les dirigeants élus de Thaïlande envisageaient la création d'un gouvernement en exil. Des efforts sont en cours pour rapporter les actions des participants du coup d'État afin qu'ils soient tenus responsables quand la primauté du droit sera rétablie.

Lien:

http://robertamsterdam.com/thailand/2014/05/24/statement-legal-counsel-denied-access-to-detainees-of-thai-military-coup/

Un militaire prend en photo des manifestants pro-démocratie

Un militaire prend en photo des manifestants pro-démocratie

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
26 mai 2014 1 26 /05 /mai /2014 17:05

Un article de Giles Ji Ungpakorn

Lien de l'article:

http://uglytruththailand.wordpress.com/2014/05/24/activists-ordered-to-report-to-military-junta/

Alors que les manifestations contre le coup d'Etat militaire prennent de l'élan à Bangkok et dans d'autres endroits, des universitaires et des militants pro-démocratie ont reçu l'ordre de se présenter à l'armée. Nous devons nous assurer que nos amis puissent rentrer chez eux en toute sécurité. Il est temps de faire preuve de solidarité. Parmi ceux qui sont sur la liste des militaires, il y a Ajarn Worachet, Suda, Somsak, Surachai, l'ensemble du groupe de juristes Nitirat et le chanteur du groupe Fai Yen.
Pendant ce temps, ceux qui aiment les complots et les rumeurs sont occupés à dire aux médias internationaux, assez stupides pour les croire, que la crise thaïlandaise ne concerne que ​​la succession royale. Ce que ces théoriciens de la succession disent aux braves gens qui sont dans les rues et s'opposent à l'armée et risquent l'arrestation, c'est qu'ils ne doivent pas déranger. Ils affirment que les dieux du mont Olympe se battent et détermineront le sort de tout le monde. C'est une insulte pour les Chemises rouges et tous ceux qui, en ce moment, se battent pour la démocratie.

Certains des militants pro-démocratie qui ont reçu l'ordre de se livrer à la junte militaire

Certains des militants pro-démocratie qui ont reçu l'ordre de se livrer à la junte militaire

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
26 mai 2014 1 26 /05 /mai /2014 07:36

Dimanche 25 mai, vers 15h30, l'armée a perquisitionné la maison de Somyot Phueksakasemsuk, l'ancien rédacteur en chef d'un magazine pro-chemise rouge qui purge actuellement une peine de 11 ans de prison pour lèse-majesté. Les soldats ont arrêté Sukanya Phrueksakasemsuk, la femme de Somyot, qui a fait campagne pour les prisonniers politiques, et son fils Panitan Phrueksakasemsuk, un étudiant en droit de quatrième année à l'université Thammasat et militant lui-même. Ils sont tous les deux retenus au Club de l'Armée. Selon Sukanya, l'armée a également saisi deux ordinateurs portables.

Somyot a été actif dans les mouvements de travailleurs avant de devenir le chef de file du groupe chemise rouge "24 Juin pour la démocratie". Il a été condamné le 23 Janvier 2013, lorsque le tribunal l'a reconnu coupable d'avoir publié deux articles jugés diffamatoires contre la monarchie.

Source:

http://www.prachatai.com/english/node/4019

L'armée a perquisitionné la maison de Somyot et arrêté sa femme et son fils
Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
26 mai 2014 1 26 /05 /mai /2014 07:23

Déclaration

Groupe d'Étudiants Pour la Démocratie

Faculté de science politique, Université de Chulalongkorn

Position anti-coup d'Etat

Comme le conseil organisateur du coup d'Etat, le Conseil National pour la Paix et l'Ordre (National Council for Peace and Order NCPO), a déposé le gouvernement et commencé à gouverner le pays le 22 mai 2014, nous, Groupe d'Étudiants Pour la Démocratie, Faculté de science politique, Université de Chulalongkorn, considérons cette action comme une violation des principes de la science politique et de la démocratie. Par conséquent, nous aimerions proposer cette déclaration à la junte de la manière suivante:

1 . L'abrogation de la constitution et la déclaration de loi martiale sont considérés comme déshonorant gravement l'Etat et la primauté du droit. Ces actions sont exploités dans la voie de la dictature et sont contradictoires avec le principe de l'Etat moderne et de la démocratie tel que perçue par la communauté internationale, comme c'est apparu dans de nombreuses déclarations de divers pays à travers le monde.

2 . Renverser le gouvernement démocratiquement élu en utilisant une méthode hors la loi sous le prétexte d'en terminer avec l'aggravation de la crise politique du pays est en effet la démolition d'un principe démocratique important de l'égalité des gens. Par conséquent, le gouvernement démocratiquement élu doit être le seul à gouverner le pays et mettre fin à l'escalade de la crise politique du pays sans démolir le principe de l'égalité des personnes.

3 . Selon la quinzième annonce du Conseil National pour la Paix et l'Ordre (NCPO), toutes les radios de l'Etat et les chaînes de télévision , les stations de télévision par satellite , stations de télévision par câble et les stations de radio communautaires ont été condamnés à cesser toute leur programmation normaux. Cette annonce viole la liberté d'expression et la liberté d'information et oblige les gens à écouter seulement l'information diffusée par le Conseil National pour la Paix et l'Ordre (NCPO). En outre, le principe des droits de l'homme est maintenant violé, puisque les dirigeants de base, les politiciens, les militants, les universitaires et des gens qui avaient manifesté pacifiquement, ont été emprisonnés. Nous tenons à faire une demande pour l'abolition de la fermeture de toutes les radios et stations de télévision de l'Etat, toutes les stations de télévision par satellite, les stations de télévision par câble et les stations de radio communautaires, ainsi que pour la libération immédiate des dirigeants de base, des politiciens, des militants, des universitaires et des gens qui ont manifesté pacifiquement.

Pour ces raisons, nous, Groupe d'Étudiants Pour la Démocratie, Faculté de science politique, Université de Chulalongkorn, souhaitons faire une demande au conseil pour le coup d'Etat pour qu'il rende immédiatement le pouvoir au peuple dans la voie de la démocratie par des élections. Ce moyen ramènerait finalement le système parlementaire en préservant le principe de l'égalité des personnes et la norme politique juste tout en conservant la confiance de la communauté internationale.

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
24 mai 2014 6 24 /05 /mai /2014 18:29

Un article de Giles Ji Ungpakorn

Lien de l'article:

http://uglytruththailand.wordpress.com/2014/05/22/army-turns-the-clock-back-to-the-stone-age/


Après avoir prétendu que ce n'était pas un coup d'Etat lorsqu'ils ont d'abord déclaré la loi martiale il y a quelques jours, les militaires viennent d'admettre qu'il s'agissait en fait d'un coup d'Etat avec le général Prayut Chanocha en tant que chef de la junte militaire. Ce n'est une surprise pour personne, sauf pour certains commentateurs naïfs.
C'est le deuxième coup d'Etat militaire en 8 ans et il a été aidé par trois coups judiciaires, dont le dernier a renversé la première ministre élue Yingluk.
Au cours des derniers jours, l'armée a pris le contrôle de tous les médias, elle a bloqué les ondes satellites des médias chemises rouges et fermé les stations de radios communautaires, elle a fait des descentes dans les librairies afin de confisquer tous les "livres politiques" et a commencé à augmenter encore plus la censure de l'Internet. Le pillage des librairies et des bibliothèques avait été exercé la dernière fois en Thaïlande après le brutal bain de sang et coup d'Etat du 6 octobre 1976.
Les militaires ont coupé les émissions des médias étrangers et ont annoncé un couvre-feu.
Suite à l'annonce "officielle" du coup, Prayut a affirmé qu'il "n'avait pas d'autres choix" que d'intervenir pour protéger la paix et la sécurité. Il ment. L'armée est restée assise à ne rien faire pendant des mois et n'a fait que regarder les miliciens de Sutep occuper des bâtiments gouvernementaux, utiliser la violence armée dans les rues et saboter les élections de février dernier.
Prayut ment également quand il affirme que l'armée va maintenant "réformer" la politique thaïlandaise. Les militaires sont le principal obstacle à la démocratie, la liberté et la justice sociale en Thaïlande. Ce que les militaires et les autres antidémocrates ont vraiment à l'esprit est de fixer le système de sorte que l'espace démocratique soit réduit. Ils veulent aussi que tous les gouvernements élus, après des élections à l'avenir lointain, soient impuissants et sous le contrôle de forces non élues.
Le général Prayut est un homme qui a du sang sur les mains. Il y a quatre ans, il a supervisé le massacre dans les rues de près de quatre-vingt-dix manifestants chemises rouges.
La démocratie ne peut être bâtie tant qu'un nombre important de gens ne se rendront pas compte que le Parti Pua Thai et la direction des Chemises rouges ne sont pas disposés à mener une lutte. Taksin est un milliardaire qui ne veut pas mener une lutte tous azimuts pour la démocratie. La construction d'un mouvement pro-démocratie indépendant, basé sur les Chemises rouges, et ayant des liens clairs avec la classe ouvrière et la paysannerie, traine depuis bien trop longtemps.

Arrestations en masse à Bangkok

Arrestations en masse à Bangkok

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
24 mai 2014 6 24 /05 /mai /2014 16:00

LONDRES, 23 mai 2014 - Robert Amsterdam, avocat de l'ancien Premier ministre thaïlandais Thaksin Shinawatra et du mouvement pro-gouvernemental chemise rouge, a déclaré que la formation d'un gouvernement en exil est examiné activement suite à la prise illégale du pouvoir organisé en Thaïlande, par le fait d’un coup d'Etat militaire illégal, par le général Prayuth Chan-ocha, le 22 mai 2014. M. Amsterdam rappelle que les actions de la junte militaire thaïlandaise sont dépourvues de toute légitimité et constituent de flagrantes violations du droit thaï et international. La seule organisation en Thaïlande avec un mandat populaire et juridique pour régir le pays reste le Parti Pua Thai du fait de sa nette victoire lors de la dernière élection générale du 3 juillet 2011.

"Le coup d'Etat militaire organisé par l'armée de Thaïlande n'a aucune légitimité car l'armée de Thaïlande n'a pas de mandat du peuple de Thaïlande pour gouverner le pays. Ceux qui ont le mandat du peuple de Thaïlande garantis par des élections libres et équitables, envisagent maintenant la formation d'un gouvernement en exil", a déclaré M. Amsterdam.

M. Amsterdam a également soulevé la question des détentions illégales de militants pro-démocratie par la junte et a précisé: "je dénonce la détention illégale de tous les dirigeants politiques en Thaïlande. Compte tenu de l'historique de l'armée thaïlandaise en matière de droits humains, nous sommes extrêmement inquiets pour la sécurité des prisonniers politiques et nous exhortons la communauté internationale à rester en état d’alerte."

M. Amsterdam a également indiqué qu'un certain nombre de gouvernements étrangers ont déjà exprimés leur volonté d'accueillir un tel gouvernement en exil en vertu des règles et usages établis selon l'échelle internationale. Il a souligné que l'armée de Thaïlande n'a aucune autorité légale pour gouverner et a agi en violation de la législation locale et internationale.

"Ne vous méprenez pas, c'est un coup d'Etat militaire illégitime qui doit être pénalisé avec toutes les sanctions et mesures diplomatiques possibles pour assurer la sûreté et la sécurité du peuple thaïlandais", a déclaré Amsterdam."

Robert Amsterdam est le conseiller juridique international pour le Front Uni pour la Démocratie contre la Dictature (UDD) de Thaïlande. Plus d'informations peuvent être lues sur le site suivant http://robertamsterdam.com/thailand.

Une arrestation musclée par l'armée thaïe

Une arrestation musclée par l'armée thaïe

L'avocat Robert Amsterdam

L'avocat Robert Amsterdam

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article