Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 mars 2014 3 12 /03 /mars /2014 08:56

Deux soldats ont été arrêtés alors qu'ils tentaient de faire passer plusieurs armes à feu et près de 2.000 cartouches de munitions dans un site de protestation anti-gouvernementale, a indiqué la police.
Le 9 mars à environ 23.00 heures, le sergent Pitsanu Fuengrung et le caporal Nattawut Choedsoongnoen ont été arrêtés alors qu'ils tentaient de faire passer leur véhicule au-delà d'un contrôle de police sur Langsuan Road. Ils se dirigeaient vers le camp anti-gouvernemental du parc Lumpini.
Lors de l'inspection de leur véhicule, la police a découvert une arme de poing de 11 mm, un fusil M16, un fusil M4A1, et près de 2.000 munitions pour les fusils.
Les deux soldats sont des militaires du 2eme Bataillon d'infanterie faisant partie du 31 Régiment d'infanterie qui est basé dans la province de Lopburi.
L'arrestation est intervenue au moment où de nombreux militants pro-gouvernementaux ont accusé l'armée thaïlandaise d'apporter un soutien tacite aux manifestations anti-gouvernementales dirigées par le Comité pour la Réforme Démocratique Populaire (PDRC).
Un certain nombre de soldats de la Marine royale thaïlandaise ont déjà été arrêté avec des armes à feu et des munitions à proximité des sites de protestation du PDRC au cours des dernières semaines. La Marine prétend que l'enquête est en cours et nie que ses forces soutiennent le PDRC.
Cependant, le major-general Warah Bunyasidh, un commandant de l'Armée royale thaïlandaise, a dû admettre que le sergent Pitsanu et le caporal Nattawut sont des membres actifs des forces armées.

Source:

 

http://en.khaosod.co.th/detail.php?newsid=1394433745&typecate=06&section=

Deux soldats arrêtés avec plusieurs armes à feu destinées aux gardes du PDRC
Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
12 mars 2014 3 12 /03 /mars /2014 00:32

THAILANDE POUR NE PAS MOURIR IDIOT, IDIOT!

Sujet bac de philo, Thailande 2557.

Développez :

Je suis tombé par terre,

c'est la faute à Voltaire.

Le cul dans les latrines,

c'est la faute à Taksin.

THAILANDE POUR NE PAS MOURIR IDIOT
Repost 0
11 mars 2014 2 11 /03 /mars /2014 09:35

Rachaprasong News: Le chef de l'armée, Prayuth, affirme que le récent déploiement de forces à Bangkok est une préparation des militaires afin d'être "mûrs" pour prendre le relais.
Rachaprasong News rapporte qu'un général de l'unité spéciale de la police explique que le déploiement de 53 compagnies de l'Armée de terre dans 150 différents endroits de Bangkok n'est qu'une préparation de cette dernière afin de prendre le pouvoir en dernière extrémité. Il a vérifié que l'équipement de l'armée se trouvait au dépôt du 11eme régiment d'infanterie. L'armée utilise comme prétexte la mobilisation des Chemises rouges dans le Nord et le Nord-est afin de lancer une rapide opération d'offensive médiatique en déposant plainte contre le groupe "Rak Chiang Mai 51". L'armée déploierait ses forces dans les rues si la monarchie était attaqué ou s'il se produisait un affrontement entre les forces du PDRC et les Chemises rouges.
Thai Intelligent News souhaite juste ajouter à l'information donnée par Rachaprasong News que la théorie maintenant sur ce que l'établissement de Bangkok prépare, est d'utiliser les tribunaux et les unités indépendantes pour se débarrasser de Yingluck et du Parti Pua Thai afin de créer un vide pour légitimer la formation d'un nouveau gouvernement nommé (et non-élu) par une personnalité soi-disant neutre (probablement Anan Panyarachun, un serviteur de l'élite qui a servi deux fois de paravent aux militaires en 1991 et 1992). Apres la formation de ce gouvernement soi-disant neutre mais en fait non-démocratique et nommé, en bref une nouvelle dictature camouflée, l'élite envisage de consolider son pouvoir et s'attend à ce que les Chemises rouges protestent contre le renversement du gouvernement élu. Dès que les Chemises rouges commenceront leur mouvement de protestation, ils seront contrés par les manifestants fascistes de Suthep. L'armée interviendra immédiatement. La légitimation de ces actions par le gouvernement nommé sera de lutter contre ceux qui veulent une guerre civile en Thaïlande. L'établissement est prêt à liquider 10000 personnes.
Cependant, certains analystes affirment qu'une fois que l'établissement se sera débarrassé du réseau de Thaksin et Yingluck après avoir manipulé la justice et mis en place un gouvernement soi-disant neutre mais en réalité antidémocratique et dictatorial, les Chemises rouges pourraient ne pas chercher un affrontement sanglant qui déclencherait une guerre civile, mais opter pour un combat de longue durée d'intensité moyenne. Dans ce cas, l'établissement commencera une campagne d'assassinats, de disparitions, de menaces sur tous les fronts, de torture et d'enlèvements.

Sources:

http://thaishortnews.wordpress.com/2014/03/04/rajprasong-news-army-chief-prayuth-recent-deployment-of-forces-in-bangkok-ripe-to-take-over/

https://www.facebook.com/rajprasong?fref=ts

 

L'établissement est prêt à liquider 10000 personnes afin de nettoyer la Thaïlande de l'influence de Thaksin
Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
11 mars 2014 2 11 /03 /mars /2014 03:38

SÉCESSION!
Ça y est, on en cause un peu, beaucoup, trop?
Y'aura, y'aura pas, le N-NE contre Bangkok et le Sud?
Waoh! Ça en jette! Mais, c'est encore de la politique fiction car...
Il y a déjà sécession : toute la Thailande contre le Royaume du Parc Lumpini!!!
Un état à part entière avec son dirigeant principal: Suthep;
ses lois : on a toujours raison-on fait ce que l'on veut;
sa police-son armée: les "thugs" et les navy seals en mission;
sa Tv: Blue Sky;
ses journaux: Bkk Post, Nation;
son budget: la manche, l'extorsion, les "dons de grosses compagnies;
ses taxes: "tu veux passer, 200 bahts";etc, etc.

On pourrait en rire.
Sauf... Sauf que, il y a déjà eu UN mort confirmé, une tentative de meurtre (au moins), des passants dépouillés et tabassés, des manifestants-figurants séquestrés ( plus une thune, on veut rentrer chez nous: tu restes ici ou on te marave!), des patrouilles d'hommes armées, ivres, drogués aux environs du parc et des rumeurs de viols...
Les riverains doivent éviter le rouge, porter un sifflet ou les trois couleurs bleu-blanc-rouge et surtout montrer leur solidarité sous peine de...

Bon, imagine le résultat s'ils parviennent à gagner toute la Thailande?

Idée: on construit le mur de Bangkok-Berlin, autour de Lumpini, on les enferme et on leur laisse le territoire, démerdez-vous et bienvenue dans le concert des nations!

Sor Por Por Lumpini!

 

THAILANDE POUR NE PAS MOURIR IDIOT
Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
11 mars 2014 2 11 /03 /mars /2014 03:32

Des gardes du PDRC ont tirés plusieurs coups de feu sur un taxi blessant le chauffeur


Le 9 mars tôt le matin, les gardes du PDRC ont tirés plusieurs coups de feu sur un taxi blessant légèrement le conducteur après qu'une balle ait effleurée son front. La police a constaté que le taxi, de couleur orange, avait toutes ses fenêtres brisées, deux pneus crevé et des impacts de balles dans une des portes. Le chauffeur, Narasak Pulma, 30 ans, a attendu pour la police sur les lieux, mais son passager est parti avant l'arrivée des policiers. Le chauffeur a été soigné à l'hôpital général de la police. Narasak a expliqué à la police qu'il avait conduit un homme ivre dans la zone de l'avenue Rama II proche du parc, où le client voulait embarquer une prostituée. Il a dit que tandis que l'homme et la travailleuse du sexe négociaient le prix de la passe, les gardes de la protestation antidémocratique du Comité pour la Réforme Démocratique Populaire (PDRC), ont crié du parc pour ordonner au taxi de s'en aller. Le passager a alors crié des insultes aux gardes. Ensuite, les gardes ont lancé un petit engin explosif et tiré plusieurs coups de feu. Narasak et le passager ont alors couru pour s'éloigner du taxi. La police a prévue de vérifier les images de vidéosurveillance.

Source:

http://www.nationmultimedia.com/politics/Taxi-shot-up-in-Lumpini-Park-after-argument-with-p-30228805.html

 

Photo: des gardes du PDRC tabassant un homme le 28 fevrier dernier

 

 

Des gardes du PDRC ont tirés plusieurs coups de feu sur un taxi blessant le chauffeur
Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
10 mars 2014 1 10 /03 /mars /2014 10:11

Des militants antidémocratiques ont exhorté la police à prendre des mesures rapides contre un groupe de présumés "séparatistes" du nord de la Thaïlande.
Les militants ont été conduits par Chitpas Kridakorn alias Bhirombhakdi, une membre éminente du Comité pour la Réforme Démocratique Populaire (PDRC) et qui appartient aussi au clan Bhirombhakdi, qui est propriétaire de la célèbre bière Singha et qui finance les protestations du PDRC.
Dans une lettre remise par Chitpas à la police, elle affirme qu'un groupe sécessionniste appelé "Sor Por Por Lanna" serait actif dans les régions du Nord et du Nord-est de la Thaïlande et aurait pour but d'établir un Etat indépendant du Lanna.
Il apparaît que le groupe auquel Chitpas faisait allusion est un groupe pro-démocratie avec un nom semblable et qui a déjà déclaré qu'il n'avait pas de programmes sécessionnistes.
En outre, elle a exhorté la police à poursuivre Wuttipong Kochthammakul, un militant chemise rouge, pour son rôle présumé dans la fusillade entre les pro-gouvernementaux et les manifestants antidémocratiques dans le district de Laksi à Bangkok le 1er février (en fait, d'après les témoignages des journalistes, Wuttipong alias Ko Tee ne se trouvait pas sur place et les seuls qui étaient armés d'armes automatiques et ont tirés étaient des voyous du PDRC).
De plus, selon Chitpas, Wuttipong aurait diffamé la famille royale en de nombreuses occasions et mériterait donc des poursuites judiciaires.

Source:

http://en.khaosod.co.th/detail.php?newsid=1394093085&section

 

L'héritière Singha demande à la police de punir les "séparatistes"
Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
10 mars 2014 1 10 /03 /mars /2014 09:38

La page Facebook officielle du moine antidémocratique, Bouddha Issara, a supprimé un post qui affirme que les tribunaux soutiennent sa protestation à Chaeng Wattana.
Dans le post désormais supprimé, Bouddha Issara ou l'un de ses proches collaborateurs, avait affirmé que le moine aurait été contacté par un anonyme "secrétaire des tribunaux" qui aurait supplié les manifestants de ne pas abandonner leur site de rassemblement autour du complexe gouvernemental de ​​Chaeng Wattana, où un certain nombre d'organismes judiciaires ont leurs bureaux.
Selon le post, le fonctionnaire judiciaire exprimait son inquiétude comme quoi des manifestants chemises rouges pro-gouvernementaux pourraient venir et organiser des rassemblements prolongés contre les tribunaux. Il précisait que les Chemises rouges avaient assiégé la semaine dernière le bureau de la Commission nationale anti-corruption (NACC) situé dans la province de Nonthaburi.
"Les juges nous ont demandé de rester jusqu'à ce qu'ils aient terminé leurs procès contre le gouvernement", prétendait le post supprimé de la page Facebook de Bouddha Issara.
La remarque a été publié au moment où le gouvernement du Premier ministre Yingluck Shinawatra doit faire face à un certain nombre de procès de la part des tribunaux et autres organes judiciaires.
Par exemple , la constitutionnalité de son projet de 2,2 milliards de bahts afin de réviser l'infrastructure ferroviaire est prévu pour être jugé par la Cour constitutionnelle la semaine prochaine tandis que la NACC mène actuellement une enquête distincte sur la corruption présumée de son administration dans le cadre du régime de subventions aux riziculteurs.
Le post avait aussi fâché de nombreux partisans du gouvernement, qui accusaient depuis longtemps les pouvoirs judiciaires de conspirer avec les manifestants antidémocratiques afin d'évincer Yingluck du pouvoir.
Plusieurs heures plus tard, après que le message ait été largement diffusé sur le réseau social et repris par certains médias, l'équipe de la page Facebook de Bouddha Issara a supprimé le post et a affirmé qu'il avait été publié suite à un malentendu.

Source:

http://en.khaosod.co.th/detail.php?newsid=1394106315&typecate=06&section=

Bouddha Issara a supprimé un post de sa page Facebook à propos de ses alliés de la cour
Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
9 mars 2014 7 09 /03 /mars /2014 10:06

Un article de Thai Political Prisoners

Lien de l'article:

http://thaipoliticalprisoners.wordpress.com/2014/03/09/women-and-political-civility/

C'était la Journée Internationale des Femmes ce vendredi, un jour observé depuis le début du 20ème siècle.
Bien sûr, en Thaïlande, le respect de cette journée a été quelque peu éclipsée par les conflits politiques entre ceux qui soutiennent la première femme Première ministre de l'histoire de la Thaïlande, Yingluck Shinawatra, et les antidémocrates qui tentent de faire tomber son gouvernement élu et d'annuler les élections qu'elle a organisé.
Le journal "The Nation" rapporte que le groupe Woman’s Voice (Voix des Femmes), dirigé par la député du Parti Pua Thai, Laddawan Wongsriwong, a lancé un appel pour mettre fin aux "violations des droits et insultes à l'encontre des femmes leaders du pays." Elle aurait pu ajouter les menaces de violence contre elles et leurs familles. Ces menaces et des insultes ont été dirigées contre les femmes des deux côtés de la fracture politique.
Plus particulièrement, les attaques misogynes contre la Première ministre Yingluck Shinawatra ont été sauvages et de beaucoup plus grande envergure. Laddawan a souligné que Yingluck avait subi des "violations de ses droits, des insultes et des menaces" et que la Commission Nationale des Droits de l'Homme  (National Human Right Commission NHRC) n'avait rien fait. Woman’s Voice a appelé les membres de la NHRC à démissionner.
Les membres de la NHRC, que PPT a longtemps décrit comme des larbins politisés ayant peu d'intérêt pour leurs tâches prescrites, sont peu susceptibles de répondre à l'appel.
Woman’s Voice souhaiterait que tous les organismes garantissent la justice pour toutes les parties et que toutes les femmes s'unissent et coexistent en dépit des divergences d'opinion." Cela semble raisonnable.
Pendant ce temps, la richissime membre du Parti Démocrate et dirigeante de la protestation antidémocrate Chitpas Bhirombhakdi, qui utilise le nom de famille Kridakorn (parfois en ajoutant le nom "na Ayutthaya" lié aux royalistes), a organisé un autre événement. Elle a conduit des femmes manifestantes antidémocratiques qui se sont rendues à un rassemblement féodal approprié au Wat Phra Kaew " afin de faire un vœu pour que les manifestants anti-gouvernementaux défendent courageusement la patrie contre les offenses ou les appels à la division du pays. Elle a entre autre attaqué la Première ministre Yingluck Shinawatra en prétendant que cette dernière aurait "endommagé" le pays au cours des deux dernières années et a accusé Yingluck d'avoir "agressé des manifestants rassemblés pacifiquement, sans armes, ce qui aurait conduit à des décès et des blessures".
C'est à peu près tout ce qu'on pouvait attendre de Chitpas. Une attaque contre Yingluck soutenue par les habituels mensonges sur les manifestants "pacifiques" et "non armés".
Les deux parties ont fait des revendications politiques escomptées et ont parlé de Yingluck. Woman’s Voice a recherché la conciliation. Chitpas a vomis du vitriol.

 

Photo ci-dessous: suite à l'affirmation de Chitpas il y a quelques mois comme quoi les paysans thaïlandais seraient trop cons pour mériter le droit de vote, un appel au boycott des bières Singha et Leo a été lancé

1525460 709956135715488 433558084 n

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
9 mars 2014 7 09 /03 /mars /2014 07:02

Marut Channuan, 35 ans, qui travaille comme représentant des ventes pour une société étrangère et connu comme n'ayant aucun intérêt pour la politique, avait bu quelques bières dans un restaurant allemand situé dans l'avenue Rama 3. Pour rentrer chez lui, il a pris la voie express mais, étant assez soul, il s'est trompé de sortie. Il a donc conduit vers le site de protestation du Comité pour la Réforme Démocratique Populaire (PDRC) de Chaeng Wattana (dirigé par le moine Bouddha Issara qui a refusé de démanteler son site de protestation pour se regrouper avec les autres au parc Lumpini) afin de trouver un endroit pour faire demi-tour. Lorsqu'il est passé devant un barrage du PDRC, des gardes l'ont arrêté et l'ont fait descendre de sa voiture. Ils ont commencé par le fouiller et ont trouvé 5.000 baths en liquide dont ils se sont saisis. Marut a commencé à protester ce qui a rendu les gardes furieux. Ils se sont jetés sur lui, l'ont tabassé jusqu'à ce qu’il sombre dans l'inconscience, puis ils l'ont dépouillé d'un collier en or, d'une amulette bouddhiste enrobée d'or d'un I-phone et des 5.000 baths. Il récupère actuellement aux urgences de l'hôpital Sirirat.

Source:

https://www.facebook.com/photo.php?fbid=840627972617527&set=a.207809682566029.60836.173829542630710&type=1

 

Photo ci-dessous: Marut Channuan après avoir été tabassé

 

Marut.jpg

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
8 mars 2014 6 08 /03 /mars /2014 14:44

Un article d'Asia Sentinel
Lien de l'article:

http://www.asiasentinel.com/politics/thai-opposition-losing-gamble/


Le sentiment à Bangkok est que les tribunaux vont peut-être décider de laisser la Première ministre Yingluck au pouvoir


Il commence à apparaître que le pari des forces soutenant Suthep Thaugsuban, d'utiliser la cour pour expulser la Première ministre Yingluck Shinawatra et son frère fugitif Thaksin de la domination politique, peut échouer.
Cela coïncide avec l'essoufflement de la campagne pour tenter de renverser le gouvernement par trois mois de manifestations qui ont fermé les bureaux du gouvernement, bloqué les intersections de Bangkok, endommagé l'industrie touristique et le produit intérieur brut. L'un des présages comme quoi les choses pourraient évoluer de façon positive est que le marché boursier du pays a de nouveau commencé à augmenter, lentement mais sûrement, passant de 1304,62 points le 26 février à 1345 le 4 mars. Un autre présage est le fait que la Commission électorale a approuvé un prêt de 22 millions de dollars, provenant du budget central, pour payer les riziculteurs dans le cadre du régime de subvention du riz.
Suthep a annoncé que les forces de l'opposition, soutenues subrepticement par certaines des plus grandes entreprises et banques du pays, abandonnaient l'intersection Ratchaprasong qui était le centre de la campagne ainsi que d'autres lieux à Bangkok afin de se concentrer dans le parc Lumpini. En réalité, Suthep, qui préconise un Comité pour la Réforme Démocratique Populaire non-élu pour diriger le gouvernement en adoptant des réformes, n'a pu rallier que quelques centaines de manifestants lors de rassemblements qui s'affaiblissent petit à petit.
Cela ne signifie pas que le chaos politique qui a frappé la ville pendant trois mois est terminé. 53 dirigeants du PDRC de Suthep ont été inculpés d'insurrection et d'incitation à enfreindre la loi et ils ont ignoré l'appel à comparaitre. Des voyous armés de fusils automatiques continuent de patrouiller dans les rues. Il y a encore des dangers significatifs qui viennent de tous les côtés, y compris la menace très réelle d'une guerre civile, spécialement si les règles de la Cour anti-corruption de Thaïlande forcent Yingluck à démissionner.
Dès le début, les élites, alignées avec le Parti Démocrate, ont compté sur les tribunaux pour évincer Yingluck car les tribunaux ont évincé plusieurs gouvernements de substitution de Thaksin du pouvoir depuis 2007. Dès le début, les sources ont dévoilé que les manifestations de Bangkok étaient largement un numéro de cirque cachant une plus grande stratégie consistant à forcer une décision des tribunaux traditionnellement amicaux vis-à vis du Parti Démocrate.
L'action en cours mise sur la Cour Anti-corruption, où Yingluck fait face à la mise en accusation sur son rôle en tant qu'initiatrice d'un régime de subvention du riz, soi-disant corrompu et un gaspillage qui aurait eu un impact dévastateur sur la trésorerie, troublé le marché mondial du riz et laissé les agriculteurs impayés furieux. La Première ministre a été accusé de négligence le 26 février dernier. Si elle est reconnue coupable, elle pourrait être démise de ses fonctions et faire face à une interdiction de politique pendant cinq ans.
L'inculpation a cependant alimenté les forces des Chemises rouges qui dominent le Nord et le Nord-est du pays et conduit à une menace de violence. Le chef de l'armée, Prayuth Chan-ocha, a averti la semaine dernière que le pays pourrait faire face à un effondrement à moins que la crise politique se calme.
"Les fondements juridiques pour la destitution sont, pour le moins, fragiles à l'extrême,  a affirmé un banquier occidental à Asia Sentinel. "Les Chemises rouges sont maintenant enhardis et mobilisés, alors peut-être que les juges décideront qu'elle n'est pas coupable. Je pense que les conséquences d'un coup d'Etat judiciaire pourraient être très sanglante."
Cette possibilité de violence, selon d'autres sources, peut être pesée sur le terrain, avec la hausse de l'irritation suite à la tactique des tribunaux. Le 19 février dernier, un tribunal civil, bien qu'il ait confirmé un état d'urgence de 60 jours décidé par le gouvernement, a déclaré que la police ne pouvait pas utiliser la force pour dégager les manifestants des bâtiments gouvernementaux et annulé l'interdiction de rassemblements de cinq personnes ou plus, prétendant que cela violait leurs droits constitutionnels qui les autorisent à protester.
Cette décision a été accueillie par une colère généralisée et de la consternation de la part du grand public, laissant les critiques se demander comment le gouvernement pourrait avoir accès à ses propres bureaux sans dégager les manifestants. Il a été impossible [pour les habitants de Bangkok] de renouveler leur permis de conduire ou s'occuper d'autres tâches banales pendant des semaines, ce qui a provoqué une irritation montante tandis que le gouvernement a joué un rôle prudent, celui d'éviter la violence autant que possible à tous les coûts.
"Tactiquement Yingluck a bien joué ce combat de rue", a déclaré ce banquier occidental.

"Les policiers sont de retour au travail à l'intersection Ratchaprasong pour la première fois depuis des semaines et les travailleurs sanitaires  nettoient les rues. Maintenant, le gouvernement va commencer à retourner au travail. Et les forces rouges sont amorcées, prêtes à l'action".
Si les forces de Suthep sont en danger de perdre la campagne pour renverser le gouvernement, cependant, les analystes politiques à Bangkok disent que le Parti Pua Thai de Yingluck ne s'en tire guère mieux. Les deux côtés ont subi des dommages irréparables aux yeux du public, ce qui rend discutable comment la Thaïlande pourra être gouverné à l'avenir.
Le Pua Thai a été à l'origine du désordre en tentant de mettre au point un projet de loi d'amnistie générale qui aurait permis, entre autre, à Thaksin de revenir d'exil sans avoir à faire face à une peine de prison pour des accusations de corruption (accusations politisées) qui l'ont poussé à quitter le pays en 2008. Il aurait également exempté le chef du Parti Démocrate Abhisit Vejjajiva et le chef adjoint Suthep des accusations d'assassinat pour la brutale répression de 2010 qui a fait 90 morts, la plupart d'entre eux étant des manifestants, lorsque l'armée a attaqué les Chemises rouges à la fin de leur propre occupation de l'intersection Ratchaprasong [...]
Au moins 21 personnes ont été tuées jusqu'à présent, dont quatre enfants touchés par des balles perdues ou des grenades. 720 autres ont été blessées. Les dommages faits aux institutions politiques thaïlandaise ont été sévères, créant un vide de leadership qui prendra probablement des mois voire des années à être résolu.

 

Photo ci-dessous: des voyous armés du PDRC

Shooting5

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article