Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 mars 2014 6 01 /03 /mars /2014 09:45

La Première ministre par intérim, Yingluck Shinawatra, a déclaré hier qu'elle était prête à mourir dans le champ de bataille pour défendre la démocratie plutôt que de laisser quelqu'un détruire la démocratie. Sur sa page Facebook, Yingluck a affiché le message suivant: "En qualité de ministre de la défense ou comme soldat qui doit accomplir son devoir jusqu'à la dernière minute, le soldat doit mourir dans le champ de bataille. Aujourd'hui, en ma qualité de défenseur de la démocratie, je préfère mourir dans le champ de bataille de la démocratie plutôt que de laisser quelqu'un détruire notre démocratie".

Source:

http://englishnews.thaipbs.or.th/pm-vows-die-battlefield-protect-democracy/

 

Photo ci-dessous: Yingluck Shinawatra

Yingluck-Shinawat.jpg

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
1 mars 2014 6 01 /03 /mars /2014 09:42

Les Chemises rouges portaient des bandeaux blancs portant le sigle "sor por por Lanna" (République Démocratique du Peuple Lanna) pour accueillir la Première ministre Yingluck Shinawatra lors de sa visite à une foire commerciale OTOP dans le district de Sankamphaeng de la province de Chiang Mai vendredi dernier. Certains des Chemises rouges avaient également réalisé des petits drapeaux rouges et blancs pour l'occasion.

Les bandeaux et bannières portant le signe "sor por por Lanna" font partie des signes croissants d'un désir de séparatisme.

Source:

http://englishnews.thaipbs.or.th/red-shirts-wear-rebellion-headbands-welcome-yingluck/

 

Photo ci-dessous: une bannière dans le Nord de la Thaïlande où est écrit: "Ce pays n'a pas de justice. Divisons-le et établissons l'Etat du Lanna"

secession.jpg

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
28 février 2014 5 28 /02 /février /2014 15:14

1 . La Première ministre par intérim, Yingluck Shinawatra, qui a été élue par la majorité de la population, ne doit démissionner à aucun prix ni sous n'importe quelle condition suggérée par le PDRC.
2 . Le gouvernement de transition doit prévoir le paiement aux agriculteurs des subventions du riz dès que possible.
3 . Tous les dirigeants du PDRC doivent être arrêtés immédiatement.  
4 . La Première ministre par intérim ne doit pas reconnaître l'accusation portée contre elle par la Commission de lutte contre la corruption nationale parce qu'il s'agit d'un évident double standard.
5 . Si une autre accusation injuste est portée contre la Première ministre à l'avenir, elle devrait montrer des signes de désobéissance civile en ne reconnaissant pas les accusations.
6 . Le gouvernement de transition doit reconnaître la compétence de la Cour pénale internationale
7 . Il faut permettre à la police d'être armée pour la protection de la loi et la sienne propre car il est prouvé qu'il y a des miliciens armés parmi les manifestants du PDRC.
8 . Le Parti Pua Thai doit se réformer.
9 . Il faut autoriser le recrutement de bénévoles afin d'aider la police.
10 . Le gouvernement devrait envisager, si nécessaire, de déplacer ses bases d'opérations dans le Nord et le Nord-est pendant la période de crise.
11 . Dans le pire des cas, le gouvernement doit continuer à fonctionner à partir d'un exil dans le Nord et le Nord-est.

Source:

http://thairedshirts.org/2014/02/25/udd-proposals-and-objectives-from-the-sounding-of-the-battle-drum-congress-in-korat/#more-4590

 

UDDfrancophone2

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
27 février 2014 4 27 /02 /février /2014 18:37

Libérez-Somyot a reçu le témoignage d'une Américaine expatriée à Bangkok.

Le voici:


"Je cours dans le parc Lumpini tous les jours. Aujourd'hui (Note de LS: il y a deux jours) je suis entrée dans le parc à 13 heures pour faire mon jogging quotidien et sur ma droite se trouvait un groupe de gardes du PDRC entourant un homme seul, un Thaïlandais. Ils étaient intimidants avec lui et ont mis sa tête entre les jambes de l'un d'entre eux et ont ensuite commencé à le frapper sur la tête. Peut-être que le gars avait fait quelque chose de mal mais peut-être pas, de toute façon, la violence physique me révolte.
J'ai vu cela et je leur ai demandé ce qu'ils faisaient et j'ai pris une photo. Ils n'ont pas aimé cela et ont commencé à se montrer agressifs. Je leur ai dit qu'ils n'étaient pas la police ce qui les a rendu un peu plus agressif. Un d'entre eux, assez menaçant dans son discours, s'est approché de moi et m'a affirmé qu'il était un agent de police. J'ai répondu encore une fois qu'il ne l'était pas.
Ils ne m'a pas touché, mais m'a laissé assez secouée. Il n'y avait pas d'agents de sécurité dans cette partie du parc alors je me suis rendue à la porte près du côté du poste de police et ai trouvé des vrais gardes de sécurité. Je leur ai demandé pourquoi ils ne patrouillaient pas dans le parc et ai, par la suite, éclaté en sanglots comme un gros bébé. Ils m'ont répondu qu'ils n'avaient pas le droit d'aller là-bas, que cela leur était interdit par les gardes du PDRC.
Ce qui m'amène à signaler aux citoyens thaïlandais: N'êtes-vous pas inquiet de ce qui se passe? Ces manifestants portent des T-shirts mignons et sifflent dans des sifflets tandis que des gens sans autorité transforment Bangkok en une ville dangereuse et hostile.

Je suis triste"

Photos ci-dessous (prises par un des auteurs de ce blog): les gardes miliciens du PDRC

R1

 

4

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
27 février 2014 4 27 /02 /février /2014 16:16

Si une guerre civile devait se produire en Thaïlande, 600,000 volontaires combattraient les armes à la main pour soutenir le gouvernement élu.

C'est l'estimation du Bangkok Post.

Lien:

http://www.bangkokpost.com/breakingnews/397339/red-shirt-hardliner-seeks-600000-volunteers

 

Libérez-Somyot ne peut pas citer ses sources, qui sont confidentielles, mais leurs estimations sont proche de celle du Bangkok Post.

 

Photo ci-dessous: des snipers lors de la répression des Chemises rouges en 2010. Une image qui risque d'être quotidienne très bientôt en Thaïlande:

Snipers

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
27 février 2014 4 27 /02 /février /2014 11:32

La Porte-parole adjointe du gouvernement, Sunisa Lertpakawat,  kidnappée par des gardes du PDRC puis relâchée.



Sunisa, une politicienne du Parti Pua Thai, a été repéré près du site de rassemblement de Pathumwan à 19h30 mardi dernier et a été kidnappée par les gardes peu de temps après.
Elle a expliqué qu'alors qu'elle sortait d'un salon de beauté à Siam Square non loin du centre Siam Paragon, un groupe d'une quinzaine hommes l'ont pourchassé, saisis par les cheveux, entraîné de force au bureau des gardes. Ces hommes étaient des gardes du PDRC.
Lors de la conférence de presse, elle a déclaré que ces hommes l'ont menacé verbalement en utilisant un langage sexuellement abusif.
Les assaillants voulaient lui mettre une capuche sur la tête, mais ils ont changé d'avis quand un groupe de journalistes et photographes ont afflué vers eux.
Elle a également affirmé que l'un des gardes a confisqué son iPhone et exigé qu'elle lui donne le code de passe pour le déverrouiller.
Sunisa dit que les gardes l'ont ensuite emmenée au Bangkok Art and Culture Centre à proximité, avant de l'escorter au Siam Paragon, où elle avait garé sa voiture.
Alors qu'elle était détenue, un homme qui semblait être le chef, a eu une discussion à son sujet avec quelqu'un au téléphone.
"Il demandait au mystérieux homme à l'autre bout de la ligne ce qui pouvait et ne pouvait pas être fait à mon sujet", a-t-elle témoigné.
"Ils prétendent toujours que leur rassemblement est pacifique. Mais ce qu'ils m'ont fait ne l'était pas. Leurs dirigeants étaient au courant de ce qui s'est passé, mais n'ont pris aucune action. Je souhaite demander à leurs dirigeants pourquoi sont-ils si méchant?" affirme-t-elle.

Deux vicieux expatriés ont fait des commentaires ignobles et sexistes sur Twitter en disant que c'était "une salope" et qu'elle était "chaude"

Sources:

http://twitpic.com/dwm85l

http://www.nationmultimedia.com/politics/Rally-guards-physically-harassed-me-Sunisa-30227918.html

http://twitpic.com/dwobri

 

Photos ci-dessous: l'enlèvement de Sunisa et les ignobles commentaires des deux expatriés

safe_image1.png

safe_imageCAODW09U.jpg

safe_image.png

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
27 février 2014 4 27 /02 /février /2014 02:14

Le parti Pua Thai a accusé le Comité pour la Réforme Démocratique Populaire (PDRC) de préparer un plan en quatre étapes visant à renverser l'administration de la Première ministre Yingluck Shinawatra d'ici à la mi-avril.

Anusorn Lamsa-ard, porte-parole adjoint du parti Pua Thai, a averti dimanche qu'une telle démarche pourrait créer un vide politique et aboutir à une confrontation violente entre partisans des deux parties.

Les quatre étapes sont les suivantes: destituer Yingluck pour corruption présumée; évincer tous les membres du cabinet en les impliquant dans la corruption afin de leur empêcher de remplacer Yingluck; réclamer l'annulation de l'élection du 2 février si un nouveau gouvernement ne peut être formé 30 jours à partir de la date de l'élection en vertu de la loi; et bannir les 308 députés et sénateurs ayant soutenu une initiative visant à modifier la charte.

Selon Anusorn, le chef du PDRC, Suthep Thaugsuban, avait fait allusion à la théorie qui consiste à "agiter le manguier pour que les fruits en tombent". Mais il estime que Suthep risque de déraciner l'arbre au complet, compte tenu qu'ils ne sont pas en mesure de gouverner le pays si le gouvernement est évincé de cette façon, car le peuple, qui détient le pouvoir souverain, n'accepterait pas une telle situation.

Ainsi, il a mis les partisans du PDRC en garde contre la destruction éventuelle du pays.

Source:

http://french.cri.cn/621/2014/02/23/561s370159.htm

 

Photo ci-dessous: Yingluck Shinawatra

YL2

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
26 février 2014 3 26 /02 /février /2014 05:15

Un article de Giles Ji Ungpakorn

Lien:

http://redthaisocialist.com/francais/546-la-violence-engendre-la-violence.html


La violence aveugle contre les gens ordinaires, qu'ils soient impliqués dans la politique ou pas, est toujours épouvantable et n'apporte rien au processus démocratique. Le récent meurtre d'enfants est encore pire. Nous n'avons aucune idée de l'identité des responsables de ces dernières atrocités à Bangkok ou à Trat et il serait stupide de faire des suppositions sans fondements. Cela pourrait venir de ceux qui, souhaitant une dictature, voudraient créer des conditions favorables à un coup d'Etat militaire ou à la démission de Yingluk, de même que cela pourrait aussi être des têtes brulées mécontentes du mouvement des Chemises rouges en colère contre l'impunité dont bénéficient les protestataires de Sutep.
Cependant, nous ne devons jamais perdre de vue le fait que la violence dans la crise politique en Thaïlande a été initiée par les militaires quand ils ont utilisé la force, en 2006, pour renverser le gouvernement démocratiquement élu. L'armée et le Parti Démocrate ont ensuite massacré les manifestants pro-démocratie chemises rouges à Bangkok en 2010. Un jeune garçon se trouvait parmi les morts.
Depuis le début de l'année, les voyous de Sutep ont porté ouvertement des armes automatiques dans les rues et ils ont été filmés les utilisant contre des civils non armés. Ils ont utilisé la violence systématique afin d'intimider les électeurs. Pourtant, personne n'a été arrêté et les élites conservatrices, les universitaires traditionnels, les responsables d'ONG et les médias ont fait tout ce qui était en leur pouvoir pour tolérer ou ignorer la violence de la foule de Sutep.
La violence et l'intimidation ont été utilisées par les forces antidémocratiques contre les universitaires progressistes et les militants comme Sombat Bun-ngarmanong.
Nous devons également mettre cette violence politique dans un contexte plus large. Le mois dernier, des enfants et des civils adultes ont été abattus dans la région de Patani, probablement par les forces de sécurité thaïlandaises. Parfois, ils se font passer pour des séparatistes, comme dans l'incident le plus récent où une note brute a été exposée comme n'ayant pas été écrite par une personne ayant une bonne connaissance du yawi ou du malais.
Une violence étatique systématique a été utilisée contre des civils en 1973, 1976, 1992 et 2004 ainsi que dans la guerre de Taksin contre la drogue. La source réelle de la violence vient de la classe dirigeante thaïlandaise. Elle a créé les conditions pour reproduire plus de violence.
La solution consiste à établir des normes de droits de l'homme en punissant les acteurs étatiques et les hommes puissants qui commettent ces crimes. Aujourd'hui cela signifie conduire Sutep, les généraux, Abhisit et Taksin devant un tribunal. L'espace démocratique doit être élargi et renforcé. Tous ceux qui ont été impliqué dans la destruction de la démocratie depuis 2006 ne font que verser des larmes de crocodile sur les récentes tragédies.

 

Photo ci-dessous: Giles Ji Ungpakorn

giles-copie-1

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
26 février 2014 3 26 /02 /février /2014 04:42

1. A Bangkok, l’opposition continue à organiser des manifestations, des barrages à certains carrefours du centre de la ville et entrave l’accès à certains bâtiments administratifs. Des rassemblements politiques ont également lieu dans les villes de province.

Pour votre sécurité, il vous est instamment conseillé d’éviter toute manifestation et tout rassemblement, dans la mesure où des incidents graves se sont répétés ces derniers jours. Des actes de violence ont en effet été perpétrés contre des rassemblements ou des manifestations voire à proximité immédiate de ceux-ci (notamment échoppe et marchés de rues) :

- le 23 février, la police a détruit une grenade découverte sur le parking des locaux de la Cour civile, tandis qu’une grenade tirée, selon la police, depuis un bâtiment à Ratchaprasong sur le lieu de contestation des opposants a tué deux personnes dont un garçon de 5 ans et blessé 22 autres dont une fille de 6 ans et un garçon de 9 ans grièvement. Une clinique à Ubon Ratchathani a également été partiellement incendiée ;

- le 22 février, une fille de 5 ans a été tuée et 35 personnes blessées dans l’explosion d’une bombe et un assaut contre un marché où était en train de se dérouler un rassemblement de l’opposition dans le district de Khao Saming, province de Trat.

- le 21 février, l’explosion d’une bombe à proximité du site de rassemblement de l’opposition de Ratchaprasong a fait six blessés et des dégâts matériels ;

- une grenade a été tirée la nuit du 20 février sur une station de service et n’a fait que des dégâts matériels.

Les principaux points de rassemblement et de blocus à éviter dans la capitale, sont les suivants (liste non exhaustive et évolutive) :

- le quartier de Government House (bureaux du Premier ministre),

- le quartier de Silom et du parc Lumpini (à proximité du centre commercial Central Silom - Avenue Rama IV), le carrefour de Phathumwan (centre commercial de MBK),

- la place du monument de la Victoire (Victory Monument),

- la place du Siam et le carrefour Ratchaprasong (Siam Square - Rama I, centres commerciaux Siam Paragon, Central World et MBK),

- le carrefour d’Asok (où se trouve le centre commercial Terminal 21),

2. Les transports en commun (bus, BTS et métro) et les aéroports fonctionnent. Il convient néanmoins de tenir compte de probables difficultés de circulation et donc d’anticiper tout déplacement dans la ville, notamment vers les aéroports, en se ménageant une marge confortable.

3. Afin de porter assistance aux touristes, l’administration thaïlandaise a mis en place :

- deux numéros de téléphone (1155 et 1672) afin de répondre aux questions des touristes;

- des centres d’informations au stade national de Hua Mak, dans les aéroports de Bangkok (Suvarnabhumi et Don Muang), dans les principales stations du métro aérien, BTS (Phaya Thai, Saphan Taksin);

- en cas d’urgence, des navettes reliant les aéroports au centre-ville de Bangkok avec des points de rassemblement au niveau des hôtels « Eastin Grand Sathorn », « Impérial Queen’s Park Hotel, Sukhumvit 22 » et « Twin Towers »;

- une fréquence accrue des trains reliant l’aéroport de Don Muang et le centre-ville ainsi que du métro aérien « Airport Link » reliant l’aéroport de Suvarnabhumi et le centre-ville.

4. En raison du blocage des bureaux de l’administration thaïlandaise, les bureaux de l’immigration (http://bangkok.immigration.go.th/popup_anounce.html) et des légalisations ont été transférés aux adresses suivantes :

A) Bureau de l’Immigration :
1) Major Hollywood Suksawat, 1st Floor, Suksawat Road, Ratburana, Bangkok.
2) Imperial World Ladprao, 5ème étage, Ladprao Road, Wang Tong Lang, Bangkok.
B) Bureau des légalisations :
1) Central City Bangna, 5ème étage, tél. : 02 38 38 40 24
2) Tesco Lotus Pinkao, 5ème étage, tél. : 02 43 30 2807

 

Lien:

http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/conseils-aux-voyageurs/conseils-par-pays/thailande-12322/

amb-fr-thailande

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
25 février 2014 2 25 /02 /février /2014 19:25

Somchai Srisuthiyakorn, un membre clé de la Commission électorale, a salué ce mardi la conversation entre le moine dirigeant du PDRC, Bouddha Issara, et l'ancien Premier ministre Somchai Wongsawat (beau-frère de Thaksin Shinawatra), affirmant que c'était un bon signe pour une possible solution pacifique. Cette ultime négociation semble être la dernière chance d'une solution pacifique à la crise. Selon Somchai Srisuthiyakorn, elle se poursuivra avec plusieurs représentants des deux parties.

Source:

http://www.nationmultimedia.com/breakingnews/EC-commissioner-Somchai-welcomes-talk-between-Phra-30227713.html

 

Photo ci-dessous: Somchai Wongsawat et Bouddha Issara

somchai.jpg

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article