Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 février 2014 7 16 /02 /février /2014 18:26

Un article de Jean Bertolino (La Voix des Allobroges)

Lien de l'article:

http://lavoixdesallobroges.org/chronique/684-la-version-mediatique-francaise-de-la-crise-thailandaise-par-jean-bertolino

Il y a vraiment de quoi s'insurger devant les comptes-rendus de presse sur la crise en Thaïlande. Imaginez un instant que l’UMP, actuellement dans l’opposition, décide de faire tomber le gouvernement social-démocrate de Hollande et que pour ce faire, ses militants se mettent à dresser des barricades, à tirer à balles réelles sur les sympathisants du gouvernement, voire sur les policiers chargés du maintien de l’ordre, à pousser les institutions du royaume - tel le conseil d’État en France - qui leur sont favorables à reporter les élections dont ils redoutent les résultats et, quand elles ont quand même lieu, à empêcher par la menace et les coups les citoyens d’aller accomplir leur devoir, que diriez vous ? Vous diriez, ça y est : l’UMP est devenu un parti fasciste. Et vous auriez raison ! Eh bien, c’est ce qui se passe en Thaïlande aujourd’hui.

Shinawatra de frère en sœur

Là-bas, l’une des droites les plus réactionnaires au monde, se reconnaissant à ses chemises jaunes - c’étaient des noires en Italie au temps de Mussolini - cherche par tous les moyens à faire tomber la première ministre Yingluk Shinawatra, pourtant démocratiquement élue. Elle est la sœur de l’ancien Premier ministre, Thaksin Shinawatra, déjà renversé par un coup d’Etat en 2006 et banni du royaume. L’homme, un affairiste sans aucun doute, était cependant vénéré par la paysannerie et le petit peuple des villes auxquels il avait accordé ce qu’aucun chef de gouvernement avant lui n’avait fait : des retraites, des aides médicales et des prêts d’Etat à faible taux d’intérêt pour combattre les usuriers qui les saignaient à blanc. C’est parce qu’ils lui en seront éternellement reconnaissants qu’ils ont voté pour sa sœur aux dernières élections. Cette sœur, qui, elle, n’est pas affairiste mais progressiste, s’efforce de poursuivre dans la stricte légalité, cette œuvre de soutien aux classes les plus défavorisées.

Une révolution sanglante qui frémit

Voici la vérité et pour s’opposer aux chemises jaunes, le jaune étant aussi la couleur de la monarchie, les sympathisants de Yingluk portent des chemises rouges.

Pour lire la suite de l'article, cliquez sur le lien suivant:

http://lavoixdesallobroges.org/chronique/684-la-version-mediatique-francaise-de-la-crise-thailandaise-par-jean-bertolino

Photo ci-dessous: Yingluck Shinawatra et son fils

YLfils

 

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
16 février 2014 7 16 /02 /février /2014 15:16

La majorité des Chemises rouges n'en font pas mystère. Tous les étrangers qui ont ouvertement soutenus les jaunes seront expulsés et n'auront plus jamais le droit de revenir en Thaïlande. Les étrangers neutres pourront rester et ceux qui ont soutenus les Chemises rouges bénéficieront d'un visa à vie.

Cependant, certains Chemises rouges ne sont pas d'accord avec cela car ils soutiennent que tout le monde en Thaïlande, y compris les étrangers expatriés, devrait bénéficier du droit d'exprimer ses idées et que les étrangers qui soutiennent les Chemises jaunes ne devraient pas être expulsé pour ça.

Les Chemises jaunes sont plus divisés.

Une minorité active, dirigée par le dirigeant du PAD Pipop Thongchai, souhaiterait que la Thaïlande se referme complètement et expulse tous les étrangers, y compris ceux qui ont soutenus les jaunes. Le modèle de Pipop Thongchai est la Corée du Nord dont il vante les mérites d'autosuffisance économique.

Une autre minorité souhaiterait que tous les étrangers soient expulsés exception faite de ceux qui ont soutenus les Chemises jaunes comme Michael Yon et Tony Cartalucci.

Cependant, la majorité, qui suit la ligne de Suthep Thaugsuban, ne souhaiterait expulser que les étrangers ayant soutenu les Chemises rouges.

ImmigrationSortie

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
16 février 2014 7 16 /02 /février /2014 07:25

Un article de Pravit Rojanaphruk (The Nation)

Lien:

http://www.nationmultimedia.com/politics/Red-leader-spearheads-rice-purchase-plan-30226549.html
Le dirigeant du groupe chemise rouge Red Sunday, Sombat Boonngam-anong, va recueillir des fonds pour aider à acheter le riz des stocks gouvernementaux de soutien aux agriculteurs. Le 10 février dernier, Sombat a déclaré que deux comptes bancaires seraient créés, l'un par la Fondation Mirror et l'autre par la Fondation Duang Prateep, afin d'aider à acheter le riz invendu.
Le compte Duang Prateep sera utilisé afin d'acheter du riz pour les enfants nécessiteux pris en charge par la fondation.
Le riz acheté par la Fondation Mirror servira à la consommation personnelle des acheteurs. Sombat a expliqué que les gens seraient en mesure de stocker de nombreux sacs de riz qui allait durer un an et demi ou deux.
Il a dit qu'il allait discuter avec le gouvernement sur les détails des achats et faire une autre annonce dans les prochains jours.
Sombat a qualifié la décision de l'antigouvernemental Comité pour la Réforme Démocratique Populaire (PDRC) de lever des fonds pour aider les riziculteurs comme une tentative cynique de les manipuler afin qu'ils participent aux efforts de ce dernier pour renverser l'administration intérimaire de Yingluck Shinawatra et mettre en place un "Conseil populaire" non élu.
Beaucoup de producteurs de riz du programme de mise en gage ont été impayés depuis des mois, et des protestations ont éclaté indépendamment de la campagne du PDRC.
"Ils exploitent le sentiment des agriculteurs", a-t-il expliqué, se référant au PDRC. Il avait aussi un message pour les riziculteurs: "Ne vous lassez pas manipuler par le PDRC. Ils ne sont pas sincères quand ils parlent de vous aider."

Sombat a reconnu que le régime du riz subventionné rencontrait des problèmes, mais s'est refusé d'appeler cela un échec, car l'intention était bonne.

Photo ci-dessous: Sombat Boonngam-anong

Sombat

 

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
15 février 2014 6 15 /02 /février /2014 18:55

Les questions essentielles à l'écart du débat sur la "réforme", selon une militante

Un article de Pravit Rojanaphruk (The Nation)

Lien:

http://www.nationmultimedia.com/politics/Vital-issues-left-out-of-reform-debate-activist-sa-30226713.html


Aucune réelle réforme nationale ne peut avoir lieu sans l'introduction d'un système d'impôt progressif, la modification de la loi de lèse-majesté et l'introduction d'un filet social, explique Patchanee Kamnak, un membre clé du groupe de gauche Turn Left (marxiste de tendance trotskyste).
Cependant, toute proposition de réforme ne peut être légitime que si elle est approuvée par un référendum national, continue-t-elle.
Des impôts progressifs sur le revenu, sur la terre et sur l'héritage sont essentiels pour reformer la Thaïlande.
Sur la liberté d'expression, une modification si ce n'est pas l'abolition pure et simple de la loi de lèse-majesté draconienne est impérative, affirme-t-elle.
Il est choquant qu'aucun des grands groupes qui parlent de réforme nationale aujourd'hui, ne mentionnent même pas ces questions, dit-elle.
"Ces deux questions sont un indicateur pour savoir si le discours sur la réforme est authentique ou pas."
Les impôts progressifs serviront à s'attaquer aux disparités sociales et économiques et peuvent aider à trouver des fonds pour les programmes de protection sociale.
"Comment pouvons-nous parler de la répartition des revenus, si nous ne parlons pas de taxes?" a-t-elle demandé.
Elle est également consterné de voir que les mêmes visages de membres âgés des ONG, qui ont soutenu le coup d'Etat du 19 Septembre 2006, dominent encore aujourd'hui le débat sur la réforme aux côtés du Comité pour la Réforme Démocratique Populaire (PDRC).
Ces gens ont causés beaucoup de problèmes quand ils ont soutenu le coup d'Etat de 2006 et n'ont jamais exprimé le moindre sentiment de remords [...]
Patchanee dit la réforme judiciaire est également une question clé, mais personne ne semble avoir l'audace de toucher aux tribunaux, qui sont vus par son groupe et d'autres critiques comme très politisée et partisans.
Ces questions doivent être combattues dans un débat public et par un plébiscite.
"Je ne pense pas que les conservateurs pourront facilement céder sur ces questions", a-t-elle conclue.

Photo ci-dessous: Patchanee Kamnak (01/05/2013)

3

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
15 février 2014 6 15 /02 /février /2014 12:40

Ukrit Mongkolnavin: "Ils auront du mal à rester en Thaïlande"

Un article de Thai Intelligent News

Lien de l'article:

http://thaishortnews.wordpress.com/2014/02/13/ukrit-mongkolnavin-they-will-find-it-difficult-to-remain-in-thailand/

Ukrit Mongkolnavin, président de l'indépendante Commission Nationale de la Règle du Droit de Thaïlande (National Rule of Law Commission, NRLC) ainsi qu'ancien président du Sénat et du Parlement a déclaré sur une chaîne de télévision locale; "Ils auront du mal à rester en Thaïlande."

Lors d'une interview pour une chaine de télévision pro-chemises rouges le 12 février dernier, Ukrit a discuté de la possibilité d'un coup d'Etat judiciaire en Thaïlande. Ukrit a expliqué que les juges avaient perdu le respect de la population thaïlandaise, avec leurs décisions et jugements qui, comme la plupart des Thaïlandais le savent, sont politiquement motivés et ne reposent pas sur la primauté du droit. Interrogé sur ce qui se passera quand les Thaïlandais en viendront au point où ils ne pourront plus accepter ces arrêts et jugements, et commenceront à se révolter contre ces unités et institutions, Urkit a répondu: "Ils auront du mal à rester en Thaïlande".

Photo ci-dessous: Ukrit Mongkolnavin

ukrit.jpg

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
15 février 2014 6 15 /02 /février /2014 05:32

Ci-dessous: l'appel de la Commission asiatique des droits de l'homme:
"Chers amis,
La Commission asiatique des droits de l'homme a reçu des informations récentes sur le cas de Bantit (nom de famille non divulgué), accusé d'avoir violé l'article 112 du Code criminel. Le 17 février 2014, le verdict de la Cour suprême sera lu à 9 heures à la Cour pénale dont les bâtiments sont situés au sud de Bangkok. La lecture du verdict, qui avait été initialement prévue pour septembre 2013 et décembre 2013, a été reportée en raison de la maladie de l'accusé.
Informations sur son cas:
Bantit est un écrivain de 73 ans et traducteur de plus de 30 livres. Il a été accusé d'avoir violé l'article 112 du Code pénal thaïlandais qui stipule que: "Quiconque diffame, insulte ou menace le Roi, la Reine, l'Héritier présomptif ou le Régent, sera puni d'un emprisonnement de trois à quinze ans". Son cas est un exemple clair de l'utilisation de l'article 112 en vue de resserrer la liberté d'information et contribuer à la création d'un climat de peur.
Le 22 septembre 2003, lors d'un séminaire académique, Bantit a fait des commentaires et distribué des feuillets contenant ses opinions et ses idées. Par la suite, le général Wassana Phermlarp, un ancien membre de la Commission électorale et le secrétaire général de l'Office de lutte anti-blanchiment, a déposé une plainte contre lui auprès de la police accusant son discours et ses tracts de contenir des propos diffamant la monarchie.
En mars 2006, le Tribunal de première instance a jugé Bantit coupable et l'a condamné à quatre ans de prison. Toutefois, la Cour a décidé de suspendre cette sentence en raison de sa revendication de schizophrénie. En 2009, la Cour d’appel a infirmé la suspension de la peine sur la base que Bantit était au courant de l'illégalité de ses actes et l'a condamné à deux ans et huit mois de prison. Contrairement à beaucoup d'autres cas jugés pour violation de l'article 112 cas, tout au long du processus d'appel, Bantit a été autorisé à bénéficier de la liberté sous caution par la Cour d'appel. Cette décision de la Cour suprême pourrait alors contraindre Bantit à purger une peine de prison pour ses idées.
Action suggérée:
La Commission asiatique des droits de l'homme invite toutes les personnes qui se sentent concernées à assister à au procès en qualité d'observateurs et appelle les autres personnes intéressées à suivre cette affaire de près. La Cour pénale du sud de Bangkok est située au Soi 63 de la rue Charoen Krung qui se trouve à quelques pas de l'arrêt Saphan Taksin du BTS (métro aérien) ou l'arrêt Sathorn du bateau-bus Chao Phraya Express.
Merci
Asian Human Rights Commission"

Lien en anglais:

http://www.humanrights.asia/news/urgent-appeals/AHRC-UAU-007-2014

 

DSC09963

 

 

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
14 février 2014 5 14 /02 /février /2014 09:43

La police a mis la main sur des bombes "ping-pong" ainsi qu'une arme à feu lors de sa brève occupation d'une partie des sites du Comité pour la Réforme Démocratique Populaire (PDRC).

Crakdown5.jpg

 

Crakdown8.jpg

Après l'explosion d'une bombe "ping-pong", lancée par un garde du PDRC au pont Makkawan, qui a blessé un journaliste du journal Siamrath, la police s'est retirée afin d'éviter des pertes en vie humaine.

La plupart des policiers n'étaient équipés que de bâtons et de boucliers et pouvaient difficilement faire face aux miliciens armés du PDRC.

Crakdown6 

Ensuite, les policiers ont mis en place des barrages défensifs devant le siège de la police métropolitaine.

Crakdown7.jpg

Le chef du Centre pour le maintien de la paix et de l'ordre (CMPO) a expliqué que l'opération de ce matin n'était qu'un exemple destiné à mettre en garde les manifestants et les inciter à rentrer chez eux, sinon des mesures plus graves seront prises.

Sources

https://www.facebook.com/UDDInternationalNews

https://twitter.com/Anuphan_nna/status/434187524978647041/photo/1

https://twitter.com/joe_black317/status/434163979166834688/photo/1

https://twitter.com/Sn_Nueng/status/434200649677275136/photo/1

https://twitter.com/vaitor/status/434170909125906432/photo/1

 

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
14 février 2014 5 14 /02 /février /2014 06:01

Le général Paradon admet un plan pour occuper 4 zones de protestation du Comité pour la Réforme Démocratique Populaire (PDRC), aujourd'hui
La stratégie initiale du gouvernement était de pénétrer dans seulement 2 zones mais le général Paradon vient d'annoncer officiellement que les forces de police ont commencé l'occupation de 4 sites de protestation.

La police est sur le point d'occuper la zone de Chang Wattana.

Crakdown0

 

Crakdown1.jpg

 

Chalerm dirige les operations en personne.

Crakdown2.jpg

 

Crakdown3.jpg

 

Étape par étape, la police poursuit sa marche vers le Big C de Chang Wattana et se trouve à 100 mètres des manifestants.
Le directeur du Centre pour le maintien de la paix et de l'ordre (CMPO) a fait un résumé de la situation à Ratchadamnoen Avenue et a présenté aux journalistes des matériaux saisis dans les tentes des manifestants.

Crakdown4.jpg

Chalerm a expliqué que Yingluck Shinawata avait donnée son accord à condition de ne pas faire couler le sang.

Au pont Makkawan, les gardes du PDRC ont repliqués et lancés une bombe "ping-pong" qui a blessée un journaliste. Ils ont aussi repris une partie du terrain précédemment occupé par la police. Il semble qu'ils soient aussi passés à la contre-offensive à Chang Wattana et que là-bas aussi, la police recule. Contrairement à cette dernière, les miliciens du PDRC n’hésitent pas à utiliser leurs armes à feu…

Sources:

https://www.facebook.com/UDDInternationalNews

https://twitter.com/Nalinee_PLE/status/434163850959532033/photo/1

https://twitter.com/ArmMatichon/status/434168713101586432/photo/1

https://twitter.com/joe_black317/status/434163641915412480/photo/1

https://twitter.com/joe_black317/status/434159446638350336/photo/1

https://twitter.com/nikhon_/status/434170003768623104/photo/1

http://www.nationmultimedia.com/breakingnews/Chalerm-says-CMPO-has-surprise-for-PDRC-in-afterno-30226845.html

http://news.springnewstv.tv/43427/%E0%B8%94%E0%B9%88%E0%B8%A7%E0%B8%99-%E0%B8%A3%E0%B8%B0%E0%B9%80%E0%B8%9A%E0%B8%B4%E0%B8%94%E0%B8%9B%E0%B8%B4%E0%B8%87%E0%B8%9B%E0%B8%AD%E0%B8%87%E0%B8%AA%E0%B8%B0%E0%B8%9E%E0%B8%B2%E0%B8%99%E0%B8%A1%E0%B8%B1%E0%B8%86%E0%B8%A7%E0%B8%B2%E0%B8%99%E0%B8%AF%E0%B8%99%E0%B8%B1%E0%B8%81%E0%B8%82%E0%B9%88%E0%B8%B2%E0%B8%A7%E0%B9%80%E0%B8%88%E0%B9%87%E0%B8%9A1%E0%B8%A3%E0%B8%B2%E0%B8%A2

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
14 février 2014 5 14 /02 /février /2014 05:04

Suthep Thaugsuban, le dirigeant du Comité pour la Réforme Démocratique Populaire (PDRC), dort toutes les nuits dans la suite royale de l'hôtel Dusit Thani à Bangkok, qui coute 30367 bahts par nuit. Pour un travailleur thaïlandais payé au salaire minimum de 300 baths par jour, il faudrait 101 jours de travail pour être en mesure de s'offrir une nuit à ce prix-là. Le directeur exécutif de l'hôtel Dusit Thani a été interrogé par des représentants du Centre pour le maintien de la paix et de l'ordre (CMPO) le 11 février dernier, mais cela n'a rien donné, Suthep continuant de passer ses nuits dans la suite. Pendant ce temps, les manifestants de la base du PDRC, dorment dans la rue. Liberez-Somyot en avait déjà parlé les 20 janvier et 9 février derniers. Liens: http://liberez-somyot.over-blog.com/article-tandis-que-les-manifestants-anti-democratie-dorment-dans-la-rue-leur-chef-suthep-passe-toutes-ses-n-122150128.html et http://liberez-somyot.over-blog.com/article-le-cmpo-va-enqueter-sur-les-hotels-haut-de-gamme-de-bangkok-qui-ont-abrites-les-dirigeants-du-pdrc-122474982.html).

 

Source:

http://twitpic.com/dvbijy

Photo ci-dessous: Suthep Thaugsuban dans sa suite à l'hôtel Dusit Thani

SuthepDusit2.jpg

 

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
14 février 2014 5 14 /02 /février /2014 03:40

Chers Compatriotes,

M. [Suthep] Thaugsuban, leader des opposants au gouvernement, a appelé les fonctionnaires, les riziculteurs, ainsi que les individus de tous les secteurs d’activité à un grand rassemblement, du 14 au 16 février à Bangkok.

Outre le fort risque d’encombrement du réseau routier, cette ambassade maintient ses conseils de sécurité, d’éviter impérativement tout rassemblement et manifestation qui ont un caractère imprévisible et où il existe un risque réel de violence.

Cordialement.

L’Ambassade de France

amb-fr-thailande

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article