Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 février 2014 6 15 /02 /février /2014 18:55

Les questions essentielles à l'écart du débat sur la "réforme", selon une militante

Un article de Pravit Rojanaphruk (The Nation)

Lien:

http://www.nationmultimedia.com/politics/Vital-issues-left-out-of-reform-debate-activist-sa-30226713.html


Aucune réelle réforme nationale ne peut avoir lieu sans l'introduction d'un système d'impôt progressif, la modification de la loi de lèse-majesté et l'introduction d'un filet social, explique Patchanee Kamnak, un membre clé du groupe de gauche Turn Left (marxiste de tendance trotskyste).
Cependant, toute proposition de réforme ne peut être légitime que si elle est approuvée par un référendum national, continue-t-elle.
Des impôts progressifs sur le revenu, sur la terre et sur l'héritage sont essentiels pour reformer la Thaïlande.
Sur la liberté d'expression, une modification si ce n'est pas l'abolition pure et simple de la loi de lèse-majesté draconienne est impérative, affirme-t-elle.
Il est choquant qu'aucun des grands groupes qui parlent de réforme nationale aujourd'hui, ne mentionnent même pas ces questions, dit-elle.
"Ces deux questions sont un indicateur pour savoir si le discours sur la réforme est authentique ou pas."
Les impôts progressifs serviront à s'attaquer aux disparités sociales et économiques et peuvent aider à trouver des fonds pour les programmes de protection sociale.
"Comment pouvons-nous parler de la répartition des revenus, si nous ne parlons pas de taxes?" a-t-elle demandé.
Elle est également consterné de voir que les mêmes visages de membres âgés des ONG, qui ont soutenu le coup d'Etat du 19 Septembre 2006, dominent encore aujourd'hui le débat sur la réforme aux côtés du Comité pour la Réforme Démocratique Populaire (PDRC).
Ces gens ont causés beaucoup de problèmes quand ils ont soutenu le coup d'Etat de 2006 et n'ont jamais exprimé le moindre sentiment de remords [...]
Patchanee dit la réforme judiciaire est également une question clé, mais personne ne semble avoir l'audace de toucher aux tribunaux, qui sont vus par son groupe et d'autres critiques comme très politisée et partisans.
Ces questions doivent être combattues dans un débat public et par un plébiscite.
"Je ne pense pas que les conservateurs pourront facilement céder sur ces questions", a-t-elle conclue.

Photo ci-dessous: Patchanee Kamnak (01/05/2013)

3

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
15 février 2014 6 15 /02 /février /2014 12:40

Ukrit Mongkolnavin: "Ils auront du mal à rester en Thaïlande"

Un article de Thai Intelligent News

Lien de l'article:

http://thaishortnews.wordpress.com/2014/02/13/ukrit-mongkolnavin-they-will-find-it-difficult-to-remain-in-thailand/

Ukrit Mongkolnavin, président de l'indépendante Commission Nationale de la Règle du Droit de Thaïlande (National Rule of Law Commission, NRLC) ainsi qu'ancien président du Sénat et du Parlement a déclaré sur une chaîne de télévision locale; "Ils auront du mal à rester en Thaïlande."

Lors d'une interview pour une chaine de télévision pro-chemises rouges le 12 février dernier, Ukrit a discuté de la possibilité d'un coup d'Etat judiciaire en Thaïlande. Ukrit a expliqué que les juges avaient perdu le respect de la population thaïlandaise, avec leurs décisions et jugements qui, comme la plupart des Thaïlandais le savent, sont politiquement motivés et ne reposent pas sur la primauté du droit. Interrogé sur ce qui se passera quand les Thaïlandais en viendront au point où ils ne pourront plus accepter ces arrêts et jugements, et commenceront à se révolter contre ces unités et institutions, Urkit a répondu: "Ils auront du mal à rester en Thaïlande".

Photo ci-dessous: Ukrit Mongkolnavin

ukrit.jpg

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
15 février 2014 6 15 /02 /février /2014 05:32

Ci-dessous: l'appel de la Commission asiatique des droits de l'homme:
"Chers amis,
La Commission asiatique des droits de l'homme a reçu des informations récentes sur le cas de Bantit (nom de famille non divulgué), accusé d'avoir violé l'article 112 du Code criminel. Le 17 février 2014, le verdict de la Cour suprême sera lu à 9 heures à la Cour pénale dont les bâtiments sont situés au sud de Bangkok. La lecture du verdict, qui avait été initialement prévue pour septembre 2013 et décembre 2013, a été reportée en raison de la maladie de l'accusé.
Informations sur son cas:
Bantit est un écrivain de 73 ans et traducteur de plus de 30 livres. Il a été accusé d'avoir violé l'article 112 du Code pénal thaïlandais qui stipule que: "Quiconque diffame, insulte ou menace le Roi, la Reine, l'Héritier présomptif ou le Régent, sera puni d'un emprisonnement de trois à quinze ans". Son cas est un exemple clair de l'utilisation de l'article 112 en vue de resserrer la liberté d'information et contribuer à la création d'un climat de peur.
Le 22 septembre 2003, lors d'un séminaire académique, Bantit a fait des commentaires et distribué des feuillets contenant ses opinions et ses idées. Par la suite, le général Wassana Phermlarp, un ancien membre de la Commission électorale et le secrétaire général de l'Office de lutte anti-blanchiment, a déposé une plainte contre lui auprès de la police accusant son discours et ses tracts de contenir des propos diffamant la monarchie.
En mars 2006, le Tribunal de première instance a jugé Bantit coupable et l'a condamné à quatre ans de prison. Toutefois, la Cour a décidé de suspendre cette sentence en raison de sa revendication de schizophrénie. En 2009, la Cour d’appel a infirmé la suspension de la peine sur la base que Bantit était au courant de l'illégalité de ses actes et l'a condamné à deux ans et huit mois de prison. Contrairement à beaucoup d'autres cas jugés pour violation de l'article 112 cas, tout au long du processus d'appel, Bantit a été autorisé à bénéficier de la liberté sous caution par la Cour d'appel. Cette décision de la Cour suprême pourrait alors contraindre Bantit à purger une peine de prison pour ses idées.
Action suggérée:
La Commission asiatique des droits de l'homme invite toutes les personnes qui se sentent concernées à assister à au procès en qualité d'observateurs et appelle les autres personnes intéressées à suivre cette affaire de près. La Cour pénale du sud de Bangkok est située au Soi 63 de la rue Charoen Krung qui se trouve à quelques pas de l'arrêt Saphan Taksin du BTS (métro aérien) ou l'arrêt Sathorn du bateau-bus Chao Phraya Express.
Merci
Asian Human Rights Commission"

Lien en anglais:

http://www.humanrights.asia/news/urgent-appeals/AHRC-UAU-007-2014

 

DSC09963

 

 

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
14 février 2014 5 14 /02 /février /2014 09:43

La police a mis la main sur des bombes "ping-pong" ainsi qu'une arme à feu lors de sa brève occupation d'une partie des sites du Comité pour la Réforme Démocratique Populaire (PDRC).

Crakdown5.jpg

 

Crakdown8.jpg

Après l'explosion d'une bombe "ping-pong", lancée par un garde du PDRC au pont Makkawan, qui a blessé un journaliste du journal Siamrath, la police s'est retirée afin d'éviter des pertes en vie humaine.

La plupart des policiers n'étaient équipés que de bâtons et de boucliers et pouvaient difficilement faire face aux miliciens armés du PDRC.

Crakdown6 

Ensuite, les policiers ont mis en place des barrages défensifs devant le siège de la police métropolitaine.

Crakdown7.jpg

Le chef du Centre pour le maintien de la paix et de l'ordre (CMPO) a expliqué que l'opération de ce matin n'était qu'un exemple destiné à mettre en garde les manifestants et les inciter à rentrer chez eux, sinon des mesures plus graves seront prises.

Sources

https://www.facebook.com/UDDInternationalNews

https://twitter.com/Anuphan_nna/status/434187524978647041/photo/1

https://twitter.com/joe_black317/status/434163979166834688/photo/1

https://twitter.com/Sn_Nueng/status/434200649677275136/photo/1

https://twitter.com/vaitor/status/434170909125906432/photo/1

 

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
14 février 2014 5 14 /02 /février /2014 06:01

Le général Paradon admet un plan pour occuper 4 zones de protestation du Comité pour la Réforme Démocratique Populaire (PDRC), aujourd'hui
La stratégie initiale du gouvernement était de pénétrer dans seulement 2 zones mais le général Paradon vient d'annoncer officiellement que les forces de police ont commencé l'occupation de 4 sites de protestation.

La police est sur le point d'occuper la zone de Chang Wattana.

Crakdown0

 

Crakdown1.jpg

 

Chalerm dirige les operations en personne.

Crakdown2.jpg

 

Crakdown3.jpg

 

Étape par étape, la police poursuit sa marche vers le Big C de Chang Wattana et se trouve à 100 mètres des manifestants.
Le directeur du Centre pour le maintien de la paix et de l'ordre (CMPO) a fait un résumé de la situation à Ratchadamnoen Avenue et a présenté aux journalistes des matériaux saisis dans les tentes des manifestants.

Crakdown4.jpg

Chalerm a expliqué que Yingluck Shinawata avait donnée son accord à condition de ne pas faire couler le sang.

Au pont Makkawan, les gardes du PDRC ont repliqués et lancés une bombe "ping-pong" qui a blessée un journaliste. Ils ont aussi repris une partie du terrain précédemment occupé par la police. Il semble qu'ils soient aussi passés à la contre-offensive à Chang Wattana et que là-bas aussi, la police recule. Contrairement à cette dernière, les miliciens du PDRC n’hésitent pas à utiliser leurs armes à feu…

Sources:

https://www.facebook.com/UDDInternationalNews

https://twitter.com/Nalinee_PLE/status/434163850959532033/photo/1

https://twitter.com/ArmMatichon/status/434168713101586432/photo/1

https://twitter.com/joe_black317/status/434163641915412480/photo/1

https://twitter.com/joe_black317/status/434159446638350336/photo/1

https://twitter.com/nikhon_/status/434170003768623104/photo/1

http://www.nationmultimedia.com/breakingnews/Chalerm-says-CMPO-has-surprise-for-PDRC-in-afterno-30226845.html

http://news.springnewstv.tv/43427/%E0%B8%94%E0%B9%88%E0%B8%A7%E0%B8%99-%E0%B8%A3%E0%B8%B0%E0%B9%80%E0%B8%9A%E0%B8%B4%E0%B8%94%E0%B8%9B%E0%B8%B4%E0%B8%87%E0%B8%9B%E0%B8%AD%E0%B8%87%E0%B8%AA%E0%B8%B0%E0%B8%9E%E0%B8%B2%E0%B8%99%E0%B8%A1%E0%B8%B1%E0%B8%86%E0%B8%A7%E0%B8%B2%E0%B8%99%E0%B8%AF%E0%B8%99%E0%B8%B1%E0%B8%81%E0%B8%82%E0%B9%88%E0%B8%B2%E0%B8%A7%E0%B9%80%E0%B8%88%E0%B9%87%E0%B8%9A1%E0%B8%A3%E0%B8%B2%E0%B8%A2

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
14 février 2014 5 14 /02 /février /2014 05:04

Suthep Thaugsuban, le dirigeant du Comité pour la Réforme Démocratique Populaire (PDRC), dort toutes les nuits dans la suite royale de l'hôtel Dusit Thani à Bangkok, qui coute 30367 bahts par nuit. Pour un travailleur thaïlandais payé au salaire minimum de 300 baths par jour, il faudrait 101 jours de travail pour être en mesure de s'offrir une nuit à ce prix-là. Le directeur exécutif de l'hôtel Dusit Thani a été interrogé par des représentants du Centre pour le maintien de la paix et de l'ordre (CMPO) le 11 février dernier, mais cela n'a rien donné, Suthep continuant de passer ses nuits dans la suite. Pendant ce temps, les manifestants de la base du PDRC, dorment dans la rue. Liberez-Somyot en avait déjà parlé les 20 janvier et 9 février derniers. Liens: http://liberez-somyot.over-blog.com/article-tandis-que-les-manifestants-anti-democratie-dorment-dans-la-rue-leur-chef-suthep-passe-toutes-ses-n-122150128.html et http://liberez-somyot.over-blog.com/article-le-cmpo-va-enqueter-sur-les-hotels-haut-de-gamme-de-bangkok-qui-ont-abrites-les-dirigeants-du-pdrc-122474982.html).

 

Source:

http://twitpic.com/dvbijy

Photo ci-dessous: Suthep Thaugsuban dans sa suite à l'hôtel Dusit Thani

SuthepDusit2.jpg

 

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
14 février 2014 5 14 /02 /février /2014 03:40

Chers Compatriotes,

M. [Suthep] Thaugsuban, leader des opposants au gouvernement, a appelé les fonctionnaires, les riziculteurs, ainsi que les individus de tous les secteurs d’activité à un grand rassemblement, du 14 au 16 février à Bangkok.

Outre le fort risque d’encombrement du réseau routier, cette ambassade maintient ses conseils de sécurité, d’éviter impérativement tout rassemblement et manifestation qui ont un caractère imprévisible et où il existe un risque réel de violence.

Cordialement.

L’Ambassade de France

amb-fr-thailande

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
13 février 2014 4 13 /02 /février /2014 15:40

Dans le classement mondial de la liberté de la presse pour 2014 de Reporters Sans Frontière, la Thaïlande est en 130eme position sur 180 pays.

RSF explique:

"L’année 2013 a témoigné de l’extrême susceptibilité de certains gouvernements de la région Asie-Pacifique face à la critique publique, même sous régime démocratique. En témoignent la multitude de procédures judiciaires, parfois assorties de peines disproportionnées, engagées contre des journalistes sous la pression des centres de pouvoir.

Avec le crime de "lèse-majesté", le gouvernement thaïlandais dispose d’un outil efficace pour intimider ou faire taire les insolents. La peine avec sursis infligée à Chiranuch Premchaiporn (Jiew), directrice du quotidien en ligne Prachatai, pour des "commentaires critiques à l’encontre de la monarchie" ou la condamnation à onze années de prison du rédacteur en chef du magazine bimensuel Voice of Thaksin, Somyot Prueksakasemsuk, constituent des exemples marquants. Ces verdicts ont, en effet, un impact dissuasif sur l’ensemble de la presse nationale."

Lien:

http://rsf.org/index2014/en-asia.php

 FREEPP9Fr

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
13 février 2014 4 13 /02 /février /2014 11:16

La Cour pénale a rejeté jeudi la demande de la police de prolonger la détention d'un leader du PDRC arrêté en vertu de l'état d'urgence. La Cour a ordonné à la police de libérer Sonthiyan Chuenruthainaitham.

Source:

http://www.nationmultimedia.com/breakingnews/Temporary-release-for-Sonthiyarn-30226745.html

Photo ci-dessous: Sonthiyan Chuenruthainaitham

sontiyam

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
13 février 2014 4 13 /02 /février /2014 03:46

Le ministre cambodgien de la Défense a exprimé son inquiétude au sujet de rumeurs selon lesquelles des mercenaires cambodgiens seraient derrière la violence politique en Thaïlande.
Les rumeurs ont été principalement propagées par les chefs de la protestation du Comité pour la Réforme Démocratique Populaire (PDRC), dirigé par Suthep Thaugsuban, contre le gouvernement thaïlandais de Yingluck Shinawara, affirmant que les autorités thaïlandaises auraient engagées des hommes armés cambodgiens afin de lancer des attaques sur les sites de rassemblement de protestation lors des derniers mois.
Un commandant de la Marine royale thaïlandaise a également diffusé cette rumeur en prétendant à la presse le mois dernier que "10 camions" de Cambodgiens auraient infiltrés les frontières de la Thaïlande afin de provoquer un chaos dans le royaume .
Cependant, le colonel thaïlandais Paphathip Sawangsaeng, porte-parole du ministère de la Défense, a déclaré au général cambodgien Tea Banh, ministre de la Défense nationale du Cambodge, que la rumeur était sans fondement.
Parmi les délégués thaïlandais qui ont assisté à l'événement se trouvait le général Yutthasak Sasiprapa, ministre thaïlandais de la   Défense.
Selon le colonel Paphathip, le général Bahn avait informé le général Yutthasak qu'il se sentait mal à cause de cette rumeur infondée, car il craignait que cela puisse affecter les bonnes relations entre la Thaïlande et le Cambodge.

Le colonel Paphathip a répondu au général Bahn que les policiers thaïlandais, qui ont observé de près les manifestations et mis en place des points de contrôle autour des sites de protestation, avaient affirmés que jamais ils n'avaient constatés la présence sur les lieux de militaires ou mercenaires cambodgiens.
"Sur la base de ces faits, nous ne croyons pas les rumeurs qui font état d'une intervention de l'armée cambodgienne dans la politique thaïlandaise", a  ajouté le colonel Paphathip.

 

Photos ci-dessous: Des manifestants du PDRC, dirigés par Suthep Thaugsuban, ont brulés des drapeaux cambodgiens

CambodiaFlag.jpg

 

CambodiaFlag1.jpg

 

 

CambodiaFlag2 

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article