Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 février 2014 2 04 /02 /février /2014 11:36

Le taux de participation aux élections du 2 février par régions en Thaïlande

Région Centre

Voteresult1.jpg

Région Nord

Voteresult3.jpg 

Région Nord-est

Voteresult2.jpg 

Région Sud

Voteresult4.jpg 

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
4 février 2014 2 04 /02 /février /2014 01:44

Pour les élections législatives du 2 février 2014 en Thaïlande, 48,54% des électeurs inscrits ont utilisé leur droit de vote et votés.

Sur la carte ci-dessous:

Zones en rouge: plus de 50% des électeurs ont votés.

Zones en vert: de 40 à 49% des électeurs ont votés.

Zones en bleu: moins de 40% des électeurs ont votés.

Zones en blanc: les bureaux de votes étaient bloqués par le PDRC et il n'y a pas eu d'élection.

votepercent.jpg

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
3 février 2014 1 03 /02 /février /2014 09:34

Lien de l'article:

http://www.stasiareport.com/the-big-story/asia-report/thailand/story/many-thais-angry-over-closure-polling-stations-20140203#sthash.YmUHc5Qb.uxfs


Les Thaïlandais sont allés aux urnes hier ne sachant pas trop à quoi s'attendre d'une élection qui ne résoudra probablement pas les fondements de la crise politique du pays.
Le plus grand parti d'opposition avait boycotté l'élection, tandis qu'un mouvement politique plus agressif a tout fait pour faire échouer le vote. Pour ajouter à l'inquiétude, les journaux étaient pleins d'histoires sur une fusillade dans le quartier animé de Laksi à Bangkok samedi dernier. De nouvelles violences sont prévues.
Mais, même pour les électeurs habitués aux dramatiques méandres de la vie politique thaïlandaise, il y a eu une nouvelle expérience hier, celle d'être empêché de voter.
Mme Penjan Sensuk, 55 ans, était parmi ceux censé se rendre dans un bureau de vote de Din Daeng, dans le centre de Bangkok, hier. "Maintenant, les Thaïlandais ne savent plus qui écouter. Les deux parties crient tellement fort qu'il est difficile de savoir qui dit la vérité", a déclaré cette propriétaire d'étal d'aliments à grignoter.
Le centre de Bangkok était relativement vide de trafic, et le taux de participation semblait faible.
Dans un bureau de vote du quartier à faible revenu de Klong Toey, situé dans le quartier du port, un électeur se présentait toutes les cinq minutes. Dans ce quartier de Chemises rouges pro-gouvernementaux, il n'y avait presque pas de présence de sécurité, et aucun manifestant antidémocratique. Tout était paisible et normal, bien que lent.
Mais dans les quartiers de Phya Thai, Ratchathewi et Din Daeng, près d'un vaste campement du Comité pour la Réforme Démocratique Populaire (PDRC), au rond-point de Victory Monument, c'était tout le contraire.
Là, les manifestants du PDRC ont empêchés les électeurs d'entrer dans les bureaux de vote et bloqués les urnes.
Des bus et des camions étaient garés sur les routes, des barrages routiers, rudimentaires mais efficaces, ont été mis en place. La sonorisation installée sur les camions entonnait de la musique. C'était censé être une rue "pique-nique" qui paralyserait Bangkok et rendrait impossible le fait de tenir une élection crédible.
Lorsque le vote a été suspendu dans le quartier, les manifestants ont célébré leur victoire. Mais de nombreux électeurs thaïlandais étaient mécontents. Une brève confrontation dans la matinée et un coup de feu mystérieux dans l'air n'ont pas réussi à dissuader les électeurs de se rendre à Din Daeng.
Les électeurs ont essayé de nouveau vers midi. Criant qu'ils croyaient en la démocratie, dénonçant les fonctionnaires électoraux pour avoir suspendu le vote, et se sentant encouragé par la forte présence des médias, ils ont brandis leurs cartes d'identité de citoyens thaïlandais et ont fait irruption, par les portes verrouillées, dans un bureau de vote.
A l'intérieur, ils ont hurlés aux malheureux fonctionnaires pour qu'ils ouvrent les urnes, tandis que des soldats non armés se tenaient autour. Les fonctionnaires leur ont assuré qu'il y aurait une autre tentative d'élection dans le quartier dans les trois semaines.
Dans le quartier Ratchathewi, dans le centre de Bangkok, certains étaient tellement dégoûtés de la fermeture des bureaux de vote qu'ils ont fabriqués des fausses urnes  et jetés des votes simulés.
Dans le district de Bueng Kum, en banlieue de Bangkok, la Première ministre Yingluck Shinawatra a mis un bulletin de vote dans la mauvaise boite, devant les caméras de télévision. Le représentant de son parti, confus, a expliqué qu'elle venait de faire ce que les fonctionnaires lui avaient dit de faire, et que son vote était valide.
A Sukhumvit Road dans le centre de Bangkok, une femme du Nord-est, qui s'est identifiée comme Kai, et qui n'avait pas voté parce qu'elle était loin de sa ville natale, a déclarée: "Je dois venir à Bangkok pour travailler, afin d’être en mesure de me nourrir."
Elle a expliqué qu'elle travaillait comme femme de ménage et gagnait 300 bahts (9 dollars US) par jour. "Les manifestants n'ont pas de tels soucis, ils ne comprendront jamais la vie des gens comme moi."

Photo ci-dessous: Un Thaïlandais en train de voter lors de l'élection du 2 février 2014

19

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
2 février 2014 7 02 /02 /février /2014 16:36

Le parti numéro 8, le Parti de la Force Démocratique, dirigé entre autre par la syndicaliste Jittra Cotchadet, n'aura sans doute pas de députés.

8 

Jittra Cotchadet est une dirigeante syndicaliste et une militante chemise rouge de la tendance gauchiste du mouvement. Elle avait décidée de participer à l'élection sous ses propres couleurs, un parti chemise rouge d'extrême gauche.

Malheureusement pour elle, les partisans des Chemises rouges qui sympathisaient avec ses idées, ont choisis le vote utile. Ils ont votés pour le numéro 15, le Parti Pua Thai de Yingluck Shinawatra.

Photo ci-dessous: Jittra Cotchadet

Jittra

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
2 février 2014 7 02 /02 /février /2014 13:22

Chuwit Kamolvisit est candidat pour cette élection sous les couleurs du Parti "Rak Thai" (numero 3).

Chuwit allait voter lorsqu'il a été agressé par des voyous du PDRC de Suthep Thaugsuban.

Le candidat ne s'est pas laissé faire et a rendu coup pour coup à ses agresseurs.

Photos ci-dessous: l'agression de Chuwit

Chuwit2.jpg

 

Chuwit-copie-1.jpg

 

Photo ci-dessous: les filles de Chuwit réclament le respect de leur droit de vote

 

Chuwit daughters

 Un lien en anglais sur Chuwit Kamolvisit:

http://en.wikipedia.org/wiki/Chuwit_Kamolvisit

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
2 février 2014 7 02 /02 /février /2014 13:14

Sur les 94 454 bureaux de vote dans toute la Thaïlande, 84 325 bureaux de vote ont pu voter sans aucun problème.

En pourcentage, cela signifie que 92,59% des bureaux de vote à Bangkok et 89,23% des bureaux de vote dans tout le pays ont pu fonctionner.

Voteresult.jpg 

En Thaïlande, 80 % des députés sont élus au scrutin majoritaire à un tour et les 20 % restants, à la proportionnelle.

Le dépouillement dans un village situé dans un district d'Ubon Ratchatani (qui avait un membre du Parti Démocrate comme ancien député) a donné:

Pour le scrutin majoritaire, deux candidats se présentaient, le 1 (Parti Chart Pattana) et le 15 (Parti Pua Thai de la Première ministre Yingluck Shinawatra)

Le numéro 15 (Pua Thai) a obtenu 289 votes

Le numéro 1 (Chart Pattana) a obtenu 35 votes

Il y a eu 45 votes nuls et 38 votes invalidés.

Pour le scrutin à la proportionnelle:

Le Parti 15 (Pua Thai) a obtenu 279 votes

Le Parti 1 (Chart Pattana) a obtenu 27 votes

Le Parti 14 (Parti Chart Thai Pattana de Banharn) a obtenu 6 votes

Le Parti 3 (Parti Rak Thai de Chuwit) a obtenu 4 votes

Le Parti 6 (Parti Bhumjaithai de Newin) a obtenu 1 vote

Il y a eu 44 votes nuls et 34 votes invalidés

Quelques autres partis ont obtenus une voix chacun

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
2 février 2014 7 02 /02 /février /2014 09:50

Un article de Thomas Fuller du New York Times

Lien de l'article:

http://www.nytimes.com/2014/02/02/world/asia/gun-battle-in-bangkok-escalates-election-protest.html?_r=0


BANGKOK - Au moins six personnes ont été blessées samedi dans une fusillade déclanchée par les manifestants qui cherchent à bloquer la distribution des bulletins de vote à Bangkok contre les futurs électeurs exigeants que les manifestants cessent leurs tentatives d'obstruction des élections nationales de dimanche.
Après trois mois d'une campagne de provocation par des manifestants afin de renverser le gouvernement de la Première ministre Yingluck Shinawatra, le choc samedi semblait cristalliser la lutte de pouvoir qui se joue dans les rues de Bangkok.
Ignorant les appels des États-Unis et de l'Union européenne, qui exigent le respect du processus démocratique, et attisant la colère de nombreux Thaïlandais désireux de voter - les manifestants ont bloqué la distribution des bulletins de vote et des urnes dans certaines parties de Bangkok et du Sud de la Thaïlande, un bastion de l'opposition. La fusillade de ce samedi présage sans doute des heurts au cours de cette journée de dimanche. Les manifestants vont tenter d'empêcher les électeurs de se rendre aux bureaux de vote. En dépit des affirmations répétées du leader du mouvement, Suthep Thaugsuban, qui prétend que ses partisans se battent "sans armes", les images, largement diffusées sur l'internet, montrent qu'ils disposent d'une vaste panoplie d'armes à feu.
Bien qu'ils ne représentent qu'une minorité parmi les 65 millions de Thaïlandais, les centaines de milliers de manifestants qui ont défilé à Bangkok depuis le début du mouvement, affirment être à l'avant-garde d'un mouvement social qui souhaiterait réformer la démocratie en Thaïlande. Pour ce faire, cependant, ils prétendent avoir besoin de suspendre la démocratie et de gouverner le pays par l'intérmediaire d'un "conseil du peuple" non élu.
Les dirigeants du mouvement et leurs alliés du Parti Démocrate qui boycottent les élections, sont persuadés que ces dernières seront annulées du fait qu'ils ont empêchés l'inscription des candidats et le vote dans plusieurs circonscriptions. Même si les élections ne sont pas annulées, le processus va durer encore plusieurs mois, le temps de permettre aux électeurs de voter partout dans le pays.
Abhisit Vejjajiva, le chef du Parti démocrate, a affirmé samedi qu'il n'irait pas voter dimanche parce que l'élection était "inconstitutionnelle" et ne permettait pas "d'atteindre l'objectif d'une élection dans un système démocratique". L'ancien Premier ministre, inculpé de "crime" pour son rôle dans la répression sanglante contre les manifestants pro-Thaksin en 2010, est accusé de vouloir s'emparer du pouvoir par des moyens extra-constitutionnels, en cherchant le soutien des élites et des militaires.
Somchai Srisuthiyakorn, un membre de la Commission électorale accusée de complicité avec les manifestants qui s'opposent aux élections, a déclaré à la télévision thaïlandaise samedi que des responsables électoraux locaux avaient démissionné dans le sud de la Thaïlande, et qu'un certain nombre de bureaux de vote seraient fermés dimanche. " Tout peut arriver",a déclaré a conclu Somchai.

Photo ci-dessous: des manifestants antidémocratiques armés

Shooting5

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
1 février 2014 6 01 /02 /février /2014 15:51

Le bureau de vote de Laksi, à Bangkok, a été pris d'assaut par des gangs d'extrême-droite bouddhiste et des voyous du Parti Démocrate originaires du Sud, afin d'empêcher les gens de voter lors de l'élection de dimanche. Comme les populations locales et les chemises rouges se sont réunis pour exiger l'accès au bureau de vote et aux urnes, les dirigeants du Parti Démocrate, Satit Wong-nongtuay et Sutep Tueksuban, ont envoyés des renforts se précipiter à Laksi. Parmi ces renforts se trouvaient de nombreux voyous armés.

Dans le clip vidéo ci-dessous vous verrez un des voyous de Suthep en cagoule noire tenant un sac de plastique vert et jaune. Il y a un fusil automatique à l'intérieur du sac et le tireur commence à tirer sur les habitants et sur la police:

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
1 février 2014 6 01 /02 /février /2014 04:19

Hier, le 31 janvier 2014, à Bangkok, une personne qui avait rejoint un rassemblement pour le respect du vote, a été tué par des manifestants du PDRC de Suthep alors qu'il rentrait chez lui. L'homme conduisait une moto et vêtu d'un T-shirt "Respect My Vote". Une voiture, conduite par des voyous du PDRC, l'a alors pris en chasse et a heurté sa moto. L'homme est tombé, s'est cogné la tête contre la route et il est mort. Le conducteur de la voiture a crié: "Ceux qui n'aiment pas le pays méritent de mourir" et s'est enfui.

Homme-assassine.jpg

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
1 février 2014 6 01 /02 /février /2014 04:17

Déclaration de Reporters sans frontières

La Royal Thai Navy poursuit des journalistes ayant relayé une information de Reuters

Le 18 décembre 2013, Alan Morison et Chutima Sidasathian, respectivement rédacteur en chef et journaliste au sein du site d’information en ligne Phuketwan ont été inculpés pour diffamation.

Reporters sans frontières dénonce avec fermeté l’inculpation de ces deux journalistes. « Nous ne pouvons tolérer que des journalistes soient poursuivis pour n’avoir fait que leur métier en relayant des informations d’intérêt général déjà rendues publiques. Le recours au très controversé Computers Crimes Act pour une affaire de diffamation témoigne du niveau critique de la liberté de l’information dans le pays, et s’apparente à une tentative de musellement. Nous apportons notre soutien aux journalistes, qui risquent jusqu’à cinq ans de prison, et demandons l’abandon immédiat des poursuites judiciaires », a déclaré l’organisation.

La Royal Thai Navy a engagé des poursuites à l’encontre de Alan Morison et Chutima Sidasathian pour avoir relayé le 17 juillet dernier sur le site du Phuketwan, un article de Reuters relatif aux réfugiés Rohinga. L’institution militaire reproche aux deux journalistes d’avoir porté atteinte à sa réputation, et d’avoir violé le Computer Crimes Act. L’article original accusait la Royal Thai Navy de fermer les yeux sur le passage de certains bateaux de réfugiés illégaux contre de l’argent.

Les deux journalistes, qui ont plaidé non coupable, ont été entendus par la police qui a enregistré leurs empreintes digitales. Ils vont être entendus à nouveau le 24 décembre 2013. Ils risquent une amende de 100 000 bath (2 000 euros) et une peine de prison allant jusqu’à cinq ans.

Alan Morison, Australien de 65 ans est rédacteur en chef du Phuketwan, et travaille en collaboration avec divers médias internationaux tels que CNN ou le South China Morning Post. Il a confié à Reporters sans frontières : “Dans ce contexte particulier, qui rend incertain l’avenir de la Thaïlande en tant que démocratie, le moment est vraiment mal choisi par les militaires pour poursuivre en justice des médias à l’aide de lois oppressives. Lorsqu’une branche respectée de l’armée fait le choix de se tourner vers la justice au lieu de régler l’affaire par un simple coup de téléphone ou un communiqué de presse, on peut se demander où va la Thaïlande”.

La problématique des Rohinga, considérés par les Nations Unies comme l’une des minorités les plus persécutées n’est pas nouvelle en Thailande, qui fait face à ces afflux de réfugiés en provenance de Birmanie.

La Thaïlande se situe à la 135ème position sur 179 selon le classement de la liberté de la presse établi par Reporters sans frontières en 2013.

Liens:

http://fr.rsf.org/thailande-la-royal-thai-navy-poursuit-des-23-12-2013,45665.html

http://phuketwan.com/tourism/stop-repressive-assault-press-freedom-thai-government-urged-19657/

http://phuketwan.com/tourism/phuket-defamation-case-british-ambassador-speaks-democracy-rohingya-19651/

 

Photo ci-dessous: Alan Morison et Chutima Sidasathian

Phuketwan-010.jpg

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article