Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 janvier 2014 3 29 /01 /janvier /2014 03:57

Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale du Cambodge, Koy Kuong, a rejeté hier l’accusation du chef du Comité populaire de réforme démocratique, Suthep Thaugsuban, concernant une attaque contre des manifestants anti-gouvernementaux thaïlandais.

“Suthep Thaugsuban a été cité par des médias thaïlandais que l’attaque contre des manifestants anti-gouvernementaux thaïlandais aurait été liée à des hommes armés cambodgiens. Je tiens à rejeter totalement ce commentaire”, a dit Koy Kuong.

“C’est une exagération et une accusation stupide”, a-t-il souligné.

Selon le porte-parole, il s’agit de la deuxième fois que les médias thaïlandais ont publié de fausses informations sur le Cambodge. La première fois, c’était le 22 janvier dernier quand ils ont cité un haut responsable de la marine affirmant que beaucoup de travailleurs cambodgiens étaient entrés en Thaïlande pour participer à la manifestation contre la protestation anti-gouvernementale thaïlandaise à Bangkok, mais le ministère thaïlandais des Affaires étrangères lui-même a rejeté cette information.

Jusqu’à présent, les travailleurs cambodgiens en Thaïlande ont bien travaillé pour leurs entreprises respectives, et l’Ambassade du Cambodge à Bangkok ainsi que le Consulat général du Cambodge à Sa Kaeo ont également recommandé à tous les travailleurs de s’éloigner de la manifestation, non seulement à Bangkok, mais aussi dans d’autres provinces.

Par C. Nika, AKP Phnom Penh, le 28 janvier 2014

http://www.akp.gov.kh/fr/?p=10484

Photo ci-dessous: Koy Kuong

koy-kuong1.jpg

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
28 janvier 2014 2 28 /01 /janvier /2014 03:25

Un article de Giles Ji Ungpakorn

Lien de l’article:

http://redthaisocialist.com/francais/521-les-chiens-enrages-du-parti-democrates-declenchent-la-violence-autour-des-bureaux-de-vote-de-bangkok.html


Le dimanche 26 janvier, les chiens enragés du Parti Démocrate ont déclenchés la violence autour des bureaux de vote de Bangkok. Les bureaux de vote à travers le pays étaient censés être ouverts pour que des personnes puissent voter à l'avance. Le vote par anticipation est un service nécessaire car il est obligatoire pour les gens de voter.

Dans beaucoup de districts de Bangkok, de nombreux habitants en colère se sont disputés avec les manifestants anti-démocratiques. Ils ont également protesté contre les commissaires des élections locales qui ont fermé les bureaux de vote, qu'ils soient encerclés ou non par les voyous du Parti Démocrate de Sutep. Dans certains bureaux les voyous ont agressé physiquement les citoyens qui voulaient voter. Ce qui s'est passé ce jour-là montre qu'une importante partie de la population de Bangkok est opposée aux tentatives du Parti Démocrate de saboter l'élection. Cela risque d'être une surprise pour les commentateurs qui affirment que la crise thaïlandaise n'est qu'un différend "Thaïlande rurale contre Bangkok". Lors de la dernière élection près de la moitié de l'électorat de la capitale avait voté pour le Parti Pua Thai.

Malgré les gangs itinérants de voyous à Bangkok, 597 circonscriptions à l'échelle nationale, soit 91 % des circonscriptions, ont réussi à organiser le vote par anticipation. Dans le sud musulman malais, les responsables des villages se sont rassemblés devant les bureaux de vote pour empêcher les Démocrates d'intimider les électeurs. Le chef du Département des Enquêtes Spéciales cherche également à poursuivre les commissaires électoraux qui ont échoué dans leur devoir de veiller à ce que les élections aient lieu où il n'y avait pas de protestations anti-gouvernementales.

Les pitreries de la Commission électorale, des voyous du Parti Démocrate et de la Cour constitutionnelle sont comparables à un match de football. Les voyous de Sutep veulent la démission du gouvernement et l'annulation des élections. Ils veulent que la constitution soit modifiée de sorte que la démocratie soit abolie. Ces voyous provoquent des perturbations pour tenter de saboter l'enregistrement des candidats, la Commission électorale récupère le "ballon" et utilise cela comme une excuse pour appeler au report de l'élection. Cette dernière passe ensuite le "ballon" à la Cour constitutionnelle pour qu'elle confirme que l'élection peut, en effet, être reportée. Le "ballon" a maintenant été renvoyé aux voyous qui provoquent plus de violence à l'extérieur des bureaux de vote. La Commission électorale saute sur l'occasion pour prendre cette violence comme excuse afin de fermer les bureaux de vote et demander au gouvernement d'annuler l'élection. Pendant tout ce temps, ces agents de la dictature sont encouragés par les recteurs d'université, des médecins sexistes, des ONG, la presse grand public et la mal nommée Commission nationale des droits de l'homme.

Les universitaires, les ONG, les classes moyennes arriérées et d'autres créatures méprisables des élites, portent une grande responsabilité dans la destruction croissante de la démocratie en Thaïlande. Au cours des derniers mois du gouvernement Thai Rak Thai de Taksin, ils ont insulté la majorité de l'électorat en affirmant que ces électeurs (ceux qui votaient pour Taksin) étaient "trop ignorants" pour avoir le droit de voter. Auparavant, ils avaient affirmé que les politiques pro-pauvres, tels que les soins de santé universels, n'étaient qu'un "simple achat de voix". Ce sont eux qui ont appelé l'armée à faire un coup d'Etat contre le gouvernement élu du Parti Thai Rak Thai en 2006. Ils ont ensuite collaboré avec la junte militaire. Ils ont aussi soutenu le blocage des aéroports internationaux en 2008 afin de pousser le pouvoir judiciaire à organiser un autre coup d'Etat contre le gouvernement élu du Parti Palang Prachachorn (Parti du Pouvoir du Peuple). Ce sont encore eux qui ont donné un appui tacite au massacre de 90 manifestants chemises rouges par l'armée en 2010. Aujourd’hui, ils appellent hypocritement "les deux parties à s'abstenir de toute violence" et à "se rencontrer pour négocier". Cela revient à dire que les manifestants de Sutep, qui veulent détruire la démocratie, auraient la même légitimité que le gouvernement élu qui est soutenu par 70 % de la population.

Si ce ramassis de détritus de la classe moyenne se souciaient d'un iota de la paix et de la démocratie en Thaïlande, ils se joindraient à ceux qui ont été allumer des bougies et ont demandé à Sutep d'arrêter ses manifestations. Au lieu de cela, à chaque fois qu'ils ouvrent la bouche, c'est pour donner confiance aux voyous de ce dernier.

Mes camarades et moi avons discuté de cinq réformes urgentes qui devraient avoir lieu afin d'augmenter l'espace démocratique en Thaïlande.
Vous pouvez lire les détails sur ce site:
http://uglytruththailand.wordpress.com/

ou celui-là:

http://redthaisocialist.com/

En résumé, ces cinq réformes urgentes sont:
1. La nécessité de lutter contre l'inégalité économique brute par l'introduction d'un impôt sur la fortune et d'un état providence.
2. La nécessité d'abolir la lèse-majesté, la loi sur les crimes informatiques et le mépris du droit de la Cour qui protège les juges de la critique. Les prisonniers d'opinion comme Somyot Prueksakasemsuk devraient être libérés de prison. L'ensemble du système judiciaire doit être révisé.
3. Les "autorités indépendantes" nommées par l'élite, qui ne sont indépendantes que des processus démocratique et qui utilisent mal leur pouvoir en prenant des décisions "au-dessus" du Parlement élu, doivent être abolies. Les pires contrevenants sont la Commission électorale, la Cour constitutionnelle et la moitié nommée du Sénat. L'idée derrière la mise en place de ces organismes méprisable est qu'on ne peut pas faire confiance à la population en général pour élire les "bonnes" personnes au Parlement. Si le Parlement et le gouvernement doivent faire preuve de responsabilité et de transparence, cela doit se faire par des processus démocratiques.
4. La nécessité de réduire la puissance et l'influence des militaires dans la politique et la société.
5. La nécessité de punir ceux qui ont commis des violations flagrantes aux droits de l'homme, y compris les généraux de l'armée, Abhisit, Sutep et Taksin. Ceci afin que de véritables normes de droits de l'homme puissent être établiees. La Commission nationale des droits de l'homme pro-élite doit être abolie.

Nous ne revendiquons en aucun cas le monopole sur les idées de réforme politique. D'autres groupes, comme le groupe d'universitaires de droit progressistes Nitirat, ont beaucoup de propositions intéressantes. Il y a aussi beaucoup d'autres réformes à long terme qui sont nécessaires.

Mais nous pouvons dire avec certitude que si quelqu'un parle de réforme politique sans mentionner nos cinq principaux points ci-dessus, il ne s'agira simplement que de donner un nouveau nom à la "réaction" et la "dictature".

 

Photo ci-dessous: les manifestants fanatiques de Suthep

Foule-Jaune.jpg

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
27 janvier 2014 1 27 /01 /janvier /2014 18:08

Sabai Sabai, les mots oubliés de la supposée "Cité des Anges"

Un article de Declan sur CNN IReport

Lien de l’article:

http://ireport.cnn.com/docs/DOC-1078524


Vous aviez l'habitude d'avoir un droit de vote dans cette ville. Vous aviez aussi eu auparavant le plaisir d'une vie relativement facile ici. Dans le passé, vous étiez soumis à relativement peu de harcèlement pour vos points de vue ou opinions politiques générales. Les gens étaient vraiment heureux et souriaient d'un sourire authentique. Et puis c'est arrivé.
Incapable d'accepter la nouvelle classe moyenne, les quelques snobs élitistes qui dirigent la Thaïlande ont décidé de faire quelque chose. Avec leur état d'esprit étroit comme quoi rien au nord de Don Muang ne comptait, ils se sont mis à mettre en place les "bonnes personnes" pour former la République Populaire du Bangkokistan.
En termes réels, cela a pris relativement peu de temps, le coup d'Etat de 2006, un gouvernement militaire, une constitution fictive, quelques organismes jetés pour détruire les principes démocratiques et nous voici ici en 2014.
Dans cette ville rance dépourvue de pensée intelligente, on nous fixait le canon de la guerre civile imminente où ces mêmes décideurs de l'élite au pouvoir étaient en passe de devenir au mieux un visage acceptable de leur propre passé très sombre. Un passé qui reste caché mais deviendra certainement public un jour, détruisant ainsi leurs façades et amenant l'autonomisation des personnes qui comptent, la majorité démocratique.
En confiant à une personne de la stature morale de Suthep Thaugsuban le soin de mener à bien leurs affaires, les détenteurs du pouvoir ont accéléré leur propre disparition. Ce fut une erreur monumentale, une erreur qu'ils semblent déjà réaliser compte tenu de leur base de supporters massivement réduite et l'évidente disparition de leur vache à lait.
La Thaïlande a perdu son statut Sabai Sabai et ne retrouvera ce titre convoité que quand les gens qui comptaient dans le passé n'auront plus d'importance. Le retrait du démoniaque et délirant kamnan ainsi que du maître qui le paye est tout ce qui compte maintenant.
Dans l'avenir, les gens qui compteront seront humbles, réfléchis, bienveillants et surtout démocratiques.

 

BangkokThep.jpg

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
27 janvier 2014 1 27 /01 /janvier /2014 16:24

L’Armée du Dharma est la branche militante de la secte bouddhiste intégriste Santi Asoke dont le dirigeant le plus connu est le général Chamlong Srimuang, un ancien général de l’armée qui a participé au massacre des étudiants en 1976, aurait soi-disant dirigé un mouvement pro-démocratie en 1992 (en fait il s’est greffé dessus pour en profiter) et a été l’un des cinq principaux dirigeants des Chemises jaunes du PAD lors de l’occupation des aéroports en 2008.

Aujourd’hui, l’Armée du Dharma et la secte bouddhiste intégriste Santi Asoke font partie de l’aile dure du mouvement anti-démocratie de Suthep Thaugsuban.

L’Armée du Dharma et la secte bouddhiste intégriste Santi Asoke sont aussi surnommées l’Al Qaida de la Thaïlande.

Bhodirak, le fondateur de la secte et le gourou du général Chamlong, est un ancien playboy devenu moine bouddhiste dans les années 1980 (il est intéressant de faire le parallèle avec Al Qaida dont le fondateur, Oussama Ben Laden, était lui-aussi un ancien playboy). Apres avoir été expulsé du clergé bouddhiste en 1989 pour avoir tenté de promouvoir son propre culte de la personnalité, Bhodirak a fondé sa propre secte bouddhiste strictement végétarienne et basée autour de lui-même, qui en a profité pour s’autoproclamer “Grand Gourou”.

Cette mouvance dure du mouvement refuse tout compromis. Son but est de mettre en place un état thaïlandais bouddhiste intégriste qui fonctionnerait de manière fasciste.

Photo ci-dessous: le général Chamlong Srimuang

chamlong.jpg

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
27 janvier 2014 1 27 /01 /janvier /2014 16:22

Un leader des manifestants, Sutin Tharatin, a été abattu d’une balle dans la tête à Bangkok, alors qu’il parlait aux manifestants. Avec ses partisans, il appelait au blocage des bureaux de vote, mais une bousculade a eu lieu dans son camp.

Sutin Tharatin était un cousin de Somsak Kosaisuk, un ancien maoïste intégriste, dirigeant d’une des branches dures du mouvement anti-démocratie (l’autre branche dure étant la secte bouddhiste intégriste Santi Asoke).

D’anciens députés du Parti Démocrate aimeraient bien pouvoir arriver à un compromis afin d’avoir la possibilité de réintégrer l’arène politique thaïlandaise mais, aussi bien la branche venue des anciens extrémistes maoïstes (Sutin Tharatin, Pipop Thongchai et Somsak Kosaisuk) que celle des extrémistes religieux d’extrême droite (Santi Asoke, Armée du Dharma, général Chamlong Srimuang), refusent tout compromis.

La vidéo ci-dessous suggère que Sutin ait pu être abattu par son propre camp:


 
Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
26 janvier 2014 7 26 /01 /janvier /2014 17:51

La FIDH et son organisation membre, l'Union for Civil Liberty (UCL), condamnent les actes illégaux de manifestants anti-gouvernementaux qui ont empêché les électeurs d'aller voter par anticipation avant l'élection législative prévue pour le 2 février 2014.

Lien de l'article:

http://www.fidh.org/en/asia/thailand/14524-thailand-obstruction-of-advance-voting-condemned


"Empêcher des citoyens d'exercer leurs droits de vote est une violation grave des lois thaïlandaises et des normes internationales des droits de l'homme. Le droit de réunion pacifique ne doit pas empiéter sur le droit fondamental des citoyens à voter.
"Les manifestants anti-gouvernementaux l'ont fait de manière évidente et leurs actions doivent être condamnées", a déclaré le président de la FIDH, Karim Lahidji.
Le 26 Janvier, des groupes de manifestants antigouvernementaux du Comité pour la Réforme Démocratique Populaire (PDRC), dirigé par l'ancien ministre Suthep Thaugsuban, ont encerclé de nombreux bureaux de vote à Bangkok. Ils ont bloqué des fonctionnaires électoraux dans l'exercice de leurs fonctions et ont empêché les électeurs de voter par anticipation. Dans certains cas, des manifestants anti-gouvernementaux ont cadenassé l'entrée des bureaux de vote. En conséquence, les fonctionnaires électoraux ont annulés les votes par anticipation dans plus de 30 des 50 districts de Bangkok.
"Le vote par anticipation a également été annulée dans de nombreuses provinces, y compris Phuket, Chumphon, Ranong, Surat Thani, Nakhon Si Thammarat et Trang.
"Le PDRC prétend être un mouvement pro-démocratie. Mais il est difficile de considérer que priver de leurs droits les autres électeurs et entraver le processus électoral puisse être démocratique", a déclaré le président de l'UCL Jaturong Boonyarattanasoontorn.
Le 9 Décembre 2013, la Première ministre thaïlandaise, Yingluck Shinawatra, avait dissous le Parlement et appelé à une élection générale. L'élection avait été programmée pour le 2 Février. Le gouvernement a fait preuve de constance dans sa position comme quoi les élections ne pourraient être reportées en raison de l'agitation politique en cours alors que la Commission électorale (CE) a cherché à reporter les élections à une date ultérieure. En conséquence, la CE a demandé à la Cour constitutionnelle de se prononcer sur la controverse. Le 24 Janvier, la Cour constitutionnelle a jugé que l'élection générale pouvait être retardée en raison de l'agitation politique. Le tribunal a également statué que la Commission électorale pouvait demander au gouvernement de reporter l'élection.
"La Première ministre Yingluck devrait rencontrer la CE le 28 Janvier pour discuter de savoir si l'élection doit être reportée."
"Le gouvernement thaïlandais doit faire en sorte que les citoyens puissent exercer leur droit de vote. Ceci est particulièrement important si le gouvernement désire que les élections générales aillent de l'avant le 2 février", a exhorté M. Jaturong.

 

Photo ci-dessous: des manifestants anti-gouvernementaux du PDRC empêchant un citoyen thaïlandais d'aller voter

 

Manifestants.jpg

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
26 janvier 2014 7 26 /01 /janvier /2014 15:37

La grille avait été cadenassée par les fascistes de Suthep. Sous les sifflets hargneux de ces derniers, la femme escalade la grille pour aller voter.

Voir la vidéo ci-dessous:


 

Devant d’autres bureaux de votes, des électeurs mecontents se sont battus avec les fascistes qui voulaient les empêcher de voter. Un dirigeant fasciste a été tué.

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
25 janvier 2014 6 25 /01 /janvier /2014 17:53

Thaïlande: la Cour constitutionnelle pourrait ajourner les élections générales

La Cour constitutionnelle de Thaïlande a considéré le 24 janvier qu'il est possible d'ajourner les élections législatives anticipées prévues pour le 2 février prochain, mesure qui pourrait diminuer la tension dans le pays.
Les juges se sont également accordés sur le fait que le Premier ministre, Mme Yingluck Shinawatra, et le président du Comité national des élections, M. Somchai Srisutthiyakorn, peuvent prendre cette mesure par voie de décret.
Les représentants du gouvernement thaïlandais ont annoncé que ce dernier continuera d'assumer ses fonctions intérimaires durant la période d'ajournement.
Selon le président du Comité national des élections, les élections du 2 février pourraient être reculées d'au moins trois mois.
Le même jour, le responsable en chef de la police, M. Adul Saengseingkaew, a annoncé les premières zones où la circulation est limitée en vertu de l'état d'urgence prononcé à Bangkok et dans sa proche banlieue, lequel a pris effet le 22 janvier, dont des bâtiments gouvernementaux, le parlement...
Selon les résultats d'une enquête publiée le 24 janvier, environ 79,6% des personnes interrogées ont exprimé le souhait que les élections aient lieu comme prévu à ce jour, en dépit des manifestations actuelles et l'escalade de la violence.
Les manifestations anti-gouvernementales en Thaïlande qui durent depuis trois mois ont commencé à devenir de plus en plus violentes. L'opération de paralysie de Bangkok est entrée dans sa troisième semaine. Les manifestants ont encerclé le siège d'une banque gouvernementale, et ont également assiégé des bâtiments gouvernementaux en bloquant l'entrée des administrations locales de douze provinces du Sud, le bastion de l'opposition, afin d'empêcher les fonctionnaires de travailler.
Source:

http://fr.vietnamplus.vn/Home/Tha%C3%AFlande-la-Cour-constitutionnelle-pourrait-ajourner-les-elections-generales/20141/38451.vnplus

 

Ubon respect

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
25 janvier 2014 6 25 /01 /janvier /2014 15:20

Liberez Somyot a reçu d’un lecteur un article à la fois hilarant et très vrai.

Le voici:

Le professeur Abhiksin Shinajiva, directeur de recherches en urologie et ORL de l'université Soukkouesepboo de Pattaya, diplomé de l'université Chula de Washington, expert auprès de l'ONU et de la SPA pour les questions anales et orales, vient de publier un rapport dans la très sérieuse revue scientifique " Science, Life, Philosophy and Ganja" sur les effets négatifs de la stridence siffletienne sur le conduit auditif et les neurones.
Un panel de 1000 utilisateurs fréquents du sifflet, (agents de la circulation, gardiens de parking, arbitres de football) sur une période de 5 ans ont servi de cobayes pour cette étude scientifique.
Les résultats sont édifiants : la gamme de fréquence du sifflet entraine à court terme des lésions significatives sur la membrane interne de l'oreille et sur l'ensemble du conduit auditif.
De plus, il a établi avec certitude que la stridence perturbait irréversiblement le système neuronal conduisant à une dégénérescence fatal du cerveau.
Les sujets étudiés, à plus de 80% présentaient une aliénation psychiatrique, une absence de réflexion intellectuelle et une perte de QI passant à une fourchette comprise entre 10 et 20, le QI d'un bourricot.
Ce phénomène a été reproduit en laboratoire sur des rats et des singes avec une fréquence exponentielle de 2 à 3 heures consécutives et sans interruption.
Tous les rats, tous les singes , 100 % des cobayes se sont retrouvés rapidement ( une à deux semaines) dans l'état psychique de la larve du ver Musca Merdia , la mouche à merde.
 
En conclusion, le professeur Abhiksin Shinajiva recommande l'éradication formelle et urgente du sifflet et de la mouche à merde.
Www.notthebkkpost.arg

 

MUSSO SUTHEP

 

moutons

 

YellowGuy

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
25 janvier 2014 6 25 /01 /janvier /2014 15:03

Chers Compatriotes,
L’Ambassade de France vous a annoncé mercredi 22 janvier, la mise en place de « l’état d’urgence » de Bangkok et de sa proche banlieue.
En conformité à cet état d’urgence, plusieurs mesures restrictives viennent d’être prises par le CMPO (Commission pour le Maintien de la Paix et de l’Ordre).

1 - Tout rassemblement supérieur à 5 personnes dans les zones délimitées par le CMPO est interdit. Toute action troublant l’ordre public est interdite.

2 - Toute communication par tracts, imprimés, livres, journaux ou lettres, incitant à provoquer la panique ou l’annonce de fausses informations concernant les mesures d’urgence ou affectant l’ordre public sont interdites.

3 - Restriction de l’accès et de l’utilisation aux véhicules dans certaines zones définies par le CMPO.

4 - Restriction de l’accès et de l’utilisation aux personnes de certains bâtiments et zones définies par le CMPO.

5 - Certaines zones pourront être évacuées pour des raisons de sécurité sur ordre du CMPO.

6 - Les délais de mise en œuvre de ces mesures seront décidés par le CMPO en minimisant l’impact sur les personnes.

Ce vendredi un premier avis du CMPO règlemente l’entrée à 13 bâtiments et l’accès à 25 voies de communications.

Cette restriction concerne :
A) les bâtiments suivants :
les bureaux du Premier ministre « Government House »,
le Parlement,
le Ministère de l'Intérieur,
le complexe gouvernemental Chaeng Wattana,
la tour Cat Telecom (située Chaeng Wattana),
la compagnie TOT,
l’agence Thaicom,
le bureau de service au sol (Aeronautical),
la Radio Nationale Thaïlandaise,
l’hotel de Police,
les entreprises d’Etat,
les administrations locales
les agences d'État.

B) Les axes suivants :

1. L’avenue Ratchasima , du carrefour de Suan Ruenruedee à Prachakasem
2. L’avenue Phitsanulok du carrefour de Wang Daeng à Yommarat
3. L’ avenue Uthong Nai du carrefour de Uthong Nai à la Place Royale derrière la statue Rama V
4. L’ avenue Likit
5. L’ avenue Rama V du pont Orathai au carrefour Sukothai
6. L’ avenue Sukhothai du carrefour à partir Suan Ruenruedee
7. L’ avenue Ratvithee du carrefour de Karn Ruen à Ratvithee
8. L’ avenue Rajdamnoen Klang du carrefour de Kok Wue, à celui de Praroop.
9. L’ avenue Luk Luang entre les ponts de Visukamnarueman et de Tevakam
10. L’ avenue Pichai du carrefour Kattiyanee à l’avenue Ratvithee
11. L’ avenue Nakhon Sawan du carrefour Phitsanulok au pont Devakham
12. L’ avenue Ayutthaya du carrefour de Wat Benjamabophit à Pon 1.
13. L’ avenue Nakhon Pathom
14. L’ avenue Krung Kasem du carrefour Prachakasem au carrefour de Thevakam
15. L’ avenue Silom entre Saladaeng et Narathiwat
16. L’ avenue Rama IV du carrefour de Samyan à Wireless
17. L’ avenue Ratchadamri du carrefour de Saladaeng au carrefour de Pratunam
18. L’ avenue Ploenchit du carrefour de Ratchaprasong au carrefour de Chidlom
19. L’ avenue Rama I du carrefour de Charoenphol au carrefour de Ratchaprasong
20. L’ avenue Phayathai du carrefour de Pathumwan au carrefour de Samyan
21. L’ avenue Ratchadapisek du carrefour Asoke à Phetchaburi
22. L’ avenue Sukhumvit du soi Nana au soi 19
23. L’ avenue Ratchavithi du carrefour de Tukchai au carrefour de Din Daeng
24. L’ avenue Phaholyothin du carrefour de Lat Phrao au carrefour de Kamphaeng Phet.
25. L’ avenue Chaeng Wattana du carrefour de Lak Si au Soi Chaeng Wattana 14
26. Le pont de Rama VIII.

Il est par ailleurs interdit de se trouver en possession de toute arme ou tout objet pouvant être considéré comme une arme.

L’Ambassade de France vous rappelle que pour votre sécurité, il est formellement conseillé d’éviter toute forme de manifestation, d’attroupement ou de rassemblement de personnes.

Ambassade de France

 

amb-fr-thailande.jpg

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article