Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 janvier 2014 4 30 /01 /janvier /2014 03:45

Frustrés par la contestation antidémocratique qui a fermé les écoles, de nombreux étudiants se sont réunis pour une veillée aux chandelles en demandant aux manifestants de respecter leur avenir.
Respect-my-future.jpg
Des groupes d'élèves et d'étudiants se sont réunis dans le quartier de Phra Nakhon à Bangkok le soir du 25 janvier, pour demander la paix et le respect de leur avenir, après que de nombreuses écoles aient été fermées en raison de la protestation menée par le Comité pour la Réforme Démocratique Populaire (PDRC) dirigée par Suthep Thaugsuban.
La veillée a été suivi par des étudiants et des élèves de différentes, universités, écoles et collèges de Bangkok tels que l'école Bavorn Niwet, l'école du Wat Rajabopit, l'Université Bansomdejchaopraya Rajabhat , l'Université Phranakhon Rajabhat et l'Université Thammasat.
Un certain nombre de résidents locaux ont également rejoint l'événement par solidarité.
Certains élèves ont écrit sur ​​des tableaux blancs afin d'exprimer leur frustration face à la crise politique en cours tandis que d'autres ont entassés leurs manuels sur le sol pour symboliser leur incapacité à suivre les cours.

Ils ont ensuite allumés des bougies ensemble pour symboliser la paix et ont réclamés que l'élection du 2 février aille de l'avant.
Source:

http://www.khaosod.co.th/en/view_newsonline.php?newsid=TVRNNU1EazVPRGszTUE9PQ%3D%3D&sectionid=TURFd01BPT0%3D

 

 

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
30 janvier 2014 4 30 /01 /janvier /2014 03:41

Des gardes de la manifestation ont voulu fouiller le sergent major Kongphet Phetkanha. Celui-ci a refusé. Il a alors été violemment pris à parti par des manifestants et avait tiré une fois pour se défendre, blessant l’un d’entre eux. Il a ensuite été passé à tabac et gravement blessé. Sur la photo ci-dessous, on peut voir un manifestant lui donner un coup de pied alors qu'il est transporté, inconscient et la tête ensanglantée, à l'hôpital:

Policier2.jpg

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
29 janvier 2014 3 29 /01 /janvier /2014 11:02

Thaïlande: un moine bouddhiste leader des manifestants, devoir ou sacrilège?

Sur scène devant des manifestants à Bangkok, un moine drapé dans sa robe safran exhorte ses "guerriers" à combattre un pouvoir au "coeur noir".

Un engagement public inhabituel dans une Thaïlande profondément bouddhiste où certains jugent primordial que les religieux observent une stricte neutralité politique.

Depuis trois mois, le gouvernement de la Première ministre Yingluck Shinawatra est dans la ligne de mire de militants qui réclament son départ et la fin de l'influence de son frère Thaksin, ancien chef du gouvernement renversé par un coup d'Etat en 2006.

Les protestataires accusent Yingluck d'être une marionnette du milliardaire haï. Et rejettent les élections législatives prévues dimanche.

Dès les premiers jours du mouvement à l'automne, Luang Pu Buddha Issara, 58 ans, est apparu aux côtés du principal meneur, Suthep Thaugsuban, organisant des prières ou prenant la parole sur scène, l'ancien député assis à ses pieds en signe de respect.

Et depuis le lancement de l'opération de "paralysie" de Bangkok le 13 janvier, le moine est même en charge du campement de Chaeng Wattana, l'un des sites installés aux carrefours stratégiques de la capitale.

"Ce gouvernement dirigé par la famille Shinawatra, le frère et la soeur Shinawatra, n'a aucune morale, aucune éthique, ils sont corrompus, ils permettent la corruption et mentent tous les jours", explique à l'AFP le moine qui a également publiquement dénoncé de récents scandales de moines impliqués dans des affaires de corruption ou de drogue.

"La sphère religieuse a le devoir de dire à la sphère civile ce qu'elle doit ou ne doit pas faire", poursuit-il pour justifier son engagement politique.

Mais sa démarche est loin de faire l'unanimité et le moine fait même l'objet d'une plainte de l'Association des bouddhistes de Thaïlande.

"Les moines peuvent avoir des sentiments personnels mais l'expression politique (leur) est interdite", martèle Sathien Wipornmaha, responsable de cette ONG, qui l'accuse de détruire "l'image du bouddhisme".

Mise en garde restée lettre morte

Même son de cloche du côté du Bureau national du bouddhisme, organisme officiel chargé de surveiller le comportement des moines.

"Les moines ne peuvent pas s'engager en politique", insiste son directeur Nopparat Benjawattantnun, qui a écrit au responsable religieux de la province de Nakhon Pathom, dont dépend Buddha Issara, pour que le moine soit mis en garde. "Mais il n'a pas arrêté" son action, constate-t-il.

Dans un pays où 95% des habitants sont des bouddhistes pratiquants, l'un des taux les plus élevés du monde, beaucoup pensent que les dizaines de milliers de moines doivent se tenir à l'écart de la politique partisane.

La participation de moines à des mouvements politiques ou sociaux n'est malgré tout pas une première.

Par exemple en 2010, des dizaines de religieux avaient participé aux côtés des "chemises rouges" pro-Thaksin à l'occupation du centre de Bangkok pendant deux mois pour réclamer la démission du gouvernement de l'époque, dont Suthep était vice-Premier ministre.

Certains avaient même été arrêtés au dernier jour du mouvement, marqué par un assaut sanglant de l'armée.

"Même si en théorie les moines sont apolitiques, en pratique, quand vous regardez sous la surface, il y a toutes sortes de politiques", explique ainsi Duncan McCargo, de l'université britannique de Leeds.

"Ce qui est inhabituel ici, c'est un moine de premier plan qui ne joue pas seulement un rôle de soutien", souligne-t-il, doutant que le moine fasse l'objet de la moindre sanction.

Malgré les critiques, le moine n'a pas perdu le soutien de ses fidèles, dont certains l'ont suivi jusqu'à Bangkok depuis son temple de Nakhon Pathom, comme Mayurachat Manothai.

"Le secteur laïc avait des problèmes, alors (Buddha Issara) devait aider", insiste la manifestante de 75 ans, après un discours du moine entouré d'une dizaine de gardes du corps avec gilets par balle et lunettes noires.

"Il y a deux leaders que les manifestants respectent. Suthep et moi", explique Buddha Issara.

"Si l'un d'entre nous est abattu, une foule massive sortira dans la rue, et ce sera une excuse pour le gouvernement pour utiliser la force", assure-t-il, alors qu'un meneur du mouvement a été abattu dimanche.

"Nous resterons assis ici (...). Nous voulons la victoire du pays", dit-il, sans donner de signe de compromis à l'approche du scrutin.

Source:

http://www.la-croix.com/Actualite/Monde/Thailande-un-moine-bouddhiste-leader-des-manifestants-devoir-ou-sacrilege-2014-01-28-1097536

Photo ci-dessous: Luang Pu Buddha Issara

bonzeIssara.jpg

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
29 janvier 2014 3 29 /01 /janvier /2014 03:57

Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale du Cambodge, Koy Kuong, a rejeté hier l’accusation du chef du Comité populaire de réforme démocratique, Suthep Thaugsuban, concernant une attaque contre des manifestants anti-gouvernementaux thaïlandais.

“Suthep Thaugsuban a été cité par des médias thaïlandais que l’attaque contre des manifestants anti-gouvernementaux thaïlandais aurait été liée à des hommes armés cambodgiens. Je tiens à rejeter totalement ce commentaire”, a dit Koy Kuong.

“C’est une exagération et une accusation stupide”, a-t-il souligné.

Selon le porte-parole, il s’agit de la deuxième fois que les médias thaïlandais ont publié de fausses informations sur le Cambodge. La première fois, c’était le 22 janvier dernier quand ils ont cité un haut responsable de la marine affirmant que beaucoup de travailleurs cambodgiens étaient entrés en Thaïlande pour participer à la manifestation contre la protestation anti-gouvernementale thaïlandaise à Bangkok, mais le ministère thaïlandais des Affaires étrangères lui-même a rejeté cette information.

Jusqu’à présent, les travailleurs cambodgiens en Thaïlande ont bien travaillé pour leurs entreprises respectives, et l’Ambassade du Cambodge à Bangkok ainsi que le Consulat général du Cambodge à Sa Kaeo ont également recommandé à tous les travailleurs de s’éloigner de la manifestation, non seulement à Bangkok, mais aussi dans d’autres provinces.

Par C. Nika, AKP Phnom Penh, le 28 janvier 2014

http://www.akp.gov.kh/fr/?p=10484

Photo ci-dessous: Koy Kuong

koy-kuong1.jpg

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
28 janvier 2014 2 28 /01 /janvier /2014 03:25

Un article de Giles Ji Ungpakorn

Lien de l’article:

http://redthaisocialist.com/francais/521-les-chiens-enrages-du-parti-democrates-declenchent-la-violence-autour-des-bureaux-de-vote-de-bangkok.html


Le dimanche 26 janvier, les chiens enragés du Parti Démocrate ont déclenchés la violence autour des bureaux de vote de Bangkok. Les bureaux de vote à travers le pays étaient censés être ouverts pour que des personnes puissent voter à l'avance. Le vote par anticipation est un service nécessaire car il est obligatoire pour les gens de voter.

Dans beaucoup de districts de Bangkok, de nombreux habitants en colère se sont disputés avec les manifestants anti-démocratiques. Ils ont également protesté contre les commissaires des élections locales qui ont fermé les bureaux de vote, qu'ils soient encerclés ou non par les voyous du Parti Démocrate de Sutep. Dans certains bureaux les voyous ont agressé physiquement les citoyens qui voulaient voter. Ce qui s'est passé ce jour-là montre qu'une importante partie de la population de Bangkok est opposée aux tentatives du Parti Démocrate de saboter l'élection. Cela risque d'être une surprise pour les commentateurs qui affirment que la crise thaïlandaise n'est qu'un différend "Thaïlande rurale contre Bangkok". Lors de la dernière élection près de la moitié de l'électorat de la capitale avait voté pour le Parti Pua Thai.

Malgré les gangs itinérants de voyous à Bangkok, 597 circonscriptions à l'échelle nationale, soit 91 % des circonscriptions, ont réussi à organiser le vote par anticipation. Dans le sud musulman malais, les responsables des villages se sont rassemblés devant les bureaux de vote pour empêcher les Démocrates d'intimider les électeurs. Le chef du Département des Enquêtes Spéciales cherche également à poursuivre les commissaires électoraux qui ont échoué dans leur devoir de veiller à ce que les élections aient lieu où il n'y avait pas de protestations anti-gouvernementales.

Les pitreries de la Commission électorale, des voyous du Parti Démocrate et de la Cour constitutionnelle sont comparables à un match de football. Les voyous de Sutep veulent la démission du gouvernement et l'annulation des élections. Ils veulent que la constitution soit modifiée de sorte que la démocratie soit abolie. Ces voyous provoquent des perturbations pour tenter de saboter l'enregistrement des candidats, la Commission électorale récupère le "ballon" et utilise cela comme une excuse pour appeler au report de l'élection. Cette dernière passe ensuite le "ballon" à la Cour constitutionnelle pour qu'elle confirme que l'élection peut, en effet, être reportée. Le "ballon" a maintenant été renvoyé aux voyous qui provoquent plus de violence à l'extérieur des bureaux de vote. La Commission électorale saute sur l'occasion pour prendre cette violence comme excuse afin de fermer les bureaux de vote et demander au gouvernement d'annuler l'élection. Pendant tout ce temps, ces agents de la dictature sont encouragés par les recteurs d'université, des médecins sexistes, des ONG, la presse grand public et la mal nommée Commission nationale des droits de l'homme.

Les universitaires, les ONG, les classes moyennes arriérées et d'autres créatures méprisables des élites, portent une grande responsabilité dans la destruction croissante de la démocratie en Thaïlande. Au cours des derniers mois du gouvernement Thai Rak Thai de Taksin, ils ont insulté la majorité de l'électorat en affirmant que ces électeurs (ceux qui votaient pour Taksin) étaient "trop ignorants" pour avoir le droit de voter. Auparavant, ils avaient affirmé que les politiques pro-pauvres, tels que les soins de santé universels, n'étaient qu'un "simple achat de voix". Ce sont eux qui ont appelé l'armée à faire un coup d'Etat contre le gouvernement élu du Parti Thai Rak Thai en 2006. Ils ont ensuite collaboré avec la junte militaire. Ils ont aussi soutenu le blocage des aéroports internationaux en 2008 afin de pousser le pouvoir judiciaire à organiser un autre coup d'Etat contre le gouvernement élu du Parti Palang Prachachorn (Parti du Pouvoir du Peuple). Ce sont encore eux qui ont donné un appui tacite au massacre de 90 manifestants chemises rouges par l'armée en 2010. Aujourd’hui, ils appellent hypocritement "les deux parties à s'abstenir de toute violence" et à "se rencontrer pour négocier". Cela revient à dire que les manifestants de Sutep, qui veulent détruire la démocratie, auraient la même légitimité que le gouvernement élu qui est soutenu par 70 % de la population.

Si ce ramassis de détritus de la classe moyenne se souciaient d'un iota de la paix et de la démocratie en Thaïlande, ils se joindraient à ceux qui ont été allumer des bougies et ont demandé à Sutep d'arrêter ses manifestations. Au lieu de cela, à chaque fois qu'ils ouvrent la bouche, c'est pour donner confiance aux voyous de ce dernier.

Mes camarades et moi avons discuté de cinq réformes urgentes qui devraient avoir lieu afin d'augmenter l'espace démocratique en Thaïlande.
Vous pouvez lire les détails sur ce site:
http://uglytruththailand.wordpress.com/

ou celui-là:

http://redthaisocialist.com/

En résumé, ces cinq réformes urgentes sont:
1. La nécessité de lutter contre l'inégalité économique brute par l'introduction d'un impôt sur la fortune et d'un état providence.
2. La nécessité d'abolir la lèse-majesté, la loi sur les crimes informatiques et le mépris du droit de la Cour qui protège les juges de la critique. Les prisonniers d'opinion comme Somyot Prueksakasemsuk devraient être libérés de prison. L'ensemble du système judiciaire doit être révisé.
3. Les "autorités indépendantes" nommées par l'élite, qui ne sont indépendantes que des processus démocratique et qui utilisent mal leur pouvoir en prenant des décisions "au-dessus" du Parlement élu, doivent être abolies. Les pires contrevenants sont la Commission électorale, la Cour constitutionnelle et la moitié nommée du Sénat. L'idée derrière la mise en place de ces organismes méprisable est qu'on ne peut pas faire confiance à la population en général pour élire les "bonnes" personnes au Parlement. Si le Parlement et le gouvernement doivent faire preuve de responsabilité et de transparence, cela doit se faire par des processus démocratiques.
4. La nécessité de réduire la puissance et l'influence des militaires dans la politique et la société.
5. La nécessité de punir ceux qui ont commis des violations flagrantes aux droits de l'homme, y compris les généraux de l'armée, Abhisit, Sutep et Taksin. Ceci afin que de véritables normes de droits de l'homme puissent être établiees. La Commission nationale des droits de l'homme pro-élite doit être abolie.

Nous ne revendiquons en aucun cas le monopole sur les idées de réforme politique. D'autres groupes, comme le groupe d'universitaires de droit progressistes Nitirat, ont beaucoup de propositions intéressantes. Il y a aussi beaucoup d'autres réformes à long terme qui sont nécessaires.

Mais nous pouvons dire avec certitude que si quelqu'un parle de réforme politique sans mentionner nos cinq principaux points ci-dessus, il ne s'agira simplement que de donner un nouveau nom à la "réaction" et la "dictature".

 

Photo ci-dessous: les manifestants fanatiques de Suthep

Foule-Jaune.jpg

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
27 janvier 2014 1 27 /01 /janvier /2014 18:08

Sabai Sabai, les mots oubliés de la supposée "Cité des Anges"

Un article de Declan sur CNN IReport

Lien de l’article:

http://ireport.cnn.com/docs/DOC-1078524


Vous aviez l'habitude d'avoir un droit de vote dans cette ville. Vous aviez aussi eu auparavant le plaisir d'une vie relativement facile ici. Dans le passé, vous étiez soumis à relativement peu de harcèlement pour vos points de vue ou opinions politiques générales. Les gens étaient vraiment heureux et souriaient d'un sourire authentique. Et puis c'est arrivé.
Incapable d'accepter la nouvelle classe moyenne, les quelques snobs élitistes qui dirigent la Thaïlande ont décidé de faire quelque chose. Avec leur état d'esprit étroit comme quoi rien au nord de Don Muang ne comptait, ils se sont mis à mettre en place les "bonnes personnes" pour former la République Populaire du Bangkokistan.
En termes réels, cela a pris relativement peu de temps, le coup d'Etat de 2006, un gouvernement militaire, une constitution fictive, quelques organismes jetés pour détruire les principes démocratiques et nous voici ici en 2014.
Dans cette ville rance dépourvue de pensée intelligente, on nous fixait le canon de la guerre civile imminente où ces mêmes décideurs de l'élite au pouvoir étaient en passe de devenir au mieux un visage acceptable de leur propre passé très sombre. Un passé qui reste caché mais deviendra certainement public un jour, détruisant ainsi leurs façades et amenant l'autonomisation des personnes qui comptent, la majorité démocratique.
En confiant à une personne de la stature morale de Suthep Thaugsuban le soin de mener à bien leurs affaires, les détenteurs du pouvoir ont accéléré leur propre disparition. Ce fut une erreur monumentale, une erreur qu'ils semblent déjà réaliser compte tenu de leur base de supporters massivement réduite et l'évidente disparition de leur vache à lait.
La Thaïlande a perdu son statut Sabai Sabai et ne retrouvera ce titre convoité que quand les gens qui comptaient dans le passé n'auront plus d'importance. Le retrait du démoniaque et délirant kamnan ainsi que du maître qui le paye est tout ce qui compte maintenant.
Dans l'avenir, les gens qui compteront seront humbles, réfléchis, bienveillants et surtout démocratiques.

 

BangkokThep.jpg

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
27 janvier 2014 1 27 /01 /janvier /2014 16:24

L’Armée du Dharma est la branche militante de la secte bouddhiste intégriste Santi Asoke dont le dirigeant le plus connu est le général Chamlong Srimuang, un ancien général de l’armée qui a participé au massacre des étudiants en 1976, aurait soi-disant dirigé un mouvement pro-démocratie en 1992 (en fait il s’est greffé dessus pour en profiter) et a été l’un des cinq principaux dirigeants des Chemises jaunes du PAD lors de l’occupation des aéroports en 2008.

Aujourd’hui, l’Armée du Dharma et la secte bouddhiste intégriste Santi Asoke font partie de l’aile dure du mouvement anti-démocratie de Suthep Thaugsuban.

L’Armée du Dharma et la secte bouddhiste intégriste Santi Asoke sont aussi surnommées l’Al Qaida de la Thaïlande.

Bhodirak, le fondateur de la secte et le gourou du général Chamlong, est un ancien playboy devenu moine bouddhiste dans les années 1980 (il est intéressant de faire le parallèle avec Al Qaida dont le fondateur, Oussama Ben Laden, était lui-aussi un ancien playboy). Apres avoir été expulsé du clergé bouddhiste en 1989 pour avoir tenté de promouvoir son propre culte de la personnalité, Bhodirak a fondé sa propre secte bouddhiste strictement végétarienne et basée autour de lui-même, qui en a profité pour s’autoproclamer “Grand Gourou”.

Cette mouvance dure du mouvement refuse tout compromis. Son but est de mettre en place un état thaïlandais bouddhiste intégriste qui fonctionnerait de manière fasciste.

Photo ci-dessous: le général Chamlong Srimuang

chamlong.jpg

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
27 janvier 2014 1 27 /01 /janvier /2014 16:22

Un leader des manifestants, Sutin Tharatin, a été abattu d’une balle dans la tête à Bangkok, alors qu’il parlait aux manifestants. Avec ses partisans, il appelait au blocage des bureaux de vote, mais une bousculade a eu lieu dans son camp.

Sutin Tharatin était un cousin de Somsak Kosaisuk, un ancien maoïste intégriste, dirigeant d’une des branches dures du mouvement anti-démocratie (l’autre branche dure étant la secte bouddhiste intégriste Santi Asoke).

D’anciens députés du Parti Démocrate aimeraient bien pouvoir arriver à un compromis afin d’avoir la possibilité de réintégrer l’arène politique thaïlandaise mais, aussi bien la branche venue des anciens extrémistes maoïstes (Sutin Tharatin, Pipop Thongchai et Somsak Kosaisuk) que celle des extrémistes religieux d’extrême droite (Santi Asoke, Armée du Dharma, général Chamlong Srimuang), refusent tout compromis.

La vidéo ci-dessous suggère que Sutin ait pu être abattu par son propre camp:


 
Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
26 janvier 2014 7 26 /01 /janvier /2014 17:51

La FIDH et son organisation membre, l'Union for Civil Liberty (UCL), condamnent les actes illégaux de manifestants anti-gouvernementaux qui ont empêché les électeurs d'aller voter par anticipation avant l'élection législative prévue pour le 2 février 2014.

Lien de l'article:

http://www.fidh.org/en/asia/thailand/14524-thailand-obstruction-of-advance-voting-condemned


"Empêcher des citoyens d'exercer leurs droits de vote est une violation grave des lois thaïlandaises et des normes internationales des droits de l'homme. Le droit de réunion pacifique ne doit pas empiéter sur le droit fondamental des citoyens à voter.
"Les manifestants anti-gouvernementaux l'ont fait de manière évidente et leurs actions doivent être condamnées", a déclaré le président de la FIDH, Karim Lahidji.
Le 26 Janvier, des groupes de manifestants antigouvernementaux du Comité pour la Réforme Démocratique Populaire (PDRC), dirigé par l'ancien ministre Suthep Thaugsuban, ont encerclé de nombreux bureaux de vote à Bangkok. Ils ont bloqué des fonctionnaires électoraux dans l'exercice de leurs fonctions et ont empêché les électeurs de voter par anticipation. Dans certains cas, des manifestants anti-gouvernementaux ont cadenassé l'entrée des bureaux de vote. En conséquence, les fonctionnaires électoraux ont annulés les votes par anticipation dans plus de 30 des 50 districts de Bangkok.
"Le vote par anticipation a également été annulée dans de nombreuses provinces, y compris Phuket, Chumphon, Ranong, Surat Thani, Nakhon Si Thammarat et Trang.
"Le PDRC prétend être un mouvement pro-démocratie. Mais il est difficile de considérer que priver de leurs droits les autres électeurs et entraver le processus électoral puisse être démocratique", a déclaré le président de l'UCL Jaturong Boonyarattanasoontorn.
Le 9 Décembre 2013, la Première ministre thaïlandaise, Yingluck Shinawatra, avait dissous le Parlement et appelé à une élection générale. L'élection avait été programmée pour le 2 Février. Le gouvernement a fait preuve de constance dans sa position comme quoi les élections ne pourraient être reportées en raison de l'agitation politique en cours alors que la Commission électorale (CE) a cherché à reporter les élections à une date ultérieure. En conséquence, la CE a demandé à la Cour constitutionnelle de se prononcer sur la controverse. Le 24 Janvier, la Cour constitutionnelle a jugé que l'élection générale pouvait être retardée en raison de l'agitation politique. Le tribunal a également statué que la Commission électorale pouvait demander au gouvernement de reporter l'élection.
"La Première ministre Yingluck devrait rencontrer la CE le 28 Janvier pour discuter de savoir si l'élection doit être reportée."
"Le gouvernement thaïlandais doit faire en sorte que les citoyens puissent exercer leur droit de vote. Ceci est particulièrement important si le gouvernement désire que les élections générales aillent de l'avant le 2 février", a exhorté M. Jaturong.

 

Photo ci-dessous: des manifestants anti-gouvernementaux du PDRC empêchant un citoyen thaïlandais d'aller voter

 

Manifestants.jpg

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
26 janvier 2014 7 26 /01 /janvier /2014 15:37

La grille avait été cadenassée par les fascistes de Suthep. Sous les sifflets hargneux de ces derniers, la femme escalade la grille pour aller voter.

Voir la vidéo ci-dessous:


 

Devant d’autres bureaux de votes, des électeurs mecontents se sont battus avec les fascistes qui voulaient les empêcher de voter. Un dirigeant fasciste a été tué.

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article