Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 janvier 2014 3 22 /01 /janvier /2014 14:35

Kwanchai Praipana, le dirigeant des Chemises rouges pro-gouvernementaux d’Udon Thani, a été blessé par balle devant son domicile dans cette ville du Nord-est de la Thaïlande. Le colonel de police, Kowit Tharoenwattanasuk, a déclaré que les coups de feu avaient été tirés à partir d’une camionnette couleur bronze lorsque Kwanchai sortait de sa maison. La police pense que c'est un crime politique.

Kwanchai Praipana est l’un des initiateurs du boycott des bières Singha et Leo. Certains Chemises rouges pensent qu’il s’agirait d’une vengeance de la famille Bhirombhakdi, propriètaire de l’entreprise Boon Rawd Brewery qui produit les bières Singha et Leo.

singha

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
22 janvier 2014 3 22 /01 /janvier /2014 13:17

Dans la vidéo ci-dessous, la femme, complètement exitée, se lance dans une diatribe contre Obama, Thaksin et les médias occidentaux:


Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
22 janvier 2014 3 22 /01 /janvier /2014 12:37

Selon une enquête réalisée sur un échantillon de près de 2.000 habitants de Bangkok, seuls 20 % ont participé à des manifestations antigouvernementales, tandis que 80 % ont affirmé ne jamais soutenir le mouvement initié par Suthep Thaugsuban.

Source:

http://fr.vietnamplus.vn/Home/Tha%c3%aflande-Les-elections-sont-le-moyen-unique-pour-la-crise/20141/38262.vnplus

 

20points600.png

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
21 janvier 2014 2 21 /01 /janvier /2014 16:00

Un article de l'AFP

Lien de l'article:

http://www.20minutes.fr/monde/1276999-20140121-thailande-decrete-etat-urgence

Le gouvernement thaïlandais a annoncé mardi la mise en place de l'état d'urgence à Bangkok et sa proche banlieue pour faire face aux manifestations qui réclament depuis plus de deux mois la chute de la Première ministre Yingluck Shinawatra.

En raison des manifestations et des violences, «le conseil des ministres a décidé d'invoquer l'état d'urgence pour faire face à la situation et faire appliquer la loi», a déclaré lors d'une conférence de presse le vice-Premier ministre Surapong Tovichakchaikul. L'état d'urgence, qui donne plus de pouvoirs aux forces de sécurité, entrera en vigueur mercredi pour 60 jours.

Violents incidents

Cette décision intervient alors que plusieurs incidents violents ont eu lieu ces derniers jours après plus de deux mois d'une crise qui a fait au total neuf morts, la plupart abattus dans des circonstances troubles, et des centaines de blessés. Des grenades et des tirs ont en particulier visé vendredi et dimanche des manifestants, faisant un mort et des dizaines de blessés. Les deux camps se sont rejetés mutuellement la responsabilité de ces attaques.

Les manifestants, alliance hétéroclite des élites de Bangkok, d'ultra-royalistes et d'habitants du Sud, réclament la tête de Yingluck et la fin de ce qu'ils appellent le «système Thaksin», du nom de son frère Thaksin Shinawatra, qu'ils associent à une corruption généralisée et qu'ils accusent de gouverner par son intermédiaire depuis son exil.

L'ancien Premier ministre, qui reste le personnage central de la politique du royaume, a été renversé en 2006 par un coup d'Etat, engluant la Thaïlande dans des crises politiques à répétition mettant en lumière la division du pays entre ceux qui l'adorent et ceux qui le haïssent et le voient comme une menace pour la monarchie.

Législatives anticipées

Pour tenter d'intensifier leur pression, les manifestants ont lancé la semaine dernière une «opération» de paralysie de Bangkok qui n'a pas eu l'effet escompté de forcer Yingluck à la démission et s'est depuis essoufflée, même s'ils occupent toujours plusieurs carrefours importants de la capitale.

Pour tenter de sortir de l'impasse, Yingluck a convoqué des législatives anticipées pour le 2 février, mais les manifestants ne veulent pas de ce scrutin dont le parti au pouvoir est une nouvelle fois favori, et le principal parti d'opposition le boycotte. La Première ministre a encore répété que les élections étaient pour elle la meilleur solution pour sortir de la crise.

 

Vote2

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
21 janvier 2014 2 21 /01 /janvier /2014 01:45

Un article de Giles Ji Ungpakorn

Lien de l'article:

http://redthaisocialist.com/francais/508-les-manifestations-de-sutep-commencent-a-sessouffler-mais-quen-est-il-des-reformes-politiques.html


Depuis des mois, les manifestants violents et anti-démocratiques de Sutep ont tout fait pour contrecarrer le fonctionnement du gouvernement démocratiquement élu et empecher qu'une élection générale ait lieu. Ils ont encerclé les bureaux où les candidats aux élections essaiyaient de s'inscrire, occupés des ministères, attaqués la police avec des armes à feu et ont essayés de "fermer Bangkok". Récemment, ils ont essayé d'occuper l'imprimerie gouvernementale chargée de l'impression des bulletins de vote. Mais jusqu'à présent, ils ont échoué dans leurs objectifs.
L'armée n'a pas fait de coup d'État pour contenter les manifestants, Yingluk est encore la premiere ministre par interim et il semble que l'élection aura bien lieu le 2 février, au moins dans la plupart des provinces, y compris Bangkok . La reaction douce du gouvernement semble être payante dans cette guerre d'usure.
Sutep et sa bande n'agissent pas sans soutiens puissants. Plusieurs propriétaires d'entreprise, y compris ceux de S & P et de la bière Singha, ont été vus soutenant les manifestants et l'une des princesses a même porté les couleurs rouges, blanches et bleues qui leur sont associés. Les recteurs de toutes les universités, des hauts fonctionnaires et certaines sections de la commission électorale, leur ont apporté un gros soutien. Mais l'armée est
toujours en attente, refusant d'organiser un coup d'Etat ou d'aider le gouvernement en faisant en sorte que l'élection ait lieu.
Ce qui est différent dans cette situation et celle de 2006, lorsque des manifestants chemises
jaunes avaient contribués à ouvrir la voie à un coup d'Etat militaire, est que certains chefs militaires savent qu'un putsch ne leur amenerait rien de bon. Cela ne fonctionnerait que si une dictature durable et brutale était mise en place. Plus important encore, contrairement à 2006, il y a aujourd'hui un mouvement de masse chemise rouge qui est déterminé à défendre la démocratie et même les universitaires et les militants des ONG, qui avaient soutenus le coup d'Etat de 2006, se méfient maintenant d'intervenir car ils craignent d'avoir l'air de soutenir la destruction de la démocratie. C'est parce que le coup d'Etat de 2006 et le massacre de près de 90 manifestants pro-démocratie en 2010 n'a rien fait pour atténuer l'enthousiasme des électeurs pour le Parti Pua Thai de Taksin et il est évident pour tous ceux qui se soucient de regarder les faits que les gens votent pour les politiques favorables aux pauvres.
Des manifestations pro-démocratie avec des chandelles ont eu lieu dans tout le pays. Lors de ces protestations, les gens demandaient que leur vote soit respecté. Ils demandent également à la fin de la violence. L'importance de ce mouvement est que ces grands rassemblements, égalant en nombre ceux de Sutep, ont eu lieu à Bangkok ces derniers jours. La plupart des habitants de la capitale en ont marre et sont fatigués de ce qui se passe.
Les manifestants de Sutep ont souffert d'attaques sporadiques et isolées, avec armes et grenades, par des inconnus. La seule chose que nous pouvons dire avec certitude, c'est que cela aura un effet dissuasif pour les personnes de la classe moyenne qui souhaitaient assister à ses manifestations. Beaucoup de manifestants de la ligne dure sont sudistes, venus du réseau patron-client du Parti Démocrate. Sutep semble réorienter ses efforts vers sa base d'attache du sud, appelant les gens
à occuper les bureaux du gouvernement dans ses provinces fiefs tandis que sa stratégie de "Fermer Bangkok" s'écroule.
Il convient de noter que, dans les provinces de l'extreme sud peuplées de Malais musulmans, les habitants ne soutiennent pas Sutep .
Il y a plusieurs rumeurs qui cherchent à préciser qui serait derrière les attaques contre les manifestants de Sutep. Il y a beaucoup de possibilités. Cela pourrait être des Chemises rouges frustrés. Cela pourrait être des éléments de l'armée qui voudraient déclencher un coup d'Etat. Ou cela pourrait être des partisans voyous de Sutep qui chercheraient
à rechauffer la colère de leur mouvement et également à déclencher un coup d'Etat. Cependant, il n'y a pas l'ombre d'une preuve pour soutenir l'une de ces possibilités.
Il serait faux de croire que nous voyons le début de la fin de la crise. Si l'élection a lieu dans toutes les provinces exepté dans les fiefs sudistes du Parti Démocrate, il n'y aura pas suffisamment de députés, conformément à la loi électorale, pour être en mesure d'ouvrir le Parlement et d'élire un gouvernement . L'amer echec continura et un accident politique peut se produire.


La réforme politique
Beaucoup de choses ont été dites sur la nécessité de réformes politiques. Ceux qui veulent qu'une réforme ait lieu avant les élections sont simplement en train de réclamer un changement des règles de sorte qu'une minorité conservatrice puisse dominer la politique à la place du Parti Pua Thai. Leur soi-disant réforme réduirait l'espace démocratique.
Mais il est inquiétant de constater que le gouvernement et beaucoup de gens qui soutiennent des élections démocratiques se contenteraient tout simplement de la possibilité d'une "réforme" élitiste qui ne ferait qu'effleurer la surface.
Pour qu'une réforme politique puisse representer autre chose que la destruction partielle de la démocratie, elle doit faire partie d'un processus impliquant la majorité de la population et pas seulement des experts de haut niveau et en haut lieu. Elle doit viser à favoriser les élections, non seulement pour tous les sénateurs, mais aussi pour les responsables des entreprises publiques, les forces de sécurité, l'appareil judiciaire, les écoles locales et les hôpitaux locaux. Elle doit inclure l'abolition de la loi de lèse-majesté, du mépris du droit judiciaire et de la loi sur les crimes informatiques. Ce sont toutes les lois qui censurent les voix dissidentes. La réforme devrait également aborder les problèmes des soi-disant "organismes indépendants", comme la Commission électorale , la Commission des droits de l'homme et la Commission anti-corruption, qui travaillent main dans la main avec les conservateurs d'extreme droite. Le concept de besoin "d'organismes indépendants" pour restreindre les souhaits démocratiques de la majorité doit être contesté.
La réforme politique doit aussi viser à réduire les inégalités par la construction d'un état ​​social de bien-être et elle devrait encourager le développement d'infrastructures efficaces qui ne nuisent pas à l'environnement. Les trains à grande vitesse et la production d'électricité solaire et eolienne seraient des éléments importants de cette réforme. Ces projets devraient également créer des emplois. Nous avons aussi besoin d'une réforme de l'éducation afin d'en terminer avec l'enseignement autoritaire et l'apprentissage par cœur. Nous avons besoin d'humaniser le système carcéral et de réduire la population carcérale.
La réforme politique serait dénuée de sens sans réduction de la puissance et de l'influence de l'armée, à la fois dans la politique, les médias et dans les entreprises publiques. Les generaux de l'armée qui organisent des coups d'Etats et massacrent les manifestants devraient être traduits en justice. Un système de jury doit être mis en place afin de démocratiser les tribunaux. La constitution militaire de 2007 doit être abolie et nous devons faire en sorte que la future constitution ne renforce pas les politiques économiques néo-libérales de libre marché ou l'économie de suffisance comme la Constitution de 2007 l'a fait.
Mais vous auriez du mal à entendre une de ces propositions au sein du présent bavardage sur la réforme politique en Thaïlande.

 

Cet article doit être lu aux côtés de deux autres articles:

Il n'y a pas de "crise de succession" en Thaïlande

http://redthaisocialist.com/francais/471-il-ny-a-pas-de-qcrise-de-successionq-en-thailande.html
et
Le Parti Démocrate est un parti de l'ancien "patronage des parrains locaux"

http://redthaisocialist.com/francais/486-le-parti-democrate-est-un-parti-de-lancien-qpatronage-des-parrains-locauxq.html

ou

http://liberez-somyot.over-blog.com/article-le-parti-democrate-est-un-parti-de-l-ancien-patronage-des-parrains-locaux-121747515.html

 

Photo ci-dessous: Giles Ji Ungpakorn

giles-copie-1 

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
20 janvier 2014 1 20 /01 /janvier /2014 19:02

Avant 2006, avant le coup d'Etat, avant le massacre de 2010, la plupart des Thaïlandais étaient ultra-nationalistes. Ils étaient fiers de n'avoir jamais été colonisés. Ils étaient fiers de leur pays où l'on mangeait bien et qui avait échappé aux troubles et aux guerres ravageant les pays voisins.

Mais aujourd'hui, la Thaïlande n'est plus en paix et tout cela c'est du passé.

L'ennemi des Thaïlandais qui détruis leur pays ne vient pas d'ailleurs mais d'eux-mêmes.

Les Thaïlandais se haïssent entre eux.

La monopolisation des couleurs du drapeau thaïlandais par une minorité qui refuse à la majorité le droit de voter a réveillé de vieux régionalismes. Aujourd'hui, beaucoup de Thaïlandais se sentent plus Issan ou Lanna que Thaï.

Etre Thaïlandais aujourd'hui n'est plus une fierté mais une honte pour beaucoup d'entre eux.

Une carte, circulant sur l'internet, montre les pays voisins se foutant de la gueule de la Thaïlande:

thailandemap.jpg

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
20 janvier 2014 1 20 /01 /janvier /2014 10:52

En 2010, lors de l'occupation de Ratchaprasong par les Chemises rouges, les dirigeants du mouvement pro-démocratie dormaient dehors avec les manifestants ordinaires.

Ce n'est pas le cas aujourd'hui chez les manifestants anti-démocratie. Les manifestants ordinaires dorment dans les rues tandis que leur dirigeant Suthep Thaugsuban passe toutes ses nuits dans des hôtels cinq étoiles, le Dusit Thani et le Park Nai Lert entre autres.

Selon les témoignages anonymes d'employés de ces hôtels, Suthep se commanderait d'onéreux vins français tous les soirs.

Photo ci-dessous: Suthep Thaugsuban

Suthep

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
19 janvier 2014 7 19 /01 /janvier /2014 17:47

Une trentaine de personnes ont été blessées, dont sept grièvement, dans une nouvelle attaque à la bombe sur un campement occupé par des manifestants anti-démocratie à Bangkok. La déflagration s'est produite près du Monument de la Victoire, dans le centre de la capitale thaïlandaise.

Un homme a été filmé lançant la bombe et, surprise, il s'agit d'un garde du corps de Suthep Thaugsuban. L'homme portait même un sifflet accroché autour du cou comme les manifestants qu'il a blessé.

Voici les photos tirées du film ainsi qu'une photo de l'homme accompagnant Suthep:

bomb2.jpg

bomb.jpg

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
19 janvier 2014 7 19 /01 /janvier /2014 13:57

Le chef de la Police thaïlandaise, Adul Saengsingkaew, a créé un groupe spécial pour arrêter le leader des manifestants Suthep Thaugsuban.

Photo ci-dessous: Adul Saengsingkaew
adul.jpg
Cette décision a été prise après une réunion entre les officiels de la sécurité et de la défense dirigée par le vice-Premier ministre et ministre thaïlandais des Affaires étrangères, également chef du Centre pour l'Administration de la paix et de l'ordre, Surapong Tovichakchaikul.
Selon Adul Saengsingkaew, environ 23.000 personnes ont participé jeudi soir aux manifestations, 7.000 étant rentrées chez elles dans le Sud de la Thaïlande. Suthep Thaugsuban, lui, est actuellement protégé par une quarantaine de gardes du corps.

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
18 janvier 2014 6 18 /01 /janvier /2014 08:04

Une explosion causée par une bombe artisanale ou une grenade, lors d'un défilé de manifestants antigouvernementaux à Bangkok, a fait 28 blessés hier, selon les secours. Selon le Bangkok Post, les manifestants de Suthep Thaugsuban, refusent que la police enquête sur place.

Lundi dernier, les manifestants avaient lancé à Bangkok une opération visant à paralyser la ville, occupant plusieurs carrefours stratégiques de la capitale et réclamant le départ de la première ministre, Yingluck Shinawatra. Ils prétendent que le système électoral actuel "une personne - une voix" contribue au "diktat de la majorité" au parlement.

Aujourd'hui, les manifestants ont fait irruption dans le quartier général de la police nationale comme le montre la photo ci-dessous:

police.jpg

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article