Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 janvier 2014 5 10 /01 /janvier /2014 15:20

Une manifestation a lieu actuellement (10 janvier) à Bangkok. Elle rassemble des milliers de Thaïlandais qui demandent le droit de voter. Ces milliers de manifestants, venus de toutes les classes sociales de Thaïlande, demandent le respect de leur droit de vote. La police sympathise avec ces manifestants pacifistes. Les manifestants ont allumés des bougies pour le respect de leur droit de vote et pour soutenir la non-violence face aux fascistes du PDRC/Parti Démocrate de Suthep Thaugsuban

Quelques photos de la manifestation publiées sur facebook:

Vote.jpg

 

Vote0.jpg

 

Vote2.jpg

 

Vote1.jpg

 

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
10 janvier 2014 5 10 /01 /janvier /2014 09:44

La Commission électorale (CE) a présenté hier, jeudi 9 janvier, une lettre urgente à la Première ministre par intérim Yingluck Shinawatra demandant que l'élection du 2 février soit reportée. La lettre, signée par cinq commissaires, prétend qu'il est clair que des élections du 2 février pourraient mener à plusieurs problèmes. Elle a avertie que la nouvelle Chambre des représentants pourrait ne pas être en mesure de se réunir après l'élection parce qu'il était peu probable que 95% des 500 députés soient présents, tel que requis par la Constitution de 2007.

Auparavant, la Commission électorale avait refusé d'accorder un delai pour les candidats qui avaient été empêchés par les milices du PDCR/Parti Démocrate dans le Sud. Le spectre d'un nouveau coup d'Etat judiciaire fait son apparition.

Source:

https://www.facebook.com/UDDInternationalNews/posts/726539680689595

 

Photo ci-dessous: une affiche électorale du Parti Pua Thai à Bangkok

Vote1.JPG

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
10 janvier 2014 5 10 /01 /janvier /2014 09:30

Les étudiants des universités Silpakorn, Srinakarinwirot et Kasetsart ainsi que d’autres personnes, ont rejoint le rassemblement de jeudi soir pour allumer des bougies contre le blocus de Bangkok du 13 janvier prochain par le PDCR/Parti Démocrate, car ils sont convaincus que cela conduirait à la violence. D’autres activités auront lieu dans les trois prochains jours dont un rassemblement ce soir (10 janvier 2013) au Bangkok Art and Culture Center qui commencera à 17 heures.

Source:

http://www.nationmultimedia.com/breakingnews/Candles-lit-to-oppose-shutdown-30223932.html

Photo ci-dessous: Les étudiants manifestent contre le PDCR

1464677_10202277287687188_1757698231_n.jpg

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
10 janvier 2014 5 10 /01 /janvier /2014 09:09

Environ 200.000 chemises rouges manifesteront, dans les provinces du Nord et du Nord-est, contre le blocus de Bangkok par le PDCR lundi prochain. Anuwat Thinnaratch, un dirigeant chemise rouge du Nord-est, a expliqué, lors d’un meeting à Nakhon Ratchasima, que les Chemises rouges des provinces devaient manifester contre le PDCR pour prouver qu’une majorité de Thaïlandais sont opposés au mouvement de Suthep.

Source:

http://www.nationmultimedia.com/homeRed-shirts-to-counter-Bangkok-shutdown-HYPERLINK "http://www.nationmultimedia.com/homeRed-shirts-to-counter-Bangkok-shutdown-30223934.htmls"30223934HYPERLINK "http://www.nationmultimedia.com/homeRed-shirts-to-counter-Bangkok-shutdown-30223934.htmls".htmls

Photo ci-dessous: Des Chemises rouges

DSC09954

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
10 janvier 2014 5 10 /01 /janvier /2014 02:48

L’opposition s’apprête à franchir une nouvelle étape. Le blocus de la capitale doit commencer lundi.

Un article de Michel de Grandi

http://www.lesechos.fr/economie-politique/monde/actu/0203230032029-la-crise-thailandaise-va-se-durcir-avec-le-blocus-de-bangkok-641471.php

Bangkok se prépare dans un calme relatif à son blocus. Depuis deux mois que dure la crise politique en Thaïlande et alors que la trêve du Nouvel an vient tout juste de prendre fin, les anti-gouvernementaux qui souhaitent le départ du Premier ministre tentent un nouveau coup d’éclat. Ils organisent à grands renforts de publicité, voire en manifestant, un blocage des grandes artères de la capitale à partir du lundi 13 janvier. Leur leader, Suthep Thaugsuban a prévenu : «Nous allons bloquer tout Bangkok, vous pouvez bloquer vos provinces.» Le but ultime est de créer un chaos tel que le gouvernement ne puisse plus travailler.

Photo ci-dessous: Suthep Thaugsuban

Suthep3 

« Le blocus organisé lundi va être le moment de vérité. Pour l’opposition, c’est quitte ou double», explique David Camroux, chercheur au Ceri Sciences po. Une des inconnues tient dans la mobilisation. Tout récemment, le « Bangkok Post », longtemps situé dans le camp des opposants, a publié un éditorial estimant que la manifestation de lundi était « celle de trop ».

Au cas où ce mouvement devait faiblir, un plan B est déjà prêt à être actionné. La commission nationale anti-corruption va poursuivre 308 parlementaires, la plupart membres du parti au pouvoir, pour avoir tenté, sans succès, de réformer la Constitution. La menace d’un procès risque de les tenir éloignés pendant longtemps de la vie politique. Ce qui ne peut que servir les intérêts du Parti démocrate soucieux à la fois d’affaiblir le parti au pouvoir et de nuire à son chef de file, Yingluck Shinawatra.

Forcer la démission du Premier ministre

Les anti-gouvernementaux ne dévient pas de leur feuille de route. Ils veulent forcer le Premier ministre à démissionner et vont tout faire auparavant pour entraver le processus des élections anticipées du 2 février. En créant de l’agitation, ils veulent aussi pousser l’armée à réagir. Or celle-ci est, jusqu’à présent, restée neutre.

Pour Yingluck Shinawatra, cette manifestation constitue pourtant un nouveau défi. Depuis plusieurs semaines, le Premier ministre, sœur de l’homme d’affaires milliardaire, Thaksin Shinawatra à la fois honni et vénéré, a multiplié les gestes en direction de l’opposition. Tout en refusant de démissionner, sauf verdict des urnes, elle avoue en même temps son impuissance à désamorcer cette crise.

Photo ci-dessous : Yingluck Shinawatra

YLfils 

Signe d’une ambiance déjà tendue, le chef d’état major des armées a été contraint de démentir toute préparation de coup d’Etat, des mouvements de troupes et de blindés en vue d’une parade militaire ayant semé le trouble parmi la population. Les milieux d’affaires se trouvent eux aussi pris entre le marteau et l’enclume. La famille propriétaire de la bière Singha a demandé à l’une de ses filles, qui s’est rangée du côté des opposants, à changer de nom afin de ne pas nuire aux ventes de l’entreprise.

A trop durer, la crise va inévitablement peser sur l’économie même si pour l’instant l’impact est encore limité. Les investisseurs étrangers se montrent plutôt sereins, peu touchés par ces mouvements. En revanche, les financiers se montrent plus préoccupés. La Bourse de Bangkok a terminé, mercredi, à 1.224 points, bien en dessous de son plus haut de mai (1.643). Le baht est lui aussi sous pression, son taux de change, mercredi, face au dollar étant revenu à son niveau de février 2010 (33,01). Mais il s’agit de réactions normales font valoir les experts.

Depuis les inondations de 2011, la Thaïlande a revu sa politique d’investissements. Elle veut se muer en hub automobile régional et accueille toutes les marques mondiales avec les sous-traitants, tout en réduisant sa part dans la fabrication de composants électroniques. Ces derniers ne représentent plus que 10 % des exportations, ce qui limite les risques de pénurie en cas de dégradation durable du climat des affaires.

Dernière minute

Manifestations

Depuis le lundi cinq janvier, l’opposition anti-gouvernementale organise des marches de protestation dans le centre de Bangkok, ainsi que des actions de mobilisation en province. Ces opérations visent à préparer le blocus de la capitale thaïlandaise à partir du lundi 13 janvier, théoriquement jusqu’à la démission du Gouvernement.

Les vingt points de rassemblement annoncés, à ce jour, sont les suivants :

·        le carrefour d’Uruphong (quartier ministériel)

·        le carrefour de Charoenpol (avenue Rama IV)

·        la quartier de Hua Lamphong (Rama IV - où se trouve la gare de Bangkok)

·        le quartier de Bang Rak (où se trouve l’Ambassade)

·        le quartier de Silom (où se trouve le centre commercial Central Silom - Rama IV)

·        le quartier de Sam Yan (Rama IV)

·        le carrefour de Phaya Thai (centre commercial de MBK)

·        le quartier de Ratchatewi (Avenue Petchaburi)

·        la place du monument de la Victoire (Victory Monument)

·        la place du Siam (Siam Square - Rama I)

·        le carrefour de Way

·        la quartier de Din Daeng

·        le quartier de Pratunam

·        le carrefour de Ratchaprasong

·        le parc Lumpini

·        la rue Klong Toei

·        le carrefour d’Asoke (où se trouve le centre commericial Terminal 21),

·        l’avenue Ratchadamnoen (quartier ministeriel)

·        le carrefour de Phetchaburi

·        l’avenue Yaowarat (le quartier chinois).

Les rassemblements se concentreraient d’abord dans sept parties de la ville : Pathumwan (où se situe le Bangkok Art and Culture Center), Ratchaprasong, Lumpini, Asok, Monument de la Victoire, Lat Phrao et Chaeng Wattana. Des marches seraient aussi organisées, notamment dans le quartier de Thon Buri.

Ces points recouvrent l’étendue des quartiers commercial et financier de Bangkok (à partir des avenues de Petchaburi et de Rama I sur laquelle se trouvent les grands centres commerciaux de la capitale - Siam Paragon, Central World, MBK…), ainsi que ceux de Bang Rak, China Town et du quartier ministériel (Avenue de Ratchadamnoen).

Ainsi, il est recommandé d’éviter tout déplacement inutile dans ces lieux.

Par ailleurs, si les organisateurs de ce mouvement affirment qu’ils n’ont pas l’intention d’entraver les transports en commun (bus, BTS et métro) ou de bloquer les aéroports, il convient néanmoins de tenir compte de probables difficultés de circulation et donc d’anticiper tout déplacement dans la ville, notamment vers les aéroports, en se ménageant une marge confortable.

Il est recommandé d’éviter tout rassemblement et toute manifestation qui pourraient dégénérer et devenir violents.

Site de l’ambassade de France:

http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/conseils-aux-voyageurs/conseils-par-pays/thailande-12322/

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
9 janvier 2014 4 09 /01 /janvier /2014 11:12

Un article de Pravit Rojanaphruk
Lien de l’article:

http://www.nationmultimedia.com/politics/No-room-for-reason-in-a-storm-of-whistles-30223738.html

 

Agiter un gigantesque drapeau national thaïlandais, souffler en masse dans des sifflets et se faire appeler "la grande masse populaire", c'est ainsi que l’anti-gouvernemental Comité de la Réforme Populaire et Démocratique (PDRC) cherche à se faire voir dans le monde.
Cependant, ses symboles et son nom, offrent de la nourriture pour une pensée inquiétante dans le cas d’une lecture critique.
L'utilisation du drapeau national thaïlandais,
comme démarreur, leur permet de déclarer leur patriotisme. Toutefois, lorsque ce drapeau est utilisé contre d’autres citoyens thaïlandais, cela s'apparente à une tentative de monopolisation de patriotisme et suggère implicitement que les partisans de l'autre côté, qui sont eux- aussi Thaïlandais, sont peut être antipatriotiques ou même  "Non-Thaï".
Cela a entraîné une réaction désagréable quand, à la fin de l'année dernière, une photo de Chemises rouges sur une camionnette transportant un drapeau national thaïlandais sans la bande bleue, la couleur symbolique de la monarchie, est apparu sur les médias sociaux. Bien que l'authenticité d'un tel drapeau n'ait pas pu être confirmée par une source indépendante, quelques royalistes l’ont pris suffisamment au sérieux et j'ai lu un commentaire sur le site d’un grand journal qui condamnait un tel acte.
Sur Twitter, j'ai demandé : Comment des Thaïlandais peuvent-ils utiliser le drapeau national comme symbole principal dans un combat contre d'autres Thaïlandais? Cela suggère-t-il qu'ils combattent un ennemi "étranger"?
Un royaliste et défenseur thaïlandais du PDRC, utilisant le compte Twitter
@pampam_northcap, m’a répondu: "Les traîtres envers la monarchie ne méritent pas d'être thaïlandais."
Un tel sentiment de fanatisme peut également se constater en observant le plan du
PDRC pour la fermeture de Bangkok. Comme ils sont patriotes et agitent des drapeaux, ils doivent penser qu'ils peuvent faire ce qu'ils veulent.
Quant à souffler dans des sifflets, cela peut-être une tentative désespérée pour attirer l'attention, mais ce bruit assourdissant suggère une communication à sens unique. Il signifie implicitement : "Vous devez m’écouter, mais je n’ai pas à vous écouter."
Le bruit assourdissant des sifflets ne signifie rien de plus qu’une colère tonitruante. Encore une fois, ca ne serait pas grave si cela ne dérangeait pas les autres et ne signifiait que les dénonciateurs seraient les seuls "patriotes". On en revient toujours à la croyance que tous les moyens sont justifiables pour atteindre un but "juste".
Sur Internet, certains opposants ont baptisé cela les "coups de sifflets de la haine", car les membres du
PDRC ciblent les personnes qu'ils détestent ou qui travaillent pour l'ancien premier ministre déchu et fugitif, Thaksin Shinawatra, comme l'objet de leurs dénonciations.
Ensuite, il y a la croyance des partisans
du PDRC d'être "la grande masse du peuple", qui est trompeuse car, en fait, il serait plus juste de les qualifier de "grande masse de la minorité", ou de "grande masse de la classe moyenne et les élites".
C'est parce qu'ils ne sont pas la majorité. Ce n'est pas qu'une minorité n'a pas de droits, mais l'utilisation de l'expression" grande masse" masque le fait que 5 ou 10 millions de personnes ne sont en fait qu'une minorité dans un pays de près de 70 millions d'habitants. Cela reflète leur sentiment d'insécurité, quant à leur nombre, vis-à- vis du reste de la population.
Il leur est plus facile de fermer les yeux et les oreilles, de siffler et d'occuper Bangkok que d'ouvrir leurs cœurs au dialogue et essayer de convaincre les autres par la raison.
Je respecte pleinement le droit
du PDRC à boycotter l'élection, mais le PDRC n'a pas le droit de supprimer le droit des autres à voter, à moins qu'ils ne pensent qu'ils sont supérieurs au reste de la population. Il est à espérer qu'ils ne sont pas trop occupés à siffler ou à fermer Bangkok à entendre un tel message simple et à réfléchir sur leur légitimité ou l'absence de celle-ci.

Photo ci-dessous: Pravit Rojanaphruk

Pravit.jpg

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
9 janvier 2014 4 09 /01 /janvier /2014 10:13

 

Bruit de bottes en Thaïlande

Un article de Lina Sankari

Lien de l'article:

http://www.humanite.fr/monde/bruit-de-bottes-en-thailande-556412

À moins d’un mois des élections anticipées, le Front uni pour la démocratie et contre la dictature s’inquiète des manœuvres militaires en cours. L’opposition organise le chaos pour pousser l’armée à intervenir.

En annonçant le blocus des carrefours stratégiques de Bangkok lundi prochain, l’opposition thaïlandaise cherche-t-elle à détourner l’attention, à gagner du temps ? C’est ce que laisse entendre le Front uni pour la démocratie et contre la dictature (UDD), proche du pouvoir et dont les soutiens se recrutent parmi les chemises rouges.

Photo ci-dessous: Des Chemises rouges

DSC09967

À moins d’un mois des élections législatives anticipées, l’UDD redoute un coup d’État militaire dont les mouvements au sein du 11e régiment d’infanterie seraient l’illustration. Officiellement, ces manœuvres, dont certaines prévoient l’arrivée d’artillerie lourde à Bang­kok, visent à préparer la Journée de l’enfance le 11 janvier, puis celle des Forces armées le 18. Autre motif d’inquiétude : samedi, l’agitateur à la tête des manifestations de l’opposition, Suthep Thaugsuban, s’est entretenu avec plusieurs dirigeants de l’armée. Ce que ces derniers avaient toujours refusé jusqu’alors. Le secrétaire général du Comité de la réforme démocratique populaire (PDRC), qui boycottera le scrutin, n’a par ailleurs abandonné aucune de ses revendications (démission du premier ministre et mise en place d’un comité du peuple non élu).

En guise de réponse, le premier ministre, Yingluck Shinawatra, a expliqué que « le forum des réformes devrait être utilisé pour faire valoir les changements que vous voulez mettre en œuvre. Les élections doivent être transparentes et équitables. Il faut éradiquer la corruption qui règne parmi les politiciens, les fonctionnaires et les hommes d’affaires. Pour y parvenir, il faut modifier les lois, et nous avons besoin d’un gouvernement et d’un Parlement pour cela ».

Photos ci-dessous: Yingluck Shinawatra

 

1491761 10202995495676918 1778571408 n

Autre motif d’inquiétude: la présence d’éléments armés parmi les manifestants, dont il n’est plus à prouver que certains sont payés par le Comité de la réforme démocratique populaire pour attiser les violences. Selon le ministre de l’Information, des armes et des explosifs auraient ainsi été saisis. "L’atmosphère à Bangkok est assez tendue. Divers groupes de citoyens commencent à descendre dans la rue pour exprimer leur désaccord face à la menace de blocus et demander le respect des élections. Pour l’instant, il n’y a pas eu encore d’affrontements entre ces groupes et le grand mouvement d’opposition. Mais si le PDRC parvient à créer le chaos dans Bangkok, le coup d’État est tout à fait possible, je le crains", explique un professeur d’université joint par l’Humanité. Alors qu’elles avaient opéré un retrait en décembre et annulé certains rassemblements, les chemises rouges ont annoncé leur intention de libérer la capitale en réponse au blocage de l’opposition. L’histoire récente a prouvé que ce type d’opérations pouvait se terminer en bain de sang.

Le grand plongeon économique

Après plusieurs semaines de crise politique, la devise thaïlandaise, le baht, a effectué une chute de plus de 5 %, le 2 janvier, pour renouer avec le niveau historiquement bas de début 2010, autre année de tensions politiques. Selon Pichai Naripthapan, chargé des dossiers économiques pour le parti Pheu Thai au pouvoir, les investisseurs étrangers ont vendu 4,5 milliards d’euros d’actions en décembre et la crise aurait déjà coûté 1,5 milliard d’euros à l’économie thaïlandaise. En attendant le blocus…

Source:

http://www.humanite.fr/monde/bruit-de-bottes-en-thailande-556412

 

La Première ministre thaïlandaise rejette la possibilité d’un coup d’État

Un article du Courrier du Vietnam

Lien:

http://lecourrier.vn/lecourrier/fr-fr/details/33/politique/75643/la-premiere160ministre-thailandaise-rejette-la-possibilite-dun-coup-detat.aspx

La Première ministre thaïlandaise, Yingluck Shinawatra, a affirmé que l’armée ne ferait pas de coup d’État pour mettre fin à l’actuelle crise politique, a-t-on appris du quotidien The Bangkok Post.

La meilleure solution est la négociation, a-t-elle affirmé avant de déclarer que le gouvernement s’efforcera d’éviter toutes échauffourées en interdisant la détention d’armes lors de l’opération du 13 janvier prochain de l’opposition.

Selon Mme Yingluck Shinawatra, le gouvernement thaïlandais va prolonger l’application de la loi de sécurité intérieure à Bangkok et dans trois provinces voisines, et décréter si nécessaire l’état d’urgence afin de faire face aux grands rassemblements de l’opposition.

Elle s’inquiète des conséquences des manifestations de l’opposition pour l’économie nationale. Son parti au pouvoir, le Puea Thai, a estimé les pertes économiques à 600 milliards de bahts en suite du blocus de la capitale qui sera effectué le 13 janvier prochain.

Cependant, le meneur des manifestations, Suthep Thaugsuban, a déclaré que l’opération du 13 janvier prochain est de seulement bloquer sept lieux importants de la capitale, et non les transports publics et les aéroports, ce qui n’aura que peu d’incidence pour l’économie nationale.

Photo ci-dessous: Suthep Thaugsuban

Selon le vice-Premier ministre et ministre thaïlandais des Affaires étrangères, Surapong Tovichakchaikul, près de 143.800 Thaïlandais résidant à l’étranger se sont inscrits pour les législatives anticipées de février prochain.

Suthep-copie-1

 

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
8 janvier 2014 3 08 /01 /janvier /2014 07:50

Les forces armées thaïlandaises ont démenti les rumeurs de coup d'Etat pour renverser le gouvernement intérimaire de la Première ministre Yingluck Shinawatra. Ces rumeurs sont apparues après que l'armée thaïlandaise ait annoncé qu’elle allait transporter des équipements militaires lourds, y compris des tanks et de l'artillerie, dans la capitale.

Deux journaux thaïlandais, le Bangkok Post et Khaosod, rapportent que le vendredi 9 janvier, l'armée va transporter des troupes, des hélicoptères et des chars, des provinces à Bangkok. Mais Khaosod affirme que c’est à l’occasion du  jour des enfants le 11 janvier alors que le Bangkok Post prétend que c'est pour la fête de l'armée le18 janvier.
Citation du Bangkok Post:
"L'armée a annoncé un plan de transport de troupes, des hélicoptères et d'autres armements tels que de l'artillerie et des chars, à partir des provinces vers Bangkok cette semaine. Les assurances de l'armée, comme quoi les mouvements sont simplement destinés à la préparation d’un défilé pour la Journée de l'Armée le 18 janvier dans la capitale, n'ont pas réussi à convaincre le gouvernement ni les Chemises rouges du Front Uni pour la Démocratie contre la Dictature (UDD) qu'un putsch n'est pas en préparation. Le dirigeant de l’UDD, Jatuporn Prompan, a demandé au chef de l'armée Prayuth Chan-ocha de préciser si les armes sont destinées à un défilé ou à un coup d’Etat. Le porte-parole du Parti Pua Thai, Prompong Nopparit, a affirmé plus tôt que deux généraux de l'armée étaient derrière le PDRC ".
Lien de l’article du Bangkok Post:
http://www.bangkokpost.com/news/local/388268/army-silence-sparks-coup-panic

Citation de Khaosod :
"L'armée va déplacer des chars, des véhicules blindés ainsi que d’autres équipements lourds, le 9 Janvier, a déclaré la vice porte-parole de l'armée royale thaïlandaise, Sirichan Ngathong. L'armement sera exposée au public à l'occasion de la Journée des enfants, qui tombe le 11 Janvier de cette année, affirme-t-elle […] Sirichan demande au public de ne pas confondre cette manœuvre avec un coup d'Etat militaire. Les rumeurs d'un possible coup d'Etat se répandent à nouveau en Thaïlande en raison des troubles politiques, en particulier après que le Commandant en chef de l'Armée royale thaïlandaise, le général Prayuth Chan-ocha, ait refusé de démentir les rapports comme quoi l'armée pourrait faire un coup d’Etat dans l'avenir."
Lien de l’article de Khaosod:

http://www.khaosod.co.th/en/view_newsonline.php?newsid=TVRNNE9EazVNREl5TkE9PQ%3D%3D&sectionid=TURVd01BPT0%3D

Photo ci-dessous: Des snipers de l’armée tirant sur les Chemises rouges en mai 2010

Snipers

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
8 janvier 2014 3 08 /01 /janvier /2014 04:44

L'ancien Premier ministre Abhisit Vejjajiva a été interpellé hier (7 janvier 2013) par Ake Auttuagorn, un homme courageux qui a dit à l'ancien dirigeant de respecter son droit de vote.
M. Abhisit faisait un discours lors d'une conférence de presse organisée par le Parti Démocrate au Centre d’Art et de Culture de Bangkok dans le but de soutenir les manifestants anti-démocratiques de Suthep quand Ake Auttuagorn, qui était assis parmi le public, s’est levé et a sifflé.
Le public l'a d’abord pris pour un partisan de M. Abhisit car les manifestants anti-gouvernementaux utilisent des sifflets jusqu'à ce qu'il lève une pancarte où était écrit en anglais "Respectez mon vote".

Photo ci-dessous: Ake Auttuagorn

Ake.jpg
Il a ensuite crié à M. Abhisit , "Si vous ne pouvez même pas vous réformer vous-même, comment pouvez-vous réformer le pays? ". M. Abhisit a été visiblement surpris par l’incident, mais l'ancien Premier ministre a essayé de gérer la confrontation en remerciant l'homme pour ses remarques.
Photo ci-dessous: Abhisit Vejjajiva

Abe
Cependant, Ake Auttuagorn a continué à argumenter: "Lorsque vous dirigiez le gouvernement, pourquoi n'avez-vous rien réformé? Arrêtez ce discours hypocrite sur la lutte contre la corruption. Vous avez intimidé d'autres personnes, donc n’ont-elles pas le droit de vous intimider elles-aussi? ".
"Ceci est un exemple des raisons pour lesquelles nous avons besoin de réformes. C'est la tactique des rivaux de Parti démocrate", a déclaré M. Abhisit au public. Ake Auttuagorn a rétorqué : "Je ne suis pas votre rival, je suis le peuple!".
Les agents de sécurité l'ont ensuite expulsé de la salle.

Sources:

http://www.khaosod.co.th/en/view_newsonline.php?newsid=TVRNNE9UQTVOVFE1TlE9PQ==HYPERLINK "http://www.khaosod.co.th/en/view_newsonline.php?newsid=TVRNNE9UQTVOVFE1TlE9PQ==&sectionid=TURFd01BPT0"&HYPERLINK "http://www.khaosod.co.th/en/view_newsonline.php?newsid=TVRNNE9UQTVOVFE1TlE9PQ==&sectionid=TURFd01BPT0"sectionid=TURFd01BPT0=

http://www.bangkokpost.com/news/local/388406/abhisit-taken-aback-by-whistle-blower

http://ireport.cnn.com/docs/DOC-1073426

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
7 janvier 2014 2 07 /01 /janvier /2014 11:49

Questions et réponses sur la crise thaïlandaise

Question 1: Pourquoi les manifestants thaïlandais de Suthep souhaitent un coup d'Etat militaire
Réponse: En un mot, si vous ne pouvez pas obtenir ce que vous voulez lors d’un scrutin, c’est l'alternative la plus facile. Ils espèrent que, si suffisamment de turbulences sont créées dans la capitale de Thaïlande, Bangkok, les militaires vont intervenir et mettre en place un gouvernement plus à leur goût, de préférence antidémocratique. Ils appellent à la formation d’un gouvernement de dirigeants nommés et pourtant ils prétendent s’appeler
"Parti Démocrate".
Le Parti Démocrate, plus ancien parti politique de Thaïlande, a remporté sa dernière élection en 1992 (et encore sans majorité absolue). Ses bases pro-bureaucratie conservatrice de Bangkok et du Sud ne sont pas suffisantes pour lui garantir une majorité aux élections. Et ce très mauvais perdant joue désormais un rôle central en essayant de renverser un gouvernement élu.

Photo ci-dessous: Abhisit Vejjajiva, le dirigeant de l'anti-démocratique Parti Démocrate

Abe
Le principal ennemi du Parti Démocrate est un parti politique créé par Thaksin, un milliardaire charismatique, qui a remporté les élections en 2001, 2005, 2006, 2007 et 2011. Ses adversaires ont organisé un coup d'Etat militaire en 2006, et les juges des tribunaux thaïlandais nommés par la junte militaire, ont deux fois interdits son parti et l’ont déclaré coupable de corruption. Malgré tout, il reste très populaire et ne cadre pas bien avec les élites de Bangkok.

Question 2: Pourquoi Thaksin, et maintenant sa sœur qui est la Première ministre, sont-ils si populaire?
Réponse: Yingluck est l’actuelle première ministre de Thaïlande et la sœur de Thaksin.

Photo ci-dessous: Yingluck Shinawatra, première ministre de Thaïlande, avec son fils

YLfils
La Thaïlande, comme les Etats-Unis et d’autres parties du monde, possède d’énormes richesses et aussi de grandes inégalités. Plus que dans la plupart des pays à travers le monde, Thaksin a offert des soins de santé universels et une vraie réforme qui consistait à investir pour les provinces via des fonds de développement villageois. Ses adversaires du Parti Démocrate appellent cela de l'achat de votes. Personnellement,  je dirais que ce n’était que faire ce que les gouvernements sont censés faire s’ils se préoccupent des gens qu’ils gouvernent.

Question 3: Quel sont les camps en présence dans la division actuelle de la société thaïlandaise?
Réponse: La fracture n'est pas seulement entre les riches citadins et les pauvres paysans mais plutôt entre les riches et la classe moyenne bangkokienne et du Sud d'un côté, et les classes moyennes des provinces ainsi que les pauvres de l’autre. Il y a aussi des divisions géographiques, culturelles et linguistiques. Le Nord-est où l'on parle Lao, le Nord, où l'on parle Thaï Nua (similaire au Thaï-Lue) par rapport au Thaï-Central ou Siamois parlé à Bangkok. Au Sud, il y a une sanglante insurrection musulmane depuis des années.
Les pauvres et la classe moyenne des provinces sont beaucoup plus nombreux que les riches et la classe moyenne de Bangkok. Donc, le Parti des riches (Parti Démocrate) perd toujours les élections dans le processus démocratique et ils le savent.
Le populisme démocratique de Thaksin et de ses disciples menace aussi la structure du pouvoir royaliste qui gouvernait la Thaïlande depuis des temps immémoriaux.
Verapat Pariyawong , un avocat et commentateur formé à Harvard, explique que la bureaucratie et les puissants courtisans qui gravitent autour de la monarchie craignent que de nouvelles élites, symbolisées par la montée de Thaksin, les remplacent.

Photo ci-dessous: Thaksin Shinawatra et son ami, l'ancien président d'Afrique du Sud, Nelson Mandela

ThaksinNelson
Le
Crown Property Bureau (Bureau de Propriété de la Couronne) est de loin le plus grand propriétaire foncier à Bangkok et a des participations dans certaines des plus grandes sociétés du pays. Les gestionnaires de cette fortune sont parmi ceux qui "agissent dans les coulisses ", a précisé M. Verapat.

Source:

http://www.dailykos.com/story/2014/01/04/1267155/-Why-Thai-Protesters-Hope-For-A-Military-Coup-D-etat#

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article