Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 janvier 2014 7 12 /01 /janvier /2014 14:01

Les dirigeants du Front Uni pour la Démocratie contre la Dictature (les Chemises rouges de l'UDD) manifesteront "pour empêcher le coup d'Etat et s'opposer aux manifestations des traitres".
Le rassemblement aura lieu à 10h00 en face de Samut Prakan et de la mairie de Pathum Thani et se déplacera à divers endroits dans les provinces.
Le rassemblement dans la province de Nonthaburi commencera en face du bâtiment de la station satellite Thaicom situé au 41/103, Moo 8, Rattanathibet Road à 09h00.

Photo ci-dessous: La présidente de l'UDD, Thida Thavornseth

Thida 

Les emplacements des rassemblements du 13 janvier dans le reste du pays seront annoncés demain.
La manifestation des Chemises rouges sera non-violente, évitera toute confrontation et les partisans ne porteront pas de rouge par sécurité et pour réduire les tensions politiques affiliées avec des couleurs et des différence d'idées.

Source:

http://thairedshirts.org/2014/01/11/udd-to-stop-coup-detat-and-oppose-the-traitor-rally-12-01-14/

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
11 janvier 2014 6 11 /01 /janvier /2014 17:25

Un reportage de Thomas Fuller

Lien de l’article :

http://www.nytimes.com/2014/01/11/world/asia/thai-beer-loses-esteem-after-heiresss-remarks.html?partner=rss&_r=0


UDON THANI, Thaïlande - Il était probablement inévitable dans un pays si obsédé par la nourriture et la boisson que l'agitation politique de Thaïlande finissent par déborder dans la bière.
La bière Singha, brassée par la plus ancienne brasserie de Thaïlande, est une icône nationale et servie dans les restaurants thaïlandais à travers le monde. Mais au cours des dernières semaines, elle est également devenue la cible d’un boycott informel par les Thaïlandais qui sont en colère du fait qu'un membre de la riche famille qui possède la compagnie de bière est l'une des leaders des manifestants anti-gouvernementaux qui tentent de faire échouer les élections prévues pour le mois prochain.
La crise politique en Thaïlande défie toute explication concise, mais le boycott de la bière est emblématique d'une profonde division aujourd'hui en Thaïlande: le gouffre entre les manifestants des classes moyennes et supérieures de Bangkok, et les millions d'électeurs dans les provinces qui sont désorientés et en colère contre les manifestants qui tentent de renverser le gouvernement et d'empêcher les élections qui presque certainement feraient revenir le gouvernement au pouvoir.
Chitpas Bhirombhakdi, 28 ans, l'héritière de la compagnie qui produit la bière et une personnalité majeure dans les manifestations à Bangkok, a été citée le mois dernier, dans un article largement diffusé, disant que de nombreux Thaïlandais n'ont pas une "vraie compréhension de la démocratie, en particulier dans les zones rurales."

Singha2
Les remarques ont incité une colère palpable dans le Nord-est de la Thaïlande, une région rizicole vaste et anciennement pauvre qui a vu de nettes améliorations des conditions de vie et de l'éducation au cours des dernières décennies, en partie grâce aux politiques de Thaksin Shinawatra, le magnat milliardaire et ancien Premier ministre qui est la cible des protestations.
Durant des décennies, le Nord-est de la Thaïlande est la région qui a fourni le pays en domestiques, en travailleurs de la construction, en chauffeurs de taxi. Maintenant, avec un tiers de la population de Thaïlande, elle offre également les votes qui ont joué un rôle dans l'élection du parti au pouvoir, qui comprend la sœur de M. Thaksin, la Première ministre Yingluck Shinawatra, que les manifestants sont si déterminés à évincer du pouvoir .
Pour les détracteurs du Nord-est, Chitpas, une politicienne en herbe qui est une descendante directe d'un roi thaïlandais du 19ème siècle, est un symbole d'une classe supérieure de Bangkok se tenant sur les vestiges de la puissance féodale et ne faisant pas confiance aux électeurs des régions rurales pour qu'ils fassent le "bon choix" dans l'urne.
"Elle est riche et elle vit dans les cercles de gens riches, elle ne sait rien de la vie rurale", a déclaré Patsadaporn Chantabutr, 45 ans, enseignant dans une école primaire d'un village près de Udon Thani, qui comme beaucoup de gens ici a suivi de près les manifestations. "Nous rejetons l'idée que nous ne sommes que des bouseux."
Comme le boycott se répand dans le Nord-est, grâce aux médias sociaux et au bouche à oreille, Chitpas a écrit sur ​​sa page Facebook qu'elle se battait pour le pays et n'avait pas l'intention de "porter atteinte" aux droits des autres personnes. Elle ne nie pas les mots qui lui sont attribués sur les Thaïlandais qui n'ont pas une compréhension de la démocratie, mais elle a ajouté: "Je tiens à vous informer que je n'ai jamais regardé de haut les populations rurales."
Elle n'a cependant pas répondu à une demande d'éclaircissements.
Kwanchai Praipana, le dirigeant du Nord-est d'un groupe de Chemises rouges qui soutiennent le gouvernement, explique que le but du boycott de la bière Singha est d'envoyer un message aux entreprises qui soutiennent les manifestants: les populations rurales votent aux élections, et aussi avec leurs portefeuilles.
"Nous voulons dire aux hommes d'affaires qui soutiennent ces manifestants qu'ils ont choisi le mauvais côté", a déclaré Kwanchai. "Ils doivent comprendre que leur chiffre d'affaires viennent des villageois.
Boon Rawd Brewery, la société qui produit Singha et Leo, refuse de révéler l'ampleur des dégâts causés par le boycott. Mais certains commerçants disent que les ventes des bières Singha et Leo, ont fortement baissés lors de la nouvelle année, traditionnellement un moment de forte consommation d'alcool.
Kittisak Srichan, le propriétaire de Khrua Khun Nit, l'un des restaurants les plus célèbres d'Udon, explique qu'il a arrêté de proposer de la bière Singha et de l'eau en bouteille Singha depuis le mois dernier. "Je ne veux pas déclencher la colère des clients," a déclaré M. Kittisak. "Les clients me disaient: "Pourquoi vendez vous cela? La seule chose pour laquelle cette bière doit être utilisée est pour se laver les pieds."
Les pages Facebook ont été remplies de photos de bouteilles de Singha et de Leo versées sur les pieds, un geste désobligeant en Thaïlande.

Singha1
Chitpas, qui a concouru sans succès pour un siège de député du Parlement en 2011, et d'autres leaders de la contestation, soutiennent que la démocratie de la Thaïlande a été renversée par le parti au pouvoir, en particulier la puissante famille Shinawatra qui a dominée la vie politique thaïlandaise lors de la dernière décennie. Ils restent insatisfaits par la décision de Mme Yingluck de convoquer de nouvelles élections après le début des manifestations.
Au lieu de cela, les manifestants veulent une interruption de la démocratie et le remplaçant du gouvernement élu par un "conseil du peuple" nommé et composé de membres venus de diverses professions dans le pays. Beaucoup disent qu'ils aspirent à un retour à la monarchie absolue parce que, selon eux, la Thaïlande n'est pas prête pour la démocratie.
Au cours des dernières semaines, les manifestants sont devenus plus agressifs et ont essayés de saboter le processus d'inscription électorale. A partir de lundi, ils envisagent de "fermer" Bangkok en bloquant les principaux carrefours, ce qui a poussé l'ambassade des États-Unis à conseiller aux citoyens américains d'avoir beaucoup d'argent ainsi que de faire des réserves de nourriture et d'eau pour deux semaines. Il y a aussi des rumeurs persistantes sur un coup d'Etat militaire imminent.
L'activité politique de Chitpas semble avoir causé beaucoup d'anxiété au sein de la compagnie de sa famille. Une note de Santi Bhirombhakdi, chef de la direction de la brasserie et patriarche de la famille, publiée dans les médias thaïlandais le mois dernier, a exprimé son inquiétude à propos du rôle de Chitpas dans les manifestations. Dans ce document, il a dit qu'il avait discuté de sa carrière politique "de nombreuses fois" au sein de la famille et a averti des conséquences pour la société.
Quelques jours après la parution de la lettre, le père de Chitpas, Chutinant Bhirombhakdi, a annoncé que lui-même, sa femme et Chitpas allait changer leur nom de famille dans une tentative apparente de créer une certaine distance entre leurs activités politiques et l'entreprise familiale. Il n'a pas précisé le nouveau nom mais Chitpas semble maintenant utiliser le nom de jeune fille de sa mère, Kridakorn.
Chutinant a aussi déclaré: "Les Thaïlandais méritent l'égalité des droits et la liberté et doivent se respecter les uns des autres malgré leurs différents avis."
Pour Charuwan Thanom, une femme de 53 ans, propriétaire d'un magasin dans  le Nord-est de la Thaïlande, le changement de nom a peu fait pour tempérer sa colère.
"Il n'y a rien qu'elle ne puisse faire pour restaurer son image maintenant", a déclaré Charuwan, qui a fait en sorte qu'il n'y ait pas de bière Leo lors des célébrations du Nouvel An dans sa famille élargie.
"Nous avions bu cette bière pendant de nombreuses années", dit-elle. "Le goût n'a pas changé, mais mes sentiments ont changés."
Mais Kittisak, le propriétaire du restaurant, fait le pari que le boycott va disparaître et qu'il allait bientôt sortir ses stocks de bière Singha de sa remise.
"Les Thaïlandais ont la mémoire courte," affirme-t-il. À proximité, deux clients ont appréciés un repas de spécialités du Nord-est, le tout arrosé avec des bouteilles de Heineken.

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
11 janvier 2014 6 11 /01 /janvier /2014 17:19

Dernière minute

Manifestations

L’opposition anti-gouvernementale poursuit ses marches de protestation dans le centre de Bangkok, ainsi que ses actions de mobilisation en province. Le blocus de la capitale thaïlandaise à partir du lundi 13 janvier est confirmé, théoriquement jusqu’à la démission du Gouvernement.

Les vingt points de rassemblement annoncés, à ce jour, sont les suivants :

·        le carrefour d’Uruphong (quartier ministériel)

·        le carrefour de Charoenpol (avenue Rama IV)

·        la quartier de Hua Lamphong (Rama IV - où se trouve la gare de Bangkok)

·        le quartier de Bang Rak (où se trouve l’Ambassade)

·        le quartier de Silom (où se trouve le centre commercial Central Silom - Rama IV)

·        le quartier de Sam Yan (Rama IV)

·        le carrefour de Phaya Thai (centre commercial de MBK)

·        le quartier de Ratchatewi (Avenue Petchaburi)

·        la place du monument de la Victoire (Victory Monument)

·        la place du Siam (Siam Square - Rama I)

·        le carrefour de Way

·        la quartier de Din Daeng

·        le quartier de Pratunam

·        le carrefour de Ratchaprasong

·        le parc Lumpini

·        la rue Klong Toei

·        le carrefour d’Asoke (où se trouve le centre commericial Terminal 21),

·        l’avenue Ratchadamnoen (quartier ministeriel)

·        le carrefour de Phetchaburi

·        l’avenue Yaowarat (le quartier chinois).

Les rassemblements se concentreraient d’abord dans sept parties de la ville : Pathumwan (où se situe le Bangkok Art and Culture Center), Ratchaprasong, Lumpini, Asok, Monument de la Victoire, Lat Phrao et Chaeng Wattana. Des marches seraient aussi organisées, notamment dans le quartier de Thon Buri.

Ces points recouvrent l’étendue des quartiers commercial et financier de Bangkok (à partir des avenues de Petchaburi et de Rama I sur laquelle se trouvent les grands centres commerciaux de la capitale - Siam Paragon, Central World, MBK…), ainsi que ceux de Bang Rak, China Town et du quartier ministériel (Avenue de Ratchadamnoen).

Ainsi, il est recommandé d’éviter tout déplacement inutile dans ces lieux.

Par ailleurs, si les organisateurs de ce mouvement affirment qu’ils n’ont pas l’intention d’entraver les transports en commun (bus, BTS et métro) ou de bloquer les aéroports, il convient néanmoins de tenir compte de probables difficultés de circulation et donc d’anticiper tout déplacement dans la ville, notamment vers les aéroports, en se ménageant une marge confortable.

Il est recommandé d’éviter tout rassemblement et toute manifestation qui pourraient dégénérer et devenir violents.

Afin de porter assistance aux touristes, l’administration thaïlandaise va mettre en place :

·        deux numéros de téléphone (1155 et 1672) afin de répondre aux questions des touristes;

·        des centres d’informations au stade national de Hua Mak, dans les aéroports de Bangkok (Suvarnabhumi et Don Muang), dans les principales stations du métro aérien, BTS (Siam, Phaya Thai, Ekkamai, Wongwienyai) dans la station du métro souterrain MRT Hua Lamphong;

·        en cas d’urgence, des navettes reliant les aéroports au centre-ville de Bangkok avec des points de rassemblement au niveau des hôtels « Eastin Grand Sathorn », « Windsor Suites Sukhumvit » et « Twin Towers »;

·        une fréquence accrue des trains reliant l’aéroport de Don Muang et le centre-ville ainsi que du métro aérien « Airport Link » reliant l’aéroport de Suvarnabhumi et le centre-ville.

Lien:

http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/conseils-aux-voyageurs/conseils-par-pays/thailande-12322/

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
11 janvier 2014 6 11 /01 /janvier /2014 17:10

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a annoncé vendredi avoir entrepris des efforts de médiation dans la crise en Thaïlande, où la Première ministre Yingluck Shinawatra fait face à des manifestations réclamant son départ.

M. Ban a indiqué à la presse avoir eu des contacts téléphoniques depuis trois jours avec Yingluck et avec le chef du parti démocrate (opposition) Abhisit Vejjajiva "dans le but de les aider à régler leurs différends".

YL2

Il s'est déclaré "très inquiet d'un risque d'escalade de la situation dans les jours à venir", faisant allusion à la volonté des manifestants de "paralyser Bangkok" à partir de lundi.

"J'exhorte tous ceux qui sont concernés à faire preuve de retenue, à éviter les provocations et à résoudre leurs divergences par le dialogue", a-t-il ajouté.

Yingluck fait face depuis deux mois à des manifestations qui ont rassemblé jusqu'à 150.000 personnes par jour. Les manifestants réclament son départ, l'accusant d'être la marionnette de son frère Thaksin, ancien Premier ministre en exil, renversé par un coup d'Etat en 2006.

Près de 15.000 policiers et soldats vont être déployés à Bangkok face aux menaces des manifestants de bloquer lundi tout trafic automobile et de couper l'électricité.

Lien:

http://quebec.huffingtonpost.ca/2014/01/10/ban-ki-moon-simplique-da_n_4576971.html?utm_hp_ref=canada-quebec&ir=Canada+Quebec

 

Des manifestants blessés par des tirs

A deux jours de la « paralysie » de Bangkok promise par les manifestants, plusieurs personnes ont été blessées, dont une gravement, par des tirs contre un campement d'opposants au gouvernement thaïlandais.

Deux attaques ont eu lieu dans la nuit de vendredi 10 à samedi 11 janvier contre le principal site où les manifestants campent depuis plus de deux mois, dans le centre historique de la capitale. « La première attaque a eu lieu à 2 h 30, blessant deux personnes, dont un garde de sécurité des manifestants. La deuxième a eu lieu quelques heures plus tard, blessant cinq manifestants », a déclaré la police. Le bilan a été confirmé par un centre d'urgence, qui a précisé que l'un des blessés était dans un « état critique ».

Alors que les manifestants ont promis de paralyser Bangkok à partir de lundi et jusqu'à la « victoire », les autorités s'inquiètent de possibles violences et près de 20 000 policiers et soldats seront mobilisés. Au total, ce sont huit personnes qui ont été tuées depuis le début du mouvement, la plupart abattues dans des circonstances troubles, et des dizaines blessées.

« SYSTÈME THAKSIN »

Les manifestants, qui veulent remplacer le gouvernement par un « conseil du peuple » non élu, accusent la première ministre Yingluck Shinawatra d'être la marionnette de son frère Thaksin et veulent se débarrasser de ce qu'ils appellent le «système Thaksin». L'ancien chef du gouvernement, renversé par un coup d'Etat en 2006, reste malgré son exil le personnage qui divise le plus la société thaïlandaise, entre masses rurales et urbaines du nord et du nord-est qui l'adorent, et les élites de Bangkok qui le voient comme une menace pour la monarchie.

Pour tenter de désamorcer la crise, Yingluck a convoqué des législatives anticipées pour le 2 février. Mais alors que le parti au pouvoir est favori, les manifestants ont promis d'empêcher le scrutin et le principal parti d'opposition, le Parti démocrate, a annoncé le boycotter.

Le chef de la puissante armée de terre Prayut Chan-O-Cha, qui a récemment refusé d'exclure un coup d'Etat, a appelé samedi « les deux parties à ne pas s'affronter ». Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon, se disant « très inquiet d'un risque d'escalade », avait annoncé vendredi avoir entrepris une médiation dans la crise politique thaïlandaise, indiquant avoir eu des contacts téléphoniques avec Yingluck et le chef du Parti démocrate.

Lien:

http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2014/01/11/thailande-plusieurs-blesses-lors-de-tirs-sur-des-manifestants_4346370_3216.html

 

 

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
10 janvier 2014 5 10 /01 /janvier /2014 18:39

A Ubon Ratchathani aussi, des manifestants se sont rassemblés pour demander le respect de leur droit de vote. A Ubon, ils sont quelques centaines mais à Bangkok, ils sont des milliers.

Photo ci-dessous: manifestants à Ubon Ratchathani

Ubon-respect.jpg

L'homme, à la base de ce nouveau mouvement de Thaïlande qui réclame le droit de vote, est un courageux thaïlandais, Ate Auttuagorn, qui a osé interpeller Abhisit Vejjajiva le 7 janvier dernier, lui demandant de respecter son droit de vote.

Photo ci-dessous: Ate Auttuagorn

Ake

Lien:

http://liberez-somyot.over-blog.com/article-un-homme-interpelle-abhisit-et-le-somme-de-respecter-son-vote-121957992.html

 

Aujourd’hui, 10 janvier 2014, des milliers de Thaïlandais à Bangkok, à Ubon et dans beaucoup d’autres parties de la Thaïlande, revendiquent le droit de voter.

Lien:

http://liberez-somyot.over-blog.com/article-respectez-mon-vote-121998498.html

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
10 janvier 2014 5 10 /01 /janvier /2014 15:20

Une manifestation a lieu actuellement (10 janvier) à Bangkok. Elle rassemble des milliers de Thaïlandais qui demandent le droit de voter. Ces milliers de manifestants, venus de toutes les classes sociales de Thaïlande, demandent le respect de leur droit de vote. La police sympathise avec ces manifestants pacifistes. Les manifestants ont allumés des bougies pour le respect de leur droit de vote et pour soutenir la non-violence face aux fascistes du PDRC/Parti Démocrate de Suthep Thaugsuban

Quelques photos de la manifestation publiées sur facebook:

Vote.jpg

 

Vote0.jpg

 

Vote2.jpg

 

Vote1.jpg

 

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
10 janvier 2014 5 10 /01 /janvier /2014 09:44

La Commission électorale (CE) a présenté hier, jeudi 9 janvier, une lettre urgente à la Première ministre par intérim Yingluck Shinawatra demandant que l'élection du 2 février soit reportée. La lettre, signée par cinq commissaires, prétend qu'il est clair que des élections du 2 février pourraient mener à plusieurs problèmes. Elle a avertie que la nouvelle Chambre des représentants pourrait ne pas être en mesure de se réunir après l'élection parce qu'il était peu probable que 95% des 500 députés soient présents, tel que requis par la Constitution de 2007.

Auparavant, la Commission électorale avait refusé d'accorder un delai pour les candidats qui avaient été empêchés par les milices du PDCR/Parti Démocrate dans le Sud. Le spectre d'un nouveau coup d'Etat judiciaire fait son apparition.

Source:

https://www.facebook.com/UDDInternationalNews/posts/726539680689595

 

Photo ci-dessous: une affiche électorale du Parti Pua Thai à Bangkok

Vote1.JPG

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
10 janvier 2014 5 10 /01 /janvier /2014 09:30

Les étudiants des universités Silpakorn, Srinakarinwirot et Kasetsart ainsi que d’autres personnes, ont rejoint le rassemblement de jeudi soir pour allumer des bougies contre le blocus de Bangkok du 13 janvier prochain par le PDCR/Parti Démocrate, car ils sont convaincus que cela conduirait à la violence. D’autres activités auront lieu dans les trois prochains jours dont un rassemblement ce soir (10 janvier 2013) au Bangkok Art and Culture Center qui commencera à 17 heures.

Source:

http://www.nationmultimedia.com/breakingnews/Candles-lit-to-oppose-shutdown-30223932.html

Photo ci-dessous: Les étudiants manifestent contre le PDCR

1464677_10202277287687188_1757698231_n.jpg

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
10 janvier 2014 5 10 /01 /janvier /2014 09:09

Environ 200.000 chemises rouges manifesteront, dans les provinces du Nord et du Nord-est, contre le blocus de Bangkok par le PDCR lundi prochain. Anuwat Thinnaratch, un dirigeant chemise rouge du Nord-est, a expliqué, lors d’un meeting à Nakhon Ratchasima, que les Chemises rouges des provinces devaient manifester contre le PDCR pour prouver qu’une majorité de Thaïlandais sont opposés au mouvement de Suthep.

Source:

http://www.nationmultimedia.com/homeRed-shirts-to-counter-Bangkok-shutdown-HYPERLINK "http://www.nationmultimedia.com/homeRed-shirts-to-counter-Bangkok-shutdown-30223934.htmls"30223934HYPERLINK "http://www.nationmultimedia.com/homeRed-shirts-to-counter-Bangkok-shutdown-30223934.htmls".htmls

Photo ci-dessous: Des Chemises rouges

DSC09954

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
10 janvier 2014 5 10 /01 /janvier /2014 02:48

L’opposition s’apprête à franchir une nouvelle étape. Le blocus de la capitale doit commencer lundi.

Un article de Michel de Grandi

http://www.lesechos.fr/economie-politique/monde/actu/0203230032029-la-crise-thailandaise-va-se-durcir-avec-le-blocus-de-bangkok-641471.php

Bangkok se prépare dans un calme relatif à son blocus. Depuis deux mois que dure la crise politique en Thaïlande et alors que la trêve du Nouvel an vient tout juste de prendre fin, les anti-gouvernementaux qui souhaitent le départ du Premier ministre tentent un nouveau coup d’éclat. Ils organisent à grands renforts de publicité, voire en manifestant, un blocage des grandes artères de la capitale à partir du lundi 13 janvier. Leur leader, Suthep Thaugsuban a prévenu : «Nous allons bloquer tout Bangkok, vous pouvez bloquer vos provinces.» Le but ultime est de créer un chaos tel que le gouvernement ne puisse plus travailler.

Photo ci-dessous: Suthep Thaugsuban

Suthep3 

« Le blocus organisé lundi va être le moment de vérité. Pour l’opposition, c’est quitte ou double», explique David Camroux, chercheur au Ceri Sciences po. Une des inconnues tient dans la mobilisation. Tout récemment, le « Bangkok Post », longtemps situé dans le camp des opposants, a publié un éditorial estimant que la manifestation de lundi était « celle de trop ».

Au cas où ce mouvement devait faiblir, un plan B est déjà prêt à être actionné. La commission nationale anti-corruption va poursuivre 308 parlementaires, la plupart membres du parti au pouvoir, pour avoir tenté, sans succès, de réformer la Constitution. La menace d’un procès risque de les tenir éloignés pendant longtemps de la vie politique. Ce qui ne peut que servir les intérêts du Parti démocrate soucieux à la fois d’affaiblir le parti au pouvoir et de nuire à son chef de file, Yingluck Shinawatra.

Forcer la démission du Premier ministre

Les anti-gouvernementaux ne dévient pas de leur feuille de route. Ils veulent forcer le Premier ministre à démissionner et vont tout faire auparavant pour entraver le processus des élections anticipées du 2 février. En créant de l’agitation, ils veulent aussi pousser l’armée à réagir. Or celle-ci est, jusqu’à présent, restée neutre.

Pour Yingluck Shinawatra, cette manifestation constitue pourtant un nouveau défi. Depuis plusieurs semaines, le Premier ministre, sœur de l’homme d’affaires milliardaire, Thaksin Shinawatra à la fois honni et vénéré, a multiplié les gestes en direction de l’opposition. Tout en refusant de démissionner, sauf verdict des urnes, elle avoue en même temps son impuissance à désamorcer cette crise.

Photo ci-dessous : Yingluck Shinawatra

YLfils 

Signe d’une ambiance déjà tendue, le chef d’état major des armées a été contraint de démentir toute préparation de coup d’Etat, des mouvements de troupes et de blindés en vue d’une parade militaire ayant semé le trouble parmi la population. Les milieux d’affaires se trouvent eux aussi pris entre le marteau et l’enclume. La famille propriétaire de la bière Singha a demandé à l’une de ses filles, qui s’est rangée du côté des opposants, à changer de nom afin de ne pas nuire aux ventes de l’entreprise.

A trop durer, la crise va inévitablement peser sur l’économie même si pour l’instant l’impact est encore limité. Les investisseurs étrangers se montrent plutôt sereins, peu touchés par ces mouvements. En revanche, les financiers se montrent plus préoccupés. La Bourse de Bangkok a terminé, mercredi, à 1.224 points, bien en dessous de son plus haut de mai (1.643). Le baht est lui aussi sous pression, son taux de change, mercredi, face au dollar étant revenu à son niveau de février 2010 (33,01). Mais il s’agit de réactions normales font valoir les experts.

Depuis les inondations de 2011, la Thaïlande a revu sa politique d’investissements. Elle veut se muer en hub automobile régional et accueille toutes les marques mondiales avec les sous-traitants, tout en réduisant sa part dans la fabrication de composants électroniques. Ces derniers ne représentent plus que 10 % des exportations, ce qui limite les risques de pénurie en cas de dégradation durable du climat des affaires.

Dernière minute

Manifestations

Depuis le lundi cinq janvier, l’opposition anti-gouvernementale organise des marches de protestation dans le centre de Bangkok, ainsi que des actions de mobilisation en province. Ces opérations visent à préparer le blocus de la capitale thaïlandaise à partir du lundi 13 janvier, théoriquement jusqu’à la démission du Gouvernement.

Les vingt points de rassemblement annoncés, à ce jour, sont les suivants :

·        le carrefour d’Uruphong (quartier ministériel)

·        le carrefour de Charoenpol (avenue Rama IV)

·        la quartier de Hua Lamphong (Rama IV - où se trouve la gare de Bangkok)

·        le quartier de Bang Rak (où se trouve l’Ambassade)

·        le quartier de Silom (où se trouve le centre commercial Central Silom - Rama IV)

·        le quartier de Sam Yan (Rama IV)

·        le carrefour de Phaya Thai (centre commercial de MBK)

·        le quartier de Ratchatewi (Avenue Petchaburi)

·        la place du monument de la Victoire (Victory Monument)

·        la place du Siam (Siam Square - Rama I)

·        le carrefour de Way

·        la quartier de Din Daeng

·        le quartier de Pratunam

·        le carrefour de Ratchaprasong

·        le parc Lumpini

·        la rue Klong Toei

·        le carrefour d’Asoke (où se trouve le centre commericial Terminal 21),

·        l’avenue Ratchadamnoen (quartier ministeriel)

·        le carrefour de Phetchaburi

·        l’avenue Yaowarat (le quartier chinois).

Les rassemblements se concentreraient d’abord dans sept parties de la ville : Pathumwan (où se situe le Bangkok Art and Culture Center), Ratchaprasong, Lumpini, Asok, Monument de la Victoire, Lat Phrao et Chaeng Wattana. Des marches seraient aussi organisées, notamment dans le quartier de Thon Buri.

Ces points recouvrent l’étendue des quartiers commercial et financier de Bangkok (à partir des avenues de Petchaburi et de Rama I sur laquelle se trouvent les grands centres commerciaux de la capitale - Siam Paragon, Central World, MBK…), ainsi que ceux de Bang Rak, China Town et du quartier ministériel (Avenue de Ratchadamnoen).

Ainsi, il est recommandé d’éviter tout déplacement inutile dans ces lieux.

Par ailleurs, si les organisateurs de ce mouvement affirment qu’ils n’ont pas l’intention d’entraver les transports en commun (bus, BTS et métro) ou de bloquer les aéroports, il convient néanmoins de tenir compte de probables difficultés de circulation et donc d’anticiper tout déplacement dans la ville, notamment vers les aéroports, en se ménageant une marge confortable.

Il est recommandé d’éviter tout rassemblement et toute manifestation qui pourraient dégénérer et devenir violents.

Site de l’ambassade de France:

http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/conseils-aux-voyageurs/conseils-par-pays/thailande-12322/

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article