Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 octobre 2013 4 17 /10 /octobre /2013 10:31

Le fondateur des «chemises jaunes» condamné pour lèse-majesté en Thaïlande

Le fondateur du mouvement royaliste thaïlandais des « chemises jaunes » a été condamné mardi en appel à deux ans de prison pour avoir insulté la révérée monarchie en répétant le discours d’une adversaire politique. Sondhi, qui a estimé que les accusations contre lui étaient politiques, a été laissé en liberté sous caution en attendant un recours auprès de la Cour suprême.

Lien:

http://www.sudinfo.be/823727/article/actualite/l-info-en-continu/2013-10-01/le-fondateur-des-chemises-jaunes-condamne-pour-lese-majeste-a-thailande

En Thaïlande, même les royalistes sont condamnés pour crime de lèse-majesté

Par RFI

Le leader d’un mouvement royaliste thaïlandais a été condamné en appel hier, mardi 1er octobre, à deux ans de prison pour crime de lèse-majesté. Sondhi Limthongkul était le principal leader des « chemises jaunes », un mouvement qui avait manifesté des mois durant contre le gouvernement du Premier ministre populiste de l’époque Thaksin Shinawatra. Cette condamnation met en relief l’étrangeté du fonctionnement de cette loi visant à protéger la famille royale de Thaïlande.

Avec notre correspondant à Bangkok, Arnaud Dubus

C’est l’inépuisable histoire de l’arroseur arrosé. Sondhi Limthongkul, royaliste jusqu’aux bout des ongles, farouche adversaire de l’ex-Premier ministre Thaksin, était monté sur l’estrade en 2008 pour dénoncer face aux manifestants les propos d’une militante pro-Thaksin qui avait critiqué la famille royale.

Problème : il avait dénoncé ces critiques en les répétant mot à mot, et donc, il était tombé lui-même sous le coup de la sévère loi contre le crime de lèse-majesté, laquelle punit d’une peine allant jusqu’à quinze ans de prison les propos désobligeants envers le roi, la reine et le prince héritier.

Aussi sévère qu'en Arabie Saoudite

Sondhi Limthongkul avait été acquitté en première instance, mais la cour d’appel a renversé le jugement, estimant qu’il avait nuit à la monarchie en répétant des propos antiroyalistes. Sondhi Limthongkul est libéré sous caution durant la procédure de cassation.

Cet incident tragi-comique souligne le caractère absurde et excessif de la loi de lèse-majesté en Thaïlande, la plus sévère au monde avec celle d’Arabie Saoudite. Ainsi, en 2010, une procédure pour crime de lèse-majesté avait été engagée contre un acteur qui avait utilisé l’expression affectueuse « père » pour parler du roi.

Lien:

http://www.rfi.fr/asie-pacifique/20131002-thailande-meme-royalistes-sont-condamnes-crime-lese-majeste-sondhi-limthongkul

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
22 septembre 2013 7 22 /09 /septembre /2013 14:23

Lèse-majesté : Duel fratricide au tribunal

Lien de l'article:

http://thailande.vraiforum.com/t5064-L-se-majest-Duel-fratricide-au-tribunal.htm

Nouvelle illustration des dérives engendrées par la loi sur le crime de lèse-majesté : un Thaïlandais a accusé son propre frère d’insultes envers la Couronne. Ce dernier a passé un an en prison avant d’être remis en liberté vendredi 13 septembre devant la minceur des éléments à charge.

Le cauchemar de Yuthapoom Martnok a pris fin vendredi dernier lorsqu’un tribunal d’assises thaïlandais l’a innocenté des accusations de lèse-majesté, formulé par son propre frère, Thanawat. Pour justifier son verdict, le juge a mis en avant un flagrant manque de preuves pour condamner Yuthapoom. Les autres membres de cette famille ont insisté sur le fait que l’accusé n’avait jamais manqué de respect au roi. Yuthapoom a donc recouvré la liberté, un an après avoir été mis en prison, sur les seules allégations de son frère. Il semblerait que ces accusations de lèse-majesté, pouvant conduire jusqu’à 15 ans de prison, ont été lancées suite à plusieurs différents entre les deux hommes. Les deux frères avaient des affaires en commun, et vivaient sous le même toit, mais n’étaient jamais d’accord sur rien, pas même sur leurs chiens respectifs ! Leurs relations ont pris un tour à ce point conflictuel que le litige s’est réglé au tribunal, après tout de même que le cadet de la fratrie eut passé 12 mois derrière les barreaux.

En Thaïlande, l’article 112 du code pénal punit de 3 à 15 ans de prison, quiconque reconnu coupable d’insulte envers le roi, la reine, le prince héritier ou le régent. Les opposants à cette loi n’ont de cesse de dénoncer les abus qui en découlent. Ils déplorent que cet article, non seulement, porte atteinte à la liberté d’expression dans le pays, mais favorise les règlements de compte personnels. Dans l’affaire de Yuthapoom Martnok, l’avocate de la défense déplore que, sous couvert de possible crime de lèse-majesté, tout le monde peut poursuivre en justice tout le monde dans le pays, même pour des propos tenus dans la sphère privée, ce qui est le cas dans ce dossier.

De fait, plusieurs affaires emblématiques ont secoué et secouent toujours la Thaïlande. En novembre 2011, la condamnation à 20 ans de prison d’un homme de 61 ans pour avoir envoyé des SMS jugés insultant vis-à-vis du roi, avait provoqué une vague d’indignation dans le pays. Ampon Tangnoppakul, surnommé “Oncle SMS” est mort en détention en mai 2012. Le 30 mai 2012, un tribunal de Bangkok avait condamné Chiranuch Premchaiporn, la directrice de publication du site d’information Prachatai, à 8 mois de prison avec sursis, au motif qu’elle n’avait pas été assez prompte à supprimer des commentaires jugés insultant envers la monarchie.

Début août, le journaliste pro-Thaksin Somyot Preuksakasemsuk, condamné à 10 ans de prison pour avoir publié deux articles jugés offensants, a vu sa nouvelle demande de libération sous caution rejetée par la Cour d’appel. Il s’agissait de sa quinzième tentative. Depuis son accession au pouvoir en août 2011, la Premier ministre Yingluck Shinawatra se montre intransigeante sur cette question. Les observateurs de la politique thaïlandaise estiment que la sœur cadette de Thaksin Shinawatra donne ainsi des gages d’allégeance au Palais et à l’armée, et réussit à ce prix à maintenir un équilibre précaire au pays du “coup d’État permanent”.

free-them

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
10 août 2013 6 10 /08 /août /2013 01:53

Lien de l’article:

http://www.generation-nt.com/facebook-thailande-prison-pour-utilisateurs-qui-like-rumeurs-politiques-actualite-1771742.html

La semaine dernière, la Thaïlande a durci sa législation dans le domaine des activités numériques et interdit les échanges Bitcoin. Aujourd’hui le pays vise Facebook et compte sanctionner les rumeurs politiques qui pullulent sur le réseau.

La police thaïe enquête actuellement sur quatre personnes dont un journaliste d’une télévision locale pour avoir " créé la panique" en publiant des statuts Facebook suggérant qu’un coup d’état militaire était sur le point d’intervenir dans la capitale Bangkok.

Les messages partagés sur le réseau social invitaient alors les résidents de la capitale à constituer des stocks de provisions.

Les personnes impliquées encourent jusqu’à 5 années de prison et une amende de 3200 $ et la police n’a pas hésité à mettre en garde les utilisateurs du réseau que le fait " d’aimer " ce type de publication pouvait également entrainer des poursuites et des peines d’emprisonnement.

" Ceux qui "like" et " partagent" les publications seront également poursuivis, donc nous demandons au public de bien faire attention à la façon dont ils utilisent les médias sociaux" a déclaré le chef de la police à la presse lors d’une conférence ce lundi.

Par le passé, certaines facettes de la loi thaïlandaise ont déjà été utilisées pour poursuivre des webmasters responsables de commentaires diffamatoires à l’encontre de la famille royale publiés sur des sites politiques populaires.

Si la Thaïlande n’impose pas encore de censure totale du Web, la répression est très active et le contrôle de l’information est au coeur des débats à l’heure actuelle.

En outre, les états du monde entier ont pu constater combien les réseaux sociaux pouvaient devenir le moteur de révolutions. Aussi, la propagation des rumeurs et propos diffamatoires est actuellement très surveillée dans les zones politiques dont la stabilité n’est pas parfaite.

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
9 août 2013 5 09 /08 /août /2013 14:28

La Chambre des représentants de Thaïlande a adopté jeudi en première lecture le projet de loi d'amnistie, proposé par le député du Parti Phua Thai Worachai Hema, avec un vote de 300 "pour" face à 124 "contre".

Charoen Chankomol, le premier président adjoint de la Chambre, qui a présidé la réunion, a demandé aux députés de voter pour soit continuer le débat sur le projet de loi, soit y mettre fin et voter pour ou contre la loi. Un total de 300 députés ont voté pour la fin du débat, tandis que 125 ont voté pour sa continuation.

Cela a permis à M. Charoen d'appeler les députés à voter sur le projet de loi. Le projet de loi a été adopté en première lecture par un vote de 300 "pour" face à 124 "contre", 14 abstentions et deux votes "non".

L'assemblée a décidé de mettre en place un comité de 35 membres pour examiner le projet de loi. Les membres du comité comprennent trois membres du gouvernement, 17 du Parti Phua Thai, 10 du Parti démocrate, deux de Bhumjaithai, un de Chartthaipattana et un de Palang Chon.

Source:

http://bangkokpost.com/news/local/363682/amnesty-bill-passed-in-first-reading

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
7 août 2013 3 07 /08 /août /2013 14:02

Un rapport de l'Organisation internationale du Travail (OIT) condamne l'utilisation de la main-d'œuvre forcée de prisonniers, y compris celle des Thaïlandais condamnés en vertu de l'article 112

Les États membres de l'Organisation internationale du Travail (OIT) se réunissent tous les ans lors de la Conférence internationale du Travail qui se tient chaque année à Genève, en Suisse, au mois de Juin.
Lors de la dernière réunion, en Juin 2013, le rapport annuel de la Conférence internationale du Travail avait soulevé la question du travail forcé en prison y compris celui des Thaïlandais condamnés en vertu de l'article 112 (la loi de lèse-majesté).
Le rapport de l'OIT a condamné l'utilisation du travail forcé sur les prisonniers de lèse-majesté et recommencé l'amendement de la loi 112.
L'OIT a fait part de cette prise de position officielle sur la question des prisonniers politiques et de ceux condamné en vertu de la loi 112, au gouvernement thaïlandais.
Dans ce document, l'OIT a fait une référence aux droits de l'homme et au Rapporteur Spécial des Nations Unies dans sa recommandation au gouvernement thaïlandais sur la question du travail forcé des prisonniers condamné en vertu de la loi 112 et sur l'amendement de la loi de lèse-majesté.
Consulter la page 279 de ce lien en anglais:
http://www.ilo.org/ilc/ILCSessions/102/reports/reports-submitted/WCMS_205472/lang--en/index.htm

et aussi ce lien en anglais:

https://www.facebook.com/notes/free-somyot/ilo-report-condemned-the-use-of-the-forced-prisoner-labour-including-those-thai-/502748413144791

 

Liberez Somyot2

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
7 août 2013 3 07 /08 /août /2013 13:45

Un article de l'Agence France Presse (AFP)

Lien:

http://www.20minutes.fr/ledirect/1206959/20130805-thailande-leader-pacifiste-communaute-musulmane-abattu

 

Un leader de la communauté musulmane du sud thaïlandais a été abattu lundi, ont annoncé les autorités, inquiètes de la mort d'un important soutien au processus de paix entre le gouvernement et les rebelles séparatistes de l'extrême sud du royaume.

Yacob Raimanee, imam de la très influente mosquée de Pattani, "a été abattu" lundi après-midi, a déclaré la police de la ville à l'AFP, sans pouvoir donner plus de détails sur les circonstances.

Ce meurtre intervient alors que le pouvoir thaïlandais et le Barisan Revolusi Nasional (BRN, Front national révolutionnaire), un des groupes rebelles avec qui Bangkok a entamé il y a quelques mois des pourparlers inédits, s'étaient mis d'accord pour réduire les violences pendant le ramadan qui se termine dans quelques jours.

L'insurrection a fait plus de 5.700 morts depuis 2004, frappant indistinctement bouddhistes et musulmans dans cette région rattachée à la Malaisie jusqu'au début du XXe siècle et où quelque 60.000 soldats thaïlandais sont postés.

Les insurgés, des musulmans, ne font pas partie d'un mouvement jihadiste mondial, mais se rebellent contre ce qu'ils vivent comme une discrimination contre la population d'ethnie malaise et de religion musulmane dans un pays essentiellement bouddhiste.

La mort de l'imam "est inquiétante", a commenté Paradorn Pattanatabut, chef du Conseil national de sécurité et négociateur en chef thaïlandais. "L'un de ceux qui acceptaient (les discussions) a été tué, alors nous sommes inquiets".

"La façon dont (les insurgés) opèrent est destinée à faire peur aux gens", a-t-il ajouté à l'AFP, assurant malgré tout que les discussions se poursuivraient.

L'organisation Human Rights Watch s'est également inquiétée de l'impact de ce meurtre sur le soutien local aux discussions entre le gouvernement et les rebelles. "Il était la force motrice derrière les efforts pour déradicaliser la jeunesse musulmane dans la province de Pattani et il a également essayé de rassembler du soutien" en faveur des efforts de paix, a souligné Sunai Phasuk, de l'ONG.

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
6 août 2013 2 06 /08 /août /2013 16:38

La Cour pénale de Bangkok a statué que les six personnes assassinées à l'intérieur du Wat Pathum Wanaram le 19 mai 2010, ont été tués par des tirs de l'armée.

Les balles ont été tirées par les troupes à partir de la voie ferrée du métro aérien BTS.

Les six personnes décédées ont été touchés par des balles de 213 et 56mm, des munitions de calibre militaire.

Sources:

http://www.bangkokpost.com/breakingnews/363262/wat-pathum-wanaram-victims-killed-by-military-on-may-19-2010-court-decides

et

http://www.khaosod.co.th/en/view_newsonline.php?newsid=TVRNM05UYzRORFF6TWc9PQ==&sectionid=TURNd01BPT0=

 

Photo ci-dessous: des snipers de l'armée en train de tirer sur les manifestants chemises rouges

 

Snipers

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
6 août 2013 2 06 /08 /août /2013 02:38

Lien en français:

http://journalmetro.com/culture/353916/birmanie-les-punks-contre-la-violence-des-moines/

Lien en anglais:

http://www.irrawaddy.org/archives/41316

 

RANGOON, Myanmar – Les rockeurs punks sont habitués à attirer l’attention, mais cette fois cela n’est pas dû uniquement à leurs cheveux roses, leurs vestes de cuir ou leurs tatouages de crânes: ces jeunes rebelles n’hésitent pas à dénoncer les moines bouddhistes qui incitent à la violence contre les musulmans, alors que le reste de la société birmane garde le silence.

"S’ils étaient de vrais moines, je ne dirais rien, mais ce n’est pas le cas", a dit Kyaw Kyaw, le chanteur du groupe Rebel Riot, pendant que son batteur reprenait le rythme d’une nouvelle chanson qui dénonce l’hypocrisie religieuse et un mouvement antimusulman baptisé "969".

"Ce sont des nationalistes, des fascites. Personne ne veut l’entendre, mais c’est vrai", a-t-il ajouté.

Les moines radicaux se trouvent au premier rang d’une campagne sanglante lancée contre les musulmans, et rares sont ceux qui acceptent de les dénoncer au sein de cette société de 60 millions d’habitants principalement bouddhistes. Pour plusieurs, le bouddhisme est une composante fondamentale de leur identité birmane et les moines, les membres les plus vénérables de la société, sont au dessus de tout reproche.

D’autres refusent tout simplement de se rendre à l’évidence ou croient ceux qui racontent que les «étrangers» musulmans représentent une menace à leur culture et à leurs traditions.

Ce silence est aussi dangereux que les foules qui détruisent des mosquées ou qui applaudissent pendant que les musulmans sont pourchassés et battus à mort, a dit Michael Salberg, le directeur des affaires internationales pour la Ligue antidéfamation, un organisme américain.

"Ce ne sont pas les auteurs de ces crimes qui posent problème, a-t-il affirmé, en évoquant les conditions qui ont mené à l’Holocauste en Allemagne ou au génocide rwandais. Ce sont les témoins qui ne font rien."

Après un demi-siècle de règne militaire impitoyable, un gouvernement quasi-civil arrivé au pouvoir il y a deux ans a mis en place de vastes réformes, libérant la dissidente Aung San Suu Kyi de son assignation à domicile, relâchant les restrictions contre les rassemblements pacifiques, libéralisant les médias et abolissant la censure.

Ces mêmes libertés ont permis à des moines comme Wirathu, un orateur charismatique partisan de 969, de se faire entendre. Il récolte de plus en plus d’adeptes alors qu’il traverse le pays pour appeler à un boycott des commerces musulmans, pour demander une interdiction des mariages entre musulmans et bouddistes et pour prévenir que les musulmans pourraient bientôt représenter la majorité en Birmanie — même s’ils ne forment actuellement que 4 pour cent de la population.

"Tout ce que je peux dire, c’est que les gens devraient étudier les enseignements du Bouddha et se demander, est-ce que c’est ce qu’il voulait dire?", a lancé Ye Ngew Soe, le chanteur de 27 ans de No U Turn, le groupe de punk rock le plus populaire du pays.

Il a écrit la chanson «Human Wars» quand la violence dont faisaient l’objet les musulmans rohingya dans l’État de Rakhine a commencé à se propager ailleurs au pays. "Quand je visite des régions urbaines, j’entends parler de 969, de haine contre les musulmans, de violence. Ça ne devrait pas se passer comme ça", a-t-il dit.

Rares sont ceux qui osent dénoncer la situation. Le président Thein Sein a interdit la distribution au pays d’une copie du magazine Time qui présentait Wirathu comme "le visage de la terreur bouddhiste". Il a ensuite émis un communiqué dans lequel il déclare son appui à 969 et affirme considérer le moine extrémiste comme "un fils du seigneur Bouddha".

Pour sa part, l’opposante Aung San Suu Kyi se fait discrète à l’approche des élections de 2015, par crainte qu’elle ne soit punie lors du scrutin si elle est perçue comme étant antibouddhiste.

Il ne reste donc que les rockeurs punks, qui sont familiers avec l’isolement et la persécution. Sous le régime militaire, ils ne pouvaient que chanter en privé ou loin des regards. Pendant que les menaces d’arrestation ou d’incarcération en réduisaient plus d’un au silence, ils dénonçaient les exactions de l’armée et demandaient pourquoi des hommes d’affaires bien branchés s’enrichissaient pendant que tous les autres souffraient.

Ils ont aujourd’hui un nouveau champ de bataille, celui de la persécution religieuse.

Kyaw Kyaw, de Rebel Riot, se plait à dire que s’il ne peut pas changer le monde, ou la Birmanie, ou même Rangoon, il peut au moins avoir une influence sur ceux autour de lui.

"Ils peuvent nous arrêter, on s’en fout, a dit le jeune homme de 26 ans, le fils d’un policier. Ou nous pouvons être attaqués par certains groupes. On s’en fout, nous sommes prêts à affronter cette mentalité. Mais nous voulons dire ce que nous pensons."

 

Photo ci-dessous: des punks birmans

punks-tolerance.jpg

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
4 août 2013 7 04 /08 /août /2013 16:41

Suthep Thaugsuban a affirmé que s'il y avait un mort ou un blessé durant les manifestations contre le gouvernement de Yingluck Shinawatra, le Parti Démocrate se joindrait aux protestations

Le Parti Démocrate mettrait fin à ses activités parlementaires et unirait ses forces avec celles des manifestants anti-gouvernementaux si une seule personne était tuée ou blessée durant les rassemblements anti-gouvernementaux a déclaré Suthep Thaugsuban le dimanche 4 aout.

Le député du Parti Démocrate pour Surat Thani a affirmé que si le gouvernement insistait sur sa politique de destruction de l'Etat de droit et cherchait à briser ses promesses, alors différents groupes de gens sortiraient dans la rue et trouveraient les moyens de faire tomber ce gouvernement d'une manière moralement droite.

Suthep a déclaré:

"Notre combat respectera les principes de la non-violence et de la démocratie. Nous voulons dire à Thaksin (Shinawatra) et à Yingluck (Shinawatra) que la Thaïlande n'appartient pas à la famille Shinawatra.
"Ne nous menacez pas. Si un civil est blessé ou tué, je serai celui qui renversera le gouvernement et la Première ministre devra faire ses valises et vivre à l'étranger.
Je ferai de mon mieux pour continuer mes activités au parlement, mais si un manifestant est blessé ou tué, alors toutes les activités parlementaires seront suspendues et nous descendrons immédiatement dans les rues pour nous battre", a déclaré Suthep.

Il a sans doute oublié que sous son gouvernement, au moins 91 civils avaient été tués. Mais, il est vrai que, selon lui, ils n'avaient fait que courir vers les balles des militaires.

700 manifestants chemises jaunes se sont aujourd’hui rassemblé pour demander la démission du gouvernement et aucun incident n’a été à déplorer.

Source:

http://www.bangkokpost.com/breakingnews/362954/democrat-suthep-we-ll-join-anti-government-rally-if-proteste

http://asiancorrespondent.com/49822/thai-deputy-pm-protesters-died-because-they-ran-into-bullets/

et

http://www.lepoint.fr/monde/thailande-manifestation-d-opposants-au-gouvernement-04-08-2013-1711281_24.php#xtor=EPR-6-[Newsletter-Quotidienne]-20130804

 

Photo ci-dessous: Suthep Thaugsuban

 

Suthep.jpg

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
3 août 2013 6 03 /08 /août /2013 14:45

Libérez Somyot et tous les prisonniers politiques de la loi de lèse-majesté en Thaïlande

Lien en anglais:

http://www.facebook.com/?ref=tn_tnmn#!/notes/international-solidarity-for-thailand/latest-update-1-august-2013-free-somyot-and-all-political-prisoners-of-lese-maje/613337892031508


Chaleureuses salutations à vous tous, amis et camarades!
Nous espérons tous vous trouver de bonne humeur.

Voici les mises à jour de ce qui se passe en Thaïlande sur le cas de Somyot et des autres prisonniers politiques pour lèse-majesté:


1. La 15eme demande de libération sous caution de Somyot a été rejetée:
Aujourd'hui, la Cour a de nouveau rejeté sa demande de liberté sous caution. Bien que les membres de sa famille et son avocat aient proposés un dépôt de garantie encore plus élevé, sa requête a de nouveau été refusée.
Les raisons du rejet sont presque les mêmes que celles utilisées précédemment. La Cour a publié un communiqué pour justifier ce rejet. Le voici:

"La Cour d'appel a pris cette décision car l'affaire concerne la paix de la nation et la moralité publique. C'est de la grande criminalité et le tribunal de première instance a condamné cet homme à 10 ans de prison pour les raisons mentionnées. En outre, la Cour insiste pour ne pas accorder la liberté sous caution à cet homme car elle est persuadée que, dans le cas contraire, l'accusé en profiterait pour prendre la fuite. Donc, la demande de liberté sous caution a été rejetée "


Ce nouveau rejet démontre la mauvaise volonté du système judiciaire en Thaïlande, un système qui nie les droits dont tous les citoyens thaïlandais sont censés jouir en vertu de la constitution.

2. Libération du prisonnier politique Thantawut Thaweewarodomkul:
Le 5 Juillet 2013, Num (surnom de Thantawut) a été libéré de prison. C'est une bonne nouvelle car il avait été condamné à 13 ans de prison en 2010. Après avoir passé 3 ans en prison, il peut de nouveau s'occuper de son fils âgé de11 ans.

3. Demande de grâce royale:

La seule femme prisonnière politique pour lèse-majesté, Daranee Charnchoengsilpakul, a récemment décidé de retirer sa demande de procès en appel et a demandé une grâce royale.
Daranee (surnommée Da Torpedo), la plus ancienne des prisonniers politiques pour lèse-majesté en Thaïlande, qui avait combattu vivement pour son droit à la justice et avait refusé de solliciter la grâce royale depuis plus de 5 ans, a fini par la demander.

Notre position à propos des demandes de pardon royal des prisonniers politiques condamnés en vertu de la loi de lèse-majesté:


Premièrement: La communauté internationale ne doit pas perdre de vue que la pression des Thaïlandais qui réclament l'abolition de la loi draconienne de lèse-majesté, augmente de jour en jour.
Plusieurs prisonniers politiques thaïlandais, condamnés en vertu de la loi de lèse-majesté, se sont finalement décidé à solliciter la grâce royale car ils n'ont plus aucune confiance dans le système judiciaire de Thaïlande.
Deuxièmement: Même si, un jour, tous les prisonniers politiques pour lèse-majesté étaient libérés suite à une grâce royale, nous ne changerons pas notre position comme quoi ces personnes ont été injustement et politiquement punies parce qu'elles avaient luttées pour la démocratie et la justice en Thaïlande. La loi de lèse-majesté doit être abolie!

 
Cinq prisonniers pour lèse-majesté demeurent actuellement en prison:

1- Somyot Prueksakasemsuk, rédacteur en chef du magasine Voice of Taksin, qui a été condamné à 15 ans.

2- Ekachai Honhkangwan, un homme de 38 ans qui a été condamné pour avoir vendu des documents de Wikileaks et des DVD d'un documentaire de la chaine de télévision australienne ABC sur la monarchie thaïlandaise.

3- Surachai Danwatthananusorn, le dirigeant du groupe Siam Rouge, un groupe qui fait partie de l'extrême gauche du mouvement des Chemises rouges.

4- Yuttapoom Martnok, dénoncé par son propre frère, est encore en cours de procès et n'a toujours pas été jugé. Il est en prison préventive.

5- Daranee Charnchoengsilpakul, seule femme prisonnière politique pour lèse-majesté, a récemment décidé de retirer sa demande de procès en appel et a demandé une grâce royale.

Le 1er Août 2013, un groupe d'étudiants de l'Université Thammasart, a lancé un appel pour la libération de tous les prisonniers politiques:
Ce groupe d'étudiants de l'université Thammasart a organisé une manifestation afin de faire pression pour la libération des prisonniers politiques en Thaïlande. Le fils de Somyot faisait partie de ce groupe. Leur mot d'ordre était:
"Une société qui cherche à embrasser la conscience ne tolérera pas l'existence de prisonniers politiques"

Un autre cas de lèse-majesté mal connu va être jugé le 21 Août 2013. Bundit Aneeya, un rédacteur pigiste et traducteur de 73 ans, va devoir affronter le verdict final de la Cour suprême sur son cas de lèse-majesté le 21 Août prochain. Il a été condamné à quatre ans de prison en Mars 2006 pour avoir diffamé la monarchie en distribuant des documents politiques liés à un séminaire académique. Il est actuellement en liberté sous caution.


Nos remerciements les plus sincères pour votre soutien continu à Somyot ainsi qu'à tous les prisonniers politiques pour lèse-majesté et à l'abolition de cette loi injuste.

Ils sont toujours en prison et se voient continuellement dénier leurs droits à la liberté sous caution. Cette loi injuste est toujours en activité et continue d'agir contre la liberté d'expression et la démocratie en Thaïlande.

 

FREEPP9Fr

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article