Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 juillet 2013 4 18 /07 /juillet /2013 13:58

La Présidente de l'UDD, Tida Tavonseth, a assisté aux commémorations de la Prise de la Bastille le 14 Juillet dernier à l'ambassade de France de Bangkok

Un article du journal en ligne "Thai Red Shirt"

Lien de l'article en anglais:

http://thairedshirts.org/2013/07/15/udd-president-attended-the-bastille-day/#

Le dimanche 14 Juillet 2013, la professeure Tida Tavonseth, présidente du Front uni de la démocratie contre la dictature (les Chemises rouges de l’UDD) a assisté à l'anniversaire de la Fête Nationale Française, anniversaire de la Prise de la Bastille (le 14 Juillet 1789), avec d'autres dirigeants de l'organisation dont le professeur Jaran Ditapichai (qui a étudié à l'université Paris VII en France) et le Dr Weng Tojilakarn (son mari), à l'Ambassade de France de Bangkok.
Lors de l'événement, il y avait une mini-sculpture de glace d'une forteresse française appelée "La Bastille" (qui a été reconnue comme l'un des sites du patrimoine mondial en 2008) au lieu des traditionnelles sculptures de glace de la Tour Eiffel et de l'Arc de Triomphe des commémorations des années passées.

La Bastille a été prise par les citoyens de Paris le 14 Juillet 1789.

La chute de la Bastille a été le signal de la fin du contrôle absolu dans ce pays et a donné naissance à l'expression "liberté, égalité, fraternité". La forteresse médiévale et prison parisienne de la Bastille représentait l'autorité royale dans le centre de Paris. La prison ne contenait que sept détenus au moment de sa prise d'assaut, mais était un symbole des abus de la monarchie; sa chute a été le détonateur de la Révolution française.

De nombreux ambassadeurs basés à Bangkok ont également assisté à l'événement. Mme Tida a rencontré M. Osamu Isawa de l'ambassade du Japon à Bangkok, et a posé pour une photo commémorative avec M. Thierry Viteau, l'ambassadeur français en Thaïlande.
L'ambassadeur Thierry Viteau déclaré dans son discours lors de l'événement que les relations Thaïlande/France étaient aujourd’hui plus fortes que jamais comme le précise son discourt ci-dessous:


"Non seulement la Thaïlande et la France partagent la même histoire mais nous sommes aussi également semblable à bien des égards, y compris par le fait que nous participons ensembles à diverses organisations internationales comme les Nations Unies. Il y a plus de 20.000 Français qui vivent en Thaïlande et je voudrais profiter de cette occasion pour leur adresser mes meilleurs sentiments. 600.000 Français viennent passer leurs vacances dans ce beau pays qu'est la Thaïlande chaque année. 360 entreprises françaises ont choisi d'investir ici et elles emploient environ 50.000 Thaïlandais. Sur le plan politique, nos premiers ministres ont co-signé de nombreux traités entre nos pays, y compris notre coopération dans l'amélioration du système éducatif des deux pays et nos accords militaires. Ces traités renforcent notre relation et ont souligné l'importance que Paris a donné à cette association afin d'accroître nos relations dans l'avenir ".

 

Photo ci-dessous: l'ambassadeur Thierry Viteau et son épouse saluent Tida Tavonseth et son mari Weng Tojilakarn

 

ViteauTida.jpg

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
15 juillet 2013 1 15 /07 /juillet /2013 13:13

Un article de Pravit Rojanaphruk du journal The Nation

Liens de l'article:

http://www.nationmultimedia.com/politics/Thai-Buddhism-Much-deeper-things-have-gone-wrong-30210084.html

et

http://www.prachatai.com/english/node/364


Des semaines de première page dans les journaux parlant des scandales impliquant le moine bouddhiste Luang Pu Nenkham ont laissé de nombreux Thaïlandais dans la consternation et l’incrédulité alors que des détails plus sordides sur le moine jet-set émergent, impliquant de la drogue, des richesses incalculables, un style de vie somptueux et des relations sexuelles avec des jeunes filles mineures.
De même, la décision soudaine du moine japonais basé en Thaïlande, Phra Ajan Mitsuo Gavesako, bien connu pour ses prédications qui enseignaient les vertus de la chasteté, de se défroquer et de se marier presque instantanément avec une de ses groupies thaïlandaises a choqué beaucoup de ses disciples.

Face à ces révélations, de nombreux Thaïlandais se demandent: Qu'est-ce qui a mal tourné avec le bouddhisme thaï?

Ces déceptions dramatiques sont néanmoins presque insignifiantes par rapport à d'autres aspects de l'échec collectif du bouddhisme en Thaïlande. On peut se rendre compte, par exemple, combien il est dérangeant de réaliser que les moines, ainsi que les laïcs thaïlandais, sont muets sur la propagation de la haine et de l'islamophobie prônées par les moines bouddhistes et les laïcs dans un pays voisin, le Myanmar (Birmanie), un pays qui est aussi soi-disant majoritairement bouddhiste.

C'est une déception beaucoup plus grande que celle que les deux bonzes, Luang Pu Nenkham et Phra Ajan Mitsuo, ne pourraient jamais nous apporter, et il est encore plus décevant de constater que les moines thaïlandais et laïcs bouddhistes, et même les médias en général, se refusent de reconnaître notre échec collectif en tant que bouddhistes à tenter de prévenir ou d'atténuer l'exacerbation de la haine contre les musulmans, en envoyant par exemple un message fort à nos compatriotes bouddhistes du Myanmar pour qu'ils cessent leurs prédications haineuses. Malheureusement, pour les moines bouddhistes thaïlandais et les gens ordinaires, ce n'est même pas un problème.

Si vous pensez que c'est "trop demander" que d'attendre que les moines thaïlandais et les laïcs s'intéressent à l'état du bouddhisme en Birmanie et au sort des Rohingyas et des autres musulmans, penchons-nous sur la question de combien de temples en Thaïlande sont inutilement et richement construit dans les communautés les plus pauvres à l'intérieur du pays. Cet argent pourrait aider à construire un hôpital, une école, une bibliothèque ou même une coopérative agricole, mais il va plutôt dans la construction et l'entretien de temples grandioses, hors de prix et plein de fantaisie mais rien n'est fait pour condamner cela, contrairement aux modes de vie fantaisistes de moines comme Luang Pu Nenkham.

De nombreux bouddhistes thaïlandais sont aussi profondément ancrés dans l'habitude de donner de l'argent pour la construction de gigantesques statues de Bouddha ou de moines vénérables, malgré le fait que n'importe quel bouddhiste bien éduqué devrait être pleinement conscient que le Bouddha historique a interdit la fabrication de statues de Bouddha pour le culte.

Ensuite, il y a la croyance répandue dans les prières pour la santé, la richesse, et ce que vous voulez à partir du moment ou l’on vénère les moines, les statues de Bouddha, les statues hindoues, les amulettes bouddhistes et hindouistes fabriquées par ceux qui sont censés être des bouddhistes. Tant pis si le Bouddha lui-même a dit qu’il fallait dépendre de soi-même et pas des autres.

Une telle pratique n'est pas seulement non bouddhiste dans sa réflexion, mais constitue également l'une des racines d'une culture de corruption dans laquelle les gens promettent toujours de donner quelque chose en retour si et quand leurs vœux sont exaucés. Pourtant, ceux qui crient si fort contre la corruption, ne parviennent pas à voir le lien sur la façon dont la culture quotidienne de la corruption est profondément propagée et entretenue par les pratiques de ces soi-disant "bouddhistes".

Une dernière mais importante conclusion, c'est l'incapacité de nombreux moines thaïlandais et de laïcs à embrasser l'enseignement du Bouddha, qui préconise de pardonner et de s'abstenir de se venger, qui est aussi en cause. Beaucoup de moines et de Thaïlandais ordinaires soutiennent encore la peine de mort comme la forme ultime de vengeance et de punition pour les crimes hideux, malgré le fait que le Seigneur Bouddha ait précisé clairement que la vengeance n'a aucun rôle dans sa foi. Les militants opposés à la peine capitale ont pu constater qu'un des obstacles majeurs à l'abolition de la peine de mort venait des moines bouddhistes qui voient l'exécution des criminels comme un droit naturel.

Et donc, je me moque de la petite farce entourant des moines comme Luang Pu Nenkham. Un jet privé, une limousine, ou des rapports sexuels présumés dans un cimetière, ne me choquent pas tant que cela. Ce qui me choque le plus, c'est notre échec collectif, en tant que société, d'assumer nos devoirs de bouddhistes.

 

Légende de la photo ci-dessous: "Pourquoi aller ailleurs ? Venez donc me voir si vous avez besoin d'un prêt."

 

BonzeSisaket

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
13 juillet 2013 6 13 /07 /juillet /2013 18:25

Interview du journal en ligne "Thai Red Shirts (TRS)" de M. Thantawut Thaweewarodomkul le 5 Juillet 2013.

Lien de l’interview en anglais:

http://thairedshirts.org/2013/07/10/interview-with-thantawut-num-red-non/

 

Thantawut a passé trois ans de prison pour avoir violé l'article 112 du Code pénal (diffamation de la famille royale). Il a donné cette interview à "TRS" le jour de sa sortie de prison.

- TRS: Comment vous sentez-vous après avoir reçu un pardon royal et être sorti de prison?

- Thantawut: Il est normal de se sentir heureux, 3 ans de prison, c’est long. Malheureusement, si toutes les organisations impliquées dans mon cas avaient travaillées ensemble dès le début, j'aurais pu être libéré de prison beaucoup plus rapidement, mais c'est aussi de ma faute parce que j'ai attendu trop longtemps avant de demander un pardon royal.

- TRS: Comment s'est passé votre séjour en prison?

- Thantawut: C'était mieux vers la fin de ma détention, puisque le gouvernement et l'UDD s’occupaient davantage des prisonniers politiques et des 112. En 2010, les partisans des Chemises rouges étaient arrêtés et emprisonnés plus fréquemment que maintenant. Au début, c'était un moment difficile pour nous tous. Surtout pour les prisonniers 112 qui ont été particulièrement visés.


- TRS: Quel a été votre sentiment lorsque vous avez pénétré dans la maison d'arrêt de Bangkok?

- Thantawut: C'était une nouvelle expérience pour en dire le minimum. Je n'avais jamais été en prison avant. Dans mon cœur, je croyais que je ne serais pas là-bas pour longtemps car je pensais bénéficier bientôt de la liberté sous caution. Je n'avais jamais imaginé devoir rester en prison tout ce temps. En raison de la procédure judiciaire injuste, on m'a refusé la liberté sous caution et je suis resté incarcéré jusqu'à aujourd’hui.


- TRS: Vous avez combattu pour votre cause devant le tribunal et la liberté sous caution vous a été refusée à plusieurs reprises jusqu'à ce que vous ayez demandé une grâce royale?


- Thantawut: Oui. La dernière fois que Ah-Kong (Ampon Tangnoppakul) s’est vu refuser la liberté sous caution, il est mort à l'infirmerie de la prison. Quand j’ai su cela, j’ai pris ma décision. Je devais demander un pardon royal si je voulais survivre. Ah-Kong était bien connu et beaucoup de gens voulait l'aider. De nombreux universitaires à travers le pays avaient rassemblé une importante somme d'argent et l’avaient proposé comme caution mais sa liberté sous caution a été refusée. J'ai discuté avec lui avant sa mort. Il m’a affirmé qu'il n'y a pas d'autre moyen pour nous que de demander un pardon royal et je l'ai cru.


- TRS: Avez-vous un commentaire sur l'article 112 du Code pénal?


- Thantawut: La gravité de la punition pour avoir enfreint la loi lèse-majesté doit être différenciée entre la haute réputation de gens comme le professeur Surachai et M. Somyot et de simples roturiers comme Yutthaphoom, Ekkachai et moi. Je crois qu’un citoyen normal, qui a été arrêté pour violation de l'article 112, devrait recevoir une peine plus légère qu’une personne reconnue parce que nous n'avons pas d'effet sur la société.


- TRS: Comment vont les autres prisonniers 112?

- Thantawut: Nous avons été bien pris en charge depuis que le gouvernement et l'UDD s’occupent des prisonniers, de nous, plus qu'avant. Les matons ne nous dérangent pas autant. Bien que quelques-uns d'entre eux nous haïssent, ils nous laissent tranquilles, contrairement à auparavant.


- TRS: Vous avez écrit de nombreuses lettres à Assoc. La professeure Tida (NDT: Tida Tawornseth, présidente de l’UDD) vous a-t-elle répondu?


- Thantawut: Je n'aurais jamais pensé que Mme Tida aurait payé autant d'attention à mes lettres, car je pensais que personne ne se souciait des prisonniers 112, mais elle m’a prouvé le contraire. Elle n’a pas cessé de nous rendre visite et de nous encourager à ne pas perdre espoir. Pour chaque lettre que nous avons envoyé, Ajan (NDT: professeur) Tida a répondu elle-même d'une façon ou d'une autre.


- TRS: Quelles sont vos réflexions sur les prisonniers politiques qui sont encore incarcérés?

- Thantawut: Lors de la révolte de palais de 1912, les prisonniers politiques, et même les gens qui ont été étiquetés comme «traître» à l’époque, ont reçu un pardon royal et la protection du gouvernement, pourquoi n’est-ce-pas la même chose maintenant? Comment se fait-il qu’aujourd’hui les prisonniers politiques doivent être détenus sans droits à la liberté sous caution? Il est inutile d’enfermer ces gens. Si c'est possible, tous les prisonniers politiques de toutes les couleurs de chemise devraient être libérés par grâce royale, comme moi.


- TRS: Y a-t-il quelque chose que vous voulez dire aux partisans des Chemises rouges?


- Thantawut: En tant qu'ancien prisonnier 112, je ne veux pas que les Chemises rouges fassent de différences entre les prisonniers politiques de la prison Laksi et les prisonniers 112 de la maison d'arrêt de Bangkok parce que nous partageons tous la même idéologie. Nous sommes issus de la même origine, nous avons participés aux mêmes manifestations et nous écoutons les mêmes discours. Pourquoi est-il nécessaire de nous séparer des autres prisonniers politiques? Pourquoi les prisonniers 112 devraient recevoir moins de soutien de la part des chemises rouges? Je veux que les Chemises rouges pensent à nous de la même façon qu'ils pensent aux autres prisonniers politiques, car être en prison c’est comme vivre en enfer.

 

Photo ci-dessous: Thantawut lors de sa libération, accueilli par le Docteur Weng Tojirakarn, un des dirigeants de l'UDD et par l'universitaire Somsak Jiamteerasakul

  

tatawutlibre

 

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
13 juillet 2013 6 13 /07 /juillet /2013 16:09

Déclaration du Groupe de Soutien de Malaisie pour la Démocratie en Thaïlande et du Parti Socialiste de Malaisie

La solidarité internationale, qui continue d'appeler à la libération de Somyot ainsi que celle de tous les prisonniers politiques et à l'abolition de la loi de lèse-majesté, est toujours en cours à travers l'Asie.  

Le 9 Juillet 2013, le Groupe de Soutien de Malaisie pour la Démocratie en Thaïlande ainsi que le Parti Socialiste de Malaisie ont parlé à des groupes de syndicalistes et de militants de Hong Kong et d'Asie à Hong Kong.

Le mouvement "Thai Labour Campaign" a également participé à cette table ronde à travers Skype.

Nous allons continuer à etre solidaires de la Thaïlande pour la libération de Somyot et de tous les prisonniers politiques pour lèse-majesté.

Le mouvement syndical et le mouvement de la démocratie sont inséparables.

Les travailleurs ne peuvent défendre leurs droits en tant que travailleurs que quand une vraie démocratie est en place.

Lien :

https://www.facebook.com/photo.php?fbid=489246044495028&set=a.123790911040545.33798.122999694453000&type=1&theater

 

FREEPP9Fr

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
10 juillet 2013 3 10 /07 /juillet /2013 18:54

Un article de Gj Bkk

Lien de l’article:

http://gjbkkblog.wordpress.com/2013/07/08/killing-unarmed-men-women-and-children-with-weapons-of-war-and-snipers-is-amusing/#comment-362

 

Alors que le journal "The Nation" essaye de "Laver Plus Blanc" et de sympathiser avec un homme accusé d'avoir ordonné l'assassinat en masse des manifestants chemises rouges en 2010, l'ancien premier ministre thaïlandais Mark Abhisit Vejjajiva, sourit et affirme... "Je suis maintenant un visiteur régulier du Palais de Justice.

"The Nation" continue et explique que cela n'empêche pas Abhisit de dormir et que ce dernier aurait même pris du poids - rejetant la faute sur les gâteaux préparés par son secrétaire particulier Somkiet Krongwatanasuk, et le journal a même ajouté qu'Abhisit semblait être de bonne humeur, plaisantant et riant avec son personnel.

Le reportage se poursuit par une déclaration trompeuse d'Abhisit affirmant que: "Cela dépendait des gens s'ils le trouvaient coupable ou non" suggérant qu'il y aurait un jury pour décider de sa culpabilité ou non.

Remarque: Le système judiciaire en Thaïlande n'est pas composé de jurys mais normalement de trois juges nommés qui statuent sur les questions de droit et de fait. Ces jugements sont également connus sous le nom de procès banc. Malheureusement, la réputation des tribunaux en Thaïlande est loin d'être bonne et ses juges politisés semblent souvent favoriser les riches au détriment des pauvres.

Donc, pas de remords ou d'excuses de la part d'un homme qui aurait pu conserver une certaine crédibilité, s'il avait démissionné le jour où l'armée a commencé le massacre.

Mais alors Abhisit a ajouté en riant..."Après avoir tout pris en considération, y compris mon avenir, je veux toujours être Abhisit - pas Thaksin".  Autrement dit, le reportage en dit long sur cet homme qui pense que tuer des hommes, femmes et enfants désarmés avec des armes de guerre et des tireurs d'élite était en quelque sorte amusant.

 

Photo ci-dessous: Abhisit Vejjajiva

Abe.jpg

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
6 juillet 2013 6 06 /07 /juillet /2013 12:05

Ci-dessous, l'article de l'AFP:

BANGKOK: Un Thaïlandais qui purgeait une peine de 13 ans de prison pour lèse-majesté pour avoir posté sur internet des propos jugés insultants pour la monarchie a été libéré après une grâce royale, a-t-il indiqué à l'AFP.

Thantawut Thaweewarodomkul, ancien administrateur du site Nor Por Chor USA hébergé aux États-Unis, lié au mouvement politique des «chemises rouges», avait été condamné en vertu de la très controversée loi de protection de l'image de la famille royale.

"J'ai passé là-dedans trois ans, trois mois et cinq jours. Le monde extérieur me trouble un peu après avoir été habitué à vivre derrière un mur", a expliqué à l'AFP au téléphone cet homme de 41 ans, peu après sa sortie de la prison de haute sécurité de Bangkok.

L'an passé, Thantawut avait affirmé à l'AFP dans une interview que ses codétenus avaient reçu l'ordre de le frapper par des responsables de l'établissement.

Le roi Bhumibol, âgé de 85 ans, jouit auprès de certains de ses sujets d'un statut de demi-dieu.

Et si la famille royale n'a aucun rôle politique officiel, elle est protégée par l'une des lois les plus sévères du monde. La justice a ainsi multiplié ces dernières années les lourdes peines et les arrestations pour des propos jugés insultants à son endroit.

De nombreux intellectuels et organisations estiment que beaucoup de ces dossiers sont politiques, relevant qu'un grand nombre d'accusés ont des liens avec le mouvement des «chemises rouges», proche de l'ex-premier ministre Thaksin Shinawatra, aujourd'hui en exil malgré l'arrivée de sa soeur Yingluck au poste de premier ministre.

En juin, la Thaïlande a gracié un Singapourien condamné à 15 ans de prison en 2009 pour avoir distribué des tracts jugés offensants pour la monarchie.

Agence France-Presse

 

Photo ci-dessous: Thantawut, accueilli par le Docteur Weng Tojirakarn, un des dirigeants de l'UDD et par l'universitaire Somsak Jiamteerasakul

 

tatawutlibre.jpg

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
6 juillet 2013 6 06 /07 /juillet /2013 05:18

Pourquoi l'Égypte du 3 Juillet 2013 est totalement différente de la Thaïlande du 19 Septembre 2006

Lien de l'article:

https://www.facebook.com/photo.php?fbid=10151728112719925&set=a.60829034924.67115.537184924&type=1&theater


Nul doute que les Chemises jaunes ou "masques blancs" de Thaïlande vont prétendre que ce qui est arrivé en Égypte le 3 Juillet était juste un coup d'Etat militaire comme celui qui s'est produit en Thaïlande le 19 Septembre 2006. Mais ces deux événements sont totalement différents.
L'armée égyptienne et l'armée thaïlandaise n'ont jamais été du côté du peuple mais l'intervention militaire en Égypte n'était pas qu’un simple coup d'Etat. Elle doit être comprise dans son contexte historique et social.
Malgré le fait que les grands médias affirmant que "la seule force politique en Egypte est l'armée", le pouvoir réel qui s'est débarrassé de Morsi était un mouvement de masse qui se chiffre à plusieurs millions de personnes. Ces manifestations anti-Morsi ont été les plus importantes de l'histoire humaine, mais cela ne nous surprend pas, nous les marxistes, que les médias continuent d'ignorer totalement les mouvements de masse du peuple. Les manifestations anti-Morsi étaient constituées de gens ordinaires et il y avait un plan pour une grève générale des travailleurs prévue pour ce jeudi. L'armée est intervenue pour essayer d'arrêter ce mouvement de masse, ces grèves et cette révolution égyptienne. L'armée sait très bien qu'elle est surveillée par un mouvement de masse qui a renversé deux présidents. Ce mouvement pourrait renverser les militaires s'ils sortaient de la ligne. Bien sûr, il y a beaucoup de courants politiques au sein du camp anti-Morsi et les choses sont loin d'être simple.
Ce mouvement de masse égyptien était en colère contre Morsi car celui-ci n'a pas essayé d'aller de l'avant pour changer la société. Leurs protestations sont une partie légitime du processus démocratique et révolutionnaire. Cela s'est produit parce que les questions économiques n'ont pas été résolus, le chômage était resté très élevé et que Morsi avait coopéré avec l'armée et les Etats-Unis. Ce dernier cherchait à arrêter la progression de la révolution.
Le coup d'Etat militaire thaïlandais de 2006 a eu lieu suite à des manifestations de royalistes contre un gouvernement élu dirigé par un riche homme d'affaires. Ce gouvernement avait promis des politiques pro-pauvres et avait tenu ses promesses. C'est ce qui a irrité les royalistes et l'armée thaïlandaise. Ils voulaient revenir en arrière à l'époque d'avant l'élection de Taksin. Ils ont appelé le Roi à limoger le Premier ministre et ont préparés le chemin pour un coup d'État. C'était totalement antidémocratique. Ces royalistes ne représentaient qu'un faible mouvement de masse principalement composé de gens des classes moyennes. Cela n'a rien à voir avec l'Égypte.
Sameh Naguib, dirigeant des socialistes révolutionnaires égyptiens, a écrit:
"Les gens ont forcé l'armée à agir, et l'armée ne l'a fait que parce qu'elle était inquiète au sujet de son propre avenir. C'est la deuxième fois qu'elle l'a fait. Elle est à court de choix. Si Morsi a été un échec alors les alternatives bourgeoises, comme Mohamed El Baradei, sont faibles. Les attentes de changement sont très élevées. Elles sont plus élevées qu'elles ne l'étaient même lorsque nous avons renversé Moubarak. Mais la possibilité qu'un nouveau gouvernement puisse être en mesure d'offrir de véritables réformes est très limitée. Les gens se sentent responsabilisés et renforcés par les événements de ces derniers jours. Ils ont renversé le président après un an seulement parce que celui-ci n'avait pas répondu à leurs espérances et ils le feront à nouveau si nécessaire."

Giles Ji Ungpakorn

Photo ci-dessous: Giles Ji Ungpakorn

 

giles

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
2 juillet 2013 2 02 /07 /juillet /2013 23:20

Un article de Robert Amsterdam

Lien de l’article en anglais:

http://robertamsterdam.com/thailand/2013/06/30/yellow-shirts-in-white-masks-reactionary-and-anti-democratic/

Au cours des dernières semaines, un groupe de "protestation", petit mais géré efficacement et d'une façon soigneusement stratégique a émergé dans les rues de Bangkok et dans d'autres villes thaïlandaises. Surnommé le groupe des "masque blanc", parce qu'ils ont adopté le masque blanc de "V pour Vendetta", le masque de Guy Fawkes longtemps associé aux mouvements progressistes et au mouvement des anonymes, mais l'incarnation thaïlandaise est à peu près aussi loin de la notion de démocratie, de spontanéité et de politique progressiste que quiconque pourrait l'imaginer.
Comme l'a expliqué le blog "New Mandala" lors de deux articles (liens en anglais: http://asiapacific.anu.edu.au/newmandala/2013/06/10/white-masks-red-masks-and-royalist-communists/ et http://asiapacific.anu.edu.au/newmandala/2013/06/24/a-sign-of-progress/), le groupe des masques blancs ne sont qu'une réincarnation des groupes nationalistes violents d'extrême droite qui, auparavant, avaient fusionné autour du PAD, de Pitak Siam et d'autres groupes néo-fascistes. Ces groupes se proclament eux-mêmes "anti-Thaksin" mais leur véritable ennemi, c'est la démocratie elle-même. Le groupe des "masques blancs" sont connus pour faire des appels afin que le gouvernement démocratiquement élu du Parti Phua Thai soit "renversé". Les masques blancs n'ont également pas peur de lancer des attaques violentes contre des militants pro-démocratie comme ce rapport du journal thaïlandais en ligne "Khao Sod" le révèle, dans le centre de Bangkok, il y a deux semaines, ils ont tenté d'agresser des Chemises rouges avec des barres de fer (lien en anglais: http://www.khaosod.co.th/en/view_newsonline.php?newsid=TVRNM01UTTROalk1TXc9PQ==&sectionid=TURFd01BPT0=).
Telle est la collusion entre ces groupes de masques blancs et l'extrême-droite thaïlandaise. Ces militants masqués auraient pris comme chant de guerre la chanson thaïlandaise néo-fasciste notoire intitulé "Nak Phaen Din" ou" en anglais, "Scum of the Earth" (lien en anglais: http://asiapacific.anu.edu.au/newmandala/2007/09/11/scum-of-the-earth/). En outre, la direction associée aux masques blancs, tels que le coordinateur du parti "Green Politics", Suriyasai Katasila (un des principaux dirigeants des Chemises jaunes du PAD), commence à faire des déclarations bizarres et extravagantes comme quoi le gouvernement de Thaïlande du Parti Phua Thai dirigé par Yingluck Shinawatra "créerait les conditions d'un coup d'Etat".
Ce qui ne devrait pas être sous-estimé est la sophistication du groupe des masques blancs. L'air, artificiel et soigneusement calibré, soi-disant "spontané", leur donne l'image d'un mouvement de "base" de protestation similaire dans le ton à ceux des groupes de protestation du printemps arabe de ces dernières années. En outre, leur cooptation de la symbolique de l'occupation progressive et des mouvements de protestation anonyme a conduit à une certaine couverture bénigne, même si profondément vicié, de la presse internationale. Cette couverture bénigne est poussée par le journal thaïlandais, pro-Parti Démocrate de langue anglaise Bangkok Post, qui déploye des efforts tout à fait ridicules de tromperie pour dépeindre les masques blancs comme un groupe de protestation légitime, plutôt que comme une confection des plus anti-démocratiques éléments de Thaïlande.
Alors, qui est derrière le groupe des masques blancs? Le puissant et riche magnat des médias, Sonthiyan Chuenruethainaitham, fondateur du Réseau de Nouvelles soi-disant indépendant "News Network" et "T-News", deux médias qui soutiennent sans cesse l'extrême droite anti-démocratique, a émergé comme l'un des bailleurs de fonds des masques blancs.
Le Bangkok Post a récemment rapporté que Sonthiyan avait déclaré "qu'il soutenait le groupe [des masques blancs], car il estimait qu'ils étaient en train de bien agir et qu'il était confiant que ce groupe allait continuer à croître." Sonthiyan a poursuivi en disant que sa compagnie avait vendu des masques blancs aux manifestants et que "10.000 masques avaient été vendus à ce jour et que de nouvelles commandes étaient encore à venir". Pourtant Sonthiyan semble être un peu en décalage avec ses compatriotes thaïlandais quand il suggère que "Thaksin et sa famille doivent maintenant se demander comment ils peuvent continuer à vivre dans un endroit où les gens les détestent." Peut-être que Sonthiyan a commodément oublié les cinq derniers résultats des élections générales depuis 12 années et les mandats électoraux démocratiques qui ont toujours été régulièrement gagnés par le parti politique pro-Thaksin et que le mouvement des masques blancs cherche toujours à augmenter le nombre de ses manifestants dans les rues de Bangkok?
Le groupe des masques blancs thaïlandais, alors qu'il présente certainement une sophistication accrue en termes de la façon dont il dépeint son message, n'est rien de plus que les mêmes forces réactionnaires et anti-démocratiques apparaissant dans une nouvelle forme de protestation. Il ne doit pas être sous-estimé, mais nous devons admettre que l'emprunt de ce mode de protestation symbolique ne le rend pas moins réactionnaire.

 

DSC09951

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
2 juillet 2013 2 02 /07 /juillet /2013 05:12

20 minutes séparés par des barreaux de fer

Lien de la version originale en anglais:

http://www.prachatai.com/english/node/3634


Ma visite de prison à Somyot le 27 Juin 2013
C'était jeudi matin à 8 heures 30 quand Somyot et moi avons eu notre rencontre hebdomadaire régulière. Des barreaux de fer et des fenêtres sécurisées nous séparaient mais ne pouvaient séparer nos âmes. On m'a dit de me rendre à la salle 1 qui était la dernière salle de réunion de la maison d'arrêt de Bangkok. Somyot marchait vite et sans hésitation. Il m’a regardé fixement et a sourit. Son sourire a rendu le monde si lumineux et plein d'espoir et de paix. J'étais tellement soulagé de le rencontrer ce matin là.
Comme il n'y avait pas d'hygiaphone dans cette salle, je devais crier sinon il ne m'entendait pas ce qui m'a rendue malheureuse. Heureusement, il était calme ce jour-là et seulement une dame et son mari partagent la salle avec nous. Le temps a semblé s'arrêter pour nous permettre de rester ensemble. À ce moment, nous avons partagé notre sentiment d'amour l'un pour l'autre sans dire un mot et j'ai oublié que nous avions juste 20 minutes jusqu'à que la sonnette d'alarme sonne. Il m'a posé à plusieurs reprises les mêmes questions qu'il me posait chaque semaine. Vis-tu seule? Nos enfants sont-ils avec toi? Comment vont-ils? Je ne m'ennuyais pas d'entendre ces mêmes questions, je savais ce qu'il ressentait, mais il est probable qu'il ne réalisait pas combien de fois il me les avait déjà posé. Parfois, je me disais que ces questions étaient illogiques, mais je le comprenais ce jour-là. Il était probablement inquiet au sujet de notre sécurité, mais il avait peur de le dire à haute voix.
Je ne sais pas exactement ce qu'un homme désire, mais je suppose que tout le monde veut la même chose; un tendre amour! Il ne s'agit pas seulement de nourriture, de médecine, d'air et d'eau, mais aussi de nourriture pour la pensée et de quelque chose pour son âme. Il a besoin de quelqu'un pour s'occuper de lui, lui parler, lui donner un soutien moral, lui assurer qu'il est grand et qu'il est aimé. Une collègue m'a expliquée qu'elle traitait ses subordonnés masculins avec plus de douceur et de soins et que cela fonctionnait bien. Ainsi, un homme fort comme Somyot aura toujours besoin d'une accolade chaleureuse et stimulante.
Ses 26 mois d'emprisonnement ont été une crise pour notre vie, mais j'ai beaucoup appris. C'est dommage, qu'alors que nous avions beaucoup de temps avant sa détention, nous ne nous parlions à peine et partagions peu nos sentiments. Maintenant, nous avons seulement 20 minutes par semaine mais nous nous comprenons mieux l'un et l'autre. Auparavant, j'étais très réticente à parler de moi, de ma carrière et de mon bien-être et il en était de même pour lui. Maintenant, nous devons utiliser chaque minute aussi précieusement que nous pouvons alors je m'exprime plus en lui parlant ou en lui écrivant.
La vie est si courte et je ne peux pas me permettre de perdre une occasion de lui montrer à quel point je me soucie de lui. Je ne veux pas me retrouver dans la même situation que Pa-Ueh (Rosmarin) qui n'a même pas eu le temps de dire au revoir à son mari, Ah-Kong (Amphon) avant son dernier souffle.
Joop
Le 29 Juin 2013

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article
30 juin 2013 7 30 /06 /juin /2013 18:01

Birmanie: Invitation au voyage... de l'horreur

Un article de "Siné Mensuel" (Juin 2013)

En Birmanie, les moines bouddhistes massacrent à la machette la minorité musulmane dans l'indifférence générale.

Appelée "Diamant de l'Asie", la Birmanie vous étonnera, vous y découvrirez une atmosphère particulière, des odeurs de génocide bien frais et une histoire riche en émotions.

Pour découvrir le charme le plus brillant du joyau birman, il faudra vous rendre aux frontières où les minorités ethniques non bouddhistes vivent: chrétiens du Nord et musulmans du Sud ont la joie de jouir de l'épuration ethnique qu'ils méritent.

Ils luttent comme ils le peuvent contre la répression et les meurtres en masse à la sauvage.

Le plus étonnant réside dans le fait que tout cela se passe avec la participation des citoyens.

Quand aux ONG, elles sont interdites d'accès aux zones affectées. La censure, dont les autorités avaient annoncé la suppression, est rétablie à propos de toute information sur les émeutes interethniques.

Malgré la libération du Prix Nobel de la Paix, Aung San Suu Kyi, les droits de l'homme sont farouchement bafoués.

Vous remarquerez, au fil de vos balades, les casques du IIIème Reich sur la tète des motocyclistes et vous vous amuserez des moines qui défilent en scandant des discours néonazis. Vous pourrez aussi profiter d'activités plus ludiques telles que pogroms, actions pyromanes ciblées sur lieux de prière et habitations non bouddhistes.

Des ethnies, dont des femmes et des enfants, sont tués à la machette rouillée sous le regard de l'armée et avec la complicité des médias qui attisent le sentiment nationaliste bouddhiste.

Vous ne vous ennuierez pas en Birmanie! Un savant mélange d'oppression, de terrorisme d'Etat et de fascisme auquel vous ne saurez résister.

C'est dans ce pays que vous pourrez rencontrer la minorité la plus persécutée au monde selon l'ONU, celle des musulmans Rohingyas de la région de l'Arakan.

Ah non, quel dommage! Ils sont tous morts ou en fuite par centaines de milliers au Bengladesh et en Thaïlande. Etats connivents puisqu'à leur tour, ils incarcèrent ou vendent sur le marché humain cette ethnie exterminable à souhait.

Les festivités ont commencé en juin 2012, lorsqu'une femme bouddhiste est violée puis tuée. Très vite, des rumeurs se propagent qui désignent des Rohingyas comme les auteurs du meurtre. En réponse, des villageois attaquent un bus et lynchent à mort dix musulmans.

S'engage alors un cycle de représailles sans précédent. Depuis, la haine contre les ethnies non bouddhistes gagne tout le pays. La communauté internationale ne réagit guère et la "Dame de Rangoun" est occupée à fomenter sa stratégie pour la présidentielle de 2015. Il semblerait, selon certains experts, que ces conflits soient instrumentalisés à des fins politiques en vue des élections.

Dépêchez-vous d'aller voir ces vestiges de la démocratie car l'Etat tente de reconstruire et cacher le comble de l'horreur pour bâtir un pays bien bouddhiste! Le "New York Times" l'a écrit en janvier 2012: "Le pays est empreint d'une hospitalité véritable", plaçant la Birmanie à la troisième place des quarante-cinq destinations incontournables.

Alors n'hésitez plus, avec le code GENOCIDE, vous aurez 20 pour cent de réduction sur vos billets.

Rafiaa Boubaker

 

Photo ci-dessous, la couverture du magasine Siné Mensuel où est paru cet article:

 

 sine-mensuel-juin-2013.jpg

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article