Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 juillet 2017 3 12 /07 /juillet /2017 13:00
Pavin Chachavalpongpun

Pavin Chachavalpongpun

En tant que dissident politique thaïlandais qui vit en exil, j'ai l'habitude d'être attaqué par les dirigeants autoritaires de mon pays. Maintenant, je me retrouve en train de m'adapter à une nouvelle variation sur le thème: faire face à un gouvernement prétendument démocratique qui est prêt à faire le sale travail de Bangkok à sa place.

Plus tôt ce mois-ci, j'ai été invité à participer au Delhi Dialogue, un forum de discussion sur divers problèmes entre l'Inde et l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est (ASEAN). Les organisateurs voulaient que je discute des relations thaï-indiennes et de leur adéquation avec le contexte général de la politique sud-est-asiatique. J'avais assisté à l'événement une fois auparavant, il y a plusieurs années.

Ma situation aujourd'hui, cependant, est plutôt différente. En 2014, l'armée thaïlandaise a pris le pouvoir lors d'un coup d'État et m'a immédiatement ciblé pour mes critiques ouvertes envers la monarchie. Les organisateurs du putsch m'ont convoqué pour que mon attitude soit "ajustée" - leur euphémisme pour un interrogatoire. Lorsque j'ai refusé, les autorités ont délivré un mandat pour mon arrestation et ont révoqué mon passeport. Heureusement, je vivais déjà au Japon, alors j'ai décidé de rester et de demander le statut de réfugié.

Donc, lorsque les Indiens m'ont invité à parler à nouveau au Delhi Dialogue, j'étais convaincu qu'ils cherchaient à souligner l'importance de la liberté d'expression, des droits de l'homme et de la démocratie. J'avais tort.

Je devais parler lors de l'une des deux sessions du forum. Quelques heures avant que la première ne commence, l'ambassade de Thaïlande à Delhi a remarqué mon nom sur le calendrier et a exprimé ses préoccupations aux hôtes indiens. Elle craignait que je parle de la junte de façon critique. Le ministère thaïlandais des Affaires étrangères a assigné un vice-ministre des Affaires étrangères, une personne nommée par la junte, pour représenter la Thaïlande lors de l'événement. Ma présence, semble-t-il, aurait "embarrassé" les délégués thaïlandais.

Sous la pression de l'ambassade de Thaïlande, les organisateurs m'ont dit que ma participation à la session ministérielle n'était plus la bienvenue. En d'autres termes, après avoir voyagé en Inde, j'ai été gommé des activités dès le premier jour.

Atterré par la réponse de l'hôte indien, j'ai décidé de boycotter tout l'événement et j'ai quitté Delhi brusquement (notamment parce que j'ai commencé à m'inquiéter pour ma sécurité personnelle). J'avais l'habitude d'être réduit au silence par le gouvernement, mais maintenant je l'ai été par le même hôte qui m'avait invité en premier lieu à la réunion.

Pour être honnête, les droits de l'homme, la liberté d'expression et la démocratie n'ont jamais occupé une place de choix dans les relations thaï-indiennes. Il est décevant que l'Inde, qui se révèle être l'État démocratique le plus peuplé au monde, travaille maintenant en étroite collaboration avec un gouvernement illégitime et non élu en Thaïlande.

Depuis le coup d'Etat, l'Inde n'a rien dit au sujet de l'intervention militaire en politique et sur la rupture de la démocratie. En fait, le gouvernement indien a déployé le tapis rouge aux putschistes à plusieurs reprises. Le général Prayuth Chan-ocha, premier ministre thaïlandais, a effectué sa première visite en Inde en juin 2016. Le communiqué de presse du gouvernement indien avait déclaré à cette occasion: "La Thaïlande est un ami de confiance et de valeur, et l'un de nos partenaires les plus proches de l'Asie du Sud-Est".

L'Inde a offert avec enthousiasme son soutien diplomatique aux dirigeants militaires thaïlandais et est disposée à fermer les yeux sur le manque de démocratie en Thaïlande dans le but d'un profit économique. Bien que l'Inde ne soit pas actuellement un partenaire stratégique majeur, la prise de conscience par la junte de Bangkok de l'émergence de l'Inde en tant que nouvelle puissance régionale a contribué à une mise à niveau rapide de la relation.

L'Inde est désireuse de compenser l'essor régional de la Chine, un désir démontré par la stratégie "Look East" (Regardons à l'Est) de Delhi. L'Inde a clairement besoin de maintenir des liens étroits avec la Thaïlande. Mais cela n'a jamais été fait de manière à respecter de manière adéquate les principes démocratiques de l'Inde. La Thaïlande est sous une domination militaire qui a écrasé les aspirations démocratiques du pays. Le manque d'engagement de l'Inde envers les principes démocratiques dans sa politique étrangère facilite la vie pour le régime despotique de la junte.

Malheureusement, cela fait partie d'une tendance mondiale plus large. L'Inde n'est pas le seul État démocratique qui aide ouvertement les régimes autoritaires à réprimer leurs critiques. Le gouvernement sud-coréen m'a mis sur une liste noire. Et le gouvernement américain a accepté une demande d'annulation de mon passeport de la junte thaïlandaise.

L'administration Trump se montre beaucoup moins disposée à accepter les réfugiés politiques, ce qui démontre vivement l'engagement décroissant de Washington envers les principes humanitaires. L'Inde et la Corée du Sud traitent les universitaires critiques comme des hors-la-loi. Ces nations supposément démocratiques ferment les yeux sur l'autoritarisme pour sauvegarder leurs propres positions de pouvoir.

Je sais que mon expérience particulière en Inde apparaît banale lorsqu'on regarde cela dans le contexte des relations de deux grands pays. Pourtant, ce qui m'est arrivé m'en dit encore beaucoup sur l'engagement décroissant de certaines démocraties envers des principes qu'elles prétendent leur être chers.

Pavin Chachavalpongpun est professeur agrégé au Centre d'études de l'Asie du Sud-Est de l'Université de Kyoto.

Partager cet article

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article

commentaires