Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 mai 2015 3 27 /05 /mai /2015 10:12

Un reportage de Nicola Glass pour DW (NDT: Deutsche Welle, le service international de diffusion de l’Allemagne)

Lien:

http://www.dw.de/no-signs-of-mass-protests-a-year-after-thai-coup/a-18465477

 

Il y a un an, le gouvernement démocratiquement élu de la Première ministre Yingluck Shinawatra a été renversé par l'armée de Thaïlande. Bien qu'il n'y ait pas eu de manifestations anti-junte massives, d'autres formes de résistance ont émergées.

Ce [19 mai] fut une journée chaude à Bangkok. Des dizaines de personnes s'étaient rassemblées dans le temple bouddhiste de Wat Pathum Wanaram dans la capitale thaïlandaise. Le personnel militaire et la police en civil surveillaient les entrées de la cour du temple. Le gouvernement a exigé que le service commémoratif dans le temple demeure strictement religieux, et a averti qu'aucun discours contre la junte ne seraient tolérés.

La sécurité était resserrée en raison du prochain premier anniversaire du coup d'Etat militaire, qui a eu lieu le 22 mai de l'an dernier. Les journalistes, y compris ceux qui travaillent pour DW, se sont vu initialement refuser l'entrée, mais ont plus tard été autorisé à y pénétrer après que le nombre de journalistes ai commencé à devenir important.

Le service commémoratif au temple a été organisé par Payao Akkahad, qui voulait se souvenir de sa fille Kamonkate. Kate, comme on l'appelait, a été abattue il y a cinq ans, lorsque l'armée omniprésente de la Thaïlande avait écrasé les manifestations des Chemises rouges par la force. La plupart des militants chemises rouges soutient la famille Shinawatra, que l'armée a évincé deux fois du pouvoir - Yingluck en 2014, et auparavant son frère Thaksin en 2006.

"Rien n'est oublié"

Kate, qui avait 25 ans quand elle a été tuée, avait travaillé comme infirmière bénévole au temple de Wat Pathum Wanaram pour aider les blessés. Le temple était considéré comme un refuge pour les manifestants qui avaient manifesté pendant des semaines contre le gouvernement de l'époque.

"Ma fille a été tuée alors qu'elle aidait d'autres personnes", a déclaré Payao à DW.

Payao et son fils Nattapat ont été brièvement arrêtés par la police alors qu'ils réclamaient la justice pour Kate. En tant que mère, explique-t-elle, elle continuerait à réclamer la justice pour sa fille.

Payao Akkahad

Payao Akkahad

Lutter pour la démocratie

La peur et la suspicion règnent en Thaïlande un an après le coup d'Etat. Bien que la junte ait levé la loi martiale le 1er avril 2015, elle l'a remplacé par des règlements encore plus stricts. Les rassemblements politiques restent interdits dans le pays, et les gens ne sont pas autorisés à critiquer les putschistes.

Ceux qui réclament la justice et la restauration de la démocratie et osent élever la voix contre le gouvernement dominé par les militaires du Premier ministre Prayuth Chan-ocha sont soumis à des actes d'intimidation et d'emprisonnement. Les dissidents sont jugés par des tribunaux militaires, qui ont déjà condamné un certain nombre de militants et politiciens.

Punsak Srithep est également venu à la cérémonie commémorative du Wat Pathum. Son fils de 17 ans a également été abattu en 2010 - quelques jours avant le meurtre de Kate. Punsak, qui se bat pour les autorités poursuivent l'enquête sur l'assassinat de son fils, a été arrêté l'année dernière après le coup d'Etat.

Il a maintes fois contesté la légitimité de la junte. En tant que membre d'un petit groupe, "Citoyen résistant," Punsak a mis en scène de petites manifestations symboliques avec trois autres personnes. Bien que les quatre hommes aient été brièvement détenus, le militant affirme que cela ne les a pas intimidés: "Le peuple thaïlandais doit se rendre compte qu'il doit se battre pour la justice et la démocratie", a déclaré Punsak à DW.

Punsak Srithep

Punsak Srithep

Protestations prudentes

Mais la plupart des Thaïlandais se retiennent de protester contre le gouvernement de Prayuth à cause de la peur de la répression, de l'indifférence, ou parce qu'ils sont préoccupés par leurs luttes quotidiennes de la vie. D'autres ne s'opposent probablement pas au régime.

À l'heure actuelle, il n'y a pas de mouvement de masse contre la junte. Peu de temps après le coup d'Etat, des centaines de personnes étaient descendues dans les rues dans certaines parties de la capitale, mais depuis lors, les manifestations antimilitaires ont cessé. Maintenant, les protestations ont lieu sur une petite échelle - principalement organisé par des étudiants, des intellectuels et des militants des droits humains.

En novembre 2014, cinq étudiants avaient été arrêtés parce qu'ils avaient choisi de protester directement en face de Prayuth: Ils le saluèrent avec un "signe à trois doigts", qui symbolise une façon de protester contre la dictature militaire en Thaïlande.

Le 8 Mars de cette année, lors de la Journée internationale de la femme, un petit groupe de militants a protesté devant le Monument de la Démocratie de Bangkok, situé à proximité des bâtiments gouvernementaux. Ils portaient des banderoles et des affiches. Entre autres choses, ils ont appelé à un retour immédiat de la démocratie, à la tenue d'élections, ainsi qu'à la libération de tous les prisonniers politiques.

La journaliste Nicola Glass de DW

La journaliste Nicola Glass de DW

Partager cet article

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article

commentaires