Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 juillet 2015 1 27 /07 /juillet /2015 14:53

Un article de Giles Ji Ungpakorn

Lien:

https://uglytruththailand.wordpress.com/2015/07/26/what-the-rohingya-slave-labour-and-ko-tao-scandals-reveal/

 

Aussi bien le scandale de la main-d'œuvre rohingya esclave, exposée par le journal The Guardian et d'autres médias, que la manipulation par la police des meurtres brutaux de deux touristes britanniques sur l'ile de Ko Tao, révèlent un côté très sombre de la société thaïlandaise.

Alors qu'un grand nombre de Thaïlandais décents condamnent le trafic d'êtres humains, les viols systématiques, l'emprisonnement sur des grands navires cargos et l'esclavage dans l'industrie de la pêche de centaines de réfugiés rohingyas de Birmanie, il reste encore beaucoup à faire. Les organisations thaïlandaises et les groupes politiques devraient se mobiliser et faire campagne sur cette question et les syndicats devraient prendre une position contre les choquantes conditions de travail dans l'industrie de la pêche.

Il se pourrait qu'il y ait de la sympathie parmi la société thaïlandaise pour les victimes du trafic d'êtres humains, quand il est exposé dans les médias, mais le profond racisme et le nationalisme, qui infecte la plupart des Thaïlandais, fait que lorsque la question de l'accueil des réfugiés et leur intégration dans la société thaïlandaise normale est soulevée, ça déclenche une hostilité généralisée. Cela se traduit par un mépris flagrant de la situation des travailleurs migrants des pays voisins. Lorsqu'ils ne sont pas victimes de la traite, ils sont maltraités, battus et volés de leurs salaires par les employeurs et les membres des forces de sécurité. Des affiches gouvernementales renforcent les vues désobligeantes sur les migrants, les accusant de crimes et de porter des maladies. Les Thaïs ordinaires utilisent systématiquement des termes racistes comme "Kaek", "Yuan", "Farang", "Aye-Meud" (Nègre), etc. pour désigner les personnes d'autres ethnies.

Ce racisme toxique est responsable du déni continuel de justice dans l'affaire des meurtres Ko Tao. Les deux travailleurs migrants birmans, qui font face à des accusations graves devant les tribunaux, sont les "boucs émissaires habituels". Il y a aussi une attitude épouvantable de la part de nombreux Thaïlandais envers les femmes européennes et le port de maillots de bain sur les plages normales, comme si cela indiquait des "mœurs légères".

Pourtant, il suffit de regarder le manque de moralité dans la société thaïlandaise. Nous avons une industrie du sexe florissante où les jeunes sont exploités et victimes de la traite. Les Thaïlandais sont les clients prédominants et les bénéficiaires de cette industrie. Les dirigeants du pays, passés et présents, y compris Prayut, Abhisit et Taksin, sont généralement des meurtriers de masse qui ne seront jamais jugés pour violations des droits de l'homme. La corruption et l'exploitation par les riches et les puissants est à l'ordre du jour.

La cause profonde de cette situation déplorable est qu'il y a trop peu d'opposition à l'autoritarisme sous toutes ses formes. Ceci est un cercle vicieux parce que quand les gens individuels sont assez courageux pour parler, ils sont soumis à la répression. La gauche est faible, les syndicats sont désorganisés ou principalement apolitiques et les Chemises rouges pro-démocratie ont été démobilisés par l'UDD et Taksin. La Commission nationale des droits de l'homme est composée de membres des forces de sécurité, de royalistes fanatiques et de réactionnaires. Les ONG sont soit avec l'armée soit ne sont intéressés que par les campagnes pour des questions uniques et fragmentées.

Fondamentalement, c'est la faiblesse de la gauche et de syndicats organisés qui fait qu'il n'y ait pas de forte opposition. Non seulement l'opposition à l'autoritarisme est trop faible, mais il n'y a presque pas d'opposition au nationalisme et au racisme dans la société. Dans de telles circonstances, les travailleurs thaïlandais ordinaires sont liés à l'idéologie dominante de la classe dirigeante. Karl Marx a fait remarquer que les travailleurs britanniques ne seraient jamais en mesure de se libérer tant qu'ils ne se seront pas débarrassés de leurs idées racistes envers les Irlandais. Nous pourrions dire pareillement que les travailleurs thaïlandais ordinaires ne seront pas en mesure de se libérer tant qu'ils ne rejetteront pas le nationalisme et le racisme. A travers l'Europe d'aujourd'hui, dans une ère d'austérité, le nationalisme et le racisme sont utilisés pour affaiblir les mouvements opposés au néolibéralisme et à l'appauvrissement des travailleurs. Il y a des socialistes et des organisations de gauche qui forment le noyau de l'opposition au racisme et au nationalisme en Europe.

En Thaïlande nous avons désespérément besoin de faire revivre la gauche dans une lutte pour la démocratie et contre le chauvinisme national.

Ce que les scandales de l'esclavage des Rohingyas et de Ko Tao nous révèlent

Partager cet article

Repost 0
Published by liberez-somyot
commenter cet article

commentaires